La contribution des équipementiers à l’effort en matière de R&D

By 16 March 2013

2.2. La contribution des équipementiers à l’effort en matière de R&D
(2. Les efforts continus de la filière automobile en matière de R&D et de Qualité)

La très grande majorité des pièces qui servent à l’assemblage d’une voiture ainsi qu’à son entretien ou sa réparation sont aujourd’hui conçues et fabriquées par les équipementiers (voir chapitre I).

Les équipements sont de plus en plus nombreux, divers, complexes et innovants compte tenu l’évolution du statut dans la filière de production de ces fabricants (voir chapitre I). En effet, force est de constater que certaines technologies sont maîtrisées par les seuls équipementiers et échappent au champ de compétence des constructeurs. L’apport inventif des équipementiers est primordial.

En 1990, le pourcentage du CA consolidé réalisé en France s’élevait à 4 %. En 2004 dernière année du recollement d’information aujourd’hui à disposition ce même pourcentage est passé à un peu plus de 6 % en moyenne (voir tableaux en annexes).

Pour information, le troisième plus gros déposants de brevets d’invention et d’extension de brevets dans le monde toutes activités confondues, est Robert Bosch qui, avec plus de 12 brevets déposés par jour et 2 800 brevets déposés par an, consacre plus de 10 % de son chiffre d’affaires consolidé à la R&D en faisant de cet axe un élément fort de sa stratégie d’entreprise.

Afin d’illustrer ces propos nous pouvons citer à titre d’exemple quelques innovations :

– l’Antiblocage système (ABS) développé par Robert Bosch, permettant d’assister l’hydraulique de freinage par une électronique de fonction afin de répartir identiquement les forces sur les roues du véhicule lors d’un arrêt ou d’un ralentissement de la voiture;
– le pare-brise athermique développé par Pilkinton assurant le renvoi de 40 % de la chaleur des rayons du soleil hors de l’habitacle du véhicule par réduction de l’effet de loupe du verre;
– le filtre à particules développé par Faurecia, élément constitutif de la ligne d’échappement de la voiture permettant de réduire de façon significative le niveau de rejet des poussières dans l’évacuation des gaz brûlés du moteur diesel dans l’air;
– l’alterno-démarreur ou « stop and start » développé par Valeo, organe participant à la réduction de la consommation d’énergie dans le cas d’une circulation urbaine notamment en cas d’embouteillage.

Quantitativement en raisonnant au niveau d’une fonction comme le vitrage, technologie qui peut paraître comme banalisée, au niveau mondial sur la période 1994/2004 :
– pour le bombage et le feuilleté du pare brise (organe de sécurité obligatoirement certifié pour être commercialisé), 369 brevets déposés par les équipementiers du verre contre 19 pour les constructeurs;
– pour la trempe de la lunette et des vitres latérales, 215 brevets enregistrés pour le compte des verriers contre 69 pour les constructeurs.

Force est de constater cependant, que la recherche fondamentale initiée par les équipementiers s’accompagnera nécessairement d’une application sur une base roulante pour un éventuel développement industriel, par une collaboration avec un constructeur. Ce dernier architecte d’ensemble, validera les interfaces de fonctionnement avec des fournitures issues d’autres fabricants en décidant in fine d’intégrer ou non l’innovation à son produit.

L’automobile française : Une filière majeure en mutation
Avis et rapports du conseil économique et social
République française