Le e-learning et les sciences de l’information

By 22 October 2012

III. APPROCHES, DESCRIPTIONS ET ANALYSES

Dans la partie précédente – l’état de l’art –, nous avons globalement introduit notre étude : nous avons successivement présenté son contexte (le e-learning), son objet (les ressources pédagogiques électroniques), de même que les divers processus de conception et de manipulation de ces ressources pédagogiques.

Nous consacrons maintenant cette partie à « l’épistémologie », à la méthodologie, et à la description. D’abord, nous essayerons de préciser l’originalité du point de vue des Sciences de l’Information sur le e-learning, et envisagerons dans quelles dimensions s’insère notre étude. Ensuite, nous présenterons notre méthodologie, en détaillant notamment la mise en place du protocole d’observation utilisé. Et enfin, nous procèderons à une première analyse des observations recueillies.

A. APPROCHE SCIENTIFIQUE

1. Le e-learning et les sciences de l’information

Nous avons vu dans l’état de l’art que le terme e-learning ne désigne encore rien de manière univoque et stabilisée ; c’est pourquoi nous avons proposé de l’appréhender comme étant l’évolution, provoquée par le numérique, des systèmes et dispositifs d’enseignements. Mais derrière l’imaginaire à la fois marketing et « techniciste » du concept26, se tient subrepticement une vaste activité de recherche, qui trouve des ramifications à l’intérieur de nombreuses sections disciplinaires. Ce que nous voulons tenter ici, c’est d’examiner le point de vue sur le e-learning de chacune de ces sections, ce qui nous permettra de mieux comprendre l’originalité de celui des Sciences de l’Information.

Les Sciences Cognitives et les Sciences de l’Education tout d’abord, constituent l’un des points d’approche du e-learning. Ces disciplines s’intéressent aux aspects didactiques, et pédagogiques à proprement parler du e-learning; elles étudient également les processus mentaux permettant l’acquisition de connaissances. L’une de leurs questions centrales pourrait être la suivante : « comment enseigner et apprendre à partir d’un support numérique ».

L’informatique ensuite, constitue un deuxième point d’approche du e-learning. Attardons-nous un moment sur les fondements de cette discipline. L’informatique, c’est la science du traitement automatique de l’information. Elle a pour objet de faire progresser le génie logiciel, qui permet de concevoir des outils pour traiter, échanger, et stocker des données. L’informatique se concentre spécifiquement sur le développement de tels outils, et étudie leur implémentation opérationnelle ou fonctionnelle, autrement dit une implémentation technique. Ses recherches en matière d’e-learning portent principalement sur les hypermédias adaptatifs, sur les systèmes tutoriels intelligents, sur la personnalisation des ressources pédagogiques électroniques, et sur le développement de plateformes pédagogiques, comme par exemple les LCMS (Learning Content Management Systems).

Viennent enfin les « Sciences de l’Information et de la Communication », qui trouvent leur place au sein de la 71e section de la CNU – cette 71e section appartenant elle-même aux disciplines qualifiées de « transversales ». Ces « SIC », Jacques Perriault les voit comme une « discipline encore jeune qui, pour comprendre les faits sociaux d’information et de communication, en analyse les techniques, les dispositifs, les usages, les langages et les politiques qui les régissent »

[Perriault, 2002]. Le cas Français est atypique, car partout ailleurs on distingue d’un coté des Sciences de l’Information, et de l’autre des Sciences de la Communication. Toutefois, par un certain regard informel, on peut identifier au sein des SIC françaises, des « Sciences de l’Information » – l’appellation étant tantôt au pluriel, tantôt au singulier : « Les spécialistes de l’information couramment dite « scientifique et technique » appellent leur spécialité « Science de l’Information » en lui donnant la même acception que les Américains confèrent à « information science » ou les Russes à « informatika » »[Boure, 2002]. D’autres parlent de « Science de l’Information-Documention », et en étudie les conditions d’émergence et de disciplinarisation28. Notre propos n’est pas de trancher en faveur d’un partage ou d’une communion des deux « disciplines » ; nous nous contenterons juste de nommer, par « Sciences de l’Information », la branche des SIC qui se concentre sur les systèmes et dispositifs d’information.

On parle tantôt de système, tantôt de dispositif : nous ne nous hasarderons pas non plus à proposer une quelconque définition des deux termes ; nous les distinguerons juste en ce que le dispositif, à notre sens, connote davantage la technique – le système relevant plus de l’intellect, et apparaissant comme une chose plus globale. Mais entre le système d’information et le dispositif d’information, là encore les frontières sont floues, et on emploie bien souvent les deux mots indifféremment ; D’ailleurs dans sa Thèse de Doctorat, Staii présentait les systèmes d’information comme des « dispositifs techniques censés organiser et faciliter l’accès à l’information » [Staii A., 2003].

Les Sciences de l’Information présentent la particularité notable de combiner des approches informatiques, et sociologiques, pour aborder ces systèmes d’information. Autrement dit, elles en analysent les composantes techniques, mais également les composantes humaines et sociales. Le e-learning, qui met en étroite relation des systèmes (d’enseignement) et des acteurs (enseignants, apprenants, concepteurs), intéresse donc naturellement les Sciences de l’Information.

En matière d’e-learning, les recherches en Sciences de l’Information portent principalement sur la structuration, la caractérisation, la combinaison, la mutualisation et enfin, la personnalisation des ressources pédagogiques électroniques. L’idée force qui anime tous ces travaux, c’est de produire des briques d’enseignement – c’est-à-dire des éléments unitaires d’apprentissage – que l’on puissent assembler, et réorganiser à la demande, en fonction des besoins des apprenants. L’enjeu est de taille : il s’agit, d’une part, de satisfaire les diverses et nouvelles demandes en terme de formation, et d’autre part, de rentabiliser les coûts relatifs à la mise à disposition des RPE.

2. Les dimensions de l’étude

Nous venons de voir comment se positionnent les Sciences de l’Information, par rapport aux autres sections disciplinaires, adoptant elles aussi le e-learning comme objet d’étude. Nous comprenons maintenant mieux en quoi nous adoptons le point de vue des Sciences de l’Information pour aborder le e-learning, et en quoi notre sujet s’articule autours de la notion de dispositif – en l’espèce un dispositif d’indexation. Nous allons maintenant recadrer notre sujet, en précisant sous quel angle aborder chacune des questions dont il recèle.

Notre ambition, c’est de modéliser un dispositif visant à rationaliser l’indexation des ressources pédagogiques électroniques. Nous avons précisé, dans l’introduction, nos trois points d’entrée pour ce travail :
– Qui peut prendre en charge l’indexation des RPE ?
– Quels sont les outils techniques et informatiques qu’il est possible d’utiliser ?
– A quel standard normatif l’indexation des ressources pédagogiques électroniques doit-elle s’affilier ?

La première question trouve sa place dans une dimension humaine et sociale. Je parle de la dimension qui met en jeu les compétences et les revendications spécifiques à des groupes professionnels – en l’occurrence les enseignants, les apprenants, etc. – et qui met également en jeu les liens et les tensions qui peuvent se tisser entre ces groupes. Cette première dimension d’étude, je la nommerai « composante humaine du dispositif ».

La deuxième question s’insère dans une dimension technique. Je parle de la dimension qui met en jeu les outils, les méthodes, les moyens logiciels, les systèmes organisés de traitement, qui peuvent avoir trait avec notre dispositif d’indexation. Cette deuxième dimension d’étude, je la nommerai « composante technique du dispositif ».

La troisième question est située dans une dimension normative. Je parle de la dimension qui met en jeu les standards, les recommandations, les normes et les spécifications dont dépendent notre dispositif ; Ces derniers agissent à la manière d’un système de contrôle – du moins un référentiel –, pour notre travail. Cette troisième dimension, je la nommerai « composante normative du dispositif ».

Lire le mémoire complet ==> (Vers une rationalisation de l’indexation des ressources pédagogiques électroniques…)
Mémoire De DEA – Ingénierie de l’Information et de la Documentation
Université JEAN-MOULIN LYON 3 – Sciences de l’Information et de la Communication