Université et entrepreneuriat au Liban : impact limité

By 15 January 2013

II.3.3.2 Université et entrepreneuriat : impact limité

L’impact des enseignements en entrepreneuriat sur les étudiants est limité en raison :

* de l’approche classique de l’entrepreneuriat au Liban :

au Liban les enseignements sont au début du parcours et les établissements proposent des enseignements de base sans explorer la richesse de la variété des situations entrepreneuriales. La création d’entreprise présente la seule voie à l’entrepreneuriat, « aucune institution ne propose d’enseignements spécifique dédiés à la transmission et à la reprise d’entreprise » (Levy-Tadjine, 2008), malgré l’importance de la succession de l’entreprise au Liban. La culture et l’attachement familial oblige l’enfant, surtout l’ainé de prendre la relève58.

* du faible impact quantitatif auprès des étudiants :

à notre connaissance aucune université au Liban rendent obligatoires des programmes de sensibilisation. Ainsi, au Liban comme en France, très peu d’étudiants sont concernés par les cours d’entrepreneuriat. Cependant, il y a actuellement un besoin pressant de former des entrepreneurs qui possèderont les compétences nécessaires pour créer des entreprises orientées vers la croissance (Carrier, 2000), des propriétaires d’entreprises créateurs, innovateurs, capable de focaliser sur les occasions et de développer des stratégies originales et compétitives, lesquelles sont toutes des composantes du comportement entrepreneurial (Gasse, 1996).

* de leur dépendance des enseignements de gestion :

l’impact limité de formation en entrepreneuriat s’accentue par une offre d’enseignement en la matière dépendant des enseignements de gestion. les enseignements d’entrepreneuriat n’ont pas gagné leur autonomie ; des projets de formations sont proposés mais, dans leur grande majorité, les enseignements d’entrepreneuriat s’inscrivent dans des cursus de management. « Il n’existe pas d’actions de sensibilisation et de formation à l’entrepreneuriat pour les scientifiques libanais » (Hamzé, 2007)59. Les enseignements en entrepreneuriat sont développés dans les facultés qui entretiennent les liens privilégiés avec la problématique de l’entrepreneuriat seulement : la Facultés de gestion et la faculté d’économie. Les enseignements en entrepreneuriat sont intégrés dans des spécialités de management. Ainsi, la liste des spécialités en mangement de la faculté de gestion ne font pas apparaître l’entrepreneuriat an tant que spécialité indépendante à l’exception de l’USJ, les cours d’entrepreneuriat sont proposés dans le cadre de cursus de gestion. A titre d’illustration, il est possible d’évoquer dans le cursus de master, les cours facultatifs d’entrepreneuriat et du business plan. La discipline Entrepreneuriat ne semble pas encore s’être affirmée comme une discipline à part entière, ce qui constitue un obstacle à l’activation de l’entrepreneuriat au Liban. Selon une enquête sur les jeunes professionnels à Beyrouth (Zgheib, 2004), le Liban a montré que la peur de prendre des risques et l’insuffisance d’expertise sont les principaux obstacles au développement de l’entrepreneuriat au Liban. Autres compétences nécessitant des améliorations et l’attention sont énumérées et classés en ordre décroissant selon l’importance dans le tableau.

58 Contrairement en France, deux mille PME disparaissent faute d’avoir des héritiers intéressés par la reprise de l’entité économique. « Les transmissions se passent aujourd’hui principalement en dehors du cadre familial » (Deschamps et Paturel, 2005). Chaque année, 5000 reprises sont enregistrés (INSEE, 2004).
59 Cité par Levy-Tadjine(2008).

Tableau 11. Les compétences entrepreneuriales au Liban à améliorer (Zgheib, 2004 )

Rank constraint
1 risk taking
2 Insufficient experience or expertise
3 Fear of failure (low self confidence)
4 slow in caching an opportunity
5 uncertain leadership (communication)
6 raising of seed capital
7 little delegation capacity
8 lack of perseverance and persistence
9 procrastination
10 low money motivation
11 expectations in excess of achievement
12 awkward with ambiguity
13 inclination towards conflict avoidance
14 pragmatism

L’enseignement de l’entrepreneuriat peut contribuer au développement des compétences entrepreneuriales des jeunes libanais. A noter que le résultat de l’enseignement de l’entrepreneuriat le plus important est moins la création d’une entreprise supplémentaire par un étudiant ou un jeune diplômé, mais l’émergence et la diffusion de l’esprit d’entreprendre à l’intérieur des universités et dans les territoires. L’enseignement de l’entrepreneuriat est présenté comme le processus d’émergence de l’esprit d’entreprise qui « présente la représentation démocratisé de l’entrepreneuriat au sein des universités » (Schmitt, 2008). La représentation de l’entrepreneuriat au sein de l’université se synthétise autour de la création d’entreprise jusqu’au développement d’une représentation plus généralisé qui est l’esprit d’entreprise centrée sur la « volonté constante de prendre des initiatives et de s’organiser compte tenu des ressources disponibles pour atteindre des résultats concrets » (Gasse, 1982).

L’enseignement de l’entrepreneuriat doit développer des capacités analytiques qui relèvent d’un caractère rationnel et des capacités heuristiques qui confèrent une priorité à l’imagination, à la créativité, à l’intuition au jugement et à l’expérience (Desreumaux, 1993).

II.3.3.3 Un modèle à niveaux d’intervention faible

Dans le domaine de l’enseignement de l’entrepreneuriat, Fayolle (2000) dégage deux niveaux d’intervention à finalité pédagogique et académique, et un niveau d’intervention à finalité économique :

* « enseignement de sensibilisation et d’initiation à l’entrepreneuriat.

Il s’agit principalement à ce niveau d’éveiller les étudiants, de les sensibiliser à la création d’entreprise et de les amener à intégrer l’existence de nouvelles voies professionnelles qu’ils pourraient être amenés à utiliser au cours de leur carrière;

* enseignement de formation à la création d’entreprise, à la gestion de projet et à la PME.

Ces enseignements conduisent à une spécialisation dans le domaine à travers des options, filières ou dominantes qui peuvent faire l’objet ou non d’un diplôme ou d’une mention spécifique dans un diplôme ;

* accompagnement des étudiants porteurs de projet de création d’entreprise ».

Dans ce sens, et afin de répondre aux besoins de ceux qui désir devenir entrepreneur ou travailleur autonome, Filion et l’Heueux (2002) dirigent une enquête auprès d’étudiants de l’Université de Montréal et de ses écoles affiliées. Les résultats de cette enquête sont une indication que l’entrepreneuriat se situe dans les préoccupations de carrière d’une grande proportion d’étudiants. Cependant, les résultats révèlent que « les étudiants qui ont participé à l’enquête semblent peu sensibilisés aux ressources en entrepreneuriat qui existent sur le campus. Ainsi, ces futurs entrepreneurs ont besoin d’un accompagnement qui leur permettra de réaliser leur potentiel entrepreneurial, d’où l’importance de ce niveau d’intervention ».

Pour donner une forme de synthèse, le tableau60 présente le cadre général d’intervention dans le domaine de l’enseignement de l’entrepreneuriat, inspiré des travaux de Ramus(1992) et Marion (1998).

Tableau 12. Le cadre général d’intervention dans le domaine de l’enseignement de l’entrepreneuriat (Ramus, 1992 ; Marion, 1998).

Situation Objectif visé Action à envisager
« Etudiant » qu’on veut sensibiliser Ouvrir les étudiants à l’entreprise et à l’entrepreneuriat Actions de sensibilisation
« Etudiant » qui veut seformer, se spécialiser dans le domaine de l’entrepreneuriat et les métiers qui l’accompagnent. Développer des connaissances et compétences managériales spécifiques, utiles pour entreprendre dans différentes situations, conseillers des entrepreneurs, évaluer des projets de création d’entreprise ou d’activité. Actions de spécialisation
Etudiant motivé qui a un projet entrepreneurial concret (principalement la création d’entreprise Faciliter le parcours des porteurs de projets entrepreneuriaux par la formation initiales et la formation continue. Action d’aide au développement des projets entrepreneuriaux.

Au Liban, l’intervention se positionne entre les deux premiers niveaux (figure ci-dessous).
Université et entrepreneuriat au Liban : impact limité

Le Liban est un pays où la culture de la création d’entreprise se passe encore largement par la famille, ceci nous conduit à insister sur l’importance du rôle des universités dans l’apparition des vocations et des capacités entrepreneuriales selon les trois niveaux d’intervention dans le domaine de l’enseignement de l’entrepreneuriat. « La plupart des cours souvent optionnels ont une vocation de sensibilisation même si on peut regretter qu’ils demeurent cantonnés aux programmes de gestion » (Levy-Tadjine, 2008).

Conclusion :

Enseignement et entrepreneuriat sont deux notions qui se combinent depuis peu. Le développement de l’enseignement de l’entrepreneuriat ne met pas simplement en jeu des questions pédagogiques, il affecte très directement la finalité même de cet enseignement. En fait, il existe une très grande variété de méthodes, d’approches et de modalités pédagogiques (Carrier, 2007), l’enseignement de l’entrepreneuriat requiert une pédagogie active à travers laquelle le formateur met en place les conditions pour lequel l’étudiant apprenne(…), le rôle du professeur n’est plus d’enseigner mais de fournir aux étudiants des activités les amenant à élargir leur propre champ de compétences au regard de l’entrepreneuriat» (Carrier, 2009). Bien qu’« il n’y a pas selon nous une bonne méthode pédagogique dans l’absolu pour enseigner (…)., le choix de la technique et des modalités dépend des objectifs, des contenus et des contraintes imposées par le contexte institutionnel » (Fayollet et Verzat, 2009), nous avons choisi d’analyser le projet de création et la mise en situation.

La formation en entrepreneuriat analyse directement la place des enseignants, mais aussi le type de connaissances et de compétences à diffuser. Les universités a un rôle primordial à jouer auprès des étudiants et le moment est propice pour repenser les objectifs de cet enseignement. En effet, l’impact doit être identifiable au niveau de la formation de l’intention entrepreneuriale. Pour cela, l’intention entrepreneuriale est considérée comme indicateur central de mesure de l’enseignement de l’entrepreneuriat. Nous avons montré que l’enseignement et la formation en entrepreneuriat semblent avoir un impact positif sur les intentions et les comportements entrepreneuriaux.

Concernant le Liban, il semble que la relation U/E ait dépassé le stade de l’initialisation mais qu’elle doive encore confronter l’institutionnalisation. Cela passe par des actions menées en rapprochant les différents centres universitaires concernés et les différentes laboratoires de recherche afin d’accentuer la recherche en entrepreneuriat. L’homogénéité de l’offre et la coopération entre les différents acteurs favorise l’émergence d’un véritable milieu entrepreneurial au sein de l’université. Malgré les progrès effectués, l’enseignement de l’entrepreneuriat dans les universités libanaises doit faire encore des progrès, afin de mieux répondre aux besoins de l’économie libanaise. Plusieurs pistes de développement de la relation U-E existent :

* le développement des formations diplômantes en entrepreneuriat. Les universités au Liban ont besoin de se doter d’actions, de moyens et de personnes de plus en plus importants augmentant considérablement les possibilités d’aborder en son sein le domaine de l’entrepreneuriat. Une piste de développement peut être une meilleure prise en compte des spécificités culturelles, économiques, politiques et sociales de l’entrepreneuriat libanaises dans les enseignements libanaises ;
* l’adaptation des modèles étrangers aux caractéristiques socio-économiques du pays devient une nécessité. Les modèles américains et français, malgré leurs intérêts, ne peuvent pas répondre aux particularités du contexte local ;
* une meilleure contribution de l’université à la formation en entrepreneuriat passera aussi par une amélioration des contenus de formation, des méthodes et du matériel pédagogique utilisé. Des améliorations peuvent également s’effectuer dans les méthodes pédagogiques. Face à un enseignement actuel très académique, à travers des cours classiques, une plus grande utilisation des méthodes de pédagogie active sera plus utile. Ceci peut se faire par le biais du travail en groupe et des études de cas issues de la pratique entrepreneuriale locale, et à travers une implication plus intensive des étudiants dans des projets de création d’entreprise. Le développement des partenariats avec des entrepreneurs performants sous forme d’interventions durant les cours ou par une implication des élèves dans des projets de création rendra l’enseignement plus attractif et plus pertinent. La formation du corps professoral à ces méthodes, du même que l’augmentation du nombre d’enseignant- chercheur en entrepreneuriat deviennent donc un nécessité en si l’on considère la carence importantes actuelles au Liban.

En conclusion, l’enseignement de l’entrepreneuriat au Liban est encore à ses débuts, et il est l’héritage d’un passé économique, politique et social très perturbé. Cependant, des efforts supplémentaires sont souhaitables afin de passer d’un état d’initialisation à l’état d’institutionnalisation des liens avec l’entrepreneuriat au sens de Schmitt(2005). Le support et la volonté du gouvernement libanais quant au développement de l’enseignement supérieur, de même que les aides en provenance des organismes étrangers, constitueront un défi pur l’avenir de la formation en entrepreneuriat au Liban. L’objectif serait ainsi de développer un système d’éducation à l’entrepreneuriat efficace afin d’avoir un impact fort sur l’intention des étudiants. Mais, il est également admis que le genre influence l’intention entrepreneuriale. Plusieurs recherches ont montré que l’intention entrepreneuriale des hommes est plus importante que celle des femmes (Emin, 2003 ; Moreau et Raveleau, 2006 ; Boissin et al., 2006 ; Zao et al., 2005; Wilson et al., 2004, 2007, 2009). Vu cette différence, nous nous sommes intéressée à la femme en choisissant l’entrepreneuriat féminin comme champ d’étude.

Lire le mémoire complet ==> (L’intention entrepreneuriale des étudiantes )
Thèse de Doctorat ès Nouveau Régime Sciences de Gestion de l’Université de NANCY 2
Institut D’administration Des Entreprises