Le vieillissement : un phénomène « parasite »

By 22 November 2012

2.2. Le vieillissement : un phénomène « parasite »

2.2.1. Des normes sociales à l’encontre du vieillissement

Bien que les représentations sociales face à la vieillesse aient évoluées dans le sens d’une meilleure intégration sociale, des normes sociales se positionnent à l’encontre du vieillissement. Les standards de beauté portent en effet la minceur ou encore la jeunesse dans les hautes sphères de l’idéal de beauté. Face à ces normes, vieillir est alors appréhendé comme un phénomène à occulter. Le développement des pratiques de chirurgies esthétique ou encore de pratiques de camouflage des signes du temps sont d’ailleurs évocatrices de cette représentation :

« C’est une image négative. Pour la femme c’est pas bon, il faut être mince, il faut avoir un certain tour de poitrine. Il y a une standardisation même mondiale, alors qu’il y a des femmes rondes qui sont jolies. » (Claudine, F, 60 ans, médiatrice familiale)

2.2.2. Une image restreinte aux problèmes médico-économiques du vieillissement

Face à un accroissement de la population vieillissante, le vieillissement devient un problème de société. En effet, le problème de financement des retraites est un sujet d’actualité. Vieillir est ainsi restreint à une image économique péjorative :

« Le vieillissement, c’est péjoratif de plus en plus. Je trouve qu’il y a de plus en plus d’éléments pour aider les gens à ne pas vieillir. C’est d’autant plus stigmatisé qu’il y a de plus en plus de vieux et que ça pose des tas de problèmes. Le problème de la retraite par exemple. Donc il y a énormément de problèmes qui viennent de là et ils vont avoir un poids de plus en plus important dans la société. » (Rémi, H, 54 ans, psychiatre)

Par ailleurs, les individus vieillissants sont perçus comme des individus onéreux pour la société. L’allongement de l’espérance de vie nécessite en effet de financer des structures adaptées aux conséquences du vieillissement, comme les soins de santé. Ainsi, cette image médico-sociale fait du vieillissement un phénomène parasite :

« Sur le marché de l’emploi les gens vieux sont éjectés parce qu’ils coûtent cher. Les personnes âgées coûtent cher parce qu’il y a moins d’actifs pour payer leur retraite. Et plus on est vieux plus on a de maladies et plus ça coûte cher pour la société. Je pense que c’est essentiellement un problème économique. […]Avec les progrès médicaux on allonge l’espérance de vie, et pour les soigner, ça va coûter très très cher. Actuellement on met surtout l’accent sur l’image médico-sociale et économique du vieillissement. On parle beaucoup de la maladie d’Alzheimer, c’est une image quand-même dégradante du vieillard. Après l’esthétique des gens, je ne suis pas sûr que ce soit le problème numéro un des français. » (Jacques, H, 51 ans, anesthésiste)

En dépit d’une image péjorative du vieillissement, la population vieillissante constitue une force économique. Celle-ci est d’une part liée à une espérance de vie qui augmente tandis qu’avec l’avancée en âge, l’individu cherche à profiter de la vie. D’autre part, comme dit précédemment, l’évolution du budget des ménages peut permettre un plus haut niveau de consommation. Dans Sociologie de la vieillesse et du vieillissement32, Vincent Caradec rappelle que les « seniors », terme pour généraliser les plus de 50 ans, sont aujourd’hui une cible marketing. En effet, les entreprises s’adaptent de plus en plus aux besoins et désirs de cette population. Ceci participe alors à la construction sociale d’un groupe d’âge :

« Je pense que la vieillesse maintenant elle est représentée comme quelque chose qui apporte parce que les seniors ont de l’argent, mais en même temps c’est quelque chose qui dérange, parce que tu deviens quelque chose d’encombrant. » (Sophie, F, 60 ans, nurse)

En définitive, les représentations du vieillissement sont multiples. A la fois mieux intégrée socialement, la vieillesse demeure néanmoins un phénomène « parasite ». Si démographiquement l’âge de la vieillesse semble à son apogée tant dans l’espace médiatique que dans l’espace politique et public. Néanmoins, les idéaux de société concourent à maintenir cet âge de la vie dans aux confins de la société.

Lire le mémoire complet ==> (Les 45-60 ans : âges de transition)
Master 2, Magistère de sciences sociales appliquées à l’interculturel
Université Paris Descartes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne

________________________________
32 CARADEC, V., Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin, 2004