Le processus d’intégration d’un management QSE et les outils

By 13 April 2013

3. Le processus d’intégration d’un management QSE et les outils

Le processus d’intégration d’un management QSE se déroule en plusieurs phases.

Tout d’abord, on peut dire qu’il n’existe pas une seule forme d’intégration mais plusieurs. Il y les systèmes harmonisés dans lesquels sont pris des décisions communes, autant que possible et plus particulièrement concernant la QSE. Il y a également les systèmes imbriqués dans lesquels certains éléments se recouvrent partiellement. Il y a aussi les systèmes communs qui s’appliquent dans le cas où des éléments de managements sont traités de la même façon. Et enfin, il y a les systèmes globaux qui s’appliquent à un ensemble d’activités ou de sous- systèmes. Intégré ne signifie pas centralisé.

Par système intégré, on entend que la qualité, la sécurité et l’environnement :
– Ont des parties communes et des parties spécifiques.
– Contiennent des éléments imbriqués que l’on retrouve dans chacun des domaines.
– Sont coordonnés et font partie d’un ensemble qui est le système intégré QSE.

Les avantages et les inconvénients d’un management intégré sont nombreux. Tout d’abord, ce management permet d’éviter les redondances et les incohérences. On remarque que les outils entre les domaines de la QSE sont proches, voire similaires. De plus, ils ont tous les trois le même objectif, c’est de satisfaire les exigences. Ensuite, le management intégré permet d’optimiser les efforts. Pour qu’un effort soit accepté, il faut harmoniser les pratiques dans les différents domaines, mais aussi simplifier le travail du personnel pour aller dans la même direction et enfin qu’il n’y ait pas de contradictions entre les procédures et les documents. Ensuite, le management intégré permet de faciliter la formation, car il facilite la mise en place des dispositifs de formation. Et enfin, il permet d’intégrer les exigences qualité, sécurité, et environnement avec les nouveautés. Enfin, lors de la conception de quelque chose de nouveaux, l’intégration permet d’assurer la prise en compte simultanée des exigences QSE.

Il existe différents schémas d’intégration.

Le premier consiste en une intégration au sommet de l’organisation. Dans laquelle, on distingue l’intégration au niveau des politiques et au niveau des processus et du système documentaire.

Au niveau de l’intégration des politiques, l’intégration signifie que les politiques QSE sont exprimés dans un seul et même texte ou bien ils sont exprimés dans plusieurs textes mais ils font référence à un texte supérieur qui est généralement le projet de l’organisation. Au niveau de l’intégration des fonctions QSE, pour qu’il y ait une intégration complète, il faut une autorité commune. Généralement dans les organisations, on retrouve un responsable QSE ou bien on retrouve un responsable qualité et un responsable sécurité-environnement.

Au niveau de l’intégration des processus, l’intégration signifie que les exigences QSE sont prises en compte en même temps tout au long du processus. De plus, la prise en compte de la sécurité et de l’environnement permet d’élargir des perspectives comme la conception, dans laquelle, on va prendre en compte les risques d’accidents qui peuvent se réaliser lors de la réalisation des activités de travail et l’impact sur l’environnement du produit de sa conception à son recyclage. La prise en compte de la sécurité et de l’environnement passe également au niveau des achats, car on exigera que les fournisseurs respectent les exigences en matière de la sécurité du produit et en matière de protection de l’environnement.

L’intégration signifie également que les exigences à respecter sont communes. Cela a pour conséquence que la plupart des procédures, des instructions sont communes. De plus, l’intégration doit être entière, et les dispositions prises sont elles aussi communes.

Au niveau de l’intégration du système documentaire et au niveau du sommet de l’organisation, le système intégrée suppose un manuel commun QSE avec des pratiques communes. A l’opposé au niveau de la base de l’organisation, les documents sont de plus en plus nombreux. Il y a les procédures et les documents équivalents au niveau des processus, ensuite, les instructions qui intègrent les exigences QSE. Et enfin au niveau des personnes, on définit les fonctions de chacun.

L’intégration se déroule également au niveau des ressources humaines. Il s’agit de mobiliser les ressources humaines de l’organisation lors de la mise en place du système car on incite le personnel à réfléchir aux exigences en matière de QSE tout en cherchant à améliorer les processus. On mobilise également les ressources humaines, lors de l’extension du système qualité à un système intégré QSE. Dans ce cas, on cherche à sensibiliser le personnel sur les points communs entre les domaines en exposant les points communs, les procédures, les parties distinctes, mais aussi en expliquant les raisons des différences.

Au niveau des ressources humaines, la formation permet l’intégration. En effet, on va montrer comment on peut assurer la cohérence au sein de ce système intégré, en expliquant les points communs entre les concepts et en utilisant les outils et des méthodes qui sont communs à la QSE.

On peut voir qu’il n’y a pas une seule voie afin d’intégrer la QSE, elle est propre aux organisations. On peut dire que le schéma d’intégration de la démarche QSE fait preuve de contingence. Elle dépend de la volonté de l’organisation, et de sa stratégie.

Après voir vu les différents schémas possibles d’intégration et ses outils, nous allons voir dans une dernière sous partie, en quoi le management de la QSE est un axe stratégique pour les organisations.

Lire le mémoire complet ==> (Le management de la qualité, de la sécurité et de l’environnement QSE)
Mémoire professionnel – Master Management Stratégique des Organisations Parcours Ressources Humaines
Université de Reims Champagn-Ardenne – Institut Remois de Gestion