Le e-commerce en France et aux Pays-Bas: faits et chiffres

By 29 December 2012

Etat des lieux et contexte du e-commerce – Chapitre 1 :

Ce premier chapitre a pour but principal d’exposer l’état des lieux et le contexte des e-commerces tels qu’ils existent aux Pays-Bas et en France. Les Pays-Bas apparaissent en position de tête dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, tandis que la France s’est développée plus tard dans ce secteur. Pour expliquer ces différences, nous insisterons d’abord sur les raisons pour lesquelles les Pays-Bas connaissent une position de tête et ensuite nous expliquerons d’où sort le retard de la France par rapport aux Pays-Bas. Il s’agit donc des raisons économiques aussi bien que linguistiques et historiques.

1.1 Le e-commerce : faits et chiffres

1.1.1 Le développement des NTIC et de l’Internet en France et aux Pays-Bas

Les « Technologies de l’Information et de la Communication » sont 1:

« Un ensemble de technologies utilisées pour traiter, modifier et échanger de l’information, plus spécifiquement des données numérisées. La naissance des TIC est due notamment à la convergence de l’informatique, des télécommunications et de l’audiovisuel ».

Il s’agit donc d’un développement technique contemporain. Cependant, les TIC sont un secteur qui trouve ses origines à partir du XVe siècle, lors de l’invention de l’imprimerie en 1450 2, suivie par le télégraphe et le téléphone au XIXe siècle. Au XXe siècle, ce développement s’étend avec la télévision, le GPS et Internet finalement. Etant donné que l’échange des informations se passe rapidement, le développement d’Internet mène à de grands succès ces dernières décennies. Le secteur des TIC comprend des sous-secteurs tels que le web marketing, la communication et la technique, qui rendent les TIC un des plus grands secteurs en ce moment. Ceux-ci sont en constante évolution et on peut imaginer le secteur des TIC comme une toile d’araignée, disons un secteur-porteur avec plusieurs sous-secteurs.

Le fait que les technologies se répandent rapidement a de larges conséquences; l’utilisation d’Internet par la population néerlandaise s’est généralisée à partir des années ’90. Le secteur des TIC évolue très rapidement dans le pays et est maintenant non seulement utilisé par les entreprises, mais également par le secteur public et les ménages.

Selon la Commission européenne, le e-commerce fait partie du secteur des NTIC: les nouvelles technologies de l’information et de la communication 3, que la société du travail s’est données, passant d’une société agricole à une société industrielle, puis à une société caractérisée par les mouvements liés à l’information.

1 Germain, M. (2010). Lexique des TIC. Forum ATENA, p. 19.
2 Mathiex, J. (1996). Histoire de France. Paris : Hachette Livre, p. 36.
3 Commission européenne, Les nouvelles technologies de l’information et de la communication – ec.europa.eu/ – le 26-09-2011.

D’après l’évolution d’une société industrielle vers une économie de services, elle se déroule à partir des années 1970 et est le résultat du post-fordisme.

Au cours du temps, avec le passage de la société agricole vers une société informationnelle, il y a une dispersion de services et les types d’organisation changent avec le temps. Actuellement, nous nous trouvons dans une époque de nomadisme virtuel et les distances relatives diminuent. De plus, les changements dans le travail exigent de nouveaux types d’organisation du travail ; non seulement le travail s’est standardisé, mais le contrôle direct sur le travail a augmenté aussi. Le e- commerce est caractéristique de l’intégration, avec le développement de la télématique, l’informatique et les télécommunications (dont Internet et le courriel).

Avec le développement des sociétés modernes qui évoluent d’une société rurale et agricole vers une société informationnelle. La venue d’Internet et son utilisation diminue les distances relatives, et les acteurs du marché international – qui peuvent être classés en vendeurs et acheteurs – entrent en contact facilement, notamment grâce à la rapidité et l’aspect personnel des e-mails. Malgré la taille impressionnante car mondiale du marché, l’interaction personnelle entre vendeur et acheteur n’en est pas moindre, bien au contraire.

Le développement rapide des NTIC a donc non seulement changé les sociétés modernes et l’organisation du travail, mais a aussi facilité les ventes en ligne. Dans ce domaine, il existe des différences entre la France et les Pays-Bas. Par conséquent, nous insisterons sur ces différences dans le prochain paragraphe.

1.1.2 La vente en ligne en France et aux Pays-Bas

Les chiffres d’affaires du e-commerce ont atteint 31 milliards d’euros pour la France et 8,2 milliards d’euros pour les Pays-Bas en 2010. Avec 320,3 millions de transactions en 2010 et avec 19% des Français qui effectuent au moins une fois par mois une vente en ligne, la France ne cesse de se développer dans le domaine des ventes en ligne 4. Selon le journal néerlandais populaire « De Telegraaf », avec un tirage de plus de 661.000 journaux, 60% des internautes néerlandais font des achats en ligne mensuellement 5 . « De Telegraaf » déclare également que le marché néerlandais a tant crû ces dernières années, qu’une diminution de la croissance du nombre d’achats en ligne est visible. Pourtant, le chiffre d’affaires du e-commerce néerlandais continue à croître, et a atteint 8,2 milliards d’euros en 2010. En 2012, on prévoit un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros, ce qui implique qu’il aura doublé en l’espace de cinq ans.

5 Telegraaf, Groei in online winkelen neemt af – www.internetkassa.nu/ – le 04-08-2011.
4 FEVAD, Bilans e-commerce – www.fevad.com/ – le 04-08-2011.

Comment la position de tête des Pays-Bas peut-elle être expliquée ? Selon une étude de la Fédération e-commerce et vente à distance (FEVAD), cela s’explique partiellement par le fait que 91% des ménages néerlandais ont accès à Internet à la maison en 2010. Cela a mené à un pourcentage de 67% de particuliers ayant acheté sur Internet en 2010. En France, les chiffres sont respectivement moins élevés avec un pourcentage de 74% des ménages ayant accès à Internet à la maison et 56% des particuliers ayant effectué un achat en ligne. Les chiffres d’affaires depuis 2005 sont mentionnés dans le graphique ci-dessous :

Chiffres d’affaires des e-commerces
L’évolution des chiffres d’affaires des e-commerces en France et aux Pays-Bas en milliards d’euros
Graphique 1. L’évolution des chiffres d’affaires des e-commerces en France et aux Pays-Bas en milliards d’euros 6 7.

On y voit que la France a des chiffres d’affaires absolus plus élevés que les Pays-Bas, ce qui est logique compte-tenu du nombre d’habitants dans les deux pays ; la France a 65 millions d’habitants tandis que les Pays-Bas en ont 16 millions, soit quatre fois moins.

Il y a aussi une grande différence à noter dans le domaine de la qualité du haut-débit – un accès à Internet à un débit supérieur à celui de l’accès par modem et donc plus rapide – au niveau mondial. En 2009, Les Pays-Bas sont septième dans le top dix selon un sondage réalisée par le groupe américain Cisco Systems 8. Par contre, la France occupe la quatorzième place et a reculé de 4 places par rapport à l’année précédente. Cependant, la France se trouve toujours parmi les pays qui ont accès à Internet de manière confortable, donc cette classification n’est pas catastrophique 9.

6 FEVAD, Bilans e-commerce – www.fevad.com/ – le 05-08-2011.
7 Journal du Net, Les chiffres d’affaires du e-commerce en 2010 – www.journaldunet.com/ – le 05-08-2011.
8 Cisco Systems, Third annual broadband study shows global broadband quality improves by 24% in one year – www.newsroom.cisco.com/ – 28-09-2011.
9 Belfiore, G., Qualité Internet haut-débit : la France en 14e place – www.clubic.com/ – le 28-09-2011.

1.1.3 Profil-type du consommateur en France et aux Pays-Bas

Selon le rapport de la FEVAD, le marché français comptera à la fin de 2011 28 millions de Français qui effectuent des ventes en ligne. Sur une population de 65 millions d’habitants, cela implique que 43% de la population française effectue des ventes sur le web. La FEVAD distingue dans cette même étude les ventes à distance – par téléphone, courrier et Internet – et une totalité de 77% des Français font des ventes à distance. Or, cela veut dire que même si la plupart des ventes à distance en France ont lieu sur Internet, les catalogues jouent encore un rôle considérable en France. La documentation de la FEVAD dessine également la répartition des internautes français telle qu’elle est mentionnée ci-dessous :
Répartition et structure des internautes français selon le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la région
Graphique 2. Répartition et structure des internautes français selon le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la région 10.

On constate qu’il n’y a pas de grandes différences dans les catégories ; le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la région ne montrent pas de grande diversité et se trouvent toutes autour des 70%.

Le marché néerlandais représente en 2010 un potentiel de 11,6 millions d’internautes, parmi lesquels il y a 9,6 millions d’acheteurs ponctuels ou réguliers. Sur une population de 16 millions d’habitants, 73% de la population néerlandaise effectue des ventes en ligne 11.

10 Thuiswinkel, Essential Facts Markt Monitor 2010 – www.twinklemagazine.nl/ – le 08-08-2011, p.9.
11 CBS, Online winkelen steeds populairder – www.cbs.nl/ – le 08-08-2011.

Il n’existe pas vraiment de profil-type de consommateurs néerlandais. La répartition entre acheteurs femmes et hommes est quasi égale et le profil-type du consommateur néerlandais suit celui du Néerlandais moyen.

Le graphique ci-dessous montre les détails de la présence en ligne des consommateurs néerlandais.
les détails de la présence en ligne des consommateurs néerlandais
Graphique 3. Répartition et structure des acheteurs en ligne, internautes et population totale néerlandais selon le sexe, l’âge et le niveau d’éducation 12.

Les profils type de consommateurs français et néerlandais ne diffèrent pas beaucoup. Cependant, le graphique 3 montre qu’aux Pays-Bas, les internautes plus âgés que 45 ans avec un niveau d’éducation moyen sont les plus représentés que les autres, en proportion de la population totale. Par contre, la différence principale entre la France et les Pays-Bas est le pourcentage élevé des acheteurs en ligne néerlandais (73)% par rapport aux internautes français (43%). Cela veut dire que les Pays-Bas n’ont pas seulement un grand pourcentage d’internautes, mais la plupart d’entre eux font aussi des ventes sur le web. En France, le pourcentage d’internautes est moins élevé et il y a parmi eux toujours un pourcentage considérable qui effectue ses ventes à distances avec un catalogue ou téléphone et non pas sur Internet. Ceci est une grande différence avec les Pays-Bas.

Lire le mémoire complet ==> (Lancer une entreprise e-commerce aux Pays-Bas
Un guide pour une implantation réussie
)

Mémoire de fin d’études – Université d’Utrecht
Master de Langue et Civilisation Françaises – Spécialisation: Communication Interculturelle