Les jeunes, les TIC et la diffusion du binge-drinking

By 16 April 2013

2- Téléphones portables, Internet et télévision : des facteurs accélérateurs

Il n’est plus nécessaire de démontrer que les jeunes, surtout les étudiants, sont de grands usagers et consommateurs des technologies de l’information et de la communication.

Ce n’est pas aussi pour rien que, dans ce travail, nos principales sources d’information soient les blogs, les forums et les pages perso. Comme nous l’avons déjà clairement explicité dans la partie méthodologique, l’outil Internet a joué un rôle extraordinaire dans la diffusion, le développement ainsi que dans les mutations du binge-drinking.

D’abord, il faut dire qu’Internet est entièrement impliqué dans les différentes étapes des soirées étudiantes.

En effet, tout le monde sait que, dans toutes les universités et dans toutes les écoles (de commerce et d’ingénieurs), chaque étudiant dispose d’une adresse de messagerie numérique pendant toute la durée de sa scolarité. Ces adresses sont fournies par les services de la scolarité mais les différents clubs et associations de la fac ou de l’école peuvent y avoir accès. Si ce n’est pas le cas, ces clubs et associations peuvent se constituer un listing des mails et des numéros de téléphone de tous les étudiants. Ces bases de données leur permettent essentiellement de faire part aux étudiants des différentes activités, surtout festives, qu’ils organisent. Ces activités pouvant être planifiées selon les semestres ou même, dans certains cas, pour toute l’année. En dehors des affiches et des différents modes d’annonce, l’outil Internet et les téléphones portables permettent d’informer la quasi-totalité des étudiants, en s’assurant qu’ils prendront le temps de lire leurs messages (mails, sms ou mms).

1 David Le Breton, « Le corps, la limite : signes d’identités à l’adolescence » in Un corps pour soi, C. Bomberger, P. Duret, J.C. Kaufmann, D Le Breton, F. de Singly, G. Vigarello, PUF, 2005. pp. 89-111.

De même, il faut savoir qu’en ce qui concerne l’organisation des soirées étudiantes, il est maintenant possible de se procurer de l’alcool via Internet et de se le faire livrer rapidement.

En effet, comme le souligne O. Razemon, il se développent maintenant dans les grandes villes, de nouvelles entreprises spécialisées dans la livraison d’alcool à domicile, après passage de commande par Internet. Selon lui, « L’essentiel de la clientèle est constitué d’étudiants ou de trentenaires résidents des quartiers chics qui se retrouvent soudain, au milieu de la nuit, en panne d’alcool, lorsqu’ils font la fête. »1

1 Livraisons rapides d’alcools avec Internet, Le Monde, édition du 18/05/07.

Internet permet donc aux étudiants de ne plus être en « rupture de stock » d’alcool, en cours de soirée.

Cependant, l’un des rôles majeurs des TIC dans le développement de la biture express reste leur capacité de diffusion. En effet, il n’est pas rare que les binge-drinkers se fassent filmer ou prendre en photo à l’aide de téléphones mobiles pour immortaliser leurs exploits :

– « Tu vois cette photo, il y’en a plein d’autres comme ça dans mon portable et je crois que j’en ai aussi sur mon PC. C’est juste pour s’en souvenir et parfois se chambrer. Mais moi je les mets jamais dans le net » (L., 20 ans, étudiant en 2ème année de médecine).

Ces vidéos et images étant ensuite souvent échangées dans des réseaux via bluetooth ou Internet. On peut trouver ainsi une importante quantité de supports visuels accompagnés de commentaires et mettant en scène des binge-drinkers, dans les blogs, les pages perso ou bien les sites Internet des associations étudiantes (surtout des écoles de commerce et d’ingénieurs). C’est ce dernier aspect qui a surtout motivé la prise en compte des blogs, forums et pages perso dans nos outils méthodologiques.

L’implication de ces différents supports dans le développement du binge-drinking n’échappe pas aux autorités et aux organismes de lutte. Par exemple, dans sa campagne de lutte contre le binge-drinking en Suisse, Raidblue (projet de la Croix-bleue normande) a pris la décision d’utiliser les mêmes canaux de diffusion que les 14-25 ans à savoir Internet et les téléphones mobiles. L’objectif était de diffuser des mini-films de prévention sur les portables des jeunes via des bornes bluetooth placées dans les soirées à risque (dont la plupart sont des soirées étudiantes) avec l’accord des organisateurs. Ainsi, les jeunes de 14-25 ans situés dans un rayon de cinquante mètres reçoivent sur leur mobile ces messages de prévention pendant la soirée.

A l’image de ces différents outils, des médias comme la télévision ne sont pas en reste dans la diffusion du binge-drinking. Nombreuses sont les émissions consacrées aux dérives des stars, des dérives qui sont souvent en rapport avec l’alcool. De même, le phénomène reste très présent dans le show business, les reality shows, dans des films (par exemple, American Pie, Campus en folie, etc.) ou des séries américaines comme GREEK sur Virgin 17. En effet, cette série, qui vise un public particulièrement jeune, se déroule dans un campus universitaire américain et, on y met en scène le mode de vie très festif des fraternités et sororités étudiantes.

Les cuites collectives y sont pratiquement quotidiennes et il est rare de visionner un épisode sans y voir un étudiant qui vomit, qui perd sa culotte, qui se bagarre, qui finit la soirée aux urgences ou qui n’est pas capable d’assister aux cours, etc., parce qu’il est simplement défoncé après avoir participé à une beuverie. Dans cette série, nous retrouvons également la plupart des contextes dans lesquels le binge-drinking se déroule en milieu étudiant ainsi que les différents jeux qui lui sont associés : bizutages, week-ends de recrutement des fraternités, concurrence entre les différentes fraternités et sororités, avec plusieurs des aspects que nous avons observés sur nos terrains de recherche et que nous aurons à exposer dans les différentes parties de notre analyse.

Nous pouvons même dire que certains étudiants ne manquent pas de s’inspirer de cette série pour rendre un peu plus ludique leurs cuites. C’est l’exemple de cet étudiant en école de commerce qui nous dit : « C’est par exemple, tu connais la série GREEK ? C’est quand Capi (c’est l’un des personnages principaux de la série et il est président de l’une des deux fraternités rivales du campus) a organisé le truc de la course. Voilà, c’est à-peu-près comme ça ».

Comme nous le voyons, les technologies de l’information et de la communication participent massivement et de diverses manières à la diffusion du binge-drinking. En effet, les téléphones portables et Internet interviennent aussi bien dans le mode d’information et de rassemblement des étudiants que dans la procuration de boissons alcoolisées et la mise en scène des cuites. Bref, les TIC accompagnent toutes les étapes du processus de déroulement des soirées étudiantes. Elles sont présentes avant, pendant et après ces soirées.

C’est sans doute pour cette raison qu’avec les programmes d’échanges d’étudiants (comme ERASMUS), les TIC sont aussi pointées du doigt comme étant les principaux facteurs qui ont participé à l’importation du binge-drinking en France.

Lire le mémoire complet ==> (Jeunes et Alcool : le binge-drinking en milieu étudiant)
Rapport final du mémoire – Master1 Sociologie
Université Victor Segalen – Bordeaux 2 – Département de Sociologie Faculté des Sciences de l’Homme