Environnement institutionnel, Ressources pédagogiques électroniques

By 23 October 2012

IV. DISCUSSIONS ET HYPOTHESES

Dans la partie précédente, nous avons tenté une approche épistémologique, puis méthodologique de l’étude. Nous nous sommes ensuite consacrés aux observations, en décrivant d’abord les différents environnements pédagogiques visités, puis en recoupant l’ensemble de ces descriptions par des analyses transversales.

Dans cette partie, nous allons procéder à une interprétation des différents phénomènes constatés. Nous axerons notamment nos réflexions sur les enjeux de l’indexation, et étudierons ce qui peut la freiner, ou au contraire ce qui peut lui faire levier.

1. La notion de volonté, pivot de l’indexation et de la mutualisation.

Nous avons observé, dans la partie « approches, descriptions et analyses », les difficultés humaines liées à l’indexation : les enseignants ne veulent pas indexer les ressources qu’ils produisent, d’une part car ils ne souhaitent pas qu’on les retrouve, et d’autre part car ils ne souhaitent pas y consacrer du temps. La difficulté humaine de l’indexation tient donc au manque de volonté.

Ce problème lié à la volonté n’est pas inconnu des cellules TICE, qui adaptent au maximum leur dispositif en fonction. On l’a vu, c’est ce que font notamment les dispositifs ARPEM et SPIRAL. A leur sujet, nous avons évoqué le fait que SPIRAL rencontre un vif succès, alors qu’ARPEM, à défaut d’avoir réellement démarré, a été mis en stand bye. Ce phénomène nous a paru d’autant plus curieux et incompréhensible qu’ARPEM semble avoir une longueur d’avance sur SPIRAL, avance tenant au fait que seul ARPEM adopte le modèle de l’indexation en strate successives – modèle que nous avons estimé être la tendance en devenir des dispositifs d’indexation.

Pour tenter une explication de ce curieux paradoxe, il nous faut d’abord creuser davantage la question du manque de volonté, pour ainsi tenter d’en discerner les enjeux. Le terme « enjeu » étant devenu galvaudé, nous reprécisons juste sa signification originelle : un enjeu, c’est ce que l’on a à gagner ou à perdre, en s’investissant dans une entreprise quelconque. On peut ainsi dire que la mutualisation est l’un des enjeux de l’indexation (la mutualisation étant considérée ici comme l’action d’échanger à grande échelle des RPE.) C’est en effet en indexant systématiquement les ressources pédagogiques électroniques, et de manière la plus fine qui soit, que l’on se donne techniquement les moyens de les mettre en commun. Renversons maintenant le principe ; Qu’obtient-on de significatif ? Que l’indexation est l’un des enjeux de la mutualisation ? Non, car l’indexation n’est jamais une fin en soi. Injectons maintenant la notion de volonté dans la proposition de départ : celle-ci devient soudainement réversible : l’enjeu de vouloir indexer, c’est de pouvoir mutualiser, et réciproquement, l’enjeu de vouloir mutualiser, c’est de pouvoir indexer. On peut en effet admettre que ce n’est qu’en sensibilisant les gens aux bénéfices de la mutualisation, donc en les motivant, que l’on va les inciter à indexer. La notion de volonté apparaît alors comme centrale à l’indexation et à la mutualisation : elle est comme le maillon qui les relie, ou comme le pivot qui les maintient rattachés, et grâce auquel elles fonctionnent. En somme, la notion de volonté constitue un de leurs enjeux communs. Nous savions déjà que l’indexation et la mutualisation étaient reliées d’un point de vue technique (l’indexation sans mutualisation n’a pas de sens, et la mutualisation sans indexation n’est pas possible) ; nous savons maintenant qu’elles sont également reliées d’un point de vue humain. Autrement dit, si l’on veut mutualiser des ressources pédagogiques électroniques, il faut s’en donner les moyens techniques : cela passe par une indexation préalable, mais aussi les moyens humains : cela passe par une motivation des acteurs. Tout projet qui vise à mutualiser des ressources, devra être avisé de cet état de fait.

Revenons maintenant à ARPEM et à SPIRAL. Le premier ne décolle pas, et le deuxième rencontre un vif succès. Pourtant, les deux semblent s’adapter aux exigences des enseignants, et tous les deux se fondent sur le même principe de réutilisation et de mutualisation. L’explication se trouve dans la manière avec laquelle ces dispositifs s’annoncent aux enseignants, et dans la manière avec laquelle ils stimulent leur volonté. Pour dresser cette explication, nous nous focalisons sur leurs sites Internet64, et étudions ainsi les formes de leur communication aux usagers.

Concentrons-nous d’abord sur les sites qui donnent accès à SPIRAL et à ARPEM : je parle des sites PRACTICE et GRECO66.

D’entrée de jeu, SPIRAL est présenté comme une plateforme pédagogique, destinée à la fois aux étudiants et aux enseignants : « La plate-forme pédagogique PRACTICE67 met à la disposition des enseignants et des étudiants un ensemble de ressources pédagogiques créées à Lyon 1 ». Les enseignants ont donc implicitement l’impression d’avoir en face d’eux un outil vivant, leur servant à animer, et à enrichir leurs cours. Ils sont ainsi stimulés pour se connecter à la plateforme, et lui consacrer du temps pour en apprendre davantage.

De son coté, ARPEM est présenté comme une solution d’archivage, destinée uniquement aux enseignants : « Le service archivage de GreCO vous propose ARPEM (Archivage de Ressources PEdagogiques Multimédia), une application de gestion, de sauvegarde et de mise à disposition des ressources pédagogiques multimédia. » ; « ARPEM n’est pas… un service aux étudiants ». D’autre part, l’accent est clairement mis sur les notions de « visibilité des production », de « mutualisation parfaitement contrôlée », de « dépôt simplifié et rapide ». Les enseignants ont donc implicitement l’impression d’avoir en face d’eux une archive ouverte, dont le but est résolument de mettre en accès et d’échanger des ressources pédagogiques. Il est également précisé que « l’enseignant ne renseigne que quelques champs indispensables dans un formulaire, 5 minutes suffisent » ; Or nous l’avons souligné bien auparavant, les enseignants n’on pas besoin qu’on leur annonce ce genre de chose, car pour eux l’indexation n’est pas une fin en soi. La « motivation » des enseignants que nous suggérions précédemment, ne passe ni par une sensibilisation direct sur les bénéfices de l’indexation, ni par une justification sur sa simplicité d’exécution ; elle passe par une mise à disposition d’outils et fonctionnalités permettant aux enseignants d’agrémenter leurs cours. L’indexation doit être dissimulée derrière ces outils, car rappelons le, il y fort à parier que « la meilleure indexation c’est l’indexation sans le savoir ». En fait, il apparaît que ARPEM a échoué car il s’annonce aux enseignants comme ci ces derniers étaient eux même des concepteurs de dispositifs.

Concentrons nous maintenant sur les sites SPIRAL68 et ARPEM.

SPIRAL tout d’abord, dissimule l’idée de la mutualisation en focalisant l’attention de ses usagers sur les fonctionnalités de la plateforme, notamment sur l’outil auteur. D’autre part SPIRAL s’autopromouvoit, en mettant en avant ses nombreux usages : « En 8 mois plus de 4580 étudiants ont déjà utilisé leur compte sur SPIRAL …. ».

L’enseignant est ainsi amené à utiliser la plateforme pour son propre intérêt, et non pour l’intérêt de l’université (qui passe par la mutualisation).

Continuons avec ARPEM. Le contenu du site d’ARPEM n’est pas très différent de celui du site de GRECO, étudié à l’instant. On nous reprécise que ARPEM « vous propose un catalogue de ressources pédagogiques », que « vous pourrez demander à leur auteur l’accès à ces ressources », et que « pourrez devenir vous même auteur en déposant les ressources pédagogiques que vous avez créées ». Plus que jamais, l’enseignant à l’impression d’avoir affaire à une espèce d’archive ouverte, proposant non plus des travaux de recherche, mais des RPE. Or, on l’a souligné, les enseignants ne sont pas près à mettre en visibilité leurs cours comme ils échangent leurs travaux de recherche. Ainsi, l’enseignant qui a pris le temps de s’orienter vers ARPEM, à partir du site GRECO, ne trouve rien et n’apprend rien de plus. Nous croyons que ce que les enseignants veulent en premier lieu, c’est de construire leurs cours de manière ludique ; ce n’est qu’en deuxième lieu qu’ils penseront à se réapproprier les cours d’autrui. Cette démarche de réutilisation – n’étant ni dans leurs habitudes ni leur but premier – ne doit donc pas reposer sur leur bon vouloir, mais doit être encapsulée dans des services prioritaires.

Pour résumer, si ARPEM n’a pas rallié suffisamment d’enseignants à sa cause, c’est parce qu’il ne s’est pas annoncé à eux de la bonne manière (il s’adresse à eux comme s’ils étaient eux même des concepteurs de dispositifs, en se présentant à la manière d’une archive ouverte), et qu’il n’a pas su stimuler leur volonté (en leur proposant notamment des outils auteurs).

En complément de cette démonstration, nous pouvons trouver une autre explication. Elle tient au fait qu’à GRECO, rien n’a été prévu pour « récompenser » les enseignants qui souhaitent publier leurs ressources pédagogiques dans ARPEM, contribuant ainsi à la mutualisation. Tandis qu’à l’UCBL, des heures de décharge ont été accordées aux enseignants publiant des ressources dans SPIRAL.

2. L’environnement institutionnel et disciplinaire, une entrave à la volonté de rationalisation de l’indexation.

Notre volonté de rationaliser l’indexation se heurte à une barrière qui est de nature institutionnelle et disciplinaire.

Dans le paysage des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement TICE et du e-learning, nous l’avons remarqué, on parle beaucoup d’interopérabilité et de réutilisation : l’idée est d’arriver à produire des briques d’enseignement, qui puissent être utilisées et rassemblées à la demande, et ce, de manière transversale aux établissements. L’indexation des RPE aurait alors pour rôle de décrire les ressources pédagogiques électroniques de telle façon que l’on puisse les retrouver en utilisant la même méthode.

C’est sans tenir compte de l’hétérogénéité des choix et politiques institutionnelles, de même que de la diversité des disciplines : tous les environnements sont particuliers, à la fois de par leur thématique/discipline, que de par la logique institutionnelle/géographique. De ça naît la difficulté de faire des recoupements. L’indexation est avant tout effectuée dans une logique locale.

Pour autant, nous ne signifions pas que l’indexation « universelle » est impossible ; nous pensons juste que toute tentative visant à modéliser un dispositif d’indexation, devra être avisé de ces contingences disciplinaires et institutionnelles.

3. Quels acteurs, pour quelles fonctions ?

Au cours de parties précédentes, nous avons procédé à une catégorisation des acteurs du e-learning. Cette catégorisation reposait sur le pronostic stipulant que la formation initiale « formate » les personnes, et conditionne leur manière de conduire leurs activités e-learning. Ce faisant, nous distinguions quatre corporation d’acteurs, à savoir les bibliothécaires, les informaticiens, les enseignants, et les chercheurs. Aussitôt posé, cette catégorisation a révélé ses faiblesses. Nous avons en effet constaté qu’elle ne s’emboîte que difficilement dans la réalité des dispositifs.

En premier lieu, il apparaît donc que notre pronostic n’a pas fonctionné. Est-ce que pour autant, l’on peut affirmer que la formation initiale n’influe pas sur la manière de conduire l’activité e-learning ? Nous ne le pensons pas, et à vrai dire, nous sommes d’avis que cette question n’a pas sa place dans cette étude ; elle ne fait que nous en éloigner. Nous l’avons d’ailleurs bien précisé : ce que nous cherchons à tester, par notre catégorisation des acteurs, ce n’est pas le pronostic qui la fonde, mais plutôt la vision qu’elle instaure.

L’échec de notre catégorisation des acteurs tient peut être au fait que le e-learning est encore en phase d’émergence, de reconnaissance et d’adoption, et que ses divers processus ne sont pas encore stabilisés. De ce point de vue, il apparaît que nos interviews sont biaisées, en ce sens que la plupart des personnes rencontrées sont des personnes polyvalentes, qui contribuent activement à son essor général. Elles ont donc nécessairement une vision globale, et transversale de ce que doivent être les processus e-learning. Notre tentative de catégorisation s’est donc avérée vaine, car elle s’insère dans un univers en devenir.

Dans la partie « observations, descriptions et analyses », nous envisagions les bases d’une nouvelle catégorisation, fondée non plus sur la formation, mais sur la fonction. Nous pensons que cette deuxième tentative serait également vaine. En fait, nous estimons que la question de la catégorisation des acteurs du e-learning n’est pas à l’ordre du jour, car en l’état de stabilisation, n’importe quelle tentative serait vaine. Il faudra certainement remettre à plus tard cette volonté de catégorisation, et la réitérer sur un échantillon à la fois plus vaste et plus diversifié, tout en travaillant sur une durée plus longue.

Lire le mémoire complet ==> (Vers une rationalisation de l’indexation des ressources pédagogiques électroniques…)
Mémoire De DEA – Ingénierie de l’Information et de la Documentation
Université JEAN-MOULIN LYON 3 – Sciences de l’Information et de la Communication