Italie : le plus pays européen avancé en matière d’œnotourisme

By 28 November 2012

1.2 L’Italie : le pays européen le plus avancé en matière d’œnotourisme

L’Italie est le pays européen le plus avancé en matière d’œnotourisme. Cette situation s’explique par le caractère ancien de la mise en valeur touristique des produits locaux et de la gastronomie régionale. De fait, dès les années 1930, le régime fasciste encourageait la consommation de produits nationaux en relançant la visite des régions italiennes par la construction de voies ferrées. Un guide, La Guida gastronomica d’Italia, inventoriait et localisait les plats et les vins typiques pour chaque région (LIGNON-DARMAILLAC, 2007).

Les routes des vins

Dans ce pays où tourisme et gastronomie sont traditionnellement associés, les vignobles se sont plus naturellement ouverts aux touristes pour faire connaître leur terroir, leur histoire, la richesse de leur patrimoine, présentés comme autant de gages d’authenticité et de qualité pour leurs vins. Suite à cette mobilisation du secteur agricole, une loi concernant les routes des vins italiennes a été votée en 1980. Celle-ci portait entre autre sur les panneaux routiers et avait pour but de favoriser la reconnaissance du très large réseau d’œnothèques qui structure les routes viticoles. Plus récemment, en 1999, une loi plus générale a été votée (L.286 du 9/8/99). Il s’agissait cette fois de faire des routes du vin un instrument d’organisation, de gestion et de promotion du territoire dans chaque région. La loi réglemente ainsi l’ensemble des routes des vins et a pour objectif de protéger et de valoriser les territoires viticoles ainsi que leurs produits. La visibilité de ces territoires ainsi que leur dimension touristique doivent en être accrues.

“Ces organisations sont très importantes car d’une part, elle aident les producteurs de vin et les produits typiques à se faire connaître, et d’autre part, elles rendent service au citadin et au touriste.” 13(A.R. BULDON, chargée en 2003 d’organiser les évènements et la promotion de la Strada del Vino Terre di Arezzo e Chianti Rufina e Pomino en Italie et à l’étranger, Annexe E, entretien n°12)

Les routes des vins sont alors conçues comme des outils d’aménagement du territoire en raison de leur succès auprès des touristes. Parce qu’elles sont créatrices d’attractivité, elles ont rapidement suscité l’intérêt des pouvoirs publics locaux, régionaux et nationaux. Leur gestion est d’ailleurs assurée par des structures où les acteurs publics et privés collaborent. Il s’agit le plus souvent d’associations composées d’élus locaux, de producteurs et de restaurateurs qui œuvrent à l’harmonisation des panneaux indiquant aux visiteurs les caves, les musées, les boutiques de vin et les restaurants adhérents à la route du vin concernée.

Città del Vino

L’engagement des collectivités transparaît également à travers la création de l’association Città del Vino en 1987, laquelle regroupe les communes traversées par les Routes du vin, ou réputées pour leur tradition viticole et leur vin. Capables de mobiliser les acteurs privés à l’échelle de leur territoire, les 578 collectivités membres sollicitent les services de l’association pour l’organisation d’évènements ou bien plus globalement pour définir la politique touristique à adopter.

« Si une municipalité nous appelle pour savoir si nous pouvons les aider à organiser quelque chose, une rencontre, un séminaire, nous le faisons ». (S. PIANIGIANI, responsable des projets européens au sein de l’association Città del vino, Annexe E, entretien n°11)14

Città del Vino publie en outre une revue mensuelle du même nom destinée à conseiller les élus dans leurs démarches et leurs projets “Le magazine a pour objectif de conseiller les personnes qui travaillent dans les municipalités. Ce n’est pas seulement à propos du vin, il aborde la question des lois, des lois relatives au vin et des lois italiennes (S. PIANIGIANI, responsable des projets européens au sein de l’association Città del vino, Annexe E, entretien n°11)15.

Ayant son siège à Castelnuovo Berardenga, l’organisation a ainsi pour mission de participer à la sauvegarde de l’environnement et des traditions rurales, tout en initiant les visiteurs à une meilleure connaissance du vin, de son élaboration et de ses qualités.

L’œnotourisme est donc un secteur d’activité reconnu et structuré à différentes échelles en Italie. Le pays compte aujourd’hui 69 routes du vin et les pratiques qui se développent autour du thème de la viticulture mobilisent des acteurs variés. Le vin est en effet devenu « une opportunité de marketing territorial » désormais. Ainsi, en 1993, producteurs, journalistes et agences de voyages, gérants d’œnothèques et de restaurants ont créé le « Mouvement Tourisme du vin » (« Movimento Turismo del Vino ») dans le but de promouvoir l„œnotourisme italien. A titre d’exemple, cette association organise la journée du vin, « wineday » et le weekend du vin, « cantine aperte » à la fin mai. Les caves sont visitées par des milliers d’italiens à cette occasion (LIGNON-DARMAILLAC, 2007).

Lire le mémoire complet ==> (La mise en tourisme du patrimoine viticole : l’exemple du Chianti)
Mémoire professionnel présenté pour l’obtention du Diplôme de Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Université de Paris 1 – Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures Du Tourisme

_________________________________
13 « Queste organizzazione sono molto importanti perchè da una parte aiutano a produttori di vino e prodotto tipici a farsi conoscere e dall’altra da un servizio al cittadino e al turista”. Traduction, V. ANGER.
14 “ If a municipality calls us to ask if we can help them to organize something, a meeting or a seminar, we do that”.Traduction V.ANGER
15 “The magazine is to advise people who work in the municipalities. It’s not only about wine but also laws, wine laws, Italian laws”.Traduction V.ANGER