L’implantation d’IKEA Bayonne du point de vue de l’architecture

By 27 April 2013

D. Du point de vue de l’architecture et de l’insertion paysagère

Dans l’étude d’impact, IKEA décrit le design de son futur complexe bayonnais :

« Tournant résolument le dos aux clichés trop souvent reproduits « des architectures dites locales », le centre commercial IKEA de Bayonne, comme la région qui l’accueille, appuyé sur les fondamentaux naturels, regarde loin devant ». Autant dire que dans un territoire aussi attaché à son identité que le Pays Basque, cette phrase a fait beaucoup parler.

L’association « Mouguerre Cadre de Vie » y voit « un mépris » envers l’architecture basque, alors que les élus porteurs du projet soulignent que l’enseigne respecte parfaitement le paysage dans lequel son équipement s’inscrit, tout en tenant compte du développement durable. Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire d’Anglet et président de l’AUDAP ne partage pas l’avis de ses confrères de Bayonne et de Saint-Pierre-d’Irube. « Ce projet est un projet daté qui ne correspond pas globalement aux grands objectifs du développement durable, ni par rapport au paysage, ni par rapport à la protection du biotope, ni par rapport au bilan de carbone des usagers. C’est un projet qui aurait très bien pu voir le jour il y a 20 ans. Il ne prend pas en compte les nouvelles contraintes du 21e siècle, et en particulier celles environnementales ».

A première vue, nous dirons que le futur équipement sera un centre commercial comme un autre, c’est-à-dire qu’IKEA n’a pas fait ici dans l’originalité comme cela a pu être le cas pour son magasin de Stockholm où l’enseigne s’était inspirée de l’architecture du musée de Guggenheim. Non, nous aurons à Bayonne « une boite » jaune et bleu, similaire aux autres magasins du groupe, (cf. photo montage n°6), qui s’étendra sur près de treize hectares, en s’élevant sur deux niveaux, avec un magasin IKEA (meuble et décoration) de 24 000 m² et un « Forum Commercial » de 32 000 m² abritant 80 boutiques, 12 moyennes surfaces, et une grande surface Carrefour de 5 000 m².

Perspective du complexe commercial
Photo montage n° 6, Perspective du complexe commercial source : Etude impact IKEA Bayonne 2011

Pourtant, dans la suite de sa description qui figure dans l’étude d’impact, IKEA écrit que l’architecture de son futur magasin d’Ametzondo s’est inspirée d’éléments naturels du Pays Basque et des Pyrénées. De plus, souligne l’enseigne, « le parti pris est donc de recréer, tant que possible, des espaces paysagers inspirés de ces écosystèmes, liés à la vallée de l’Adour : forêt humide, prairie humide, marais »47.

47 Etude d’impact du permis de construire d’IKEA Bayonne, 2011

Perspective de la façade nord du futur IKEA à Bayonne
Photo montage n° 7 : Perspective de la façade nord du futur IKEA à Bayonne, source : Etude d’impact 2011, p. 157

Parmi les points positifs, IKEA met en avant qu’il est prévu que « 90% des surfaces communes disposent d’un éclairage naturel »48, grâce à des percées réalisées au sein même de l’enveloppe du bâtiment et grâce aux entrées de façades vitrées qui laisseront pénétrer la lumière naturelle. Les deux bâtiments (IKEA et le Forum Commercial) qui constitueront le centre commercial s’articuleront autour d’une cour couverte d’une verrière qui laissera passer la lumière du jour. En effet, IKEA s’est fixé l’objectif de réduire sa consommation énergétique de 40% par rapport à ses magasins existants. De plus, l’enseigne souligne avoir choisi d’accoler ces deux bâtiments pour minimiser l’impact foncier. Des panneaux photovoltaïques et des panneaux solaires (E.C.S) seront également installés sur 15 000 m² de toit, (cf. photo montage n° 6).

Mêlant bois, métal, béton et verre, le bâtiment du magasin IKEA se remarquera au loin et le Forum Commercial aura la forme d’une grande arche. « La façade nord, figure de proue du projet, visible depuis le pont autoroutier enjambant l’Adour, est largement vitrée et les traitements paysagers de grande qualité sous forme de talus planté, cascade d’eau et mur végétal, font « disparaître » le bâtiment dans un ensemble verdoyant en rendant cette façade particulièrement attractive »49 (cf. photo montage n°7).

Le Forum commercial tiendra sur trois niveaux : un parking à la fois couvert et ouvert au rez-de-chaussée et deux niveaux occupés par des commerces qui s’ouvriront sur des terrasses et des couloires extérieurs.

Un bassin d’orage paysager situé à l’Est du bâtiment « permettra de reconstituer un milieu humide rappelant le système des Barthes, spécifique à la région de l’Adour », décrit IKEA, dans son étude d’impact. Le bassin sera alimenté par l’eau de pluie récupérée sur le bâtiment. « Il sera constitué d’un jeu de niveaux, qui seront, en fonction de la quantité d’eau récupérée, plus ou moins fréquemment inondés. Le niveau le plus bas est un niveau de marais. Il sera planté de vivaces de marais, ainsi que de quelques arbustes et arbres adaptés aux crues fréquentes. On y trouve notamment des Fougères d’eau, des Roseaux, des Joncs, du Gaillet des marais, de la Potentille des marais, des Prêles, des Lentilles d’eau. On s’attachera à réinsérer dans ce milieu l’Angélique des Marais. […] Le niveau intermédiaire correspond au niveau de la prairie humide, caractérisé par une végétation supportant bien les situations de crue ponctuelles. Ainsi, il sera planté de vivaces, et de quelques arbres et arbustes de prairie humide : Cresson, Carex, Jonc, Sagittaire, Bourdaine, Saule, Fougère des marais ».

Avec la création de ce bassin d’orage paysager, IKEA souligne qu’elle s’est attachée à rappeler les écosystèmes locaux. Des petits bosquets seront aussi plantés dans les parkings à ciel ouvert et des prairies fleuries agrémenteront les abords du site.

Avec ces aménagements, IKEA se positionnerait donc plus dans l’artialisation du site que dans son artificialisation50 ?

D’un point de vue plus général, nous mentionnerons que depuis 1992, un arrêté délimitait la zone d’Ametzondo comme périmètre de ZAC à vocation économique. Rappelons aussi que l’agglomération s’est engagée dans la lutte contre l’étalement urbain. Comme nous l’avons vu précédemment, le commerce est l’un des facteurs de l’urbanisation. Or, jusqu’à présent, la zone d’Ametzondo était peu ou pas urbanisée; elle était d’ailleurs l’une des dernières entrées d’agglomération à ne pas l’être encore…

enquête Liouize ALI, février-avril 2012
Graphique 12, enquête Liouize ALI, février-avril 2012

50 « Processus artistique qui transforme et embellit la nature, soit directement (in situ), soit indirectement (in visu), au moyen de modèles », (source : http://datablock.free.fr/DE-PAYSATION%20-%20DICTIONNAIRE%20in%20progress.pdf)

Dans notre questionnaire diffusé aux habitants, nous leur avons demandé si, à leur avis, le projet IKEA s’inscrivait dans le cadre du développement durable (cf. graphique 12). A près de 50%, ils ont répondu par la négative (alors, que dans un même temps, nombre d’entre eux sont satisfaits de voir l’enseigne s’implanter près de chez eux).

A propos des 18% qui ont répondu par l’affirmative, ce pourcentage doit être nuancé. En effet, lorsque nous avons fait remplir ce questionnaire sur le terrain, plusieurs des personnes interrogées ont pensé que lorsque l’on parlait de développement durable, il s’agissait de durée de vie. D’où des réponses accompagnées ici par : « j’espère qu’ils ne vont pas ouvrir pour fermer les portes dans deux ans ».

Les 29% des personnes qui ne se sont pas prononcé, nous ont aussi interpellés par les commentaires qui ont accompagné leurs réponses : « question très ciblée » ou : « tout le monde ici sait que le seul objectif d’IKEA est de vendre ses meubles ». D’autres ont signifié qu’elles doutaient que cette enquête soit indépendante d’IKEA et ont choisi de répondre par « je ne me prononce pas » ou n’ont coché aucune réponse.

Lire le mémoire complet ==> (L’implantation d’IKEA à Bayonne : Quels impacts, mutation, et enjeux sur le(s) territoire(s) ?)
Mémoire de Master 1 « Géographie : Dynamiques, Territoires, Pasages »
Université d’Argers