Démarches applicables au système de management environnemental

By 12 April 2013

3. Les outils et les démarches applicables à l’environnement

Il existe différents outils applicables au système de management environnemental.

La communication et le plan de communication sont des outils du management environnemental. Le plan de communication définit les actions de communications à mener pour informer, sensibiliser, alerter et motiver le personnel. La communication est nécessaire afin de permettre de faire comprendre à tous l’intérêt de la démarche, mais aussi pour assurer le suivi de la démarche. Sans communication, la démarche ne fonctionne pas sur le long terme. On passe par plusieurs moyens de communications. On peut informer par voie d’affichage dans l’entreprise par exemple. On peut communiquer par le biais d’internet et de l’intranet de l’entreprise. La politique de communication doit faire preuve de transparence pour que chaque membre de l’organisation connaisse les objectifs, les résultats, les difficultés et les perspectives.

La formation est également un outil de la politique environnementale. Elle consiste à former le personnel à la prévention, mais aussi au recyclage. La formation doit se baser sur une identification des besoins en termes environnemental. La formation permet de rendre le personnel plus impliqué dans cette démarche, mais ça permet à l’organisation d’en tirer une performance supérieure. S’ils ont compris l’intérêt de la démarche, ils seront plus impliqués et considéreront cette dernière non pas comme une contrainte mais comme un enjeu citoyen.

La gestion des déchets fait partie du SME. Elle consiste à organiser le tri des déchets en tenant compte des exigences réglementaires. L’organisation est responsable de l’élimination de ses déchets. Il faut recenser les déchets dangereux et non dangereux. Ensuite, on organise la collecte des déchets par catégorie. Par cela, on aménage des zones de stockage sécurisées. Ensuite, on confie les déchets à des entreprises spécialisées dans la gestion des déchets et de recyclage. L’ensemble du personnel doit participer à cette démarche. La formation peut les sensibiliser sur le coût économique, mais aussi écologique.

Les tableaux de bords et les indicateurs sont des outils du management environnemental. En effet, ils permettent de communiquer sur la politique environnementale de l’organisation. Ils permettent de voir les évolutions, les points forts et faibles à développer. Ils permettent de mesure l’efficacité de la politique. On peut dire qu’ils permettent de faire un diagnostic. Ils sont facteurs de motivation, et de crédibilité de l’action mise en place.

Les audits sont des outils du SME. Ils peuvent être internes ou externe. Les audits internes permettent de vérifier si les dispositions en matière d’environnement sont appliquées correctement. Les audits externes permettent de contrôler que l’organisation par le biais de son SME respecte le cahier des charges de la norme comme ISO 14 001.

La certification est un moyen pour les organisations de se faire connaître sur le marché. En effet, en termes d’attractivité, la certification permet d’envoyer un signal auprès des clients qui s’inscrivent de plus en plus dans une démarche de responsabilité sociale des entreprises mais aussi pour les futurs clients et candidats qui souhaiteraient travailler au sein de l’organisation.

Après avoir vu les outils applicables à la démarche environnement, nous allons voir le système de management environnemental (SME).

4. Le système de management environnemental (SME)

Le SME repose essentiellement sur le concept de développement durable. Je rappelle, le développement durable est un concept qui vise à « répondre aux besoins des générations actuelles, sans compromettre ceux des générations futures ».

Les objectifs de ce management est proche des managements ISO comme celui de la qualité totale (TQM). Le SME a pour objectif de pérenniser l’organisation et sa compétitivité, de lui permettre de maîtriser les risques environnementaux, et enfin de satisfaire les parties intéressées de l’organisation.

Au sein du SME, le développement durable permet de mettre en avant la performance sociétale de l’organisation. On peut placer sur le même niveau les résultats économiques, les résultats sociaux et les résultats environnementaux. Ce qui est différent du TQM dans lequel on donne plus d’importance à la performance économique et où la satisfaction client est la valeur centrale. Dans le cadre du SME, le client est considéré comme un «citoyen du monde »4.

La communication externe est aussi très importante, tout comme l’éthique et les partenariats développés avec des organismes comme les Organisations non gouvernementales (ONG) environnementales et sociales. Le développement durable impose aux organisations une transparence au niveau de leur processus de production. On met fin au secret de production.

Le SME basé sur le développement durable peut être considéré comme un prolongement d’une politique d’excellence. Le SME est centré sur l’humain et son environnement naturel et il est plus simple de mettre en place un tel type de management plutôt qu’un management de la qualité totale, du fait du caractère centrale de l’humain.

Le développement durable repose trois principes qui sont :
– La rentabilité économique
– L’équité sociale
– Le respect de l’environnement

4 Bernard FROMAN, Jean Marc GEY, Fabrice Bonnifet (2009), Qualité, Sécurité, Environnement : Construire un système de management intégré, La Plaine Saint Denis, AFNOR éditions

Les organisations ayant un SME ont pour objectif de satisfaire les parties prenantes de l’organisation, mais aussi les intérêts de l’organisation. Ils peuvent être opposés.

Les organisations ont tout intérêt à mettre en place un SME. En effet, tout d’abord, la législation se renforce de plus en plus et encadre l’activité des organisations au niveau des déchets et des rejets. Un SME permet de mettre en place une démarche alliant rentabilité et conformité. Ensuite, une SME et son efficacité jouent sur l’image de l’organisation. Cela joue en interne, car si on arrive à faire comprendre à son personnel, l’intérêt de cette démarche, ils seront motivés à la mettre en place et à la respectée. De plus, l’organisation sera plus rentable. Cela joue également en externe, car il s’agit d’envoyer un message aux médias, aux clients, mais aussi aux futurs clients.

Le SME permet pour les entreprises de gagner en rentabilité, mais aussi en image, tout en satisfaisant les exigences des clients.

Nous avons vu dans cette troisième sous partie que le management environnemental prenait de plus en plus d’importance au sein des organisations. Tout d’abord, il contribue à donner une autre dimension à l’organisation, plus centrée sur l’humain et moins sur la performance économique. Ensuite, le SME permet de véhiculer une image positive de l’organisation. Le SME permet aux organisations de se mettre en conformité avec les règlements de plus en plus protecteurs pour l’environnement. Le SME permet d’introduire au sein des organisations le concept de développement durable, donnant à l’organisation sur le long terme de son activité. Le management environnemental est indispensable, toute organisation ne le respectant pas, risquent des sanctions, mais ne réalisera pas de profit. Le management environnemental est devenu un critère de sélection pour les clients et les fournisseurs.

Nous allons voir dans une ultime sous partie, le management intégré.

Lire le mémoire complet ==> (Le management de la qualité, de la sécurité et de l’environnement QSE)
Mémoire professionnel – Master Management Stratégique des Organisations Parcours Ressources Humaines
Université de Reims Champagn-Ardenne – Institut Remois de Gestion