Mise en place de filières spécifiques à chaque déchet automobile

By 16 March 2013

3.3. La mise en place de filières spécifiques à chaque déchet automobile

a) A chaque déchet, une filière

Des filières spécifiques se sont progressivement créées afin d’éliminer chaque déchet issu de l’automobile. Ces filières se sont mises en place selon un mode de fonctionnement différent :

Certaines se sont organisées autour du concept de « responsabilité élargie du producteur » : le producteur prend alors en charge l’élimination (collecte et traitement) des déchets résultants des produits qu’il a mis sur le marché. C’est le cas des filières pneumatiques, batteries, piles, accumulateurs…

Pour les autres filières, il revient au dernier détenteur d’agir pour faire éliminer par des professionnels, les déchets qu’il a récoltés.

Enfin, d’autres modes d’organisation se sont mis en place comme pour les huiles usagées (chapitre I – C)

Parmi les nombreuses filières qui se sont mises en place, celle consacrée aux pneumatiques usagés constitue un bon exemple de filière performante dans le domaine du recyclage.

Tableau 19 : Collecte et traitement des déchets automobile

Déchets Volumes collectés (unités filtres) Mode de valorisation
2004 2005 Progression

2005/2005

Filtres usagés 4 733 287 5 429 919 15 % Ferraille : valorisation

matière /éléments filtrants : valorisation énergétique/huile : valorisation matière et énergétique

Liquides de

refroidissement usagés

1 259 455 1 538 624 22 % Valorisation énergétique
Batteries usagées 520 588 516 738 -1 % Plomb : Valorisation

matière / Polypropylène : valorisation

énergétique et matière

Solides imprégnés 970 794 1 149 574 18 % Valorisation

énergétique

Pare-brise usagés 190 872 206 175 8 % Valorisation matière
Pare-chocs 209 339 228 506 9 % Polypropylène :

valorisation matière

Ferraille usagée 4 733 835 5 088 265 7 % Valorisation matière

Source : Observatoire national des déchets de l’automobile

b) L’exemple de la filière pneus

La réglementation récente (décret n° 2002-1563 du 24 décembre 2002) concernant l’élimination des pneumatiques usagés a eu pour conséquence la création de filières spécifiques sous la responsabilité des producteurs ou des importateurs de pneus.

Les fabricants de pneus (Bridgestone, Continental, Dunlop, GoodYear, Kléber, Michelin, Pirelli) se sont ainsi associés au sein de la société Aliapur qui a pour mission d’organiser pour leur compte la collecte et le traitement de leur production de pneus.

Aliapur collecte, regroupe, trie et valorise les pneus usagés. Le coût du recyclage est d’environ 2 euros par pneu payés par le consommateur lors de l’achat pour un véhicule particulier. Broyés, les pneus sont réutilisés pour les pièces de caoutchouc destinées à l’industrie, les revêtements des routes afin de réduire le bruit et l’aquaplaning, les murs antibruit, les bétons spéciaux, des pneus plus petits (bacs poubelle, brouettes). Entiers ou découpés en bande, ils servent pour protéger des murs ou des quais, réaliser les tapis antivibratoires des tramways et métros et, enfin, de combustibles dans les cimenteries et les centrales thermiques.

Après sa première année d’existence, Aliapur a atteint un taux de récupération de 96 % de sa production de 2003. Par ailleurs, elle a entrepris d’inventorier les sites orphelins (114 identifiés, 260 000 tonnes) et s’est donné pour objectif d’en traiter 30 000 par an en plus des 220 000 tonnes liées à ses obligations réglementaires.

En 2004, la valorisation énergétique a été le principal débouché, soit 33 %, les granulats 30 %, le rechapage 19 %, le réemploi 8 %, les travaux publics 7 % et les aciéries 3 %.

Par ailleurs, un groupement d’intérêt économique, baptisé « France recyclage pneu », réunit des acteurs plus petits et a pour client l’association des importateurs de pneumatiques. Les volumes collectés en 2004 sont de l’ordre de 13 000 tonnes. Il est toutefois intéressant d’observer que la valorisation n’est pas la même : 70 % dans les travaux publics, 14 % en valorisation énergétique, 11 % en granulat, 3 % en rechapage et réemploi.

Enfin, certains petits producteurs, dont le plus important en volume est Norauto, ont choisi d’organiser eux-même la collecte des pneumatiques dont ils ont la responsabilité.

Les deux réseaux ont été financièrement équilibrés en 2004.

Graphique 17 : Répartition de la valorisation des pneus par Aliapur en 2005
Répartition de la valorisation des pneus par Aliapur en 200
Source Aliapur

L’automobile française : Une filière majeure en mutation
Avis et rapports du conseil économique et social
République française