Le secteur bancaire égyptien après les nationalisations de 1961

By 19 December 2012

3- Le secteur bancaire égyptien après les nationalisations de 1961

Comme nous l’avons déjà mentionné, à la suite des nationalisations bancaires en 1961, l’Etat contrôlait 100 % du secteur bancaire. Par ailleurs, le gouvernement de l’époque a appliqué une stratégie de fusions et de liquidations pour les petites banques nationalisées. Cette stratégie a nettement diminué le nombre des banques. Ainsi, le nombre des banques en Egypte a chuté de 32 banques en octobre 1958 à 10 banques en octobre 1963. Ce nombre a été réparti entre les banques commerciales (5) et les banques spécialisées (5), comme l’illustre la figure (2.2)327.

En 1964, un système de spécialisation sectorielle a été appliqué dans le secteur bancaire totalement public. A partir du 1er juillet 1964, les opérations bancaires du secteur public ont été réparties entre les cinq banques commerciales. Ces dernières étaient spécialisées en fonction des différents secteurs économiques. Ainsi, selon ce système de spécialisation sectorielle, chaque banque des cinq banques commerciales était chargée d’effectuer toutes les opérations bancaires concernant un groupe d’établissements publics de caractère économique ayant des activités analogiques328.

En 1971, le gouvernement de l’époque a maintenu sa politique de fusions et de spécialisation. Un décret-loi du 23 septembre 1971 a réorganisé le secteur bancaire en décidant des mesures de fusions et en établissant un nouveau système de spécialisation. Ainsi, trois banques ont été fusionnées avec les autres banques existantes, la Banque Misr a absorbé la Banque de Port-Saïd ; la Banque d’Alexandrie a absorbé la Banque industrielle ; la Banque foncière Egyptienne a absorbé la Banque de crédit Hypothécaire. En conséquence de ces fusions le nombres des banques opérant en Egypte a été clairement réduit. A cette période-là le nombre des banques n’était plus que de six (6) banques (4 banques commerciales et 2 banques spécialisées)329.

Figure 2.2 – La structure du secteur bancaire égyptien en 1963
La structure du secteur bancaire égyptien en 1963

Par ailleurs, selon le nouveau système de spécialisation (la spécialisation opérationnelle) décidé par le décret-loi du 23 septembre 1971, chaque banque des cinq banques opérant (à l’exclusion de l’Organisme Egyptien pour le crédit Agricole et Coopératif) s’est spécialisée dans le financement d’un seul type d’activité économique.

Ainsi, la National Bank of Egypt finançait toutes les opérations bancaires concernant le commerce extérieur ; la Banque Misr était chargée des opérations bancaires relatives au commerce intérieur ; la Banque d’Alexandrie était spécialisée dans le financement des unités de production ; la Banque du Caire était chargée des opérations de financement des services publics ; la Banque foncière Egyptienne était compétente pour les opérations bancaires relatives au secteur immobilier et au secteur de la construction.

Dans ce cadre, nous observons que, au cours de la période de 1961 à 1974 le secteur bancaire égyptien constituait un secteur très concentré (10 banques en 1963 puis 6 banques en 1971) et très rigide. Ce secteur, contrôlé à 100 % par l’Etat, pratiquait ses activités traditionnelles dans un cadre de spécialisation décidé par l’Etat et avec l’absence totale de concurrence ou de développement des services présentés.

Il convient, enfin de souligner la politique d’ouverture économique (L’Infitah) établie par le Président Sadate et décidée par la loi du 10 juin 1974, dite loi d’investissement des fonds arabes et étrangers et l’organisation des Zones franches. Cette dernière a autorisé les banques étrangères à établir des banques sur le territoire égyptien soit par la voie des succursales, soit en association avec des capitaux égyptiens. Pour accomplir leurs activités en monnaie locale, les banques créées doivent être fondées sous forme d’une société mixte comportant une participation égyptienne d’au moins 51 %.

En fait, l’autorisation d’établir des succursales des banques étrangères et des banques mixtes en 1974 a constitué la première étape vers la privatisation bancaire en Egypte. Dès lors, le secteur bancaire égyptien comporte un secteur public composé par les banques commerciales publiques et les banques spécialisées et un secteur privé ou semi-public formé par les succursales des banques étrangères et les banques mixtes.

Malgré cela, l’Etat a continué contrôler la quasi-totalité du secteur bancaire. dans cette époque-là, les quatre grandes banques commerciales publiques possédaient près de 60 % de la situation financière globales des banques en Egypte. D’ailleurs, l’Etat possédait indirectement par les banques publiques seules ou avec d’autres organismes publics une part majoritaire dans les capitaux de la majorité des banques mixtes constituées en fonction de la loi d’investissement des fonds arabes et étrangers et l’organisation des Zones franches et ses modifications.

Lire le mémoire complet ==> (La privatisation du secteur bancaire : Etude comparative entre l’Egypte et la France)
THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L’UNIVERSITE DE LILLE 2
Université Du Droit Et De La Santé De LILLE 2 – Sciences Economiques et Sociales