L’emploi chez les fournisseurs de l’automobile française

By 15 March 2013

3.2. L’emploi chez les fournisseurs de l’automobile

La construction automobile génère la totalité des emplois chez les équipementiers automobile et une partie des emplois dans d’autres secteurs tels que le textile ou la métallurgie.

• Les emplois directs de l’industrie équipementière

Les constructeurs automobiles se sont progressivement recentrés sur leur cœur de métier, c’est à dire sur l’assemblage final du véhicule et la fabrication des moteurs et des boîtes de vitesse, tout en restant responsables de la conception des nouveaux véhicules et de leur commercialisation. Dans le cadre de cette stratégie d’externalisation et de la croissance du marché, les effectifs des équipementiers ont augmenté à partir de 1993 et jusqu’au début des années 2000.

Les équipementiers sont implantés à proximité des usines des constructeurs et ont développé leurs effectifs en employant une main d’œuvre jeune et qualifiée. Le recours à l’intérim s’est fortement accentué puisqu’il atteignait en 2003, 13 % des effectifs.

L’industrie équipementière emploie 130 000 personnes, principalement dans de grands groupes internationaux tels que Bosch ou Valeo. La France est ainsi un pays important pour Valeo puisqu’avec 2,3 milliards d’euros, cette entreprise y fait 23 % de son chiffre d’affaires. Valeo possède 31 sites de production en France et 29 % de ses effectifs. 42 % des ingénieurs de Valeo sont en France et 40 % de la R&D de Valeo est installée en France.

Dans l’industrie équipementière, les entreprises de plus de 500 salariés emploient près des trois quarts des effectifs et sont à l’origine de 74 % du chiffre d’affaire et de 81 % des exportations. Les 323 entreprises de moins de 20 salariés n’emploient que 1,6 % des effectifs de l’ensemble du secteur.

À l’image de ce qui se passe chez les constructeurs, les équipementiers emploient de moins en moins d’ouvriers et recrutent aujourd’hui davantage de formations qualifiées. La proportion d’ouvriers est ainsi passée de 89 323 en 1985 à 82 446 en 2004. En revanche, le nombre de cadre a pour sa part augmenté : la branche comptait 34 073 cadres en 1985, elle en compte 44 333 aujourd’hui.

Dans cinq régions, plus de 10 000 personnes exercent leur activité professionnelle chez un équipementier automobile : C’est le cas de l’Île-de-France, le Centre, la Lorraine, les Pays-de-la-Loire et Rhône-Alpes qui concentrent ainsi 45 % des effectifs.

• Les emplois des autres fournisseurs et sous-traitants

On estime à 185 000 personnes les effectifs employés par les autres secteurs fournisseurs de l’automobile comme la mécanique, le caoutchouc, le pneumatique, la plasturgie, l’électricité-électronique, la fonderie, le verre… On pourrait également mentionner le textile puisqu’un véhicule comporte en moyenne 20 kilos de textiles techniques.

Il est difficile d’évaluer précisément les emplois liés aux marchés automobiles, l’activité des entreprises de ces secteurs ne leur étant pas exclusivement consacrée. Cependant, pour beaucoup d’entre elles, les fournitures aux constructeurs français sont vitales, comme le montre le tableau suivant.

Tableau 11 : Les emplois induits par la construction automobile dans les secteurs fournisseurs

Activité

Effectif employé

Services industriels du travail des

métaux

65 000

Roulements

6 000

Fonderie

20 000

Caoutchouc

17 000

Plastique

42 000

Fiev (équipementiers)

130 000

Pneumatiques

27 000

Verre

3 000

Autres (batteries, autoradios)

5 000

TOTAL

315 000

Source : INSEE, 2004

L’automobile française : Une filière majeure en mutation
Avis et rapports du conseil économique et social
République française