Rôle des sites internet qui relayent le discours du Consortium

By 1 December 2012

2.2 Le rôle des sites internet qui relayent le discours du Consortium

La visibilité sur les principaux supports de communication touristiques que sont Internet et les guides est aujourd’hui déterminante pour le dynamisme des destinations touristiques. La présence sur Internet semble en particulier décisive. Non seulement ce moyen de communication est une source d’informations pour les touristes qui organisent leur voyage mais il est aussi de plus en plus utilisé par les professionnels du tourisme comme canal de distribution. Dans le cas du Chianti, Internet occupe une place importante dans le processus de préparation du séjour des visiteurs. Selon L’Enquête de satisfaction de clientèle du Chianti et de Cortone (2006), 23% des italiens, 50% des américains et 30% des allemands réservent leur hébergement sur internet. 30% des réservations d’agritourismes, de chambres d’hôtels et d’appartements sont réalisées en ligne et 25% des visiteurs avaient recherché des informations sur le web avant leur départ. D’autre part 24,1% des enquêtés utilisent internet pour trouver des renseignements sur leur lieu de séjour et 15,7% consultent un guide touristique (Fig. 18). Dans ce contexte, il est évident que les discours tenus sur les sites internet et les guides touristiques influencent la représentation que les visiteurs potentiels se font de la destination et qu’ils revêtent en conséquence un enjeu particulier.

LE FONTI DI INFORMAZIONE SULL’AREA DI SOGGIORNO

border=’1’>

Fonte

Italiani

Stranieri

Totale

Agenzie di viaggio

5,0%

16,3%

13,6%

Riviste/giornali/TV

7,4%

2,8%

3,9%

Guide turistiche

12,1%

16,9%

15,7%

Fiere e mostre

0,4%

0,6%

0,5%

Precedenti visite

12,1%

8,4%

9,2%

Brochure/depliant

14,5%

13,8%

13,9%

Consiglio

23,0% 17,2% 18,6%

amici/parenti

Internet

24,5%

24,0%

24,1%

Pro loco

1,1%

0,2%

0,4%

Totale

100,0%

100,0%

100,0%

Figure 17 : Les canaux d’information consultés par les touristes du Chianti pour se renseigner sur leur lieu de séjour. Source : L’Enquête de satisfaction de clientèle du Chianti et de Cortone (2006)

Une analyse des différents sites internet assurant la promotion du Chianti montre que certains opérateurs et professionnels indépendants Toscans ont développé des sites Internet faisant office de guides touristiques et de support de promotion du terroir. En effet, ces sites ne tenant pas compte des limites administratives, le Chianti Classico est présenté comme une destination à part entière. Nous pouvons ici citer le site http://www.chianti.it géré par des acteurs locaux à titre d’exemple, qui reconnaît les limites du terroir. Des sites Internet tenus par des opérateurs en ligne travaillant à une plus petite échelle comme www.italianwinetours.com ou firenze.guidatoscana.it, respectent également le périmètre des territoires du Chianti et font référence à l’histoire du vin Chianti Classico (Fig. 19). Un partenariat avec le Consortium, qui, comme nous l’avons vu, cherche à contrôler l’utilisation du terme « Chianti », peut expliquer cette discipline de la part des professionnels.

Reconnaissance des limites du terroir Chianti Classico

Territoire de référence

Sites internet

www.chianti.com

oui

terroir

www.yourtuscany.com

oui

terroir

www.chianti.it

oui

terroir

www.terredevins.com

oui

terroir

http://www.italianwinetours.com/wine%20tour%20in%20tuscany.htm

oui

terroir

http://www.reidsitaly.com/destinations/tuscany/chianti/index.html

oui

terroir

http://firenze.guidatoscana.it/fr/firenz-dintorni/vacanze-nel-chianti.asp

oui

terroir

http://www.borghiditoscana.net/it/toscana/chianti/index.htm

oui

terroir

Figure 18 : Les principaux sites internet faisant référence aux limites du terroir Chianti Classico.

Des guides touristiques classiques comme le Guide vert Toscane Ombrie 2010 ou le Guide du Routard Toscane Marche Ombrie 2010 présentent aussi le Chianti comme une destination en soi, dont les limites correspondent à la zone de production du Chianti Classico. Ils relayent ainsi indirectement le discours du Consortium.

Plusieurs observations semblent attester que les visiteurs sont réceptifs aux représentations véhiculées par le consortium et les canaux d’information évoqués ci-dessus. D’abord, nous savons grâce à l’enquête de satisfaction réalisée par le CST que la moitié des visiteurs visitent le Chianti pour son vin et ses paysages, et donc que la découverte du terroir est au centre de leurs motivations. En outre la même étude montre qu’une partie des touristes interrogés a consulté les sites des communes du Chianti avant de préparer leur voyage. Cette donnée laisse penser que certains visiteurs ont recherché au préalable quelles étaient les communes constitutives du terroir et que leur intention principale était de visiter l’espace viticole renommé pour ses vins et non les aree de Sienne et de Florence. Enfin, comme nous l’avons vu précédemment, les visiteurs se plaignent du manque de coordination entre les deux aree Chiantigiane, ce qui traduit une volonté de leur part de parcourir les huit communes du Chianti parce qu’elles sont les parties d’un même ensemble agricole et culturel.

Le développement de l’œnotourisme a donc contribué à une plus forte visibilité et une meilleure lisibilité du terroir viticole, et ce malgré les limites administratives. Il semble que le processus d’association d’un produit à une destination soit quasiment achevé dans le Chianti. La visibilité internationale du vin a vraisemblablement favorisé ce phénomène, le visiteur formant sa propre représentation d’un espace touristique en fonction de ce qu’il convoque comme référent ou comme motif de visite. Dans le cas du Chianti, le vin étant le motif ou un élément ayant influencé le choix de la visite, le terroir devient une destination à part entière. . Et de fait, il s’agit de l’objectif de tous les projets de mise en tourisme des terroirs.

« Les activités viticoles et touristiques peuvent contribuer à faire du terroir une destination touristique. C’est ce qui tente toutes les initiatives en oenotourisme maintenant. Le but, c’est d’essayer d’offrir des destinations nouvelles…. et le vin est un des produits nobles des campagnes finalement. (LIGNON-DARMAILLAC, Annexe E, entretien n°1)

En parallèle, le discours et les actions d’aménagement du Consortium favorisent la reconnaissance mais aussi la construction d’un véritable espace empreint de territorialité, des projets étant conçus par l’organisation syndicale au niveau terroir.

Lire le mémoire complet ==> (La mise en tourisme du patrimoine viticole : l’exemple du Chianti)
Mémoire professionnel présenté pour l’obtention du Diplôme de Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Université de Paris 1 – Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures Du Tourisme