Méthodologies associées à l’éco conception, Analyse de Cycle de Vie

By 12 April 2013

1.2 – Les méthodologies associées à l’éco conception

L’éco conception est avant tout une approche méthodologique, qui fournit des outils capables de guider une organisation dans cette démarche. D’ailleurs des organismes tels que l’Association Française de NORmalisation (AFNOR) ou l’International Organization for Standardization (ISO) ont normalisé des pratiques d’éco conception. A priori, les termes de normalisation et d’éco conception peuvent paraître antagonistes.

En effet, alors que la conception est fortement liée à l’invention et à l’innovation, la normalisation fait référence à une notion de standardisation des procédures et des processus. Ainsi, le domaine de la conception des produits (et donc de l’innovation) est un domaine stratégique pour les entreprises. Il est très sensible dans la mesure où les décisions prises ont des conséquences sur la pérennité même des acteurs.

Par ailleurs, d’autres critères d’efficience ont été proposés, de manière générale, par le World Business Council on Sunstainble Development (WBCSD)3 :

– diminution au minimum du nombre de matériaux dans les produits.
– diminution au minimum de la consommation énergétique des produits.
– diminution au minimum de la dispersion des produits toxiques.
– optimisation de l’utilisation des ressources renouvelables.
– étendue de la durabilité des produits.
– accroissement su service lié au produit.

Ces différents critères s’appliquent totalement à la démarche d’éco conception. Ils illustrent bien le fait que la vie d’un produit ainsi que la prise en compte de son environnement est complexe. En effet, la « conception environnementale » d’un produit fait appel à des critères variés tels que la recyclabilité, la moindre consommation d’énergie, l’allongement de la durée de vie…

3 Pratiquer l’éco conception, Laurent Grisel, Georges Duranthon, Afnor, 2001, page 76.

Néanmoins, la qualité d’un produit en terme environnemental n’est pas définie une fois pour toutes, car sa fabrication nécessite toujours une utilisation de ressources naturelles, ou une certaine pollution. C’est pourquoi l’éco conception propose de faire référence à la réduction des impacts vis-à-vis de la situation antérieure, dans une démarche d’amélioration continue. En effet, il s’agit d’une notion relative qui nécessite une référence pour être appréciée.

Aussi, pour guider l’entreprise dans sa volonté de pratiquer l’éco conception, deux démarches complémentaires sont généralement conseillées, notamment dans les normes éditées par l’AFNOR et l’ISO :

* l’approche cycle de vie qui nécessite d’étudier les différentes étapes du cycle de vie d’un produit donné.
* l’approche multi critères qui consiste à ne négliger a priori aucun impact potentiel d’un produit donné sur l’environnement.

Comme nous le verrons dans la seconde partie, l’éco conception doit venir s’intégrer à la culture des entreprises. Pour autant, chacune d’entre elles doit garder sa propre identité et se doit de développer une méthode spécifique à son secteur d’activité, à sa famille de produits…

1.2.1 – L’Analyse de Cycle de Vie (ACV)

L’Analyse de Cycle de Vie du produit, a pour but :

* d’identifier et de quantifier les principaux facteurs d’impact sur l’environnement.
* d’engager les actions qui réduisent les impacts négatifs, sans pour autant les déplacer d’une étape de cycle de vie à une autre.

A – La définition de cycle de vie

Tout d’abord, il est important de différencier l’expression « cycle de vie » du sens donné en marketing, qui coïncide aux différentes étapes de vie d’un produit, à savoir lancement, démarrage, croissance, maturité et déclin.

Dans notre optique, le « cycle de vie » correspond à « l’ensemble des opérations industrielles qui permettent de mettre le produit sur le marché, pour un service rendu déterminé ».4 Cette définition établit un lien entre toutes les activités représentatives de l’existence d’un produit à savoir : la fabrication, l’utilisation et la fin de vie d’un produit.

Cycle de vie d’un produit
Cycle de vie d’un produit

4 Pratiquer l’éco conception, Laurent Grisel, Georges Duranthon, Afnor, 2001, page 15.

Ce schéma n’est pas exhaustif, il est surtout modifiable et adaptable à chaque produit, en fonction de ses propres caractéristiques tout au long de sa vie.

B – Le déroulement de l’Analyse de Cycle de Vie

Pour chaque étape du cycle de vie, il faut analyser les entrants (prélèvements sur l’environnement) et les sortants (consommation de ressources naturelles et rejets dans l’environnement).

Ces éléments vont faire l’objet d’une classification en fonction de leur impact final. Pour cela, il faut rapporter les entrées et lces sorties à une unité fonctionnelle. Il s’agit d’une mesure de la performance des sortants de l’élément du produit, qui sert d’unité de référence.

Le déroulement de l’Analyse de Cycle de Vie
Source : http://www.prorecyclage.com

Par exemple, il est possible de définir trois catégories telles que :
* la pollution et les déchets
* l’épuisement des ressources naturelles
* les bruits, les odeurs

Bien sûr, il est encore possible d’affiner les problématiques à l’intérieur de ces catégories.

Voici un exemple simplifié d’une grille d’Analyse de Cycle de Vie :

Analyse de Cycle de Vie
Source : http://www.prorecyclage.com

De cette manière, nous allons être en mesure de déterminer si le remplacement d’un composant, ayant par exemple des impacts négatifs sur l’environnement lors de la fabrication, par un autre, ne manifeste pas d’effets négatifs lors des autres phases de vie du produit, comme lors du recyclage du produit.

Par exemple, la suppression du carton d’emballage secondaire des yaourts, entraîne une diminution des déchets au niveau de la phase d’utilisation. Pour autant, nous pouvons supposer que le plastique utilisé pour ces yaourts devra être plus résistant et qu’il aura donc des effets plus néfastes sur l’environnement qu’auparavant lors de la phase de valorisation. Il est nécessaire de déterminer laquelle des deux situations est la meilleure pour l’environnement. En somme, il faut être vigilant à ce que les impacts ne se déplacent pas le long du cycle de vie du produit.

Il est à noter que des logiciels sont consacrés à l’ACV. Ils sont reliés à des bases de données qui permettent d’établir des bilans en terme d’impact sur l’environnement. Ils permettent de simplifier l’organisation et le traitement des données.

C – L’appréciation de la démarche de l’Analyse de Cycle de Vie

Cette démarche est pertinente dans la mesure où elle permet de discerner des critères techniques de réflexion en schématisant les impacts de tous les entrants et leurs rejets en fonction de la phase de vie du produit.

Par conséquent, elle permet de repérer des matières premières ou des composants posant de sérieux problèmes et de définir une politique de conception cherchant à les substituer. Dès lors, cette ligne de conduite devient un pôle stratégique de la politique de conception menée par l’entreprise. Ainsi, l’intérêt de ce type d’analyse est de pouvoir améliorer la conception de produits existants, car il est possible d’obtenir des informations de nature environnementale sur ces produits.

Par contre, lorsqu’il s’agit d’un produit innovant, étant donné qu’il n’existe aucune donnée sur les conséquences environnementales, il est difficile de mettre en place cette démarche. De plus, celle-ci nécessite d’avoir une bonne maîtrise des compétences en matière d’environnement. Or, il n’est pas toujours évident, notamment dans des entreprises de petite taille, de bénéficier d’un tel savoir faire. Il s’agit d’un obstacle important à sa réalisation. Enfin, la complexité des flux à prendre en compte engendre une certaine lourdeur.

Lire le mémoire complet ==> (Les enjeux de l’éco conception)
Mémoire de fin d’études – DESS Logistique
Université de Paris 1 Le Roux Claire