Conséquences des pathologies bucco-dentaires sur la grossesse

By 17 April 2013

4 Conséquences des pathologies bucco-dentaires sur la grossesse

Plusieurs études ont mis en évidence le lien entre les maladies parodontales et l’aggravation d’une pathologie obstétricale ou d’un devenir obstétrical. (1, 2, 3, 20)

Parmi les risques les plus fréquemment cités, nous retrouvons l’accouchement prématuré, l’hypotrophie fœtale, et l’augmentation de survenue d’une prééclampsie.

4.1 L’accouchement prématuré

Selon l’OMS, la prématurité se définit comme toute naissance entre 22 et 37 Semaines d’Aménorrhées (SA) révolues, avec un seuil minimal pour le poids à la naissance de 500g.

L’étiologie d’origine infectieuse est retrouvée dans 25 à 40% des accouchements prématurés. La prématurité est en augmentation depuis plusieurs années, sa prévalence est de 12-13% aux Etats-Unis et de 5-9% en Europe et dans les autres pays développés. Elle représente un problème majeur de santé publique car c’est la première cause de mortalité infantile et elle est associée à un risque significatif d’affections. De plus, les naissances prématurées nécessitent des ressources financières médicales importantes. (17)

4.2 L’hypotrophie fœtale

Selon l’OMS, la naissance d’un nouveau-né hypotrophe se caractérise par toute naissance avec un poids significativement inférieur à la normale pour l’âge gestationnel. Un enfant vivant dont le poids à la naissance se situe au-dessous du 10ème percentile pour l’âge gestationnel est considéré comme hypotrophe.

4.3 Lien entre maladies parodontales et pathologies obstétricales

En 2006, Offenbacher et al ont montré qu’une maladie parodontale et sa progression au cours de la grossesse était prédictive d’un risque augmenté d’accouchement prématuré. (1)

Ces phénomènes peuvent s’expliquer par le fait que la parodontite est une infection à bactéries gram négative. Ces bactéries vont libérer des toxines dans la circulation sanguine de la mère et entraîner une réponse inflammatoire qui se traduit par la production de cytokines pro-inflammatoires. Ces cytokines vont entraîner la synthèse des Prostaglandines E2 (PGE2) qui peuvent engendrer, à leur tour, la survenue de contractions utérines. (18)

De plus, d’autres auteurs ont souligné la similitude entre les taux élevés de marqueurs inflammatoires (cytokines IL-6 et PGE2) dans le liquide amniotique chez les femmes ayant accouché prématurément et dans le sang de femmes présentant une parodontopathie. (19)

Il a été montré également, que l’existence d’une maladie parodontale au cours de la grossesse, modérée ou sévère, avant 26 SA, était associée à la naissance d’un nouveau-né hypotrophe (inférieur au 10ème percentile). (2)

Suite à l’analyse de 5 études (3 cohortes et 2 cas-témoins), les auteurs ont montré, que la présence de maladies parodontales chez la femme enceinte augmente de manière significative le risque d’accouchement prématuré et de nouveau-né de faible poids (inférieur à 2500g). (20)

Par ailleurs, une autre méta analyse a montré que le traitement des maladies parodontales par détartrage et surfaçage radiculaire réduisait significativement de moitié le taux de naissance prématurée et pouvait réduire le taux de naissance de nouveau-né de faible poids (inférieur à 2500g). (21)

Cependant, même si la parodontite peut être associée à un risque plus important d’accouchement prématuré, cela ne permet pas d’affirmer que c’est un facteur de risque indépendant (22). Par ailleurs, les résultats de ces études sont difficilement généralisables, notamment parce qu’elles portent sur des populations différentes et s’appuient sur des protocoles différents. D’où la divergence observée pour certaines études qui ne montrent pas d’association comme celle de Michalowicz et al. (23)

Comme le souligne Xiong et al., même s’il existe des preuves montrant une association entre maladie parodontale et risque accru de prématurité et de naissance de faible poids, il apparaît nécessaire de mettre en place une méthodologie plus rigoureuse dans ces études, avec une définition commune de la maladie parodontale, une prise en compte des facteurs de confusion possibles et de disposer d’un échantillon de taille suffisamment grande pour affirmer ce lien. (24)

Cependant, toutes les études s’accordent sur un point : la nécessité de mettre en place au cours de la grossesse un suivi en santé bucco-dentaire de façon à prévenir, dépister et traiter la survenue de maladies parodontales, susceptibles d’avoir un impact sur le devenir de la grossesse. Par ailleurs, il faut citer la recommandation à ce sujet de la HAS dans un document concernant les parodontopathies paru en 2002 :

« La maladie parodontale au cours de la grossesse semble significativement associée à un risque de prématurité et de petit poids de naissance (grade C). Une surveillance clinique de la cavité buccale est recommandée au cours de la grossesse. La découverte d’une parodontite nécessite sa prise en charge et une surveillance obstétricale accrue (accord professionnel). » (14)

4.4 La Prééclampsie

Selon le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens de France (CNGOF) la prééclampsie est caractérisée par une hypertension artérielle gravidique (PAS ≥ 140 mmHg) et (PAD ≥ 90 mmHg) survenant après 20 SA, associée à une protéinurie (> 0.3g/24h).

Le risque d’accouchement prématuré pour cause de prééclampsie est 2.5 fois plus important chez les femmes présentant une parodontite généralisée (3). De plus, les parodontites sévères peuvent non seulement augmenter le risque de prééclampsie mais également aggraver leur sévérité. (25)

La physiopathologie reste encore obscure, mais l’hypothèse principale pour expliquer cette relation tiendrait du fait que l’inflammation des tissus parodontaux augmente le niveau des protéines C réactives et d’autres médiateurs inflammatoires ; ceux-ci, entrant dans la circulation systémique, vont induire une réponse inflammatoire et une dysfonction des cellules endothéliales du placenta, augmentant le risque de prééclampsie. (3)

Lire le mémoire complet ==> (Rôle des sages-femmes dans la prévention en santé bucco-dentaire chez la femme enceinte)
Mémoire de fin d’études – Etudes médicales – Santé bucco-dentaire et grossesse
Université VICTOR SEGALEN-BORDEAUX 2 – Ecole De Sages-Femmes