Le commerce aujourd’hui dans l’économie du Pays basque de France

By 27 April 2013

II. Rôle et place du commerce basque

En 1967, quatre ans après la création du premier hypermarché en France dans la région parisienne, « à deux mois d’intervalle, s’ouvraient à Anglet un supermarché Epargne, devenu depuis Casino, et un supermarché Carrefour […]. Cette double implantation à littéralement bouleversé le commerce local. En s’installant en dehors des noyaux urbains, […] et créer de vastes magasins et parkings. Aussi, les clients pouvaient-ils venir de loin, assurés qu’ils étaient de pouvoir garer leur voiture » (Laborde, 1983, p. 247).

Ici, comme ailleurs, c’est le début d’une profonde transformation de l’activité commerciale. Le nouveau commerce a besoin de grands espaces pour ses surfaces de vente, ses entrepôts et ses parkings. Il se déploiera donc là où l’on trouve des terrains vastes et peu chers. Sur l’agglomération de Bayonne, c’est sur le territoire d’Anglet qu’il se développera d’abord, en même temps que l’on adapte ou que l’on crée les voies de circulation pour un accès rapide aux nouvelles zones commerciales.

En 1977, dix ans après l’ouverture du premier hypermarché à Anglet, la commune de Bayonne signe avec l’Etat un Contrat Ville Moyenne. Parmi ses actions les plus importantes : la transformation des principales rues de son Centre Ancien en voies piétonnes (cf. photo n° 4). Le commerce du centre ville va y trouver son compte. Abandonnant l’activité commerciale « du quotidien » aux supermarchés et hypermarchés périphériques (même si quelques magasins de proximité vont se maintenir sur le Petit Bayonne et Saint-Esprit), le Grand Bayonne va se spécialiser dans les boutiques de vêtements, de chaussures, de bijoux, etc. Quant au Petit Bayonne, il va jouer à fond sa carte « festive » (cafés, restaurants, bars associatifs)…

La rue d’Espagne à Bayonne
Photo n°4, La rue d’Espagne à Bayonne, photo Liouize ALI, avril 2012

« A l’origine, c’était le centre commercial pour la seule population de la ville; aujourd’hui, il sert à l’ensemble de l’agglomération et de la région » (Laborde, 1994, p. 84). De plus, depuis la publication de l’ouvrage de Pierre Laborde, le tourisme s’est fortement développé dans le Centre Ancien de Bayonne et de nombreuses boutiques de souvenirs et de produits et d’articles régionaux s’y sont implantées.

La même évolution du commerce s’est produite dans les centres-villes de Saint-Jean-de-Luz et Biarritz où l’on trouve aussi des enseignes haut-de-gamme (vêtements, chaussures, …).

A. Le commerce aujourd’hui dans l’économie locale

Le commerce occupe une place prépondérante dans l’économie du Pays basque de France. Selon la CCI de Bayonne Pays basque28, c’est le deuxième employeur avec 15,60% des emplois (19 612 emplois dans 4 838 entreprises, dont 67% de commerces de détail).

La densité commerciale est significative : le nombre de m2 de surface de vente de plus de 300 m2 est de 1,25 m2 par habitant (1,10 m2 par habitant en France).

L’agglomération bayonnaise est le premier pôle commercial avec une zone chalandise moyenne estimée à 45 minutes, soit 400 000 habitants.

A partir du document « Le Pays Basque en chiffres – Ipar Aldeko Zenbakiak / Les chiffres clés en 2010 » de la CCI de Bayonne Pays basque29, nous avons synthétisé les données économiques pour les présenter dans le tableau ci-après.

28 Le Pays Basque en chiffres – Ipar Aldeko Zenbakiak / Les chiffres clés, édition 2010; Cci de Bayonne Pays Basque.
29 Source : http://www.bayonne.cci.fr/

Tableau n° 1

Services 68 974 emplois (*)
16 392 entreprises (*)
Première activité économique (+ de la moitié des emplois)
Une grande diversité de services marquée par ceux liés à la santé et à l’immobilier
Commerce 19 612 emplois (*)
4 838 entreprises (*)
Deuxième activité économique (15,60 % des emplois)
Densité commerciale significative : 1,25 m2 par habitant (1,10 m2 par habitant en France)
Industrie 13 178 emplois (*)
1 596 entreprises (*)
Troisième activité économique (10,50 % des emplois) 4 grandes filières : aéronautique (nombreuses entreprises sous-traitantes autour de Dassault- Aviation à Anglet et de Turboméca à Tarnos); agro- alimentaire (filière prédominante en Pays Basque intérieur); glisse (plus de 3 200 emplois pour près de 400 entreprises sur la côte basco-landaise); travail des métaux (3 000 emplois en Pays Basque liés aux activités Génie civil & BTP et Sidérurgie).
Agriculture 4 920 exploitations en 2005 (contre 5 939 en 2000 et 7 043 en 1988) – Activité très dynamique et au rôle majeur dans la gestion du territoire et dans l’organisation sociale et culturelle.
– Même si en 30 ans, l’activité a perdu 4 exploitations sur 10, elle résiste mieux qu’ailleurs aux mutations du monde rural.
– Exploitations majoritairement de petite taille (de moitié inférieure à celle du reste de la France) avec un élevage ovin prédominant.
– Près de 2 000 exploitations sous AOC et 500 sous label et IGP
– L’un des enjeux majeurs du secteur : la pérennité de l’agriculture dans la zone intermédiaire (36% des exploitations) soumise à la pression foncière et à l’étalement urbain
Tourisme Forte vocation avec un équivalent de 36 000 touristes par jour à l’année (estimation de la fréquentation touristique de 2008, publiée en 2010 par le Comité départemental du tourisme).

(*) Chiffres INSEE 2010 – A souligné que 90% des entreprises ont moins de 10 salariés

Lire le mémoire complet ==> (L’implantation d’IKEA à Bayonne : Quels impacts, mutation, et enjeux sur le(s) territoire(s) ?)
Mémoire de Master 1 « Géographie : Dynamiques, Territoires, Pasages »
Université d’Argers