Captation de la jeune clientèle en matière de mode : D’H&M et ZARA

By 11 December 2012

“… réflexions sur la mode, qu’elles relèvent de l’économie, de l’histoire ou de la sociologie débutent souvent par le constat selon lequel la mode serait un sujet peu abordé voire ignoré. Parmi ces auteurs, on peut citer le sociologue Guillaume Erner qui écrit dans la préface de son livre Victime de la mode ? Comment on la crée, pourquoi on la suit, que « les sociologues sont des gens sérieux ». Ils n’ont donc pas le temps de s’attarder sur des sujets « frivoles » et chimériques tels que l’univers de « ZARA et de Chanel. » Ce que le sociologue regrette bien entendu car « la mode est un objet parfaitement légitime pour la discipline qui a en charge de comprendre le social. […] Aussi faut-il s’occuper de ces thèmes frivoles, abandonner un instant les questionnements habituels de la sociologie (le capitalisme et les autres sécularisations) afin de s’arrêter sur PRADA et sur Gucci, sur la couleur des robes et sur leurs formes …”

Université PAUL VERLAINE METZ

Sciences de l’information et de la communication

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’université Paul Verlaine Metz

captation de la jeune clientèle en matière de mode : Le cas D’H&M et ZARA
La captation de la jeune clientèle en matière de mode :
Le cas D’H&M et ZARA

Présentée et soutenue publiquement par Xavier Manga

TOME I

Directeur de thèse
M. le Professeur Jacques Walter

Jury
Mme Marie-Pierre Fourquet-Courbet maître de conférences HDR, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (rapporteur)
M. le Professeur Daniel Raichvarg, université de Bourgone (président du jury) Mme le Professeur Béatrice Fleury, université Nancy 2 (examinateur)
M. le Professeur Jacques Walter, université Paul Verlaine-Metz (directeur)

Le 15 décembre 2010

Remerciements
Pour commencer, j’aimerai remercier Jacques Walter pour son ouverture face à ce sujet. Permettez-moi aussi de vous remercier, mesdames et messieurs les membres du jury, pour votre lecture, votre attention et vos remarques. Merci aux responsables des magasins H&M et ZARA et surtout aux employés qui ont parfois pris des risques considérables en me révélant certaines informations classées confidentielles. Merci également à tous les jeunes qui ont accepté de répondre à mes questions alors que je les dérangeais en pleine action de shopping. Je souhaite remercier aussi tous ceux qui m’ont fait l’amitié de venir aujourd’hui, partager avec moi les derniers moments de ma vie d’étudiant. Je dédie cette thèse à la mémoire de ma mère.

Résumé :

L’idée de cette thèse part du constat que les études de la mode fondées essentiellement sur le consommateur négligent les stratégies adoptées par les offreurs. C’est la raison pour laquelle cette étude s’articulera autour du travail de captation qu’opèrent les professionnels de la mode. Il existe une urgence à le penser car malgré tous les travaux en sciences sociales sur la mode, les recherches en sciences de l’information et de la communication consacrées à ce thème sont peu fréquentes voire inexistantes. Or une réflexion sur le concept d’une mode qui se veut captive soulève bien entendu des problématiques organisationnelles et communicationnelles. Car la mode est par définition ce qui se démode, son existence est éphémère. Roland Barthes l’a dit, la mode relève de l’imitation collective d’une nouveauté qui se renouvelle de façon permanente. Les acteurs qui suscitent son émergence sont aussi ceux qui la démodent chaque année en proposant une nouvelle. Il y a donc un renouvellement permanent non seulement des articles achetés par les consommateurs, mais aussi et surtout ceux proposés par les offreurs. La mode devient donc par définition une institution qui pousse le consommateur à l’achat permanent.

ZARA et H&M, les deux géants mondiaux du prêt-à-porter, incarnent incontestablement cette situation. Leur captation consiste à proposer des collections de vêtements à la pointe de la mode, parfois directement inspirés des marques de luxe, le tout à des prix accessibles. Ces deux entreprises partagent peu de caractéristiques communes si ce n’est qu’elles distribuent des produits dits tendances à un public jeune.

Mots clés : captation, rhétorique, communication, persuasion, copie, inspiration, trafic, information, influence, éthique, mode, publicité, jeunes, public, marketing, merchandising, marques, vitrine.

ABSTACT :

This Ph.D. dissertation is based on the observation that fashion studies that focus essentially on the consumer neglect the strategies adopted by providers. This is why the present study seeks to revolve around the work in illegal securement performed by the professionals of fashion. The issue requires immediate attention because, in spite of all the work in social sciences on fashion, researchers in Social Informatics dedicated to this theme are few or even non-existent. When it comes to theorising and questioning, the concept of a fashion wishing to captivate people naturally gives rise to organizational and communication problems. Because fashion is by definition that which puts things out of fashion; its existence is short- lived.

Roland Barthes said that fashion stems forth from the collective imitation of a novelty which is constantly renewed. The actors who accelerate its emergence are also those that put it out of fashion every year by proposing another fashion. Thus there is permanent renewal of the articles bought by consumers and the direct implication of this is that the items proposed by providers are also renewed. Fashion thus becomes by definition an institution which precipitates the consumer into purchasing on a permanent basis.

ZARA and H*M, the two world giants of ready-to-wear clothing, unmistakably embody this situation. Their illegal securement consists in proposing collections of clothing at the tip of fashion, sometimes directly inspired by luxury brands, and all this for affordable prices. These two companies characteristically little alike, except for the fact that they distribute so-called trendy products to a youthful public.

Keywords : rhetoric, communication, persuasion, fake copy, inspiration, trafficking, information, influence, ethics, Fashion, advertising, youth, marketing, brands, merchandising, showcase.

Introduction :

Objet : perception et définition
Qu’entendons-nous par captation ?

Selon le sociologue Frank Cochoy, si le terme « captation » semble ne pas appartenir au jargon « standard » des sciences humaines et sociales, encore moins aux sciences de l’information et de la communication, un bref retour sur la « littérature » permet de découvrir qu’il est cependant habituellement utilisé dans des « textes » surtout lorsque ceux-ci abordent la question de la « relation commerciale ». Le sociologue explique, cependant, que la plupart des « auteurs » de ces textes ne s’attardent pas sur le « mot ». Ces derniers l’utilisent sans s’interroger sur la raison qui suscite son choix en lieu et place d’un « autre » ; grosso modo, il manque à ces textes un questionnement sur ce que veut dire implicitement la notion de « captation ». Ceci ne veut pas dire que le « mot » captation n’a pas de signification précise, une telle allégation serait absurde. Le constat que fait Frank Cochoy est qu’une telle « terminologie » (la captation), nécessaire pour exprimer quelque chose de précis, souffre encore d’une carence de « travail » d’élucidation de ses « vertus heuristiques », de ce que l’on veut signifier rigoureusement lorsque l’on parle de « captation ». Le sociologue va quand même esquisser une définition en partant de sa signification de « détournement » que l’on rencontre dans le concept de « captation d’héritage ». Il va de ce fait associer à ce sens d’autres « acceptions » plus éloignées telles que la « captatio benevolentiae », une « figure de rhétorique » qui consiste à faire venir à soi la « sympathie d’un auditoire » et cela « en jouant sur l’empathie et l’appel à l’indulgence ». Le terme est au surplus associé à une panoplie de synonymes couramment utilisés telles que : « la séduction, l’adduction, l’intéressement, le recrutement, l’encerclement, la fidélisation, le cadrage, la dérivation, l’interception, voire l’argot “capter”, qui signifie comprendre, avoir l’intelligence de son vis-à-vis. »1 Parmi tous les synonymes, la séduction est sans doute le terme le plus approprié, pour ce qui est de la captation dans le domaine de la mode, en ce sens qu’il désigne « les ressorts affectifs, symboliques, culturels des processus en cause au-delà des formes d’intéressement rationnelles, et met par ailleurs l’accent sur le détournement du chemin, sur la déviation inhérente à ce genre d’opération. »2 Ainsi parler de captation des jeunes (on reviendra sur la définition de la jeunesse3) dans le secteur de la mode et plus particulièrement au sein des enseignes H&M et ZARA sous entend, ici, la volonté des professionnels, y travaillant, de vouloir les « cerner », les attirer, les « séduire » par le biais d’une communication persuasive.

La tâche consiste à entreprendre des actions pour « détourner », attirer le regard, donner envie de toucher, d’essayer et d’acquérir, le tout par la voie de la « séduction ». La captation se veut ici persuasive et ce, dans le but de vendre des collections d’articles vestimentaires. Il s’agit donc, d’anticiper le cheminement et la trajectoire des jeunes, de chercher à les accrocher, à les tenir compagnie, à les appréhender, à les satisfaire, voire à leur forcer la main. Cette captation se manifeste sur plusieurs niveaux au sein de ZARA et H&M. D’abord, celle-ci se concrétise à travers les dispositifs qui se veulent attractifs sur le point de vente.

Une captation via la vitrine de mode

La vitrine assure le premier accueil. Elle attire le regard du passant, retient son attention et renforce sa curiosité ; reflet prioritaire d’un magasin, elle s’avère être un formidable appel pour attirer le client. Sa mission consiste à développer le potentiel de vente du magasin et cela passe par une séduction. Le mot « vitrine » est apparu en 1836. La vitrine est l’espace d’étalage situé derrière une vitre. La vitrine d’un magasin est un lieu essentiel d’exposition des produits proposés et de matériel de PLV »4 Au tout début du XXe siècle son rôle consistait à faciliter l’accès de la lumière dans des « boutiques » bien souvent compactes. De ce fait toute la « marchandise » était agencée au fond de la « vitrine » ; ce qui permettait le soleil d’éclairer le magasin. « Mais grâce à la propagation rapide du verre à vitre, la taille et la forme des vitrines se multiplièrent. La marchandise était de plus en plus placée sur le devant. Les vitrines se transforment alors en véritables outils de vente. Les boutiques s’agrandissent et les grands magasins évoluent, l’importance des vitrines s’accroît alors en proportion de leur taille, attirant le regard des passants sur les objets de désir »5. Smaoui Lilia et Sabri-Zaaraoui expliquent que l’utilisation de la vitrine en tant qu’outil stratégique de commercialisation s’est accentuée avec la multiplication des « magasins » et donc l’avènement de la « concurrence ».

C’est en ces termes qu’elles conviennent avec le Petit Robert (2005), qui définit la vitrine comme étant « l’exposition de marchandises que l’on veut vendre ; un lieu où on expose des marchandises à l’effet d’en faciliter la vente ; un ensemble de marchandises exposées et déployées aux regards avec ostentation »6. C’est ce travail d’exposition de marchandises appliqué aux enseignes H&M et ZARA qui suscite cette réflexion. Cette exposition que l’on préfère appeler captation se scénarise par le biais de la théâtralisation de la marchandise afin d’attirer la clientèle. Dans cette captation, il s’agit aussi d’« avoir prise » sur des jeunes dont on ne maîtrise pas toujours les comportements. Les attitudes des jeunes peuvent être imprévisibles. C’est en cela que les professionnels de la mode H&M et ZARA pourraient être considérés comme des, traqueurs, voire des « chasseurs » avec aucune assurance de mettre la main sur les jeunes. Ces professionnels sont animés par une envie et un effort incessant de tisser un « lien » avec les jeunes sans aucune certitude d’y aboutir. Une captation dans les enseignes H&M et ZARA se confronte aussi à la fugacité des jeunes qui nourrissent des envies, des attentes, des comportements difficilement prévisibles. « Capter, attirer chez soi, c’est ainsi et paradoxalement accepter la possibilité de l’étrangeté, du départ ou de l’indifférence, et même ne pas restreindre directement la liberté de sa cible. »7 Cette captation a plus d’atout de se réaliser si ces acteurs de la mode donnent aux jeunes l’impression de liberté dans leurs choix ou engagements d’achat. En d’autres termes, H&M, ZARA, tout comme les autres chaines de la mode, ont plus de probabilité d’attirer un jeune, de le persuader, l’inciter à acheter un article de vêtement, en lui donnant l’intuition de pouvoir ressortir du magasin sans achat. Et c’est là que l’on recourt à la captation, au sens de persuasion (rhétorique) et de séduction (érotique). Aussi cette captation transcende le message publicitaire le plus immédiat dans la boutique et se véhicule bien souvent par le recours à des célébrités et l’insertion publicitaire dans les magazines de mode.

Problématique

Selon le sociologue Frédéric Godart, les réflexions sur la mode, qu’elles relèvent de l’économie, de l’histoire ou de la sociologie débutent souvent par le constat selon lequel la mode serait un sujet peu abordé voire ignoré. Parmi ces auteurs, on peut citer le sociologue Guillaume Erner qui écrit dans la préface de son livre Victime de la mode ? Comment on la crée, pourquoi on la suit, que « les sociologues sont des gens sérieux ». Ils n’ont donc pas le temps de s’attarder sur des sujets « frivoles » et chimériques tels que l’univers de « ZARA et de Chanel. » Ce que le sociologue regrette bien entendu car « la mode est un objet parfaitement légitime pour la discipline qui a en charge de comprendre le social. […] Aussi faut-il s’occuper de ces thèmes frivoles, abandonner un instant les questionnements habituels de la sociologie (le capitalisme et les autres sécularisations) afin de s’arrêter sur PRADA et sur Gucci, sur la couleur des robes et sur leurs formes. »15 Peut-on encore aujourd’hui se permettre de parler d’un manque de littérature sur la question de la mode. « Pourtant, comme l’explique la sociologue italienne Giusti [2009], les années 1990 et 2000 ont vu l’émergence d’une recherche interdisciplinaire très riche et féconde sur ce thème, parfois désigné sous l’expression fashion studies (« étude de [la] mode ») ou fashion-ology (« modologie ») [Kawamura]. »16 Ce pendant, le fait de s’intéresser à l’univers de la mode date bien avant les « années 1990 et 2000 ». Dès 1890, Gabriel de Tarde propose, dans Les Lois de l’imitation, d’analyser la mode comme un mécanisme social. Il privilégie deux orientations : l’invention et l’imitation. La mode est conçue comme un vas-et-viens entre les phases d’innovation des tenues vestimentaires et celles de leur dissémination imitative. L’auteur voit en la mode un phénomène de sociabilité permettant de montrer le déroulement des mécanismes des civilisations de son époque. En 1899, Thorstein Veblen aborde, dans Théorie de la classe de loisir, la question de la mode. Il la considère comme une consommation sans nécessité. Pour lui, elle émane du besoin de manifester la position dominante que l’on occupe. Un comportement qu’il compare au « potlatch » des tribus indiennes.

Georg Simmel17 quant à lui décrit la mode, en 1905 comme un processus qui permet à l’individu de satisfaire simultanément son aspiration d’affiliation et de communauté de même que son désir de différenciation et d’isolement. Selon lui, l’individu à la mode recherche la singularité et l’originalité tout en jouissant de la bénédiction des gens connus pour leur bon goût et qui s’habillent comme lui. La mode relève donc d’un besoin de conformité, d’appartenance, de sécurité tout en en permettant à l’individu de réaliser son envie d’excentricité, de distinction et d’individualisme. La mode permet à l’individu non seulement d’exprimer sa personnalité mais aussi de s’insérer socialement dans la société à laquelle il appartient.

Roland Barthes18 part d’une étude sémiologique appliquée à la mode à partir de la description de la presse (entre 1955 et 1983. Il analyse comment les individus tentent de faire du sens par le biais des vêtements qu’ils portent. Pour lui, la mode découle d’une manifestation de masse, elle répond aussi à un besoin de changement permanent. À chaque fois qu’une mode est adoptée par le plus grand nombre d’individus, une autre la relaye assez rapidement. Ce qui permet à ceux qui l’adoptent en premier de se distinguer à nouveau des autres.

Jean Baudrillard19 part d’une approche assez globale de la mode par le biais de la séduction. Pour lui, la mode relève des domaines où la séduction se forme et se met en pratique : la femme, la sexualité, les célébrités, le jeu, la séduction animale, l’illusion, etc.

Ces auteurs ont donc, pour la plupart, abordé la mode du point de vue du consommateur dans des approches sociologiques, psychologique, psychosociologique ou sémiotiques. L’individu a souvent été considéré comme étant à l’origine de la mode. Aussi, ils associent régulièrement la mode aux thèmes de l’intégration et de la distinction. Mais la mode n’est pas que besoin collectif de changement et de distinction individuelle ; son analyse peut aussi s’appuyer sur une autre charnière que celle de l’individu ou de la société. L’idée de cette thèse part du constat que les études de la mode fondées essentiellement sur le consommateur négligent les stratégies adoptées par les offreurs. C’est la raison pour laquelle cette étude s’articulera autour du travail de captation qu’opèrent les professionnels de la mode. Il existe une urgence à le penser car malgré tous les travaux en sciences sociales sur la mode, les recherches en sciences de l’information et de la communication consacrées à ce thème sont peu fréquentes voire inexistantes. Or une réflexion sur le concept d’une mode qui se veut captive soulève bien entendu des problématiques organisationnelles et communicationnelles. Car la mode est par définition ce qui se démode, son existence est éphémère. Roland Barthes l’a dit, la mode relève de l’imitation collective d’une nouveauté qui se renouvelle de façon permanente. Les acteurs qui suscitent son émergence sont aussi ceux qui la démodent chaque année en proposant une nouvelle. Il y a donc un renouvellement permanent non seulement des articles achetés par les consommateurs, mais aussi et surtout ceux proposés par les offreurs. La mode devient donc par définition une institution qui pousse le consommateur à l’achat permanent. À ce propos, Vanessa Warnier et Xavier Lecocq évoque la théorie de Roland Barthes eu égard à la consommation des articles vestimentaires. « L’auteur distingue deux rythmes liés à la vie d’un vêtement : un rythme d’usure (u), qui représente le temps naturel de renouvellement d’un vêtement, en termes de besoins matériels, et un rythme d’achat (a) correspondant au temps qui sépare deux achats du même type de vêtements. Si u = a, c’est-à-dire que le vêtement s’achète autant qu’il s’use, alors il n’y a pas de mode. Si u > a, il y a paupérisation du consommateur.

La situation où a > u, c’est à dire dans laquelle le vêtement s’achète plus qu’il ne s’use, marque la présence de mode. »20

ZARA et H&M, les deux géants mondiaux du prêt-à-porter, incarnent incontestablement cette situation. Leur stratégie consiste à proposer des collections de vêtements à la pointe de la mode, parfois directement inspirés des marques de luxe, le tout à des prix accessibles. Pour ces deux entreprises, la captation rime avec une proposition des dernières tendances au meilleur prix. Ces deux entreprises partagent peu de caractéristiques communes si ce n’est qu’elles distribuent des produits dits tendances à un public jeune. Le mot tendance doit lui- même être défini. Selon Guillaume Erner, le terme est équivoque et renferme essentiellement deux notions dont l’une est un jugement de fait et l’autre un jugement de valeur. Le jugement de fait relève d’un constat statistique. On constate par exemple à un moment bien précis que la fréquence d’apparition d’un objet domine voire étouffe les autres. Exemple ce printemps 2010, le pull marin est porté par tous les âges, par les deux sexes ; il est donc dit tendance. A côté de cette vision objective de la mode cohabite une autre qui se manifeste par un jugement de valeur. Cette vision des choses défend l’idée selon laquelle seule la rareté d’un objet justifie son côté tendance. Selon cette posture, lorsque les raisons de préférer un vêtement à un autre se raréfient, on peut être sur qu’il s’agit bel et bien d’une mode. Une envie d’un jean délavé de marque Kaporal’s ou Diesel par exemple ne s’argumente pas sauf si on fait preuve de mauvaise foi pour éviter d’être catalogué de fashion victim.21 D’après le sociologue, même la célèbre idée selon laquelle tel article affine notre silhouette est instrumentalisée par les acteurs du marketing. La mode ignorerait donc la justification.

Constamment aux aguets des dernières tendances de la mode, ces marques (H&M ET ZARA) font de la nouveauté leur principal argument de communication persuasive. Leur activité est expliquée comme du « fast fashion ». Cela caractérise des vêtements vite achetés, vite usés et remplacés. Plusieurs techniques de captation sont utilisées, par ce que Mark Tungate22 appelle l’ « industrie de la séduction », pour persuader les jeunes d’acquérir ce « frisson éphémère que procure le fait de porter » un vêtement neuf. La plupart d’entre nous avons des placards remplis de vêtements que nous pourrions encore porter durant plusieurs saisons.

Alors pourquoi continuons-nous à acheter des vêtements ? D’où l’intérêt de s’interroger sur une problématisation d’une captation qui incite à l’achat et modifie dans le même élan le processus de création des collections. Comment les professionnels d’H&M et ZARA s’y prennent ils pour avoir prise sur les jeunes ? Autrement dit, quel discours mettent-ils en place pour argumenter et obtenir l’adhésion par d’autres voies comme la séduction ? Pour Philippe Breton, il faut opérer ici une séparation entre « la séduction, faite pour séduire, et l’argumentation, faite pour convaincre. »23 Car si « l’acte de séduction » au sein de ces deux entreprises de modes est une pratique courante, celui-ci « doit toujours découler de l’argumentation et non s’y substituer »24. Il s’agit d’anticiper la réaction de « l’auditoire » en trouvant le bon argument. Se joue donc aussi ici le statut de « l’auditoire » en ce sens qu’il s’agit de mettre en œuvre une captation, via tout un processus de raisonnement, pour un auditoire particulier. « L’auditoire est ainsi une cible à mettre en mouvement, étymologiquement à émouvoir. »25 Cet « auditoire » qui n’est rien d’autre qu’un groupe d’individus, en l’occurrence ici les jeunes, est-il réactif face à cette captation ? Autrement dit, quelles influences des processus de captation de ZARA et H&M sur les comportements d’achat de ces jeunes ?

Ressources théoriques

Décrite de cette manière la problématique de la captation des jeunes chez H&M et ZARA ne peut se contenter d’une approche issue d’une seule discipline. Quasiment toutes les disciplines issues des sciences humaines et sociales seraient aptes à expliquer ou du moins à élucider ne serait ce qu’en partie ce vaste champ transversale. En effet, la captation des jeunes dans ces deux entreprises de mode relève aussi bien de la création, de l’univers de l’esthétisme que de la communication. Toutefois, la communication et l’art ce n’est pas tout ; la captation dans la mode relève aussi d’une stratégie de management organisationnel. Elle consiste également en une stratégie économique qui s’appuie sur une démarche marketing, et ce n’est pas là son aspect le plus négligeable. Aussi est-il nécessaire de rappeler qu’il s’agit d’un phénomène au caractère social très remarquable en ce sens que, à bien des égards, les publics ou les professionnels décident de son avenir. La captation des publics, parce qu’elle se veut par définition argumentative et convaincante, s’avère aussi être avant tout l’enjeu des médias et de médiations ad hoc. Il s’agit notamment des canaux de diffusion de la mode tels que : les stars, la télévision, les magazines, les vitrines et l’internet. Comment pourrait-on négliger cette dimension communicationnelle, par laquelle la mode se véhicule et donc se fait et se défait ? Enfin, l’influence des autres dans le comportement des individus à l’égard de la mode dénonce là encore un aspect social voire psychologique. Voilà pourquoi, la pluridisciplinarité s’avère être une démarche apte à élucider cette thèse. Chaque approche, susceptible d’apporter un éclairage sur la captation des jeunes dans ces entreprises, ne serait ce que sur un point de vue, sera sollicitée. La communication constitue bien entendu le socle de cette réflexion, toutefois on convoquera aussi l’esthétique, la sémiologie, la sociologie, la psychologie et ponctuellement le management, l’économie et le marketing. Une telle posture pluridisciplinaire peut certes prêter à la confusion voire au brouillage. Toutefois, traiter cette question seulement sous l’angle de la communication paraît très restrictif et c’est plutôt ce risque qu’il a fallu écarter. Aussi le choix de la pluridisciplinarité a l’avantage d’explorer divers champs permettant ainsi de déboucher sur des pistes, des réflexions et argumentations qu’on n’aurait pas pu soupçonner en se contentant d’une seule discipline. Ainsi on a convoqué dans chacune de ces disciplines ce qui paraissait être le plus intéressant, ensuite, on a procédé à la construction des ressources théoriques. Les différents courants théoriques mobilisés dans cette réflexion émanent d’auteurs qui peuvent parfois sembler très éloignés du sujet de la captation des jeunes dans la mode. Cependant leurs apports fondamentaux permettent d’éclairer le sujet. Même si la captation dans l’univers de la mode n’est pas le principal objet de réflexion de ces théoriciens, elle a ceci de particulier qu’elle s’intéresse à des réalités communicationnelles, esthétiques, marketing, comportementales et sociales, qui, elles, ont été largement développées. Ce qui engendre un montage théorique au sein duquel toutes les disciplines ne sont pas d’un intérêt égal. Toutefois, les solliciter permet de produire une réflexion en communication plus complète, du moins pour ce qui est de la captation dans la mode. Dans ce montage, quels sont les auteurs majeurs ?

Progression : organisation du travail et processus de création des collections

La réflexion s’articulera autour de deux grands axes. Le premier s’intéresse aux « formes de la coordination en conception » au sein des enseignes H&M et ZARA. Cela soulève d’abord la question des modes d’intervention du fashion designer ou du styliste dans ces entreprises ; ensuite, celle de l’organisation et de la circulation de l’information. On montrera que derrière la structure créative d’H&M et ZARA, essentiellement deux configurations peuvent être à l’œuvre dans le recours au fashion design depuis une très large indépendance concédée aux stylistes ou fashion designers jusqu’à l’intégration complète de ces derniers dans l’organisation industrielle. Cela en se fondant sur les écrits de spécialistes en gestion et design management tels que Pierre-Jean Benghozi, et Céline Abecassis-Moedas26.

Une telle organisation et configuration ayant pour but la création de collection d’articles vestimentaires de mode, ainsi se demandera-t-on comment s’articule la communication entre les équipes impliquées dans cette création. On fait une hypothèse : une communication maitrisée tout au long de la chaîne de valeur permet de canaliser le travail du processus de création et de captation. Paradoxe intrigant à double titre : parce que la création en tant qu’activité humaine est porteuse d’une connotation romantique et rattachée dans notre imaginaire à une notion d’auteurs bien éloignée de celle d’organisation. Car les activités de création présupposent la mise en forme d’un construit mental original à réaliser. L’organisation du travail se confronte à la difficulté de la communication interne : comment organiser et répartir le travail quand on ne sait l’exprimer qu’en le réalisant soi-même ? Il s’agit ainsi de considérer la manière dont l’activité de création et de captation, au sein des enseignes de mode H&M et ZARA, s’inscrit dans un univers organisé. Car si l’activité de création met en avant le talent et le génie individuel, elle repose aussi sur un dispositif, une organisation, et peut être partiellement formalisables : les connaissances nécessaires aux fashion designer peuvent être partagées. Il existe des techniques et modes d’enseignement qui en permettent l’acquisition (enseignement en école de stylisme). L’objectif ici, est de faire ressortir la spécificité des pratiques de circulation de l’information à l’œuvre dans les processus de captation au sein des enseignes H&M et ZARA. Il ne s’agit pas de proposer une théorie de l’information mais de comprendre comment l’information, véhiculée par le système informatique de la force de vente, qu’elle soit formelle ou informelle est récupérée et recyclée au sein de ces firmes. Car lorsque l’on passe à la caisse, la vendeuse ne glisse pas uniquement dans le sac bien packagé un pull ou un haut, un jean ou un short, une ceinture ou une paire de lunette mais bien tout un ensemble de système. On nourrit l’ambition de transcender ce système, afin de faire toucher du doigt le travail qui se fait en coulisse, derrière la caisse. Les équipes commerciales sur boutiques détiennent toutes les informations relatives aux ventes. Qu’est ce que les clients ont beaucoup acheté cette saison ? Qu’est ce qu’ils ont boudé ? Nous ont-ils demandé des sacs plus grands et des vestes plus longues ? Des pantalons ou des jupes ? Ce sont à peu prés toutes ces informations qui sont répercutées à la maison mère qui va réachalander les boutiques en fonction des lignes qui ont été plébiscitées par les clients.

L’intégration du renouvellement de la production au sein des industries ZARA et H&M nécessite l’élaboration de concepts et d’outils permettant la mise en place d’un processus organisé de la création de collections. Les quels ? On fera appel autant à des théoriciens du marketing qu’à des sémiologues qui ont mis en place un concept de processus de création de collections. C’est le cas d’auteurs tels que Patrick Hetzel27, Vincent Ricard28, et Roland

Barthes dont les analyses offrent un modèle interprétatif du déroulement du processus de création de collections.

Si le processus de création de collection d’articles vestimentaires à la mode s’appuie aussi sur l’activité professionnelle des bureaux de tendance et ou bureaux de style, il convient alors de s’interroger sur la légitimité d’une telle pratique. Laquelle pratique relèverait d’une méthode de « repérage des indices précoces ». Ce qui conduit à parler de veille en vue de la détection de tendances qui font la mode vestimentaire? En quoi consiste cette veille ? Sur quoi se fonde-t-elle ? En s’appuyant sur la thèse de Léa Walter29, on examinera ce qu’elle a avancé comme étant les « ancêtres » de la veille à savoir : la veille stratégique dans l’entreprise, mais bien avant, la « mètis grecque », et la « pensée chinoise ». Ce n’est qu’après avoir montré la légitimité plus ou moins méthodique de cette pratique de repérage et de détection de tendances désormais exercée par les bureaux de tendances que l’on se questionnera sur le rôle et la véritable influence de ces derniers dans l’émergence des modes au sein d’H&M et ZARA.

On se demandera ensuite comment le phénomène de tendance né ? Si elle est là, c’est bien qu’il existe une méthode apte à la faire émerger. Ne faut-il pas aller chercher les antécédents du phénomène pour mieux comprendre comment naissent les articles vestimentaires à la mode et sur quels fondements culturels s’appuie-t-ils ? Une méthode s’impose : celle de l’inspiration. L’approche de Vincent Ricard sera primordiale pour bien examiner cette notion d’inspiration qui se fait en amont de la création des collections vestimentaires. Si les grandes maisons de couture tout comme H&M (surtout lorsqu’elle collabore avec un fashion designer de renom) réalisent un travail sérieux d’inspiration, il n’en va pas toujours de même pour ZARA. On verra avec la journaliste de mode : Marie-Pierre Lannelongue30, grand reporter au magazine Elle, chargée de toutes les questions liées à la mode et au luxe, qu’une des majeures sources d’inspiration de l’enseigne reste les marques de luxes. La journaliste se penche sur la manière dont les informations circulent dans le milieu de la mode et comment celles-ci peuvent parvenir aux équipes de styles de ZARA. Bien en entendu, les stylistes de ZARA ne copient pas à l’identique les modèles issus du prêt-à-porter de luxe ; ils s’en inspirent. On se posera ainsi les questions suivantes : Par quels biais l’enseigne parvient-elle à reproduire des modèles issus du prêt-à-porter de luxe ? Comment réussit-elle à les distribuer dans ses points de ventes parfois avant les créateurs eux-mêmes ? Pourquoi reproduire les modèles du prêt-à-porter de luxe ? Si la mode des marques de luxe est reprise chez les chaînes de fast fashion à l’image de ZARA c’est, selon Marie-Pierre Lannelongue, parce qu’elle est moins “aventureuse”, facilement imitable. Car il suffit, pour y parvenir, de simplifier les modèles qui ont été visionnés sur les podiums. À ce propos, Guillaume Erner évoque la notion de « circuit court » des tendances. En mineur, on verra comment un sociologue comme Pierre Bourdieu31 a expliqué ce mécanisme de « circuit court » dans le « champ » de la haute couture. Pour lui deux postures s’imposent : d’un côté, les enseignes qui privilégient une captation esthétique (les marques de luxe) ; de l’autre, celles qui se concentrent sur le commercial. On pourrait de nos jours remplacer ces dernières par H&M, ZARA, Gap, Uniqlo, etc.) Si les premières restent conservatrices, les nouvelles arrivées quant à elles n’hésiteront pas à transgresser les codes des modèles de luxe qu’ils réinterprètent en supprimant, mais aussi en rajoutant à la fois des couleurs, des matières, des coupes, des boutons, bref, de la fantaisie. Si cette lutte entre les dominantes et les dominées est légitime surtout lorsqu’il s’agit de stratégie de captation, une autre méthode plus douce s’impose de plus en plus. Dans cette méthode appelée « masstige », marques de luxe et chaînes de la fast fashion s’associent pour créer une collection accessible au grand public. Mark Tungate invite à penser les enjeux d’une telle stratégie de captation. Aux yeux de ce journaliste : chroniqueur dans Stratégie et conférencier à la Parsons Paris School of Art & Design, le luxe et la grande consommation ne seraient donc pas deux mondes antinomiques. Leur association proviendrait de l’intérêt grandissant qu’ont les jeunes pour les marques de luxe.

  1. Les célébrités et la publicité comme moyen de captation chez H&M
  2. Les dispositifs de captation des jeunes chez H&M et ZARA
  3. Méthodologie de l’étude empirique : le choix d’H&M et ZARA
  4. Quand on parle de jeunes et mode, de qui parle-t-on ?
  5. Modèles d’organisation du travail chez H&M et ZARA
  6. Processus de création des collections chez ZARA et H&M
  7. La veille en vue de la détection des tendances de la mode
  8. Rôle des bureaux de style – tendances de mode vestimentaire
  9. Influence de WGSN dans les collections de ZARA et H&M ?
  10. Les modèles d’inspiration de ZARA et H&M
  11. Création, innovation ou inspiration créatrice – Mode vestimentaire
  12. ZARA et la copie des modes, des marques et des idées
  13. ZARA, la mode est devenue plus simplifiée et facile à imiter
  14. Le masstige Mass market – Prestigeet la mode vestimentaire
  15. Une envie de démarcation par le style vestimentaire
  16. ZARA serait- elle devenue une marque de luxe ?
  17. Les modes vestimentaires – le luxe dans la rue
  18. Construction des vitrines de mode pour la captation des jeunes
  19. Le sens de la vitrine de mode, le montage de la vitrine
  20. Vitrines des marques de mode, outils de communication typique
  21. La communication par l’image, le produit ou l’air du temps
  22. La vitrine des vêtements et les comportements d’achat des jeunes
  23. Le merchandising de mode, Outil de communication persuasive
  24. Le merchandising ZARA et H&M : Implantation et Zoning
  25. Parcours d’achat des vêtements chez Zara & H&M
  26. Les outils des équipes de vente de H&M et ZARA
  27. La rhétorique H&M et ZARA serait-elle sous la menace du Slow Wear?
  28. Une mode vestimentaire jetable – une mode éphémère
  29. Le style vestimentaire, un instrument de distinction
  30. Les tendances vestimentaires : un processus sans sujet
  31. Une mode vestimentaire à vivre – ZARA et H&M
  32. L’influence des célébrités sur les jeunes en matière de mode
  33. Effet de l’influence des stars sur les fans, Mode vestimentaire
  34. Le co-branding : s’unir pour mieux séduire – Zara et H&M
  35. La captation des jeunes clients par le biais de la presse de mode
  36. Une presse au service des marques de mode, exp : H&m et ZARA

Sommaire :
Introduction
Première partie Organisation du travail et processus de création des collections
1.1. Modèles d’organisation H&M et ZARA
Processus de création des collections
Les précollections
1.1.1. La veille en vue de la détection des tendances de mode vestimentaire
Aux origines de la veille
Rôle des bureaux de style
Influence de Worth Global Style Network dans les collections de ZARA et H&M ?
1.1.2. Les modèles d’inspiration de ZARA et H&M
Le trafic d’information
Création, innovation ou inspiration créatrice
1.2. ZARA et la copie
Une mode facile à imiter
Le circuit court des tendances pour un risque minimum
1.2.1. Le « masstige »
1.2.2. Une envie de démarcation par le style vestimentaire
Un goût prédominant pour les marques de luxe ?
ZARA serait- elle devenue une marque de luxe ?
Le luxe dans la rue
Deuxième partie : Les dispositifs de captation des jeunes
2.1. La captation via la vitrine de mode
2.1.1. Les « méthodes » de construction des vitrines de mode
Le sens de la vitrine de mode
Le discours persuasif de la vitrine
Le montage de la vitrine
2.1.2. Les vitrines des marques de mode, outils de communication typique
La vitrine de mode : premier média du magasin
La communication par l’image, le produit ou l’air du temps
Accessoiriser sa vitrine
2.2. Évaluation de la vitrine
L’influence de la vitrine sur les comportements d’achat des jeunes
2.2.1. Le merchandising de mode
Les objectifs du merchandising
Le merchandising comme outil de communication persuasive
2.2.2. Merchandising ZARA et H&M
Implantation et Zoning
La politique produit
Segmentation et agencement des articles
2.2.3. Parcours d’achat
Le mode de déplacement des clients
Les outils des équipes de vente
2.3. La rhétorique H&M et ZARA serait-elle sous la menace du « Slow Wear » ?
Une mode jetable
Une mode éphémère
2.3.2. Le style vestimentaire, un instrument de distinction
Une soumission aux tendances pour une logique d’intégration
Les tendances : « un processus sans sujet »
Une mode à vivre
2.3.3. L’influence des célébrités dans la captation
L’effet de l’influence des stars sur les fans
S’unir pour mieux séduire : le co-branding
2.3.4. La captation par le biais de la presse de mode
Le métier de rédactrice de mode
Une presse au service des marques de mode
Conclusion

______________________________
1Cochoy F., et al. La captation des publics. C’est pour mieux te séduire mon client, Toulouse, Presse universitaire du Mirail, 2004, p.14.
2Cochoy F., et al. La captation des publics. C’est pour mieux te séduire mon client, op. cit., p.14.
3 Quand on parle de jeunes, de qui parle-t-on ? p.40.
4 Smaoui Lilia, Sabri-Zaaraoui « Influence des caractéristiques de la vitrine sur les réactions attitudinales et comportementales du consommateur », Actes du XXIIIème Congrès International de l’AFM, Aix-les-Bains – 31 mai & 1er juin 2007, p.4.
5 Idem.
6 Smaoui Lilia, Sabri-Zaaraoui « Influence des caractéristiques de la vitrine sur les réactions attitudinales et comportementales du consommateur », op. cit., p. 5.
7 Cochoy F., et al. La captation des publics. C’est pour mieux te séduire mon client op. cit., P.22.
15 Erner G., Victimes de la mode ? Comment on la crée, pourquoi on la suit, Paris, La Découverte, 2004, pp.9-10.
16 Godart F., Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010, p.3.
17 Simmel G., La tragédie de la culture, (1914), Paris, Éd. Rivages poche, 1988.
18 Roland Barthes, Système de la mode, Paris, Seuil, 1983.
19 Baudrillard J., De la séduction, Paris, Galilée, 1979.
20 Warnier Vanessa, Lecocq Xavier., « La mode comme processus de coordination dans un secteur : Le cas du Prêt-à-Porter », XIIème Conférence de l’Association Internationale de Management Stratégique, Les Côtes de Carthage – 3, 4, 5 et 6 juin 2003, pp.5-6.
21 Une fashion victim est une personne qui reproduit des modèles de la mode, épurée de style et d’originalité. Ce terme a une connotation péjorative.
22 Mark Tungate est journaliste et auteur de plusieurs livres sur le marketing, tous best-sellers au Royaume Uni et aux Etats-Unis. Il tient également une chronique hebdomadaire dans Stratégies et intervient à titre de conférencier à la Parsons School of ART & Design.
23 Breton P., « L’argumentation dans la communication », Usages et réception des médias − Journée d’études à l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay/Saint−Cloud, 26 mai 1998, p.5.
24 Idem.
25 Breton P., « L’argumentation dans la communication », op. cit., p.3.
26 Abecassis C., Benghozi P-J., “Design configuration in fashion and design industries”, Economia della cultura, June, 2005.
27 Patrick Hetzel est professeur à Paris 2, directeur du laboratoire de recherche en gestion de Panthéon-Assas ; il est également rédacteur en chef de la revue “Décisions Marketing” entre 1999 et 2003 et membre du comité éditorial de plusieurs revues de management et de marketing.
28 Vincent-Ricard F., Raison et passion. Langages de société : la mode, 1940-1990, Colombes, Textile, Art, Langage, 1983.
29 Walter L., La tendance .Façon de formaliser, Façon d’exister. Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’université Paris I Discipline : arts et sciences de l’art, option esthétique présentée et soutenue le 19 octobre 2007.
30 Lannelongue MP., La mode racontée à ceux qui la portent, Hachette Littérature, 2004.
31 Bourdieu P., Delsaut Y., « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, janvier 1975.