Segula Technologies : les secteurs d’activité et les savoir-faire

By 8 December 2012

Le système de management de la qualité de Segula Technologies – Deuxième partie :

3 Une société de conseil en ingénierie industrielle

Segula Technologies est l’une des principales sociétés françaises d’ingénierie industrielle (voir Annexe 1 p. 66). Elle représente un exemple particulièrement propice, par le fait que son activité recouvre deux aspects où la qualité tient une place primordiale : l’ingénierie industrielle et le management de projet.

3.1 Les secteurs d’activité

Segula Technologies, fort de 25 ans d’expérience, occupe une place de premier ordre sur le marché de l’ingénierie industrielle, notamment grâce à une offre diversifiée : l’entreprise est présente sur une dizaine de secteurs, de l’automobile (30% de ses activités), au ferroviaire (13%), de l’aéronautique et spatiale (28%) à l’énergie (16%), en passant par la pétrochimie, l’industrie navale, la défense, et l’informatique.

Partenaire de grandes entreprises innovantes, la satisfaction des exigences clients est une valeur clé de la culture de l’entreprise. Afin de maintenir son offre à un niveau compétitif et de parvenir à un niveau d’excellence technique, l’entreprise place en tête de ses priorités l’investissement dans l’innovation technologique. Elle possède son propre pôle de Recherche et Innovation, fonctionnant sur un système de bureaux d’études, composés d’équipes de chercheurs, ingénieurs et techniciens. Les travaux de recherche concernent principalement trois thèmes : les techniques et les technologies, les thèmes organisationnels et les thèmes méthodologiques.

Accordant la plus grande part de ses compétences au conseil et à l’innovation industriel, le groupe développe également des prestations en ingénierie documentaire et en ingénierie informatique (voir Annexe 2 p. 79 et annexe 3 p. 81).

3.2 Les savoir-faire

Afin de répondre à des offres dans ces différents secteurs, et pour fournir un service adapté aux besoins de ses clients, Segula Technologies propose des prestations reposant sur un ensemble de métiers variés. L’entreprise accompagne les projets de ses clients à divers niveaux, couvrant toute la chaîne de production, depuis la mise en place d’un projet global jusqu’à l’intervention pour un besoin ponctuel.

Le processus de gestion des affaires est le suivant : tout d’abord, le client, public, privé ou mixte, exprime un besoin par un appel d’offre. En réponse à cet appel d’offre, Segula Technologies émet un proposition commerciale, c’est-à-dire un devis correspondant à une offre de services (produits ou prestations). Les offres commerciales sont de deux types : soit sous forme d’assistance technique d’un ingénieur ou d’une équipe d’ingénieurs mise à disposition sur le site du client, pour une durée déterminée ; soit sous forme de prestation forfaitaire, calculée sur la base d’un nombre de livrables définis, indépendamment du temps passé et du nombre de ressources mobilisées. Après soutenance de l’offre commerciale devant le client, ci celui- ci accepte les conditions de la prestation, une commande (de produit ou de service) est lancée, engageant les deux parties à mener à bien le projet.

Le Système Projet repose donc, dans ces conditions, essentiellement sur le pilotage des savoir-faire métier et le management des équipes. Cela implique une attention particulière au recrutement de profils adaptés aux projets, à la formation des nouveaux collaborateurs aux outils de suivi, utilisés pour le travail en mode projet, et à la mise en place d’une gestion des compétences qui soit profitable à l’ensemble du groupe, pour la conduite des affaires à venir.

Dans ces circonstances, alliant industrie – parmi lesquels des secteurs très exigeants comme l’aéronautique ou le nucléaire – et gestion de projets, le management de la qualité occupe une place très importante et représente un atout de réussite pour Segula Technologies. Aussi, quelle est la politique qualité adoptée par le groupe ?

3.3 La politique qualité

3.3.1 Les objectifs

Les objectifs qualité sont annoncés par la direction dans les Initiatives 2010. Ce document, signé par le Président du Directoire, est diffusé annuellement, en interne, afin de tenir les collaborateurs informés des lignes directrices de la politique qualité. Se plaçant dans « une logique d’amélioration continue, elle s’articule autour de quatre valeurs fondatrices, Partenariat, Performance, Profitabilité et Pérennité, chacune étant déclinée en axes de travail ayant pour enjeux la satisfaction des clients et partenaires, ainsi que le développement du groupe. »4 Chaque axe de travail est ensuite décliné en fonction des objectifs à atteindre, des moyens pour y parvenir et des indicateurs à utiliser pour mesurer la progression. Pour ne pas reprendre l’intégralité du document, seul les objectifs des axes de travail seront cités, car leur connaissance est indispensable à la compréhension de la politique qualité de l’établissement.

La première ligne directrice développée concerne la performance. Elle se compose d’améliorations en termes de croissance, d’efficacité et d’efficience, et de certification qualité. L’objectif, en matière de croissance, consiste à étendre sa présence commerciale, en développant les activités de l’entreprise. Le deuxième objectif d’efficacité et d’efficience relève exactement d’une démarche qualité, puisqu’il vise à « améliorer la tenue des délais et la qualité des prestations », par l’emploi d’outils informatiques aidant à la conception industrielle et à la gestion de projet. Le troisième objectif révèle la principale motivation de l’entreprise à s’astreindre à une politique qualité : « permettre le référencement chez les grands donneurs d’ordre », par le renouvellement des certifications, dont l’ISO 9001.

Deuxième grande orientation, le partenariat. Ici, les apports de la démarche qualité sont attendus sur le plan commercial, avec la chaîne clients, collaborateurs, fournisseurs. Le premier objectif est la fidélisation des clients, par une attention accrue au management des relations clients. Le deuxième objectif est le pendant du premier, pour l’organisation interne : la fidélisation des collaborateurs, par un meilleur management du personnel. Enfin le troisième objectif cherche à atteindre une réduction des coûts d’achats, par des partenariats durables avec les fournisseurs.

Le dernier axe de progression est consacré aux valeurs qui font qu’une société est durable : la profitabilité et la pérennité. L’objectif de rentabilité est celui qui va permettre le développement du groupe, accompagné de la gestion des risques. La mise en place de systèmes dédiés au management des risques s’avère profitable par le fait qu’il aide à limiter la non qualité, c’est-à-dire tout (services et produits) ce qui n’est pas conforme aux exigences des clients. Le dernier axe aborde l’innovation, comme un moyen de rester à la pointe de la technologie.

Après avoir fixé les grandes lignes que l’entreprise s’engage à suivre, la direction doit donner à ses collaborateurs les moyens de mettre en pratique ces directives, c’est le Système de Management de la Qualité.

Lire le mémoire complet ==> (Dans le cadre d’une politique qualité d’entreprise, quelle place pour la politique d’archivage ?)
Mémoire pour obtenir le Titre professionnel “Chef de projet en ingénierie documentaire” INTD
Conservatoire National Des Arts Et Métiers Institut National Des Techniques De La Documentation