Le modèle du praticien réflexif et l’épistémologie de la pratique

By 4 April 2013

3.2 Le modèle du praticien réflexif

Le modèle du praticien réflexif découle de l’épistémologie de la pratique prônée par Schön. Ce modèle est caractérisé par la réflexion en cours d’action qui comporte une structure commune à toutes les professions ainsi que des constantes particulières à chaque domaine.

3.2.1 Structure du modèle du praticien réflexif

Donald Schön donne la description suivante de la réflexion en cours d’action : « a reflective conversation with a unique and uncertain situation » (Schön, 1983, p. 130).

Tout d’abord, le praticien est face à une situation où il est incapable de résoudre le problème tel qu’il se présente (ici, le problème est soulevé par une étudiante en architecture15) : « the student has set and tried to solve a problem and has been unable to solve the problem as set » (Schön, 1983, p. 130).

Le praticien va alors recadrer le problème. Pour ce faire, il suggère un angle d’attaque nouveau : « As the practitioner reframes the students problem, he suggests a direction for reshaping the situation » (Schön, 1983, p. 131).

Puis le praticien essaye de vérifier si le cadre qu’il a choisi pour appréhender la situation est viable. À cette fin, il va conduire des expériences : « This he does through a web of moves, discovered consequences, implications, appreciations and further moves » (Schön, 1983, p. 131).

Cet ensemble de gestes posés par le praticien produit toutes sortes de conséquences, et certaines sont plus intéressantes que d’autres : le praticien doit donc évaluer la situation. C’est là qu’entre en jeu le concept de réflexion, la situation va « répondre » au praticien :

But the practitioner’s moves also produce unintended changes which give the situations new meanings. The situation talks back, the practitioner listens; and as he appreciates what he hears, he reframes the situation once again (Schön, 1983, p. 132).

Ces étapes ont été résumées par Valkenburg et Dorst dans leur article The reflective practice of design teams (Valkenburg & Dorst, 1998). La réflexion en cours action comprend quatre étapes: la description de la situation, le recadrage, l’action et l’évaluation :

In this ‘reflective conversation with the situation’, designers work by naming the relevant factors in the situation, framing a problem in a certain way, making moves toward a solution and evaluating those moves (Valkenburg & Dorst, 1998, p.251).

En ce qui concerne le design, Schön montre que ce domaine correspond particulièrement bien à sa description de la réflexion en cours action : « I shall consider designing as a conversation with the materials of the situation » (Schön, 1983, p. 78). Un bon processus de design consiste en une réflexion en cours d’action:

In a good process of design, this conversation with the situation is reflective. In answer to the situation’s back-talk, the designer reflects-in-action on the construction of the problem, the strategies of action, or the model of the phenomena, which have been implicit in his moves (Schön, 1983, p. 79).

15 Schön décrit en détail les étapes de la réflexion en cours d’action en s’appuyant sur plusieurs exemples. Ici, c’est celui du studio d’architecture dont il est question : une étudiante en architecture, Petra, demande de l’aide à son professeur, nommé Quist, qui possède une expérience d’architecte et joue donc le rôle du praticien. Le dialogue entre Petra et Quist permet de dévoiler la façon de penser de ce dernier et de mettre en évidence les étapes de la réflexion en cours d’action

Nigel Cross ajoute que cette pertinence a été confirmée :

The most influential study of a designer at work has been that by Donald Schön. The influence of the study is largely due to its being set within Schön’s broader series of studies of professional practice (ranging from psychotherapy to management) that he used to establish his theory of reflective practice, or ‘how professional think in action’. The study as also been influential because Schön’s analysis of what he observe is acute and sensitive; both designers and design researchers (those with personal design experience) recognize the veracity of the analysis (Cross, 2011, p. 22).

Lire le mémoire complet ==> (Les casual games : définition à l’aide du savoir professionnel des designers de jeux)
Mémoire présenté à la Faculté des Études Supérieures et Postdoctorales en vue de l’obtention du grade de M. Sc. A. en Aménagement
Université de Montréal – Option Design et Complexité