Comment étudie-t-on les expressions émotionnelles chez l’humain ?

By 28 April 2013

II. Le développement émotionnel
1) Comment étudie-t-on les expressions émotionnelles chez l’humain ?

a. Méthode subjective

Les études qui utilisent la “méthode par les jugements” sont les plus nombreuses. Elle consiste à chercher l’accord entre les observateurs sur l’état émotionnel exprimé par un visage. La face est alors considérée comme un stimulus engendrant un jugement chez des observateurs.

On peut se baser sur des photographies prises à l’improviste où les expressions faciales sont associées à des situations déterminées. Ou bien, on peut montrer aux juges des visages de sujets réagissant à des situations qu’on a contrôlées. Dans ces deux situations l’émotion exprimée est alors ressentie.

On peut à partir de photographies de sujets qui ont posé, tenter de traduire sur leur visage une émotion, parmi celles proposées. Ici les résultats obtenus sont les plus satisfaisants. En effet lorsqu’une pose est faite dans un cadre artificiel, le sujet n’est ni soumis à une situation affective complexe, ni aux règles des manifestations communicatives, ainsi l’émotion mimée sera plus pure.

Quand on procède par jugements, l’observateur doit soit répondre librement soit répondre en faisant un choix parmi une liste de catégories d’émotion.

L’approche par le jugement ne nous permet pas de savoir quelle modification de la face permet à l’observateur de déterminer l’émotion exprimée par le sujet.

b. Méthode objective

L’”étude par les constituants” consiste à relever, pour les observateurs, les composantes de la face qui déterminent l’émotion exprimée par le sujet. Ici c’est la quantité et la qualité des paramètres faciaux qui sont déterminées.

Darwin utilisa cette méthode en adressant aux observateurs 16 questions sur les expressions faciales : par exemple il demanda si l’étonnement s’exprime par l’ouverture de la bouche, des yeux et par l’élévation des sourcils.

Ekman et Friesen ont recherché les caractéristiques des groupes musculaires impliqués dans les mimiques faciales. Ils ont proposé, pour la joie, la tristesse, la peur, la surprise, la colère et le dégoût, une liste d’expressions faciales. Ces dernières sont décrites à partir d’un système de codification de changements faciaux, le Facial Action Coding System (FACS). Ce système comprend 44 composantes faciales de base appelées unités d’action (UA). Chaque unité correspond à une modification de l’expression du visage sous l’action d’un muscle ou d’un groupe musculaire(cf annexe). Les expressions émotionnelles comprennent une ou plusieurs UA variant en intensité (In Gosselin, 1995).

Une des difficultés pour l’étude des expressions émotionnelles réside dans le fait que tous les états émotionnels ne donnent pas nécessairement lieu à des modifications d’expressions faciales. Ainsi, si on demande au sujet d’imaginer une situation, il peut ressentir l’émotion sans pour autant l’exprimer au niveau de la face.

c. Neuroimagerie fonctionnelle

L’objectif de cette méthode est de comparer les changements transitoires d’états émotionnels aux variations d’activité du système nerveux.

Pour étudier les changements fonctionnels cérébraux associés à l’état émotionnel, on recourt à des paradigmes “d’activation émotionnelle” : ainsi on distingue l’induction externe et interne d’état émotionnel, respectivement le sujet exposé à un stimulus visuel ou auditif et le sujet se remémorant un événement personnel chargé affectivement. On se demande alors s’il existe une spécificité régionale cérébrale selon que le sujet regarde passivement un stimulus émotionnel ou qu’il se concentre sur l’éprouvé émotionnel subjectif d’un événement.

Il semblerait que quelque soit l’émotion induite et indépendamment de la méthode d’induction, une même structure cérébrale serait activée, elle se situerait dans le lobe frontal.

Construction d’une échelle d’évaluation des capacités de reconnaissance des expressions faciales émotionnelles
Mémoire en vue de l’obtention du Diplôme d’Etat de Psychomotricien – Institut de Formation en Psychomotricité
Université Paul Sabatier -Faculté de Médecine Toulouse Rangueil