La fatalité du vieillissement: accepter de vieillir

By 18 November 2012

2.5. La fatalité du vieillissement: accepter de vieillir

2.5.1. Des signes de vieillissement à atténuer partiellement

Les pratiques visant à lutter contre le vieillissement sont considérées par certains comme des pratiques évidentes, et se rattachant à la nature humaine. Les signes de vieillissement altèrent en effet l’estime de soi. Dissimuler les signes de vieillissement apporte alors un mieux-être et renforce le bien-être psychique :

« Moi je crois qu’on ne peut pas laisser se développer tous les signes du vieillissement sans rien faire. Il faut lutter contre avec le sport, l’hygiène de vie, la chirurgie et tout ce qui va avec. Il y a une dimension humaine qui est fondamentale c’est ce qu’on appelle le narcissisme, l’estime de soi, et c’est mis à mal quand on vieillit. Donc je crois que pour avoir confiance en soi, pour se sentir bien dans sa peau, il faut que la glace, que les gens nous renvoient une image suffisamment valorisée. Donc il va de la bonne santé psychique de lutter contre les signes de vieillissement. Et la bonne santé psychique va avec le vieillissement parce que quand on a des problèmes psychiques, on vieillit mal ou plus. » (Rémi, H, 54 ans, psychiatre)

Si l’individu met en place des stratégies de camouflage des signes de vieillissement, il cherche néanmoins à rester lui- même. Comme cela a été expliqué plus haut, il s’agit de rester naturel tout en camouflant les imperfections du temps. Le rejet de la chirurgie esthétique comme stratégie de lutte face aux signes de vieillissement montre bien que l’individu ne souhaite pas cacher les signes de vieillissement, mais uniquement les dissimuler et les atténuer. Ainsi, les stratégies mises en place par les enquêtés visent à atténuer partiellement les signes de vieillissement, notamment en raison des difficultés à accepter au départ l’arriver de ces premiers signes. Mais il s’agit avant tout d’accepter le processus en marche :

« Tu ne peux les cacher que par la chirurgie esthétique. Moi non, parce que je pense que la visage ça fait partie de tout. Je trouve qu’il faut plutôt atténuer les signes de vieillissement par une bonne hygiène de vie. La chirurgie esthétique ça se voit que ce n’est pas toi, c’est pas naturel. Donc il faut accepter. » (Sophie, F, 60 ans, nurse)

2.5.2. Accepter de vieillir pour mieux vieillir

Certains enquêtés acceptent la marche du temps. Celle-ci est en effet pensée comme étant un processus naturel.

Ce consentement amène l’individu à accepter la fatalité de la vie. Le poids du naturel domine alors pour certains celui du changement physique et physiologique :
« Les signes de vieillissement ne doivent pas être cachés, parce que c’est naturel, ça fait partie de la vie. C’est comme la chirurgie esthétique, je n’en ressens pas le besoin. On est comme ça, on né, on vieillit, et puis après on meurt. » (Suzanne, F, 59 ans, assistante maternelle)

Accepter la marche du temps correspond pour certains à un besoin d’authenticité, celui de ne pas « tricher ». Pour d’autres cela correspond à une prise de conscience que les signes de vieillissement sont inéluctables et ne peuvent être totalement cachés. Si l’acceptation de cette fatalité est un passage obligatoire, c’est également une condition pour bien vieillir. Etre soi-même et toujours le même malgré les signes de vieillissement, c’est aussi se positionner en dehors des messages médiatiques et des idéaux de société. L’individu qui ne triche pas met alors son individualité et par delà sa liberté. C’est pourquoi ne pas tricher malgré les effets du vieillissement est une démarche valorisée par certains enquêtés :

« De toutes façons il ne faut pas tricher avec ça. Je suis pour l’authenticité. A quoi ça serte de cacher. Si on vieillit et que on peut encore se permettre de se laisser supporter par des gens, on est pris comme on en a. Il n’y à pas à se dissimuler, au contraire. On est dans une société où tout doit être parfait, tout doit être beau, tout doit être artificiel, on met du silicone partout. Moi personnellement je suis pour la transparence. Moi ma femme si elle a besoin et envie de faire un truc, elle le fera, c’est pas moi qui vais lui dire de le faire. Il ne faut pas tricher avec soi même. Si on triche avec soi même on est perdu. Parce que c’est pas une ride, c’est la moitié d’une ride qui va nous gêner. On n’a pas fini ! » (Laurent, H, 54 ans, capitaine de police)

En définitive, cinq postures face aux signes de vieillissement sont distinguables. Les pratiques de camouflage permettent de dissimuler l’âge biologique au travers d’un âge esthétique. Mais l’utilisation de crèmes antirides est avant tout une pratique rassurante. Les pratiques de camouflage sont néanmoins avant tout des pratiques de correction. Face aux signes de vieillissement, l’individu recherche ainsi une constance de son image et son identité. Mais le souci du bien -être physique et psychique révèle une volonté de maîtrise du corps. Le vieillissement étant un processus naturel et irrévocable, l’individu s’attache avant tout d’accepter la marche du temps. Les stratégies développées face au vieillissement sont finalement révélatrices d’une volonté de maintenir le libre arbitre. Elles donnent à l’individu le sentiment de maîtrise du corps. Si les signes de vieillissement sont facteurs d’une altération de l’image de soi, l’individu cherche finalement à maintenir une continuité identitaire. Néanmoins, ces signes impliquent un nouveau rapport à soi.

Lire le mémoire complet ==> (Les 45-60 ans : âges de transition)
Master 2, Magistère de sciences sociales appliquées à l’interculturel
Université Paris Descartes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne