Acheteur, un poste de plus en plus valorisé

By 17 March 2013

2) Acheteur, un poste de plus en plus valorisé

Acheter est une nécessité. Le faire de façon stratégique et optimisée l’est plus encore, et en périodes d’incertitude économique cela devient une priorité. Il convient de prendre en compte l’énorme voie d’amélioration que la fonction Achats représente pour la création de valeur et l’équilibre du compte de résultat, surtout en moments de crise, durant lesquels l’augmentation des ventes est tout sauf garantie.

José Valderrama est directeur général de Fullstep, un cabinet de conseils spécialisé dans l’accompagnement de projets achats. Celui-là déclare qu’avec un bon maniement de la fonction Achats, « une entreprise peut obtenir des économies supérieures à deux chiffres »9. Qu’on en doute est une chose, mais on ne peut que reconnaître les atouts de cette fonction transverse qui, avant de proposer la solution la plus adaptée aux besoins des clients, analyse les contraintes de tous les services de l’entreprise (Département Financier, Recherche et Développement, Marketing, etc.).

9 VALDERRAMA José, op. cit.

L’émergence de cette fonction n’est plus à démontrer tant les publications qui relèvent de ce sujet sont fréquentes, aussi bien dans la presse spécialisée que généraliste. Plus concrètement, il existe même des cabinets spécialisés dans le recrutement des acheteurs, tels que l’agence Big Fish. Un nombre d’ailleurs grandissant d’offres d’emploi dans ce domaine est preuve de l’intérêt que ce métier suscite. Il suffit de voir, sur les sites Internet d’annonces de travail, la quantité d’employeurs à la recherche d’un spécialiste de la logistique amont, pour se rendre compte de la prise d’importance du rôle de l’acheteur. Ce n’est pas Pierre-Antoine Fayol, chercheur de tête pour Michael Page, qui nous dira le contraire : « ces métiers ne sont pas sensibles au ralentissement de la conjoncture et le recrutement reste important »10. On pourrait prétendre que cette hausse d’attention n’est justement qu’une répercussion à court terme du souci de diminution des dépenses qui prédomine actuellement. Or, bien que la mission initiale des acheteurs était d’assurer la réduction des coûts, les professionnels estiment qu’ils contribuent aujourd’hui grandement à l’innovation et au développement des produits11. Ceci illustre leur relation étroite avec le marketing, ce que l’on verra dans la troisième grande partie de ce mémoire.

10 BIRMAN Camille, « Logistique, organisation, achats: de bons tremplins », Le Figaro Entreprises, 05/11/2001
11 BRUEL Olivier, (2008), op. cit. (page 1)

De plus, les acheteurs sont également garants de relations de partenariat avec les fournisseurs et parties prenantes du développement durable, enjeu devenu source de préoccupation croissante des acteurs économiques.

Ces dernières années, la prise de responsabilité des Achats augmente d’autant plus que les entreprises opèrent communément un recentrage sur leur cœur de métier, en externalisant certaines activités annexes : elles laissent une part souvent importante des produits ou services sous le contrôle de fournisseurs/prestataires, dont la performance économique et la qualité de l’offre sont déterminants. Cela confirme l’importance de bien sélectionner ses collaborateurs. Un service Achats mature a désormais une vision d’ensemble sur toute la Supply Chain et doit prévoir et maîtriser les risques tels que les défauts qualité, les ruptures d’approvisionnement…

Un défaut courant de l’organisation des Départements Achats se manifeste quand son personnel se concentre principalement sur des fonctions purement administratives d’approvisionnement. Ne consacrer qu’un effort minime à la recherche de fournisseurs, à la comparaison des offres et à la négociation est une erreur, car c’est dans ces activités que réside la génération de valeur. Cette déficience se retrouve principalement dans des services Achats récemment implantés, où la mission de l’acheteur est réduite à la passation de commande pour un produit déjà choisi par un autre service de l’entreprise. Comme le dit très justement l’auteur d’un article paru dans Les Echos, « les entreprises qui se sont lancées dans un processus d’achats élaboré ont souvent mis plusieurs années pour y parvenir ou bien y travaillent encore. C’est souvent vécu comme une petite révolution, c’est pourquoi l’exercice ne s’opère pas du jour au lendemain »12. L’entreprise qui grandit et qui aura mis en place un Département Achats connaîtra, au sein de celui-ci, une évolution donnant lieu à divers métiers. En effet, on distinguera d’abord petit à petit les approvisionneurs des acheteurs, les premiers travaillant sur un plan plus opérationnel, s’occupant de la gestion des stocks et des réassorts. Dans la suite de ce mémoire, on parlera davantage d’acheteurs, ces derniers étant ceux qui procèdent à la veille sur les marchés fournisseurs et à l’adéquation des gammes aux goûts des clients. Le service Achats continuant son développement, on verra ensuite se profiler, parmi les acheteurs, divers statuts. Au sein de Jacadi par exemple, on compte des chefs de marché, chargés de la sélection de produit, et des acheteurs négociateurs, qui gèrent les conditions des transactions réalisées13. Le service Achats deviendra alors progressivement une Direction Achats, hiérarchiquement à l’égale des autres grandes fonctions de l’entreprise et donc rattachée de façon directe à la Direction Générale.

Le stade le plus avancé de l’organisation des Achats, celui auquel tendent les grandes entreprises, est celui qui rassemble le service Achats et le service Logistique au sein d’une même Direction, dans le but d’aménager une Supply Chain totalement intégrée. C’est notamment ce modèle que souhaite mettre en place Marc Riard, Directeur Logistique des Galeries Lafayette14.

Finalement, les acheteurs bénéficient de nettement plus de considération qu’il y a une quinzaine d’années, « avec un fort accroissement des compétences métier puisque l’on assiste à une véritable catégorisation des profils »15. Ainsi, la fonction Achats, dans la mesure où on l’encourage à assumer ses diverses responsabilités, prend en charge une mission large et cruciale pour l’ensemble de l’entreprise. La gestion optimale de cette fonction se traduit en économies pour l’entreprise, voire en gains si elle sait augmenter la satisfaction des clients. Analyste du marché amont comme du marché aval et négociateur, l’acheteur est de plus en plus sollicité, les dirigeants ayant conscience de la polyvalence de ce protagoniste.

12 JASOR Muriel, « La fonction Achats prend de l’envergure », Les Echos n° 19 579, 09/01/2006 (p. 12)
13 Intervention d’Aude Parisot (responsable du contrôle de gestion Achats de Jacadi), le 16 décembre à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, dans le cadre du Master 2 Logistique
14 Conférence donnée par Marc Riard, lors d’une visite organisée pour le Master Logistique le 3 décembre sur le site de Bussy-St-Georges, où se trouve l’un des deux entrepôts des Galeries Lafayette
15 DE BOISFLEURY Sébastien, « Acheteur : une carrière qui décolle », Décision Achats, juillet-août 2004

La fonction Achats au service du Marketing sensoriel
Mémoire de fin d’études – Master 2 professionnel – Spécialité Logistique
Université Paris I – Panthéon Sorbonne