L’impact de la motivation du personnel sur l’esprit de créativité

By 26 April 2013

“… La politique de motivation du personnel du Port Autonome de Cotonou influence t-il sur l’esprit de créativité des salariés ? Quels sont les facteurs de motivation du personnel du Port Autonome de Cotonou?…”

L’impact de la motivation du personnel sur l’esprit de créativité au sein d’une société d’Etat :
Cas du Port Autonome de Cotonou

Réalisé et Présenté par ZENE Mahamat Tahir

Introduction générale :

Une entreprise est une unité institutionnelle, socialement organisée combinant des facteurs de production (facteur humain, facteur travail, facteur capital… etc), dans le but de produire. La fonction ressources humaines a pour objectif, l’optimisation continue des compétences au service de la stratégie de l’entreprise. Il est alors de plus en plus reconnu que le développement d’une entreprise dépend de la manière dont ses ressources humaines sont gérées. La motivation du personnel occupe aujourd’hui une place prépondérante au sein de toute organisation.

Jusqu’à la fin des années 80, l’entreprise était un système dans lequel les employés travaillent comme des machines qui doivent seulement produire des biens et des services comme de purs facteurs de coûts. Le personnel n’avait d’autres activités que d’assurer la production optimale de l’entreprise et toutes les stratégies de développement ne prenaient en compte que les dimensions technico économiques de l’homme.

Mais aujourd’hui la fonction des ressources humaines chemine vers les nouveaux horizons à savoir la motivation et son impact sur la créativité. Ce changement est le résultat de facteurs multiples, entre autres, le statut du travail, la question de la productivité et l’internationalisation de la productivité et de la main d’œuvre. Les dirigeants doivent impliquer leurs salariés dans la réalisation de leurs objectifs pour garder une position considérable sur le marché. La motivation semble être aujourd’hui l’un des facteurs de la créativité, capable de relever les défis. La motivation du personnel d’une entreprise est le plus puissant des moteurs de la créativité des salariés. Le responsable, tout en gardant un œil au développement de l’entreprise, il doit aussi inciter ses collaborateurs à faire preuve de créativité. La motivation des salariés est un facteur sine qua non à la réussite des entreprises.

Au terme de la formation, il nous a paru opportun d’étudier la motivation dans le développement des ressources humaines et plus particulièrement son impact sur la créativité. Pour le faire, notre choix s’est porté sur le Port Autonome de Cotonou (PAC) compte tenu non seulement de part sa taille, mais aussi à cause de son importance dans l’économie béninoise.

Ce travail s’articule sur le sujet : « l’impact de la motivation du personnel sur l’esprit de créativité au sein d’une société d’Etat : Cas du Port Autonome de Cotonou ».

La politique de motivation du personnel du Port Autonome de Cotonou influence t-il sur l’esprit de créativité des salariés ? Quels sont les facteurs de motivation du personnel du Port Autonome de Cotonou?

Notre travail de recherche permettra d’apporter des essais de réponses à ces différentes questions. Pour y parvenir, le plan que nous avons adopté pour aborder ce thème est subdivisé en trois grands chapitres. Dans le premier chapitre, nous présenterons le cadre d’étude, son fonctionnement et le déroulement de stage. Le deuxième chapitre sera consacré essentiellement au cadre théorique de l’étude et à la méthodologie utilisée pour la collecte des données. Le troisième chapitre concernera la présentation des résultats, l’analyse de ces résultats obtenus et suggestions issues de l’analyse des résultats de nos investigations dans le but de contribuer à la motivation du personnel d’une part et la créativité des agents d’autre part.

Chapitre 1 : Présentation du Port Autonome de Cotonou et déroulement du stage

Ce chapitre nous permet de présenter le Port Autonome de Cotonou et le déroulement du stage.

Section 1 : Présentation du Port Autonome

Le Port Autonome de Cotonou (PAC) est une société d’Etat créée pour administrer aussi bien les installations que le domaine portuaire. C’est dans cette société que nous avons effectué notre stage pratique. Nous restituons ici le mécanisme de fonctionnement du Port Autonome de Cotonou (observations de stage) après sa présentation générale et une étude de son environnement.

Paragraphe 1 : Historique et activités

1.1 – Historique du Port Autonome de Cotonou

Jusqu’à la fin du XIXème siècle, les échanges commerciaux maritimes se faisaient en deux points du littoral : Grand – Popo et Ouidah.

En ces points, le débarquement et l’embarquement des marchandises et des passagers s’effectuaient par transbordement sur des pirogues qui assuraient la liaison entre les navires mouillant en rades foraines et le rivage.

En 1891, le wharf fut construit à Cotonou. C’était une passerelle métallique avancée dans la mer jusqu’au-delà de la zone perturbée par la barre, ainsi les opérations pouvaient se faire dans une eau relativement calme.

Cet ouvrage d’une longueur de 400 mètres, a subi des améliorations successivement en 1910, 1926, 1928 et 1950, il a ainsi permis d’assurer un trafic en progression. En dix (10) ans, on a assisté à un doublement du trafic qui devrait atteindre 304 000 tonnes en 1960. Ce wharf devenant inadapté au volume du trafic, l’idée d’une solution moderne à ce problème s’imposa : la construction du port de Cotonou. A cet effet les travaux de construction de la première partie de ce port ont été réalisés de novembre 1959 à 1965.

Dès 1972, le besoin d’une extension s’étant avéré nécessaire eu égard au trafic sans cesse croissant du Port de Cotonou, les travaux de cette extension ont commencé en 1979 pour prendre fin en 1983.

1.2 – Caractéristiques du Port Autonome de Cotonou

Implanté sur une côte sablonneuse en bordure Sud de la ville de Cotonou, le Port Autonome de Cotonou est situé par 6°11’22 « Nord et 2°26’30» Est. Il a un plan d’eau de 80 ha, couvre une superficie de 400 000 m2 et dispose d’une situation géographique exceptionnelle qui fait de lui un port à vocation régionale. Le Port Autonome de Cotonou se révèle être le débouché à la mer le plus proche et le moins accidenté pour desservir l’Est des pays sans littoral tels que le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Dans la sous-région, le Port Autonome de Cotonou est sensiblement à égale distance des ports de Lagos (Nigéria) et de Lomé (Togo) soit respectivement 115 km et 135 km. Enfin, il est le 1er port de transit de la république du Niger, le port de relais et de transbordement le plus proche et le plus rapide vers le Nigéria.

1.2.1- Sur le plan juridique

Le Port Autonome de Cotonou est une Société d’Etat à caractère « industriel et commercial » doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière dont la raison sociale est « Port Autonome de Cotonou (PAC) », et avec un capital de seize milliards cinq cent soixante onze millions soixante mille (16.571.060.000) francs CFA divisé en 1.657.106 actions de nominal 10.000 francs chacune. Créé le 31 décembre 1964 par la loi N°64-39 modifiée par l’ordonnance N° 76-55 du 11 octobre 1976, il est actuellement régi par la loi N° 88-005 du 26 avril 1988 relative à la création, à l’organisation et au fonctionnement des entreprises publiques et semi-publiques et le décret n°89-306 du 28 juillet 1989 portant approbation de ses statuts. Le Port Autonome de Cotonou est placé sous la tutelle du Ministère Délégué auprès du Président de la République, chargé de l’Economie Maritime, des Transports Maritimes et Infrastructures Portuaires.

1.2.2- Ressources du Port Autonome de Cotonou

Pour mener ses activités, le port est doté de diverses ressources dont les ressources matérielles, les ressources financières et les ressources humaines. Concernant les ressources matérielles, on a sur le plan des infrastructures :

** Le quai commercial

Il comprend huit (08) postes à quai situés au nord du bassin et répartis comme suit : six (06) postes conventionnels : quatre (04) postes de 155 m et deux (02) postes de 180m, un (01) poste conteneur de 220 m pour accueillir les navires porte-conteneurs, un (01) poste à l’extrémité du quai commercial pour accueillir les navires rouliers (RO/RO).

** La jetée Est

Encore appelée « ‘Traverse», elle joue à la fois le rôle d’ouvrage de protection et d’accostage qui comprend à sa face intérieure : un (01) poste de 200 m utilisé pour le déchargement des pondéreux (clinker et gypse) et des hydrocarbures (hors du port), un (01) poste de 160 m pour le chargement des huiles végétales, un (01) poste de 100m pour accueillir les chalutiers en escale et les navires de faible tonnage.

Il y a aussi une digue de sable d’environ 1 300 m de longueur protégeant la partie sud de la nouvelle darse, un épi d’arrêt de sable de 300 m, un chenal d’accès dragué à la côte à -12,50 m. Du côté Ouest, le Port Autonome de Cotonou s’est doté d’un quai réservé à la société ORYX. Ce quai permet l’accueil des navires transportant des produits pétroliers et dérivés.

Le Port Autonome de Cotonou offre d’importantes possibilités de stockage :

Sous Douane : magasins cales et entrepôts de transit de plus de 100.000 m2, trois (03) terminaux de plus de 150 000 m2, terre-pleins bitumés d’environ 100 000 m2, zones franches à disposition du Burkina-Faso, du Mali et du Niger.

Hors douane : de vastes terre-pleins et magasins de stockage. La zone extra portuaire offre d’importantes possibilités de stockage avec des réserves de capacité Concernant toujours les ressources matérielles, sur le plan des superstructures, le Port Autonome de Cotonou dispose d’installations frigorifiques, d’engins flottants, composés de quatre (04) remorqueurs et trois (03) pilotines. Le port dispose également de deux (02) postes de pesage d’une capacité de 50 tonnes et de 60 tonnes et des installations spécialisées pour la pêche maritime.

Les ressources financières sont essentiellement composées du capital social, des crédits fournisseurs, des avances reçues des clients, des emprunts et du résultat non distribué. Elles proviennent aussi des prestations de services qui sont liées aux activités (pilotage, amarrage, remorquage, veille de sécurité), les prestations sur les marchandises et diverses autres prestations.

Introduction
Chapitre 1 : Présentation du Port Autonome de Cotonou et déroulement du stage
Section 1 : Présentation du Port Autonome
Paragraphe 1 : Historique et activités
Paragraphe 2 : Structure organisationnelle, environnement et service du PAC
Section 2 : Déroulement du stage
Paragraphe 1 : Tâches accomplies et apports du stage
Paragraphe 2 : Les observations de stage et diagnostic interne
Chapitre 2 : Cadre théorique et méthodologie de l’étude
Section 1 : Cadre théorique de l’étude
Paragraphe 1 : Problématique objectifs et hypothèses de l’étude
Paragraphe 2 : Revue de la littérature
Section 2 : Méthodologie de l’étude et les difficultés rencontrées
Paragraphe 1: Méthodologie de l’étude
Paragraphe 2 : Difficultés rencontrées et limites de l’étude
Chapitre 3 : Cadre empirique de l’étude
Section 1 : Présentation et analyse des résultats de l’étude
Section 2 : Vérification des hypothèses et recommandations
Conclusion générale

  1. Structure organisationnelle, environnement et service du PAC
  2. Etude de l’environnement du Port Autonome de Cotonou
  3. Déroulement du stage au sein du Port Autonome de Cotonou
  4. La définition de la motivation du personnel
  5. Les différentes théories de la motivation
  6. Les différents modèles et facteurs de la créativité du personnel
  7. Motivation intrinsèque et caractéristiques des personnes créatives
  8. La méthodologie de l’étude – le stage au sein du PAC
  9. La relation motivation et créativité au PAC
  10. Corrélation entre la motivation et la créativité
  11. La motivation des agents du PAC et leur créativité au travail