Offre d’accompagnement de la pépinière de l’entrepreneuriat social

By 25 March 2013

B- L’offre de la pépinière de l’entrepreneuriat social: soutien pragmatique ou rôle de défense du mouvement d’entrepreneuriat social?

1. Un accompagnement en trois volets

Les quelques discussions qui ont déjà eu lieu au sujet de la forme que pourrait prendre l’accompagnement des entrepreneurs sociaux sont loin d’être closes, et tout reste encore à définir. Comme nous l’avons évoqué en première partie, L’URSCOP a proposé au mois d’octobre 2008 une convention d’accompagnement55 des entrepreneurs sociaux, proposition qui n’a pas été débattue entre les partenaires. La formule proposée par l’URSCOP consiste essentiellement en des formations sur des thématiques de gestion économique des entreprises, avec quelques modules spécifiques à l’entrepreneuriat social, tels que l’acquisition de connaissances généralistes sur les réseaux de l’ESS, ou encore une formation en management participatif et coopératif. L’URSCOP propose également la visite d’un consultant à l’intérieur des entreprises, pour travailler sur la mise en oeuvre pratique des connaissances théoriques acquises pendant les formations.

Il peut sembler étonnant que l’URSCOP, qui est spécialiste de l’accompagnement des coopératives, propose ses services d’accompagnement à l’ensemble des entrepreneurs sociaux dont les statuts ne seront pas nécessairement coopératifs. Dans ce sens, on peut se demander quelle est la légitimité de l’URSCOP pour prendre le rôle de prestataire de services d’accompagnement auprès des futurs entrepreneurs sociaux. D’un autre côté il faut aussi souligner que l’URSCOP a développé une véritable expertise dans l’accompagnement des coopératives, que ce soit en phases ante ou post création, et qu’elle a mis en place de nombreux modules de formation très concrets, adaptés aux besoins qu’elle a détectés.

On peut aussi se demander s’il est pertinent de créer une nouvelle offre d’accompagnement dans les domaines « généraux » qui ne sont pas spécifiques à l’ESS, alors que cette offre existe déjà au sein de la pépinière.

Dans tous les cas, cette proposition doit être discutée et débattue par l’ensemble des partenaires. Elle a le mérite de proposer une base, à partir de laquelle les autres partenaires pourront émettre de nouvelles propositions.

En attendant ces débats, on peut imaginer ici une ébauche de la future offre de la pépinière de l’entrepreneuriat social, au regard des témoignages recueillis et des besoins identifiés.

Cette offre comporterait trois volets:
– l’accompagnement classique et les services communs à l’ensemble des entrepreneurs de la pépinière
– une formation spécifique sur l’économie sociale et solidaire
– une mise en réseau avec les partenaires spécialisés selon les particularités de chaque entrepreneur.

1.1 L’accompagnement « classique » et les services associés

Comme nous l’avons dit, les entrepreneurs sociaux ont besoin, comme l’ensemble des entrepreneurs, de conseils dans la gestion financière de leur entreprise. C’est l’une des fonctions principales des pépinières.

La pépinière CARCO a signé une convention avec le cabinet de conseils NH, qui assure un suivi individualisé des entrepreneurs sur les problématiques de gestion, stratégie, droit, analyse financière, fiscalité, etc… Des formations collectives sont également organisées, en coopération avec deux autres pépinières de la région, sur des thèmes plus larges et variés, tels que la stratégie marketing, le développement personnel, le droit des affaires, etc56… Les entrepreneurs sociaux pourront rejoindre ces deux dispositifs, et de même ils bénéficieront de l’animation et du suivi quotidien assurés par le directeur de la pépinière. Cela non seulement éviterait de venir créer une nouvelle offre sur quelque chose qui existe déjà, et de plus permettrait aux entrepreneurs sociaux et aux autres de se rencontrer, ce qui doit constituer une plus value essentielle de la pépinière (nous reviendrons plus loin sur ce point). On peut également songer au renforcement de ce dispositif dans le futur, notamment grâce au réseau RPRA qui va permettre de proposer d’avantage de formations collectives et d’échanges entre les entrepreneurs. D’autre part, la convention d’accompagnement avec le Cabinet NH va bientôt prendre fin, et il serait possible de profiter de ce moment pour améliorer l’accompagnement, en prévoyant éventuellement des rendez-vous plus fréquents et un meilleur suivi des entrepreneurs entre chaque rendez-vous, notamment grâce à une meilleure remontée de l’information entre le cabinet de conseil et le directeur de la pépinière.

Les services offerts par la pépinière CARCO permettent également une mutualisation des services qui coûtent donc moins cher aux entreprises hébergées. On pourrait imaginer s’appuyer sur le cadre de la pépinière pour aller plus loin vers une mutualisation des coûts, et pourquoi pas créer des postes communs à plusieurs entreprises. Eric Béasse, qui travaille à l’UREI, explique par exemple que les entreprises d’insertion doivent obligatoirement mettre en place un accompagnement socioprofessionnel des salariés en insertion qu’elles emploient. Ce suivi nécessite l’embauche d’un conseiller en insertion socioprofessionnelle, et c’est justement ce type de poste qui pourrait être mutualisé entre plusieurs entreprises d’insertion à l’intérieur de la pépinière.

Ce premier volet d’accompagnement et de services correspond donc à ce qui existe déjà au sein de la pépinière CARCO, il ne nécessite pas d’aménagements particuliers pour sa mise en œuvre.

1.2 Une formation sur des thèmes spécifiques à l’entrepreneuriat social

Ces formations spécifiques à l’ESS pourraient couvrir les domaines évoqués plus haut sur lesquels les entrepreneurs sociaux ont des besoins d’accompagnement particuliers: management participatif, aide à la consolidation du projet social et à la mise en place d’indicateurs d’utilité sociale, informations sur les statuts juridiques de l’économie sociale.

On peut aussi se demander dans quelle mesure ces formations seraient l’occasion d’assurer une culture minimum commune aux entrepreneurs sociaux sur l’économie sociale et solidaire, ses fondements, ses réseaux, et les débats qui l’animent. Cela pourrait notamment permettre aux entrepreneurs d’avoir les clés essentielles pour pouvoir participer aux débats plus généraux auxquels ils vont être confrontés.

La CRESS est actuellement en train de mettre en place des modules de formation transversale pour les dirigeants des structures de l’économie sociale et solidaire. Ces formations de 2 jours visent à leur donner les outils nécessaires pour pouvoir s’identifier eux-mêmes comme acteurs de l’ESS, être capable de mobiliser les concepts de l’ESS, développer leur sentiment d’appartenance à la « famille ESS »… Ce type de formation vise clairement à développer chez les entrepreneurs sociaux leur engagement en faveur des conceptions de l’économie sociale et solidaire. La CRESS a vocation à fédérer les acteurs de l’ESS et à favoriser l’émergence d’un discours commun autour des concepts de l’ESS, pour donner une meilleure visibilité de ce mouvement et permettre une meilleure coopération entre ses acteurs. On comprend bien ici comment la pépinière pourrait devenir un lieu de défense des valeurs et des concepts de l’entrepreneuriat social, en créant chez ses occupants un sentiment d’appartenance à une cause commune. D’autres acteurs interrogés soulignent cependant le danger qu’il y aurait à faire de la pépinière de l’entrepreneuriat social un espace de lutte en faveur de l’ESS, ce qui pourrait mener à un isolement des entreprises sociales par rapport au marché classique. Cela serait en effet contraire aux principes de l’entrepreneuriat social qui, comme nous l’avons dit, vise à plus de coopération et d’échanges entre tous les acteurs économiques. Nous reviendrons plus loin sur cet enjeu.

Lire le mémoire complet ==> (Comment identifier et accompagner les entrepreneurs sociaux ?)
Réflexions autour du montage de projet de la pépinière de l’entrepreneuriat social
Mémoire de stage – Master II Economie Sociale et Solidaire
Université LUMIERE LYON 2