Président normal, l’étude des petites phrases de Hollande

By 4 April 2013

3) « Président normal »

S’il est vrai que les deux « petites phrases » qui viennent d’être présentées ont marqué la campagne des présidentielles 2012, c’est tout aussi vrai pour la troisième que nous avons choisi d’étudier : « président normal ». Bien sûr, il était assez peu imaginable de ne pas s’arrêter à ces deux mots tant ils ont été largement présents avant, pendant, et même après la campagne.

Comme pour les deux précédentes, il convient de préciser qu’il s’agit d’un extrait, mais celui-ci comporte d’autres particularités. Ainsi, il est plus difficile de dater précisément à quel moment l’expression a été prononcée pour la première fois, et ce, parce que la petite phrase a pris différentes formes selon les circonstances. C’est le mot normal qui semble être le point commun des différentes associations qui ont circulé. Mais, si nous avons décidé de retenir ces deux mots, président normal, c’est parce que cette association est celle qui a été utilisée le plus souvent et par le candidat et ses adversaires, et par les différents acteurs de la vie médiatique. Pour autant, on verra plus loin que différents mots-clés ont été utilisés pour rechercher les articles qui reprennent ce que l’on pourrait appeler le thème de la « normalité ».

42 letelegramme.com, article : « François Hollande. ‘C’est le rêve français que je veux réenchanter’ », le 16/10/2011, http://www.letelegramme.com/primaire-socialiste-2011/francois-hollande-c-est-le-reve-francais-que-je-veux-reenchanter-16-10-2011-1466784.php, consulté le 18/07/2012.
43publicsenat.fr, article : « Festival de petites phrases à l’UMP contre le projet PS, ‘de l’utopie’ à 255 milliards », le 18/10/2011, http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/festival-petites-phrases-l-ump-contre-projet-ps-l-utopie-255-milliards-163448, consulté le 18/07/2012

Certaines sources, notamment cet article sur internet44, affirme que le mot normal a été « lancé en janvier 2010 (…) » mais nos recherches ne permettent pas d’affirmer ce point. Néanmoins, il est, dans ce cas, peut-être fait référence à une déclaration de Manuel Valls qui, au sujet de François Hollande, déclarait en janvier 2010 justement : « Au fond, c’est assez normal que ceux qui ont du talent, qui pensent qu’ils ont la capacité d’être président de la République, qui veulent incarner une alternative crédible, soient candidats »45. Peut-être est-ce en référence à cette affirmation du futur responsable de Communication du candidat Hollande qu’il y était fait allusion, mais cela n’est pas avéré.

En revanche, nos recherches nous permettent de situer l’utilisation de ce mot par François Hollande d’une manière claire et équivoque à la fin de l’année 2010. C’est lors d’un voyage en Algérie, le 09 décembre 2010, que le futur candidat socialiste tient les propos suivants : « Est-ce que je suis normal? Oui, je pense que le temps d’un président normal est venu ». Dans cet article de presse écrite46, on précise même qu’il « …dérape un peu face à une caméra de Canal + » lorsqu’il tient ces propos. Cet autre article, sur le site RFI.fr, affirme que la première utilisation du mot par le candidat a bien eu lieu lors de ce fameux voyage : « C’est là, face à la mer, au pied de la basilique Notre-Dame d’Afrique, qu’il évoque pour la première fois le « président normal » qu’il entend incarner. Ni Sarkozy ni Strauss-Kahn – alors au firmament dans les sondages »47. La tonalité quelque peu « polémique » ou plutôt intentionnelle de l’utilisation de ces mots précis semble se confirmer ici. En tout cas, on peut considérer que l’apparition du mot normal a vraiment eu lieu pour la première fois à ce moment-là.

La confirmation viendra quelques mois plus tard. Nous sommes le 31 mars 2011, et François Hollande vient d’être réélu Président du Conseil Général de Corrèze. C’est aussi cette date qu’il choisit, nous l’avons évoqué, pour se déclarer officiellement candidat à l’élection présidentielle via les primaires socialistes. Parmi les différentes sollicitations médiatiques auxquelles il répond ce jour-là, François Hollande déclare : « J’ai dit qu’il fallait un président “normal”, car Nicolas Sarkozy n’est pas normal. La personnalité, ça compte dans une campagne, ça fait l’appoint nécessaire, la confiance et la crédibilité. Les Français ne veulent pas mettre un socialiste [à l’Elysée], ils veulent choisir. L’empathie, c’est un élément important, car on voit aujourd’hui l’antipathie au pouvoir. Sarkozy, il ne crée pas la bonne ambiance »48. On remarque qu’il cite cette fois clairement son concurrent, positionnant ainsi et à nouveau cette expression dans l’adversité.

44Elysee.blog.lemonde.fr, article : « Les sarcasmes de Sarkozy sur la ‘présidence normale’ de François Hollande », le 21/05/2011, http://elysee.blog.lemonde.fr/2011/05/21/les-sarcasmes-de-sarkozy-sur-la-presidence-normale-de-francois-hollande/, consulté le 18/07/2012.
45 Le Figaro, le 12/01/2010, P.S. : François Hollande tente d’imposer son calendrier aux autres présidentiables, p. 4.
46 leparisien.fr, article : « François Hollande se rit des querelles de dame », le 10/12, disponible sur http://www.leparisien.fr/politique/francois-hollande-se-rit-des-querelles-de-dames-10-12-2010-1185037.php, consulté le 18/07/2012.
47 rfi.fr, article : « Présidentielle 2012 : François Hollande trace sa ‘voix’, le 13/04/2012, disponible sur http://www.rfi.fr/france/20120413-presidentielle-2012-francois-hollande-trace-voix, , consulté le 18/07/2012.

Il semble donc que ces deux dates (09 décembre 2010 et 31 mars 2011) soient les véritables marqueurs de la première utilisation de cette expression de « président normal ». Cette expression prend aussi le statut de « petite phrase » dans les médias, à l’exemple de cet article du Figaro du 07 février 2012, où l’on lit : « Le candidat a bâti une partie de sa popularité sur une petite phrase : il veut être « ‘un président normal’»49. Tout au long de la campagne et même au-delà, l’expression sera déclinée de différentes façons puisque l’on parlera également de candidat normal, de normalité…Et il sera intéressant d’étudier de quelle façon ces mots précis vont, à un moment donné, en quelque sorte « échapper » à son auteur puisque les différentes utilisations ou transformations de l’expression, on le verra, seront le plus souvent l’œuvre, soit de ses adversaires, soit des acteurs du monde médiatique. Ces questions seront abordées pendant la troisième partie de cette étude, lorsque nous étudierons l’éventuelle portée stratégique des petites phrases de François Hollande.

Lire le mémoire complet ==> (a title=”Le rôle des petites phrases de François Hollande dans sa stratégie de communication” href=”http://blog.wikimemoires.com/2013/04/petites-phrases-francois-hollande-strategie-communication/”>Le rôle des “petites phrases” de François Hollande dans sa stratégie de communication)/strong>
pendant la campagne des élections présidentielles 2012, vu à travers deux journaux de la presse écrite
Master 2 Communication Parcours : Métiers de l’information et de la communication organisationnelle
Université Européenne de Bretagne – Rennes 2 – UFR ALC