Usage du système de création de contenus sur le Web par les lecteurs

By 13 March 2013

6.3.2 Usage par les lecteurs

L’analyse de l’usage de notre système par les lecteurs se focalise principalement sur l’affichage de documents, leur navigation et les différents modes d’interaction avec l’information.

Quant à l’affichage, l’adoption du XML comme format natif de documents n’a pas présenté de problèmes. La totalité des étudiants et des enseignants ont correctement visualisé les documents sous format hypermédia navigable depuis leur navigateur Web.

En ce qui concerne la navigation des documents sous forme hypermédia, nous avons mis l’accent sur deux aspects : la disposition d’éléments et la charte graphique. Ces deux aspects étaient d’importance afin de faciliter le repérage des diverses parties de documents et le confort de la lecture à l’écran.

Nos expériences ont montré que la présentation du cours en ligne en 3 séquences est très lisible. Elle répond au scénario pédagogique qui a été choisi à l’heure actuelle et assure ainsi la cohérence d’un cours à l’autre. À l’intérieur de chaque séquence, le sommaire, généré dynamiquement, était très utile en raison du renvoi vers les chapitres et de la possibilité de se déplacer dans le cours en n’utilisant que très rarement l’ascenseur. Pour sa part, la charte graphique était perçue comme sobre, claire, lisible. Elle répondait correctement à une navigation aisée pour les enseignements courts et bien rédigés.

Quant aux modes d’interaction avec l’information, nous trouvons parmi les résultats d’enquêtes :

* une préférence partagée entre imprimer les contenus et le lire à l’écran;
* le besoin d’inclure un outil permettant le choix de styles (couleurs, polices et taille du texte) dans chaque document;
* une préférence pour l’affichage des objets médias et d’autres ressources à la demande (via les hyperliens vers les ressources), plutôt que par leur inclusion dans le flux du texte du document;
* le besoin d’ajouter la fonctionnalité d’annoter et de commenter le contenu de chaque document;
* le besoin de notification de mises à jour de documents.

Au travers de ces impressions, il est intéressant de noter les différentes manières dont les lecteurs interagissent avec l’information. On peut confirmer que même dans le cas où la disposition des éléments et leur affichage répond à une charte graphique préalablement définie et orientée vers une perception optimale, les lecteurs ont besoin d’autres moyens pour s’approprier l’information autrement.

6.3.3 Intégration d’outils

Lorsqu’on parle de l’intégration de SPECS dans un système d’objets techniques plus large, nous faisons référence à son incorporation, en tant que pièce unique dans l’univers des systèmes utilisés par une formation, qu’elle soit à distance, en présentiel ou hybride.

En termes généraux, il nous paraît que SPECS a répondu ponctuellement à un type de création qui à notre connaissance n’est supportée par aucun autre système de publication de contenus pédagogiques sur le Web, c’est-à-dire supportant la structuration et la modélisation de contenus tout en gardant une conscience de l’aspect sémantique.

Mais si l’apport d’un système au contexte où il s’insère est l’un de facteurs de sa possible incorporation, alors nous pensons, d’après nos expériences, qu’un modèle centré sur les structures trouve sa place dans la mesure où il coopère avec l’ensemble des objets techniques.

Sur cet aspect, SPECS se présente tout d’abord comme outil complémentaire. Il profite des avantages, longuement documentés, comme l’adressage de ressources et la manipulation native de documents structurés sous format XML.

Premièrement, étant donné que tous les documents pédagogiques numériques sont sauvegardés et accessibles depuis un URL, leur référence depuis d’autres systèmes de modélisation et de scénarisation ne requiert pas une modification des parcours pédagogiques définis à chaque fois qu’on les modifie.

Deuxièmement, en raison du fait que les documents pédagogiques numériques constituent des ensembles d’éléments structurés sous format XML pouvant être représentés selon plusieurs domaines de hypermédias depuis un navigateur, SPECS peut également fonctionner indépendamment d’une plateforme pédagogique. Dans ce sens, les documents pédagogiques constituent par eux-mêmes une sorte de site Web où les étudiants accèdent aux contenus. Bien entendu, ce dernier point suppose le cas où les auteurs ou l’institution éducative, n’ont pas besoin des fonctionnalités dites avancées des plateformes éducatives [§ 4.6.1].

Dans ce sens, les différences entre pointer depuis un parcours pédagogique vers des ressources formatées et binaires (un document DOC ou PDF, par exemple) et vers des documents pédagogiques numériques ont été bien identifiées. Ces derniers ont démontré le bénéfice engendré par la possibilité de modifier et d’adapter leur présentation et de les créer depuis un navigateur Web.

Sur ce dernier point, il a été suggéré l’intégration d’une interface Web pour la création et la modification de « vues » et une autre interface pour la transformation de documents pédagogiques numériques en autres formats de documents, et vice-versa. Enfin, quant à l’exportation de documents, il a été conseillé l’intégration de fonctionnalités d’exportation prenant en compte les spécifications e-learning outre IMS CP et IEEE LOM, notamment SCORM CP.

Objet technique hypermédia : repenser la création de contenu éducatif sur le Web
Thèse pour obtenir le grade de Docteur – Discipline: Sciences de l’information et de la communication
Université De Paris VIII – VINCENNES-SAINT-DENIS – U.F.R. Langage Informatique Technologie