Emploi, entreprise et changement professionnel – Le e-learning

By 11 January 2013

2.2 Univers « emploi/ entreprise et changement professionnel »

Le noyau de cet univers est constitué par les termes travail, profession et entreprise qui représentent plus de 60% de l’univers comme l’indique le graphique ci-après.

Figure 31 : Contributions sémantiques dans l’univers « emploi/entreprise »
Contributions sémantiques dans l’univers « emploi/entreprise »

Deux idées principales émergent des associations faites par les apprenants dans cet univers : les changements dans leur activité et le rôle joué par l’entreprise dans leur démarche de e-learning.

2.2.1 Les changements en entreprise

Les apprenants qui travaillent associent en général, le fait de suivre un programme e-learning aux changements qui interviennent dans leur situation en entreprise. La densité du travail exigée en e-learning amène parfois les apprenants à accorder moins de temps à leur emploi, « le e-learning ça veut dire moitié moins de travail professionnellement, j’ai un peu mis le travail à l’écart pendant plus d’un an ». Certains d’entre eux demandent une réduction de leur charge de travail en entreprise, « …parce que j’ai fait les 6 premiers mois à temps complets mais je me suis rendu compte que ce n’était pas possible d’avoir les nuits de sommeil de 4 heures pendant des mois. J’ai donc demandé un mi-temps, et mon poste a été fortement modifié ». En fonction de la perception que l’entreprise a de la formation, elle va accorder plus de responsabilités à l’apprenant ou au contraire moins de responsabilité. Dans certains cas par exemple, l’entreprise considère l’apprenant comme un salarié à moitié étudiant, « …bon ! Les évolutions de carrière n’étaient pas intéressantes et à la dernière négociation de salaire, ils ont estimé que j’étais encore à moitié étudiant ». L’entreprise dans ce cas considère que l’employé consacre moins de temps à ses activités professionnelles, «à mon travail, ils sentaient que je consacrais moins de temps à mon travail qu’à mes cours. Je passais pas mal de temps sur le site de l’IAE à imprimer les cours ». Cette situation peut détériorer le climat au sein de l’entreprise «…au point qu’ils espionnaient ce que je faisais pendant mes heures de travail ».

Dans d’autres cas par contre, le fait d’être engagé dans une démarche e-learning peut être perçu en entreprise comme valorisant «Il y a un stade où ils sont au courant de votre démarche, même si vous n’êtes pas forcément appuyés, ça peut être bien vu. Une personne qui est volontaire et qui est motivée ». Dans cette optique, suivre une formation en e-learning peut apporter à l’apprenant plus de crédibilité en entreprise «c’était dans mes prix, et c’était aussi quelque chose qui me motivait, et que je voulais entreprendre, et qui donnait de la crédibilité à mon projet professionnel ». Cela peut développer la confiance que l’entreprise a envers l’apprenant et l’amener à lui accorder plus de responsabilités, « c’est-à-dire que ça permet de montrer aux employeurs qu’on est prêt à entreprendre quelque chose, qu’on est quelqu’un à qui on peut donner des responsabilités ». Suivre une formation e-learning en parallèle à un emploi confère à l’apprenant certaines aptitudes. L’entreprise reconnaît à la fois le diplôme que la formation apporte, mais également la capacité qu’à l’apprenant de mener à bien simultanément plusieurs projets, «en fait ils l’ont plus ou moins découvert et je pense que ce qui a joué c’était l’aptitude à combiner travail et formation, plus que le diplôme lui- même ».

2.2.2 Rôle de l’entreprise

Pour certains apprenants, l’entreprise a joué un rôle important dans la démarche de e-learning. Comme nous l’avons déjà souligné, la formation e-learning est dans certains cas financée par l’entreprise. Pour ce faire, l’apprenant sollicite son entreprise lorsqu’il a un projet de formation et dans certains cas, les démarches administratives peuvent être longues, « j’ai attendu un an pour l’acceptation de la direction de l’entreprise parce que c’est quand même une formation personnelle et ils n’engagent pas forcément 6000 euros pour que chaque personne ». Plusieurs raisons amènent les entreprises à accepter la demande de financement de e-learning de leurs employés. D’une part, il y a le besoin d’avoir un personnel mieux formé, «ll y a quand même un besoin en entreprise de personnes mieux formées, c’est pour ça que c’est accepté ». D’autre part, c’est le moyen de conserver le personnel et de valoriser leur apport et leur implication au sein de l’entreprise «… et en fait ça n’a posé aucun problème parce qu’on m’a appuyé, on a dit qu’au départ j’avais fait ce qu’il fallait dans l’entreprise, j’avais toujours été un bon élément, il n’y a jamais eu de soucis, donc qu’il fallait aussi des gens plus diplômé »

D’autres apprenants par contre, n’ont pas souhaité associer l’entreprise dans leur démarche de formation e-learning. Ils ont souhaité garder une certaine indépendance vis-à-vis de l’entreprise et surtout la liberté à l’issue de leur formation de la faire valoriser ailleurs, « je n’étais pas dépendant de l’entreprise. Parce qu’ils m’auraient fait signer un contrat sans doute pour rester ».

Il faut toutefois noter que dans les cas étudiés, l’initiative de la formation e-learning vient des apprenants eux-mêmes et non de l’entreprise. Les apprenants pour la plupart ont mené des recherches personnelles pour trouver la formation qui leur convient, en fonction de leurs besoins et des objectifs personnels qu’ils souhaitent atteindre. Ces recherches dans la plupart des cas ont été menées via Internet et dans la plupart des cas, le site du CNED est la principale source d’information. L’entreprise est impliquée au niveau du financement de la formation ou au niveau des aménagements dans la charge de travail de l’apprenant.

Lire le mémoire complet ==> (La mesure de la qualité perçue d’un dispositif de e-learning)
Thèse pour l’obtention du Doctorat Nouveau Régime ès Sciences de Gestion
Université NANCY 2 – Institut D’administration Des Entreprises