Des signes vecteurs du sentiment de vieillissement

By 14 November 2012

Les signes de vieillissement – Partie II :

Etudier le vécu des individus face au vieillissement, c’est aussi étudier le rapport que les individus entretiennent avec les signes de vieillissement qui apparaissent peu à peu. Bien que révélateurs d’un processus naturel, ces signes physiques et psychiques de vieillissement altèrent l’image de soi. Quel rapport les individus entretiennent-ils donc avec ces signes ? Adoptent-ils une posture de rejet ou d’acceptation ?

1. Face aux signes de vieillissement

Les signes de vieillissement sont des vecteurs du sentiment de vieillissement. Intégrés au mode de vie des individus, ils éveillent le sentiment de vieillissement. Cependant ils ne suscitent pas aisément une extériorisation du vécu du vieillissement. Le vieillissement reste un sujet intime.

1.1. Des signes vecteurs du sentiment de vieillissement

1.1.1. Les signes physiques de vieillissement : des contraintes dans les activités quotidiennes

Certains enquêtés considèrent avoir des signes de vieillissement qui impactent sur leur santé physique. Les douleurs articulaires ressenties sont alors présentées comme une contrainte dans les activités quotidiennes :

« Les signes de vieillissement que j’ai c’est la vue, des douleurs articulaires. J’ai l’arthrose du gros orteil qui me fait mal à certains moments. Par exemple quand j’ai mal au pied, travailler 12 heures debout en marchant tout le temps, à la fin de la journée ça lessive ! » (Jacques, H, 51 ans, anesthésiste)

D’autres signes physiques ont fait leur apparition chez certains enquêtés, comme la fatigue. Certains évoquent même des nuits plus difficiles. Cette fatigue limite ainsi en intensité les activités quotidiennes :

« Je ressens plus la fatigue. J’avoue que le soir je suis pressée d’aller me coucher parce que j’en ai besoin. » (Suzanne, F, 59 ans, assistante maternelle)

Le port de lunettes de vue lié à l’arrivée de la presbytie est considéré également comme un signe de vieillissement. Là aussi les lunettes sont contraignantes dans la pratique des activités quotidiennes :
« Oui j’ai des signes de vieillissement. On parlait des lunettes, c’est un signe de vieillissement. Oui, je ne peux plus faire des choses que je faisais avant. » (Jean, H, 58 ans, professeur de sport)

Pour d’autres, certains signes physiques comme la tension ont fait leur apparition. Décelés par les médecins, ces signes physiques passaient cependant inaperçus pour l’individu. Ainsi, certains signes physiques de vieillissement ne sont pas contraignant dans les activités de la vie quotidienne. Ils passent inaperçu :

« Les médecins m’ont trouvé que j’avais de la tension, mais sinon je ne m’en rendais même pas compte. » (Martine, F, 50 ans, chargée de mission formation)

Les signes physiques entraînés par le processus de vieillissement sont finalement vécus comme une contrainte lorsqu’ils limitent et conditionnent les activités quotidiennes des individus. La nécessité d’abandonner certaines activités physiques et sportives est d’autant plus vécue comme un rupture qui entraîne une prise de conscience du processus de vieillissement :

« Je ne peux plus poursuivre les activités physiques comme je les faisais quand j’avais 35 ou 40 ans. Je ne peux plus faire de karaté au rythme où je le faisais à l’époque. J’ai quelques douleurs articulaires, mais ça fait un bout de temps que je les aient, mais ça ne va pas aller en s’arrangeant. » (Rachel, F, 51 ans, avocate)

1.1.2. Les signes psychiques du vieillissement : l’altération de la mémoire

Certains enquêtés considèrent avoir des signes de vieillissement d’ordre psychique. En effet, certains considèrent avoir une capacité à mémoriser qui s’est altérée avec l’avancée en âge. Cependant, ce signe de vieillissement ne semble pas inquiéter les enquêtés, puisqu’il est vécu comme un processus naturel :

« Je me rends compte que ma mémoire fonctionne moins bien qu’à 20 ans. En première j’étais capable de ressortir 30 strophes de Shakespeare par cœur, maintenant je ne pourrais plus. » (Eric, H, 47 ans, administrateur civil)

Pour certains enquêtés, les signes psychiques de vieillissement sont particulièrement dommageables, contrairement aux signes physiques. En effet, les signes physiques « naturels » de vieillissement comme les douleurs, la fatigue où la baisse de la capacité de vision sont contraignants mais sont perçus comme des éléments naturels du processus de vieillissement. Ils contraignent les activités quotidiennes, mais ne sont pas vécus comme un handicap. Mais les signes psychiques accompagnant le vieillissement comme la perte du moral sont davantage perçus comme un facteur amplificateur du vieillissement :

« Je pense que même si ton corps est bien, ton psychisme va jouer sur le vieillissement. » (Sophie, F, 60 ans, nurse)

1.1.3. Les rides : un rappel à l’ordre du vieillissement

Spontanément, les rides sont considérées comme l’un des premiers signes de vieillissement par certains enquêtés. Cette spontanéité résulte du fait que ces signes extérieurs se montrent au grand jour. Ils sont donc visibles par soi-même et par autrui. Ils atteignent l’apparence, et l’individu voit son image s’altérer. Si le processus de vieillissement est un processus continu qui se développe peu à peu sans que l’individu s’en rende vraiment compte, le vieillissement de la peau marque le franchissement d’une étape dans ce processus. Il est en quelques sortes un rappel à l’ordre du vieillissement :

« J’ai des signes extérieurs [de vieillissement]. Le visage qui vieillit, ça c’est sûr, on le remarque, c’est la première chose qu’on voit. » (Anne, F, 58 ans, institutrice en préretraite)

L’altération de l’apparence physique avec l’apparition des rides pourrait entraîner de nouveaux enjeux dans l’estime de soi, puisque dans les représentations et les messages médiatiques, les rides sont « un fléau » contre lequel il faut lutter avec des pratiques de prévention, voire d’annulation. Culturellement parlant, l’idéal de jeunesse est bien ancré dans l’imaginaire populaire. Cependant les rides ne constituent pas un problème pour certains enquêtés, en particulier pour les femmes qui peuvent les camoufler comme par le maquillage. Ainsi, le vieillissement de la peau est un rappel à l’ordre du vieillissement, mais l’individu semble intégrer ce changement superficiel de l’apparence :

« Les rides ça ne me pose pas vraiment de problèmes. On peut toujours les cacher si on veut. La prise de poids c’est un peu plus embêtant parce que c’est plus difficile à perdre surtout quand on est gourmand. » (Rachel, F, 51 ans, avocate)

1.1.4. Les signes de vieillissement : une prise de conscience par le regard d’autrui

Les signes de vieillissement apparaissent avec l’avancée en âge, ils constituent des éléments déclencheurs de la prise de conscience de ce phénomène. Cependant, le regard des autres impact également sur le développement du sentiment de vieillissement. En effet, certains enquêtés se décrivent concernés par un discours préconisant un rajeunissement de l’individu par rapport à son âge biologique. Le discours d’autrui impacte alors sur le sentiment de vieillissement. Pour d’autres, les interactions fréquentes avec une population jeune leur donne le sentiment d’être toujours jeunes. L’action dans un contexte de rapports intergénérationnels minimise ainsi le sentiment de vieillissement. L’environnement et le regard des autres sont donc influents dans la prise de conscience du vieillissement. C’est l’image que les autres renvoient à l’individu qui donne le sentiment de jeunesse ou vieillesse. Le regard des autres est donc un élément central car le vieillissement est « un processus insensible, infiniment lent qui échappe à la conscience parce qu’en lui aucun contraste ne se fait jour20 » :

« Au rugby je me souviens à un moment du match, l’équipe adverse disait « il est bon, c’est lui qui court le plus ». Ils m’ont élu joueur du match. Du coup c’est vrai que je ne me sens pas vieillir, d’autant plus entouré de jeunes. Jouer avec des jeunes fait oublier l’âge que tu as. En général, on ne me donne pas l’âge que j’ai. Le vieillissement c’est dans la tête en fait. » (Damien, H, 47 ans, fonctionnaire de La Poste)

Finalement, le discours des individus évoquant leurs signes de vieillissement correspond à une prise de conscience de ce processus. Le vieillissement est en effet un processus continu, mais l’individu n’en prend pas toujours conscience parce que justement aucun signe distinctif n’est perceptible. Les premiers signes de vieillissement sont donc déclencheurs du sentiment de vieillissement :

« On a des troubles diverses qui apparaissent qu’on n’avaient pas avant, parce que on n’en n’était pas conscient quelque part. […] Donc je crois qu’il faut faire la part des choses et prendre conscience qu’on a des signes de vieillissement qui apparaissent. » (Jean, H, 58 ans, professeur de sport)

Une fois les signes de vieillissement pris en considération, comment l’individu réagit-il en pratique face au processus de vieillissement ?

Lire le mémoire complet ==> (Les 45-60 ans : âges de transition)
Master 2, Magistère de sciences sociales appliquées à l’interculturel
Université Paris Descartes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne

__________________________________
20 LE BRETON, D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1990