Le recrutement en France : Projets SIRH et Tendances Françaises

By 10 February 2013

2. Le recrutement en France

a. Les projets SIRH en France

Depuis l’arrivée des bienfaits des NTIC dans les entreprises, les projets SIRH (Systèmes d’Information Ressources Humaines) ont de manière générale payé les frais de fonctions plus stratégiques. On peut facilement noter le secteur bancaire, pour qui les domaines comptable et financier sont cœur de métier, ou encore les constructeurs automobiles plus orientés vers des processus industriels et logistiques. Mais les entreprises où les problématiques de gestion des ressources humaines sont cœur de métier sont assez rares. Ce très net avantage pour faire pencher les investissements vers un projet ou un autre a créé un certain nombre de projets SIRH bancals, peu intégrés voir peu fonctionnels.

Logiquement, l’idée d’industrialiser les processus d’une fonction aussi administrative que la RH étant indéniablement synonyme d’une baisse des coûts, les grandes entreprises ont fini par rationaliser leurs processus RH. On commença évidemment par les projets ayant les meilleurs retours sur investissement : la paie et la GTA (Gestion des Temps et des Activités).

Mais en termes de RH la grande tendance actuellement en marche est le management des compétences, on explique ceci en partie pour des raisons évidentes d’image, mais de manière générale les entreprises commencent à prendre conscience des apports de l’alignement stratégique : de la GPEC pour la gestion des collaborateurs, et du recrutement pour la recherche de nouvelles compétences.

b. Les tendances Françaises

Du point de vue des entreprises, ces cinq dernières années, nous avons assisté à une explosion technologique, nous assistons à une évolution des métiers RH, qui font de plus en plus appel à l’intégration de ces technologies. D’autre part l’individu, et donc le candidat, travaille différemment et consacre de plus en plus de temps à ses loisirs. Et nous constatons une incontestable accélération de la mobilité et du turn‐over. On assiste donc de plus en plus à l’apparition de solutions Groupe permettant la réduction des coûts de structure et un plus grand accès aux compétences recherchées.

Les candidats quant à eux, principalement les cadres et jeunes diplômés, cherchent à optimiser leur employabilité : dans cet objectif, ils font en sorte d’organiser leur parcours professionnel entre période d’intégration et d’apprentissage. Pour cela, ils ont de plus en plus recours à Internet. Pour 76 % des cadres et jeunes diplômés, Internet est devenu incontournable dans la recherche d’emploi (source APEC). En parallèle, les entreprises entament depuis quelques années une véritable course aux talents. On recherche l’excellence et on met en place des politiques RH de hauts potentiels.

c. Le recrutement Français : un vent d’Ouest

Malgré le fait que nous nous préoccupons exclusivement du recrutement en France, nous ne pouvons fermer les yeux sur le fait que les technologies que nous utilisons au service de ce processus nous viennent principalement des Etats Unis. La conférence sur l’e‐recrutement, organisée deux fois par an à Las Vegas et New York, par le Kennedy Information Center, permet alors de prendre connaissance des tendances du marché. A noter que devant la forte demande européenne, le cabinet à organisé, pour la première fois, une cession à Londres en juin dernier. C’est au travers de l’analyse du cabinet RAYMOND POULAIN spécialisé dans l’optimisation du processus de recrutement par l’intégration des NTIC, que nous tenterons de définir les grandes tendances à venir de l’e‐recrutement Français

Le dernier colloque de New York sur le e‐recrutement qui réunissait 1400 personnes de 32 pays différents a fait le constat très clair que les méthodes classiques de recrutement ne permettent plus de répondre à ces besoins de manière optimale. Ces nouveaux impératifs mènent à l’émergence de pratiques comme la rationalisation des choix et l’évaluation des méthodes employées.

Aux Etats‐Unis, le marché du recrutement génère 31 milliard de dollars l’intermédiation y est plus importante aux USA. En France, il est plus de 10 fois inférieure. Outre‐Atlantique la validation des compétences via Internet s’effectue de manière bien plus poussée, et la forte concurrence du marché entraine ses acteurs vers une course au progrès.

Aux Etats Unis, les ressources humaines font de plus en plus appel aux technologies mais sont surtout intégrées à la stratégie de l’entreprise. En France, nous n’en sommes qu’à nos débuts.

Lire le mémoire complet ==> (Evolution du E‐recrutement Français)
Intégration des technologies au recrutement français : Quels sont les nouveaux outils et méthodes à utiliser face aux grandes problématiques du recrutement français?
HEC Hautes Etudes Commerciales – Thèse professionnelle