Objet technique hypermédia, Création de contenu éducatif sur le Web

By 8 March 2013

“… éducatif. Nous abordons deux grands types d’usages pédagogiques (exploratoire et constructif) et nous les illustrons au travers une série de systèmes hypermédias pédagogiques rendant effectuables des tâches d’argumentation, de modélisation, d’édition, de production multimédia et de travail collaboratif…”

Université De Paris VIII – VINCENNES-SAINT-DENIS

U.F.R. Langage Informatique Technologie

Thèse pour obtenir le grade de Docteur De L’université Paris VIII

Discipline: Sciences de l’information et de la communication

L’objet technique hypermédia : repenser la création de contenu éducatif sur le Web

Présentée par Everardo Reyes García

Directeur de recherche :
Imad Saleh, Université Paris VIII

Jury :
Sophie Pène, Professeur Université de Paris V
Gérard-Michel Cochard, Professeur Université de Picardie Jules Verne
Ghislaine Azémard, Professeur Université de Paris VIII
Carmen Compte, Professeur CNRS, Université de Picardie Jules Verne
Imad Saleh, Professeur Université de Paris VIII

14 février 2007

À Melissa

Remerciements
Ce travail n’aurait pu être mené jusqu’à son terme sans la bienveillance de mon directeur de thèse, Imad Saleh, directeur du Département Hypermédia de l’Université Paris VIII, qui m’a toujours accordé sa confiance. Je le remercie profondément pour ses conseils, ses encouragements et son soutien constant. J’aimerais profiter de cette occasion pour lui témoigner ma profonde admiration.

Sophie Pène, directrice du Campus numérique COMOR de l’Université Paris V, m’a cordialement accueilli au sein de la formation licence Webmestre Éditorial en tant que tuteur et m’a offert la possibilité d’élargir ma vision du domaine grâce à des discussions et des participations actives. Je lui suis reconnaissant pour la disponibilité qu’elle m’a accordée et pour la gentillesse d’être rapporteur de ce travail.

Mes remerciements s’adressent aussi aux Professeurs Ghislaine Azémard et Carmen Compte pour leur participation en tant que membres de jury et au Professeur Gérard Michel Cochard pour avoir accepté d’être rapporteur de cette thèse.

J’aimerais remercier également l’équipe Hypertexte Dynamique du Laboratoire Paragraphe qui m’a gentiment accueilli. Un grand merci à Nasreddine Bouhaï, responsable de l’équipe, pour ses commentaires ponctuels; à Bernhard Rieder, pour son amitié, ses encouragements et nos discussions passionnantes; à Abderrazak Mkadmi, pour ses conseils et son amitié sincère; à Sophie Chauvin, Waris Janbaz, Soufiane Bouyahi, Djeff Regottaz et Fabien Morvan.

Ce travail doit en grande partie son existence au soutien de l’université Tecnológico de Monterrey Campus Toluca, Mexique, plus spécialement au Departamento de Comunicación y de Humanidades.

Il n’est pas facile de mentionner toutes les personnes dont l’amitié et les conseils m’ont été précieux. Matthieu Renault a lu avec attention ce mémoire et a beaucoup participé à la réduction des obstacles souvent rencontrés lors de la rédaction dans une langue étrangère à celle de l’auteur.

Enfin, un immense merci à Audrey Richard, pour son soutien et sa grande patience.

Résumé en français

Le domaine de l’éducation a toujours été en relation étroite avec les technologies de l’information et de la communication (TIC). Celles-ci ont été adaptées à des fins pédagogiques, et leurs capacités ont fait le sujet d’étude de diverses disciplines, à savoir l’informatique, les sciences cognitives et les sciences de l’éducation. À l’heure actuelle, nous constatons qu’un rôle de plus en plus important est accordé aux technologies numériques et de réseau dont le Web trouve une place centrale. Dans ce scénario, les applications pédagogiques semblent s’orienter vers des dimensions explorées par les sciences de l’information et de la communication (SIC). Nous parlons aujourd’hui des hypertextes, des nouveaux médias et du Web comme les formes privilégiées pour la production, la gestion et la communication de contenus. Mais nous constatons que le Web est aussi un espace qui évolue rapidement; il est régi par des facteurs liés à son fonctionnement et à sa signification.

C’est dans ce contexte que se situe notre travail de recherche. Notre objectif est de proposer une étude des apports du Web à l’éducation. En premier temps, nous examinons le Web comme objet technique, allant au-delà de leur fonction purement instrumentale et ce afin de déterminer leurs fonctions communicatives. Ensuite, nous étudions les lignes évolutives des objets techniques hypermédias dans le but de proposer un cadre pour leur application éducative. Enfin, nous présentons un prototype de système informatique pour la création du contenu pédagogique s’insérant dans la logique du Web contemporain ainsi que les conclusions tirées à partir de premières évaluations.

Mots clés : Enseignement assisté par les TIC, objets pédagogiques, objets techniques hypermédias, structures hypermédia, codes de signification, Web sémantique.

Abstract

One may state that education has always kept a close relation with information and communication technologies (ICT). The latter have been adapted to accomplish pedagogical purposes and their possibilities concern multiple disciplines, for instance cognitive, computer and education sciences. Nowadays, we perceive that digital and network technologies increase in their importance where the Web plays a central role. In this context, it seems that pedagogical applications are moving forward some dimensions explored by information and communication sciences. We talk about hypertext, new media, and the Web as representative supports for producing, managing and distributing content. However, the Web is also a space that evolves constantly, it is determined by factors regarding its function and modes of signification.

Our work is situated in this scenario in order to propose an investigation on benefits of the Web to education. In a first phase, we examine the Web as a “technical object”, accordingly to Gilbert Simondon, with the intention to go beyond any mere instrumental consideration and to distinguish its communicative functions. We then study the evolution lines of hypermedia technical objects to establish a framework for educational practices. Consequently, we introduce a prototype system that aims to support our approach for creating pedagogical content from a modern Web standpoint. Finally we discuss conclusions taken from first experiences of use and evaluations.

Keywords : ICT-assisted education, creation of pedagogical content, learning objects, hypermedia technical objects, hypermedia structures, codes of signification, Semantic Web.

Avertissements

Étant donné que le domaine qui nous occupe est vaste et que son étude ne s’est pas limitée au contexte francophone, nous avons pris en compte des travaux proposant des points de vue intéressants rédigés dans des langues étrangères (anglais, espagnol et italien principalement). Nous avons traduit l’ensemble de ces textes et y avons fait référence dans leur version originale. Traiter plusieurs langues pose souvent des problèmes au niveau de la terminologie. À ce sujet, nous avons essayé de rester le plus strictement possible fidèle au sens donnée par l’auteur.

Introduction générale

Dans les sociétés informatisées, nous assistons à une explosion des types et des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC). L’influence de ces technologies s’observe sur plusieurs niveaux, selon une gamme étendue de pratiques et dans presque tous les domaines de connaissance, des sciences naturelles aux sciences humaines.

L’éducation est un domaine particulièrement concerné par l’usage des TIC. Au cours de l’évolution des technologies, l’éducation les a progressivement pris en compte afin d’enrichir sa pratique et atteindre les objectifs pédagogiques. Néanmoins, la relation entre éducation et TIC a aussi été revêtue d’une série de négociations qui n’ont pas toujours conduit à leur pleine intégration et adoption.

En effet, bien que les TIC aient prouvé leur valeur comme moyen de transmission et de conservation du savoir, elles ont également été considérées comme de simples machines permettant de rendre effectuable une fonction. Dans ce sens, les TIC sont perçues comme des objets auxquels on confère une importance exclusivement instrumentale : elles servent à automatiser des routines et s’améliorent par remplacement ou suppression des technologies précédentes.

Dans le contexte actuel, les TIC ont essentiellement un caractère numérique qui se consolide avec les réseaux. Le Web est précisément l’incarnation de ce contexte, il est objet technique et média à la fois; il permet la réalisation de diverses tâches communicatives et, simultanément, est le lieu de convergence de diverses ressources textuelles, auditives, visuelles, audiovisuelles et interactives. Le Web, peut-on dire, constitue un espace pour la création d’un sens qui est en continuelle transformation; c’est-à-dire que grâce à sa nature numérique, il est modifiable et adaptable à des besoins particuliers de communication.

Or, le fait que le Web soit sujet à des modifications et des adaptations n’est pas nécessairement synonyme d’automatisme d’un point de vue du déterminisme technique. Nous aimerions plutôt dire que c’est un espace dans lequel on peut signifier de différentes manières. En ce sens, le Web est un objet technique dont les composants s’articulent pour constituer un code de signification. Notons que ce code est représenté, d’un côté, par la mise en place et le design de la représentation de l’information et, d’un autre côté, par le code informatique qui rend possible cette représentation visuelle. Le Web est ainsi un objet technique qui répond aux lignes évolutives des systèmes hypermédias et un type de média qui est caractérisé par la double logique de la « remédiation » [BOL 01]. Cette logique nous montre que dans l’espace Web, les médias fonctionnent comme représentation de contenu (ils sont transparents dans la mesure où l’on se concentre sur ce qu’ils dissent plutôt que sur leurs functions) et comme interaction (ils sont opaques dans la mesure où l’on se concentre sur la manipulation et l’interface plutôt que sur le contenu).

Dans un environnement comme le Web, l’un des enjeux concernant l’éducation réside dans la création de contenus pédagogiques. Les enseignants sont confrontés à la nécessité de produire ou de numériser des matériels didactiques non seulement pour les distribuer aux apprenants, mais aussi pour les rendre disponibles aux autres enseignants tout en prenant en compte des stratégies pertinentes pour les découvrir, les partager, les stocker et enfin les utiliser et réutiliser de multiples façons.

Il peut être observé que les enseignants sont des acteurs qui ont vu leur rôle s’enrichir par le développement de compétences visant à tirer profit des avantages des TIC. Nous sommes devant un processus complexe qui requiert de la part des enseignants une adaptation à des environnements numériques, une forme de travail de plus en plus collaborative et une adoption de méthodes favorisant l’apprentissage actif des apprenants.

Dans ce scénario, les méthodes de création de contenus pédagogiques ont toujours mis un accent particulier sur la transformation de matériels didactiques du format analogique en format numérique; des ressources imprimées en documents « scannés », transcrits à l’aide d’éditeurs de textes permettant leur distribution sous format PDF ou pages HTML. Ce type d’usage se conjugue le plus souvent avec l’emploi de plateformes à distance ou Learning Management Systems (LMS), qui offrent la possibilité d’écrire à l’écran, de saisir du texte et d’importer des médias directement sur un navigateur Web qui s’occupe de leur traitement et de leur mise en oeuvre selon le profil des apprenants.

Mais il semble que ces cadres d’utilisation se voient dépassés par de nouvelles attentes qui découlent du fait que le Web est un médium qui change constamment en modifiant ses codes de signification et qui est de plus en plus enrichi par des nouvelles informations. Parmi les attentes et exigences, on parle aujourd’hui d’intégrer des fonctionnalités sémantiques : de fragmenter/structurer des documents et de les restituer/resituer sous multiples formats, supports et formes de représentations selon les usages.

En nous situant dans un scénario où le Web se présente comme le moyen technique privilégié pour les pratiques pédagogiques modernes, nous considérons qu’il est important d’étudier celui-ci au-delà de sa simple fonction instrumentale afin d’évaluer les possibilités offertes au domaine éducatif. Tel est l’objectif de ce travail de recherche.

Afin d’évaluer les possibilités du code de signification du Web au domaine éducatif, notre travail propose une démarche à partir de méthodes propres aux sciences de l’information et de la communication (SIC). Nous nous intéressons plus particulièrement aux questions liées à l’usage et à l’appropriation des TIC pour favoriser les pratiques éducatives depuis une perspective communicationnelle. À ce sujet, le cadre théorique le plus pertinent à notre approche se dévoile à partir des sciences sémiotiques, comprises comme les disciplines s’intéressant aux processus de production du sens médiatisés par des règles définies par des conventions culturelles.

En ce qui concerne le Web, les règles qui le définissent peuvent être dévoilées en faisant appel aux approches de la sémiotique appliquée à la langue. Si l’on prend comme point de départ la sémiologie de Saussure, développée par la suite avec plus de rigueur et d’extension par Hjelmslev, Barthes ou Eco, on peut indiquer que l’objet technique hypermédia est déterminé par un code de signification dans lequel, au niveau syntaxique, les nœuds, les liens et les ancres sont les éléments fondamentaux. Au niveau sémantique, ces éléments fondamentaux forment des structures de signification qui fonctionnent pour accomplir une visée communicative. De manière analogue et du point de vue du code informatique qui rend possible la représentation graphique des éléments, la sémiotique structurale peut également s’appliquer aux langages de développement hérités du balisage SGML.

Mais il est bien connu que les sciences sémiotiques n’ont pas été influencées uniquement par les systèmes du langage. C’est chez Peirce, et plus tard chez Morris, Logan et Schuman, qu’une analyse pragmatique est formulée visant les manières dont les individus créent du sens selon les circonstances : « Pour développer le sens d’une pensée, il faut donc simplement déterminer quelles habitudes elle produit, car le sens d’une chose consiste simplement dans les habitudes qu’elle implique. Le caractère d’une habitude dépend de la façon dont elle peut nous faire agir non pas seulement dans telle circonstance probable, mais dans circonstance possible, si improbable qu’elle puisse être » [PEI 34 : 15].

Dans notre travail, les deux traditions de la sémiotique, linguistique et philosophique, seront considérées pour l’étude des objets hypermédias pédagogiques. Les conséquences de cette approche débouchent dans un regard à la fois structural et procédural de codes de signification sur le Web, telle comme il est représenté par toute distinction entre système et procès. Notre contribution réside donc en un essai pour rapprocher les pratiques pédagogiques aux fonctionnalités des objets hypermédias où ces fonctionnalités ne sont pas exclusivement instrumentales, mais bien communicatives.

Cette proposition est accompagnée de la discussion d’un prototype de système hypermédia que nous avons réalisé au sein du Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris VIII, SPECS (Structured Pedagogical Content System), qui a comme objectif d’implémenter notre approche théorique dans un contexte d’application réel au sein des formations dispensées par le département Hypermédia de l’université Paris VIII et du Campus numérique COMOR de l’université Paris V.

Au cours de son développement, notre application a suivi de près les fondements de notre réflexion sur l’élaboration d’un code de signification pédagogique. Le résultat est l’évaluation de la pertinence et des avantages de ce que nous avons nommé des « documents pédagogiques numériques », ces objets produits par notre application qui constituent en eux-mêmes un hyperdocument et qui ne sont pas assujettis à un modèle de représentation graphique basé sur le formatage, mais plutôt sur une notation sémantique laquelle est construite et évolutive à partir des besoins communicatifs.

Notre réalisation, système et documents produits, trouve sa place dans l’univers de systèmes pédagogiques existants en répondant aux besoins d’une approche centrée sur les structures. En effet, afin de répondre à la problématique de support des multiples structures hypermédias, au partage et accessibilité de ressources éducatives, à l’établissement de relations pédagogiques médiées par le Web, et à l’élucidation d’une voie vers la concrétisation des objets techniques hypermédias, nous conférons une plus grande attention aux structures qu’aux données informatiques. Les structures sont examinées en tant que stratégie méthodologique, en tant que formes potentielles de représentation de l’information et en tant que modèles constituant les règles syntaxiques et sémantiques d’une ressource documentaire à visée pédagogique.

Finalement, nous souhaitons souligner le fait que notre approche et son évaluation devront simplement être comprises comme un effort de notre part pour proposer une manière d’ajuster les objets techniques hypermédias à leur signification communicative et pédagogique. Nous pouvons cependant affirmer que nous disposons des expériences encourageantes à plusieurs niveaux. D’un côté, la mise en marche de notre système dans un cadre d’enseignement réel nous a permis de constater que le contexte actuel est propice pour les matériels éducatifs modulables, ceux-ci régis par une structure évolutive à leurs degrés syntaxiques et sémantiques selon une série de circonstances possibles. D’un autre côté, le développement d’environnements de travail et de structures de représentation appartenant au vaste champ des domaines hypermédias exige de considérer comme une voie ouverte le développement informatique sur le Web. C’est dans ces grandes directions que nous trouvons des pistes pour nous orienter dans la poursuite de notre recherche.

Organisation de la thèse

Le chapitre 1 vise à décrire le domaine de l’éducation par rapport à l’usage des technologies de l’information et de la communication. Il constitue un bref état des lieux, historique et actuel, pour mettre en évidence des problématiques communes.

Le chapitre 2 introduit une analyse du Web suivant une approche communicationnelle. Dans un premier temps, nous considérons le Web en tant qu’« objet technique », au sens de Gilbert Simondon. Dans un deuxième temps, nous prenons en compte des théories et méthodes, issues principalement de la sémiotique, afin d’évaluer l’existence d’un code de signification des objets techniques hypermédias. Dans un troisième temps, nous examinons les transformations ayant affecté les systèmes hypermédias afin de découvrir des lignes évolutives.

Le chapitre 3 reprend les notions de notre analyse communicationnelle pour déterminer un cadre théorique des codes de signification des hypermédias pouvant s’appliquer au domaine éducatif. Nous abordons deux grands types d’usages pédagogiques (exploratoire et constructif) et nous les illustrons au travers une série de systèmes hypermédias pédagogiques rendant effectuables des tâches d’argumentation, de modélisation, d’édition, de production multimédia et de travail collaboratif.

Dans le chapitre 4, nous mettons l’accent sur les notions de création, de contenu et de structures pour proposer notre approche de la création de contenus pédagogiques. Cette approche établit les fondements nécessaires pour les « documents numériques pédagogiques », leur rapport avec les objets techniques hypermédias et leur originalité vis-à-vis à d’autres formes d’information structurée.

Dans le chapitre 5, nous décrivons notre système SPECS : la forme dont il essaie de supporter la production de documents pédagogiques numériques ainsi que ses cadres de fonctionnement et d’usage.

Le chapitre 6 présente une discussion de notre approche d’après les expériences, les observations et les tests conduits dans un contexte réel d’enseignement. Ces essais ont été réalisés dans le cadre d’une formation à distance au sein du Campus numérique COMOR de l’Université Paris V René Descartes et d’une formation en modalité hybride au département Hypermédia de l’Université Paris VIII pendant l’année universitaire 2005-2006.

La dernière section avance nos conclusions et envisage des lignes de recherche et des travaux futurs.

Sommaire :

  1. Les TIC au service de l’enseignement
  2. La pratique de l’enseignement assisté par les TIC
  3. Les universités virtuelles et les campus numériques
  4. Les normes, standards et spécifications e-learning
  5. Les enjeux pédagogiques et sociaux des TIC pour l’enseignement
  6. Enjeux économiques et juridiques des TICE
  7. Les enjeux technologiques des TIC pour l’éducation
  8. Approche informationnelle-communicationnelle des TICE
  9. Les objets techniques et TICE : signes, dénotation et connotation
  10. TICE et les dimensions sémiotiques des objets techniques
  11. L’évolution des objets techniques : fonctions et lois de genèse
  12. Les objets techniques numériques à communiquer
  13. Convergence et remédiation des objets médias
  14. L’objet technique hypermédia : entre hypertextes et hypermédias
  15. Les élements sémantiques des objets hypermédias
  16. Fonctions primaires et secondaires des objets hypermédias
  17. L’évolution de systèmes hypermédias : Domaines et Systèmes
  18. Systèmes hypermédias pédagogiques : approches et notions
  19. Architecture des systèmes hypermédias pédagogiques
  20. Usages pédagogiques des hypermédias : exploratoire et constructif
  21. Types d’usages pédagogiques constructifs des hypermédias sur le Web
  22. Argumentation hypermédia : l’argumentation dans les hypermédias
  23. Systèmes gIBIS et Compendium, Argumentation dans les hypermédias
  24. La modélisation, un type d’usage constructif des hypermédias
  25. Édition hypermédia de documents et Web comme espace d’édition
  26. Systèmes d’édition hypermédia : Blogs, MediaWiki et Google Docs
  27. Multimédia et Apprentissage : réalisations et scénarisation
  28. Systèmes de production multimédia : LimSee2 et Topia
  29. Travail collaboratif : usage constructif des hypermédias
  30. Systèmes favorisant le travail collaboratif : Claroline et IsaWiki
  31. Contenu éducatif sur le Web, création et structures
  32. La création de contenu éducatif, Web comme machine textuelle
  33. La théorie de la transtextualité et la condition arbitraire du signe
  34. Documents numériques : Ingénierie et Design de l’information
  35. Documents pédagogiques numériques : éducation et hypermédias
  36. Approche centrée sur les structures, Contenu éducatif sur le Web
  37. Contenu éducatif: Langages, Objets pédagogiques et Web sémantique
  38. SPECS, un système pour la création de contenus éducatifs
  39. Présentation du système SPECS
  40. Fonctionnement, architecture et composants du système SPECS
  41. SPECS : le modèle de document pédagogique numérique
  42. L’interface graphique d’édition de documents numériques, système SPECS
  43. La licence professionnelle Webmestre éditorial : Usage des TICE
  44. Le mastère informatique et technologies, Technologies de l’hypermédia
  45. Usage du système de création de contenu éducatif par les auteurs
  46. Usage du système de création de contenus sur le Web par les lecteurs
  47. Évaluation comparative de systèmes de création de contenus
  48. TICE dans un contexte de création de contenus pédagogiques
  49. Le système hypermédia sur le Web : aspects techniques
  50. Services Web sémantiques éducatifs
  51. TICE et création de contenu pédagogique, Aspects épistémologiques

Introduction générale
1. Les TIC au service de l’enseignement
1.2. L’enseignement assiste par les TIC
1.3. La pratique de l’enseignement assiste par les TIC
1.4. Les normes, standards et specifications e-learning
1.5. Les enjeux des TICE
2. Approche informationnelle-communicationnelle des TICE
2.2. Les objets techniques et la communication
2.3. Les objets techniques numeriques à communiquer
2.4. L’objet technique hypermedia
3. Systemes hypermedias pedagogiques
3.2. Les hypermedias pedagogiques
3.3. Argumentation hypermedia
3.4. Modélisation
3.5. Edition hypermedia
3.6. Production multimedia
3.7. Travail collaboratif
4. Repenser la creation de contenus educatifs
4.2. Contenu, creation et structures
4.3. Le Web comme machine textuelle
4.4. Transtextualite: meta-lecture et meta-ecriture
4.5. Vers des documents pedagogiques numeriques
4.6. Contextes d’une approche centree sur les structures
4.7. Travaux en relation
5. Specs, un systeme pour la creation de contenus educatifs
5.2. Historique et evolution
5.3. Presentation du systeme specs
5.4. Cadres De fonctionnement
6. Experiences et discussion
6.2. Contexte d’evaluation
6.3. Experiences et resultats
6.4. Discussion
6.5. Travail futur
Conclusion générale