Le tourisme d’affaires en Provence alpes côte d’azur PACA

By 15 October 2012

1.2.4 LE TOURISME D’AFFAIRES EN PACA

La CRCI Provence Alpes Côte d’Azur a évalué le poids économique du tourisme d’affaires dans la région en 1997. En effet, le tourisme d’affaires et de congrès, de séminaires et d’expositions, est un point fort de la région. Selon les espaces géographiques, les équipements sont d’une grande diversité.

En ce qui concerne l’activité congrès, le pôle Cannes – Nice peut prétendre à l’excellence sur un marché d’envergure mondial. Marseille dispose également d’atouts importants sur le marché des congrès internationaux. Sur le plan national, Provence Alpes Côte d’Azur Corse offre des équipements de qualité, notamment au sein du palais de congrès d’une capacité d’accueil moins importante.

Cette évaluation du secteur du tourisme d’affaires a porté sur 19 centres de congrès et 633 hôtels qui ont déclaré accueillir des séminaires. Les résultats ont été établis à partir des 17 centres de congrès et des 445 hôtels dont les réponses ont été exploitables. Seules les réunions de plus de 10 personnes ont été étudiées.

Les centres de congrès

Près de 2 000 manifestations (grand public et affaires) ont été accueillies en 1997. 36% d’entre elles (700) sont des congrès et séminaires correspondant à 380 000 participants soit 800 000 journées. La durée moyenne d’un séminaire est de 1,8 jour et celle d’un congrès s’élève à 2,1 jours.

L’origine géographique des 380 000 participants à des manifestations d’affaires dans les centres de congrès permet d’identifier plus précisément l’envergure des manifestations accueillies.

Le tourisme d’affaires en Provence alpes côte d’azur PACA
Source : CRCI PACA

Cette caractéristique fluctue en fonction des centres de congrès. Les plus grandes infrastructures se positionnent majoritairement sur des marchés d’envergure nationale et internationale.
Inversement, des structures d’envergure plus modestes et / ou bénéficiant de conditions d’accès (notamment aérienne) moins aisées, accueillent essentiellement des manifestations d’envergure régionale.

L’analyse menée sur la répartition des manifestations en fonction du nombre de participants révèle véritablement les marchés ciblés par les centres de congrès de la région.

Le tourisme d’affaires en Provence alpes côte d’azur PACA
Source : CRCI PACA

Le poids de 3 grandes structures d’accueil de la région influe fortement sur cette répartition qui démontre tout de même que 50% des manifestations d’affaires accueillent moins de 200 participants.
En excluant ces 3 centres de congrès, la part des manifestations d’affaires de moins de 100 personnes s’accroît considérablement (40.2% contre 29.2% en considérant l’ensemble des Palais des Congrès), alors que seulement 16% des congrès rassemblent plus de 400 participants (contre 33.3% pour l’ensemble des Palais des Congrès).

A partir des estimations faites par les centres des congrès des dépenses journalières moyennes (900 francs), le chiffre d’affaires généré serait de l’ordre de 700 millions de francs (hors manifestations « grand public »).

Le tourisme d’affaires en Provence alpes côte d’azur PACA
Source : CRCI PACA

Comme le confirme le graphique ci-dessus, l’activité des centres de congrès participe clairement à l’étalement de la saison. Elle répond donc de toute évidence à la préoccupation à laquelle les institutionnels cherchent à répondre.

Le nombre d’emplois permanents du secteur s’élève à environ 600 ce qui représente 32 emplois en moyenne par centre de congrès. Cependant les deux tiers des centres ont moins de 16 employés.
Il est à noter que l’activité congrès bénéficie des études menées par France congrès. En effet cette association fait bénéficier à ses adhérents, comme PMC à Marseille, d’outils pour mesurer l’impact économique de leurs structures.

Ainsi, l’Association France – Congrès a défini, en relation avec le Ministère du tourisme, une méthodologie pour déterminer de manière fine et rigoureuse les flux monétaires injectés dans l’économie locale, et les emplois totaux qui dépendent directement ou indirectement de l’existence d’un palais des congrès. La méthodologie d’analyse proposée ne concerne que l’activité spécifiquement congrès et n’est donc pas transposable en l’état aux autres activités (foires, salons, séminaires…).

Elle permet donc de mesurer l’impact économique à plusieurs niveaux :
• L’impact économique direct : c’est le montant des flux financiers injectés dans l’économie locale par le palais des congrès.
• L’impact économique indirect : il correspond aux dépenses faites par les congressistes auprès des prestataires locaux (hôtels, restaurants, commerces et services).
• L’impact économique induit : il représente l’effet multiplicateur des flux monétaires directs et indirects injectés dans le tissu économique local. Selon une norme déjà utilisée dans les aéroports français et étrangers et adaptée à une structure de congrès, ce coefficient multiplicateur a été arrêté par France – Congrès à 1.53.
• L’impact économique total. C’est la somme des précédents.

L’impact social correspond aux emplois créés ou maintenus par l’activité du palais des congrès. Il comprend :
• L’impact social direct : il s’agit des emplois du palais des congrès, permanents ou personnel vacataire converti en équivalant temps plein.
• L’impact social indirect. Ce sont les emplois liés à l’activité congrès (hébergement, restauration, loisirs, transports). Il résulte des dépenses des congressistes dans le tissu économique local transformée en salaires, donc en emplois sur la base du salaire annuel moyen dans le tourisme (source INSEE).
• L’impact social induit. Il correspond aux sommes injectées dans le tissu économique par le palais des congrès et par les congressistes, transformées en salaires et donc en emplois sur la base du salaire annuel moyen national (source INSEE).
• L’impact social total. C’est la somme des précédents.

L’activité d’affaires est donc primordiale dans l’économie locale. On comprend d’autant plus facilement l’attrait des professionnels de l’hôtellerie pour ce secteur touristique à fort potentiel rémunérateur.

Hôtels de séminaires

Près de 30 500 séminaires et congrès ont été accueillis en 1997 par l’échantillon d’hôtels, représentant environ 780 000 participants pour 1 650 000 journées. Parmi ceux là, il y aurait 650 congrès réunissant 110 000 participants pour 300 000 journées.

Hôtels de séminaires
Source : CRCI PACA

Le chiffre d’affaires de l’échantillon serait de l’ordre de 1.3 milliard de francs.
La durée moyenne (pondérée par le nombre de séminaires reçus) des séminaires s’établit à 1.8 jour au niveau régional. Ce résultat est assez diversifié au niveau départemental.

Au total, pour les centres de congrès et les hôtels d’affaires, sur un échantillon d’environ 70% des établissements concernés, nous obtenons un chiffre d’affaires direct de deux milliards de francs (hors manifestations « grand public ») correspondant en retombées directes à :
• 31 200 manifestations « affaires ou assimilé », dont 30 100 séminaires (10 à 100 personnes) et 1 100 congrès (plus de 100 personnes).

image010
Source : CRCI PACA

• 1 161 000 participants, dont 488 000 participants à des séminaires et 673 000 participants à des congrès.

image011
Source : CRCI PACA

• 2.5 millions de journées.

Nbre de manifest. Nbre de participants Nbre moyen de participants Durée moy. Nbre de journées participants
Séminaires ou colloques (10 à100 personnes) 208 8 496 41 1.8 15 292.8
Congrès (+ de 100 personnes) 503 373 667 743 2.1 784 700.7
Affaires ou assimilé 711 382 163
Grand public (foires, salons, expositions…) 1 253 1 420 020
Toutes manifestations confondues 1 964 1 802 183

Source : CRCI PACA

Lire le mémoire complet ==> (Le tourisme d’affaires en Provence alpes côte d’azur: un enjeu pour l’avenir)
Mémoire de DESS en Economie et Gestion du Tourisme – Faculté des sciences économiques et de gestion
Université de la Méditerranée AIX-MARSEILLE II – CEDERS