Faire ou faire faire sa logistique ? (Logistique ecommerce)

By 2 October 2012

D. Des solutions apportées à chaque étape :

Nous allons poser quelques solutions quant à la gestion optimale de la chaine logistique.

1) Faire ou faire faire sa logistique ?

D’un point de vue stratégique la maitrise de la logistique est une réelle compétence pour le site marchand. Dès lors créer un avantage à ce niveau est souvent ingérable pour des acteurs de petites tailles (Start up), comme il en existe des milliers sur la « Toile ».

De ce fait, le choix de l’externalisation est un axe d’amélioration pour de nombreux sites marchands. L’offre à ce niveau c’est garnie, comme nous avons pu observer à travers l’étude Xerfi, depuis l’essor du canal Web. Cela permet de faciliter la décision de l’externalisation.

Afin de formaliser ses besoins logistiques, le site doit établir un cahier des charges. Nous allons énoncer les différentes offres d’externalisation que l’on peut rencontrer sur le marché puis nous expliciterons les points distincts qui doivent apparaître sur le cahier des charges.
Nous allons expliciter les raisons qui poussent une société à externaliser.

– Recentrage sur son métier de base

Les ressources s’avèrent, par définition, toujours limitées, aussi préfère-t-on se consacrer aux domaines-clés de l’entreprise, à ceux qui lui permettent de se distinguer de la concurrence.
– Le métier de base de l’e-vendeur est-il de faire de la logistique?
– Refus d’une diversification

La société préfère reporter sur d’autres des opérations risquées dans des domaines qu’elle ne maitrise pas. La logistique du e-commerce est une logistique fine et précise, certaines structures ont développé des compétences spécifiques misent à la disposition des sites marchands.

– Retarder un investissement

La compagnie ne dispose pas actuellement des ressources nécessaires pour investir dans des entrepôts ou des véhicules et choisit de sous-traiter. La mise en place de l’e logistique est coûteuse du fait de sa complexité. Les web marchands adoptent l’externalisation comme une solution optimale dans le sens où, un investissement au niveau d’une plateforme est cher. Cela permet de retarder l’investissement.
– Éviter les tâtonnements dans la mise au point d’une activité nouvelle pour l’entreprise, en l’occurrence la logistique
– Coût de revient plus faible et surtout variable

Contrairement à une solution intégrée, l’entreprise paie un montant proportionnel au niveau d’activité, de ce fait s’il y a une baisse du trafic cela ne se traduit pas par une augmentation des coûts. On ne tient pas compte des frais fixes qui ne sont pas imputables au web marchand. Celui peut donc gérer ses coûts.

– Moins de problème de main-d’œuvre

On obtient ainsi une diminution de la masse salariale ainsi que des problèmes sociaux dans l’entreprise.

– Sécurité en cas de conflits sociaux

Dans le cas d’un conflit interne, les produits stockés chez un prestataire pourront toujours être livrés aux clients en temps et en heure. Cela constitue une plus value non négligeable compte tenu des tensions internes qui subsistent dans de nombreuses entreprises en ces temps de crise.

Dans certains cas, des sites de ventes privées ont décidé d’externaliser la totalité de leurs activités, nous entendons par là les pôles tels que le marketing, la logistique, l’informatique, l’administration. Dans le but de se recentrer sur leur domaine d’expertise principale : le métier d’acheteur et de véritable commerçant. C’est le cas de ShoppingPrivé.com.

* L’offre en termes de prestations logistiques

Cette question est délicate dans le sens où peu d’acteurs traditionnels sont en mesure de répondre, cependant de nouvelles parties prenantes apparaissent armées de compétences permettant au site marchand de « se recentrer sur leur cœur de métier ».
Notons, qu’aujourd’hui certains acteurs usuels se lancent dans ce marché qui a atteint sa maturité. (Cf. étude Xerfi)

Traditionnellement, sur le marché cohabitent différentes offres :

– Les opérateurs postaux :
Ils sont les seuls dans leur pays à pouvoir livrer n’importe quel client, du fait de leur réseau national de livraison de courrier. De plus, en cas d’absence des clients, les antennes postales constituent une alternative. En effet la mise en instance du colis apparaît comme un atout majeur. Le point dur de ce type d’opérateurs : ils ne peuvent prendre en charge seulement des colis de petites tailles.

Groupe La Poste
Groupe La Poste

Colissimo

• Colissimo pour tous les envois en France en 48h.
• Poids maximum autorisé de 30 kg.
• Livraison du lundi au samedi entre 9h et 12h, en mains propres et contre signature. Si absence ou impossibilité de remise du colis, le facteur dépose un avis de passage mentionnant la date et l’adresse du bureau de Poste où retirer le colis.
• Traçabilité : à tout moment sur le site de La Poste grâce au numéro de colis communiqué par le site marchand.
• Assurance incluse de l’ordre de 23€/kg en cas de détérioration, perte ou vol.
• CA 2005 : 1 155 M€
• Trafic 2004 : 260 millions de colis
• Effectif : 6 300 personnes
• Plates-formes colis : 16
• Agences de livraison : 70
• 3 Services Clients : 140 téléopérateurs.
• Plus de 30 000 clients.

– Les transporteurs express :

Ils sont spécialisés dans le transport de petit colis dans des délais courts (24 heures, 48 heures). Ce secteur est habité par des entreprises nationales (Chronopost) ou internationales (TNT, DHL, UPS), dont le réseau de livraison ne couvre pas l’ensemble d’un pays.

Notons que leur origine B2B est fortement marquée. Au niveau des créneaux horaires de livraisons, ils sont de l’ordre de la demi journée et la prise de rendez vous avec le client final pour la livraison n’est pas toujours proposée.

DHL express :
• Offre DHL Servicepoint :
– Réseau A2pas / Altadis : 3 000 points colis situés dans des bureaux de tabac.
– Consignity : 9 consignes accessibles 24h/24, 7j/7 principalement dans des parcs de stationnement.
– 3 boutiques à Paris ouvertes de 7h à 20h, 6j/7.
– Traçabilité, gestion des retours.
• DHL est actuellement en train de tester le dispositif « Chrono Relais » en région.
• Clientèle visée : B2B – B2C, prestation J+1 (idem Chronopost).

– Les spécialistes de la livraison au client final :

Ce sont souvent des filiales d’entreprises historiques de la VAD. Ces opérateurs spécialisés sont ceux qui maitrisent de manière optimale la livraison à domicile.

– Les réseaux de points de retrait

Les opérateurs de la logistique traditionnelle ont développé des réseaux de points de retrait pour apporter une offre logistique B2C aux web marchands. On peut citer Chrono relais, Colis Shop ou Relais colis. Mais d’autres acteurs comme KIALA.fr permettent de donner une réponse optimisée aux sites marchands.

Mondial Relay

Faire ou faire faire sa logistique  ecommerce• Depuis 1997, Mondial Relay – Filiale des 3 suisses – offre aux professionnels de la Vente à Distance la distribution des colis depuis leur entrepôt ou leurs fournisseurs jusqu’aux domiciles de leurs clients ou le Point Relais sélectionné.
• 400 collaborateurs.
• 500 transporteurs partenaires.
• 3 800 commerçants de proximité.
• Environ 180 000 colis par jour.
• Réseau en propre de 22 sites en France et 21 agences transport régionales.
• Livraison à domicile en 4 jours suivant la prise en charge du colis.
• Livraison à domicile des colis lourds et encombrants sur proposition de RDV dans les 4 jours suivant la prise en charge du colis.
• Livraison du colis en 24h dans un Point Relais en partenariat avec Kiala qui partage leur réseau.
• Tracing complet de la prise en charge jusqu’à la remise en main propre du colis + information en temps réel de la situation de la marchandise.
• Références : 3suisses, Blanche Porte, Pimkie, webdistrib.com, Becquet, Auchan.fr, Créateur des clubs de beauté …

– Les coursiers urbains

Avec le développement de la net économie de proximité, ces acteurs offrent de réelles capacités pour gérer des délais très court dans une zone de livraison déterminée, avec une amplitude horaire du rendez vous réduite.

• Le cahier des charges logistiques27

Un cahier des charges doit comprendre trois éléments indispensables : la stratégie de distribution, les flux physiques générés par l’activité et les flux d’informations liés aux flux physiques. Nous allons citer les points essentiels :
Première partie : la stratégie de distribution
– Les délais de livraison proposés aux clients
– Les frais de port refacturés au client, par type de délai
– Le type de client (b2b, b2c)
– La zone de chalandise et concentration éventuelle des clients sur la zone
– La personnalisation des envois

Deuxième partie : les flux physiques générés par l’activité
– Les produits et famille des produits
– Les dimensions et poids des produits
– Les contraintes de stockage liées à ces produits
– Le conditionnement des produits
– Le nombre de commandes estimé
– Le nombre d’articles par commande
– Le stock moyen
– Le nombre de références gérées
– Le nombre de fournisseurs
– Le nombre de réceptions attendues sur la base logistique
Troisième partie : Les flux d’informations liées aux flux physiques
– Outil de prise de commande utilisé
– Outil de transmission des commandes à la base logistique
– Les informations à recueillir de la base logistique et à quelle fréquence
– L’interfaçage informatique avec la base logistique
– Les informations logistiques à mettre à la disposition des clients

Avant même de démarcher les prestataires, il faut rédiger un cahier des charges pour lister les besoins. En effet l’activité du commerce connaît des variations. Il faut de ce fait se poser les bonnes questions. Quelles sont les périodes de rush ? Quelle surface de stockage? Quels sont les délais de livraison? Quels modes de distribution ? Chaque réponse a une incidence sur le choix du ou des prestataires.

Lire le mémoire complet ==> (Quel avenir pour les sites de ventes événementielles :
comment trouver une stratégie logistique afin de réduire la combinaison coût-délai ?
)

Mémoire de fin d’études – Spécialité Logistique
Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
_____________________________
27 Isaac H, Volle P (2008). e-commerce : De la stratégie à la mise en ; œuvre opérationnelle, 1ere édition, Pearson Education, Paris