Quelques rappels sur l’histoire de la presse en France

By 4 April 2013

2) Deux journaux : Libération et Le Figaro

Avant de faire un focus particulier sur les deux journaux qui seront utilisés pour cette étude, à savoir Libération et Le Figaro, il est nécessaire de faire un petit retour un arrière et de rappeler quels ont été les grands évènements qui ont marqué l’histoire de la presse en France.

a) Quelques rappels sur l’histoire de la presse en France26

Même si les Romains distribuaient dès l’Antiquité des bulletins d’information sous forme de papyrus, c’est au XVe siècle qu’a lieu un évènement important qui va conditionner le développement de la presse : l’invention de l’imprimerie. C’est Gutenberg qui en est à l’origine, et qui met au point la typographie entre 1438 et 1454. Néanmoins, il faut noter que la presse écrite imprimée ne naîtra qu’un siècle et demi plus tard.

Alors que des périodiques imprimés existent déjà en Allemagne et aux Pays-Bas dès le début du XVIe siècle, ce n’est qu’en 1631 qu’apparaît, en France, La Gazette, de Renaudot, un hebdomadaire d’informations générales contrôlé par le Royaume. Il sera concurrencé quelques dizaines d’années plus tard par d’autres périodiques et, en 1672, apparaît le 1er magazine, fondé par Jean Donneau de Visé : Le Mercure Galant.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la presse se diversifie : les revues se multiplient et chaque corporation édite la sienne : les juristes, médecins, officiers de marine ont leur propre publication. Mais le Pouvoir est méfiant et la censure fait son apparition : en 1757, une ordonnance promet la peine de morts aux journalistes qui, par leurs écrits, troubleraient l’ordre public. C’est dans ce contexte que paraît en 1777 le 1er quotidien français : Le journal de Paris. Il publie des informations judiciaires, administratives ou culturelles mais n’abordent pas les sujets politiques : il compte 5000 lecteurs quotidiens.

25 Ibid.
26 Sources : Histoire de la presse, Albert P., 1970, PUF & La Presse française, Albert P., 2008, la documentation française & Histoire de la Presse en France, Lormier D., 2004, De Vecchi

A partir de 1789 et jusqu’au Second Empire (1852), la presse connait un grand essor et devient un support pour faire passer ses idées : la « presse révolutionnaire » utilise tous les moyens pour vendre ses journaux, y compris la diffusion de fausses informations. Lorsque Napoléon Bonaparte arrive au pouvoir en 1799, il est conscient du pouvoir important de la presse et fait interdire 60 journaux sur 73. Au fil des ans cependant, la presse retrouve peu à peu son aura, notamment grâce à Emile de Girardin qui fonde en 1836 le bien nommé La Presse, un quotidien à grand tirage. De son côté, Charles Havas créé la 1ère agence de presse au monde en 1832. En 1848, Napoléon III arrive au pouvoir et remet la Presse sous surveillance. Pour autant, celle-ci, dès lors qu’elle reste « docile », continue à se développer. C’est dans ce contexte que paraît le quotidien Le Figaro, en 1866, même si le premier journal à porter ce titre (Figaro), était né 40 ans plus tôt, en 1826. Nous y reviendrons.

En pleine IIIe République, la fin du XIXe voit le fort développement de la presse politique, avec par exemple La Gazette de France (royaliste), Le Siècle (républicain) ou encore Le Cri du peuple (journal socialiste) entre autres… Alors que Le Petit Parisien, fondé en 1876 et lu par près de 2 millions de lecteurs est le journal français le plus célèbre de la planète, L’humanité voit le jour en 1904 : au départ socialiste, il ne devient communiste qu’après le congrès de Tours, en 1920.

Le début de la 1ère guerre mondiale en 1914 voit apparaître la propagande : un journal patriotique comme L’intransigeant par exemple, minimise dans ses colonnes l’avancée des troupes allemandes. Dans ce contexte nait en 1915 le Canard Enchaîné, un journal humoristique…qui le restera. Pendant l’entre-deux guerres, la presse se porte bien et le nombre de quotidiens se multiplient. La presse magazine se développe également avec, par exemple, la naissance de Marie-Claire en 1937. En parallèle de la montée des dictatures en Europe, une certaine presse nationaliste se développe en France.

Pendant la deuxième guerre mondiale, la presse tente de maintenir le moral des Français au plus haut, faisant parfois preuve d’un optimisme béat. Pendant les années sombres, elle joue un rôle important dans la résistance, en relayant par exemple, comme pour Le Provençal ou le Progrès de Lyon, l’appel du Général de Gaulle lancé de Londres. Sans compter les tracts et journaux clandestins, dont l’un d’entre eux se nommait d’ailleurs Libération. Juste avant l’Armistice, le journal Le Monde voit le jour, en 1944.

Après la fin de la 2e guerre mondiale et jusqu’à nos jours, la presse se diversifie largement. Ainsi, l’Equipe, un journal sportif est fondé en 1948 et en 1950, France Observateur, un magazine hebdomadaire qui deviendra plus tard Le Nouvel Observateur. A partir des années 50, les magazines « télé » se développent largement et un peu plus tard, un autre grand nom de la presse française voir le jour : Libération, en 1973. La presse régionale n’est pas en reste : ainsi, Ouest- France, avec un tirage de 766 970 exemplaires en 201127, est le quotidien le plus lu en France.

De nos jours, les ventes de quotidiens français sont plus faibles que dans beaucoup d’autres pays. En 1914, la France, avec 244 exemplaires28 quotidiens vendus pour 1000 habitants, arrivait en 2e position juste derrière les Etats-Unis. En 2005, ce chiffre tombe à 135,629 et la France est largement devancé par bon nombre de pays européens : la Norvège (601), la Grande-Bretagne (335), ou encore l’Allemagne (298). Selon Pierre. Albert, Cette érosion serait due à l’irruption des écrans et du numérique dans la vie quotidienne des Français : « depuis 1972, il y a en France plus de télévisions que d’exemplaires de quotidiens » (Albert, 2010 : 122). Cette tendance à la baisse de consommation des quotidiens est confirmée par des études30 successives réalisées par le Ministère de la Culture, qui nous apprennent que, sur 100 Français de 15 ans et plus, 55 lisaient un quotidien payant tous les jours ou presque en 1973. Ils n’étaient plus que 29 en 2008.

27Site de l’OJD, www.ojd.com/adherent/3762, consulté le 10 mai 2012.
28 Source : Histoire de la presse, Albert P., 1970, PUF, p. 124.

Il est temps à présent de s’arrêter plus précisément sur les deux journaux qui nous intéressent ici, à savoir Libération et Le Figaro.

Lire le mémoire complet ==> (a title=”Le rôle des petites phrases de François Hollande dans sa stratégie de communication” href=”http://blog.wikimemoires.com/2013/04/petites-phrases-francois-hollande-strategie-communication/”>Le rôle des “petites phrases” de François Hollande dans sa stratégie de communication)/strong>
pendant la campagne des élections présidentielles 2012, vu à travers deux journaux de la presse écrite
Master 2 Communication Parcours : Métiers de l’information et de la communication organisationnelle
Université Européenne de Bretagne – Rennes 2 – UFR ALC