Panorama du modèle d’affaire du commerce électronique

By 30 September 2012

C. Panorama du modèle d’affaire du commerce électronique :

Dans le domaine du commerce, on distingue les commerçants des intermédiaires du commerce. Dans la même mesure sur le Net on peut distinguer les modèles transactionnels (l’entreprise vend ce qu’elle a produit ou revend ce qu’elle a acheté) des modèles relationnels (l’entreprise met en relation des acheteurs et des vendeurs).

Notons que nous seront amenés à distinguer le site marchand, le site de vente directe, le site de vente privée, le site de courtage, la galerie marchande, l’infomédiaire, le site C2C, le site d’achat groupé C2B, le site de troc, la place de marché électronique. Et cela qu’il s’agisse de relation entre entreprises ou entre entreprises et particuliers.

1) Les modèles transactionnels

– Les sites marchands

Les marchands électroniques ou e-tailers sont l’emblème de la Net économie. D’après l’INSEE, les pures players représentent 17% des entreprises et 8% du chiffre d’affaires en ligne. Parmi ces sites certains ont développé une présence physique.

Aujourd’hui, la plupart des commerçants en ligne sont des distributeurs traditionnels brick and mortar 19qui ont complété leur activité de vente en magasin par un site marchand, on parlera dorénavant de click and mortar. Notons que des distributeurs sur catalogue ont également développé le système de vente en ligne.

19 Entreprise du monde tangible, par opposition aux « Pure players » qui n’existent que sur Internet et aux « Click & Mortar » présentes simultanément dans l’espace réel et virtuel. www.mercator-publicitor.fr/lexique-marketing-definition-brick-mortar

– Les sites de vente directe

Il arrive que les sites marchands soient crées, animés et gérés directement par les industriels. Ils sont parfois des assembleurs, qui produisent sur mesure en assemblant des composants achetés par ailleurs (Build to Order). On peut trouver de nombreux exemples dans le domaine informatique (Dell) et dans le secteur du tourisme (Terre d’aventures) ou de l’automobile. L’accès à des services en ligne est également considéré comme une vente directe.

En matière de vente directe, les modalités transactionnelles sont nombreuses. En effet, il peut s’agir d’une vente, d’une location, d’un leasing ou même d’un paiement à l’usage.

– Les sites de vente privée

Le concept de vente privée devient victime de son succès et il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau site se monte. Initialement, les ventes privées ont été proposées par des marques de luxe ou de mode pour écouler des produits en fin de saison, à des prix défiants toute concurrence : on parlait de soldes privées à des clientèles Vip.

Aujourd’hui, sur Internet, les sites de vente privée proposent des produits en quantités limitées, avec l’idée de faire profiter le client d’une bonne affaire ou d’une promotion intéressante. Il s’agit d’une logique de club, avec parfois un droit d’entrée et/ou une obligation de parrainage. Le coté sélectif est mis en avant avec la nécessité de s’inscrire préalablement. Notons que le leader incontesté de ce secteur en France est Vente-privée.com, entreprise crée en 2001, neuvième site de commerce électronique en 2009.
De nombreux sites essaient « d’avoir leur place au soleil » à l’image de Vente-privée.com, dès lors, ils ne représentent que 15 % du chiffre d’affaire du secteur, le reste étant gérer par Vente-privée.com à hauteur de 85%.20

20 Source La FEVAD

Pourquoi « privées » ?

L’idée de n’accéder à ces ventes événementielles que sur parrainage n’a pas pour objectif premier de créer le sentiment d’appartenir à un club privilégié. Rendre un site accessible uniquement par un identifiant et un mot de passe permet surtout de dissimuler son contenu aux moteurs de recherche. Ceux-ci ne peuvent donc voir et en particulier garder en mémoire les rabais proposés. L’idée étant que le consommateur ne doit pas prendre l’habitude d’associer les marques ainsi déstockées à un niveau de prix trop bas.21

21 Fauconnier F. Un leader en situation de quasi monopole. www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/enquete/ventes-privees-pas-de-salut-pour-les-outsiders/un-leader-en-situation-de-quasi-monopole.shtm

2) Les modèles relationnels

– Les sites de courtage

Le commerce électronique voit naitre des intermédiaires variés, comme les sites de courtage qui proposent des offres au nom des différentes entreprises qu’ils représentent. Il faut distinguer les sites de courtage et les comparateurs de prix, ceux-ci ne représentent pas commercialement les entreprises, ils aident le client à faire leur choix. Les sites de courtage accompagnent le client dans son acte d’achat en ligne, jusqu’à la transaction finale.

– Les infomédiaires

Ce terme désigne les intermédiaires spécialisés dans la diffusion d’informations aux cyberacheteurs potentiels. Notons que les infomédiaires n’accompagnent pas le client jusqu’à la transaction finale, mais les aident à mieux sélectionner et choisir leurs achats.
Le monde des infomédiaires est en ébullition constante, la toile de fond est de réussir à aider le client de manière la plus éclairée possible. Ils se transforment en véritable guide d’achat en ligne.

– Les galeries marchandes

Sur internet, certains sites rassemblent les sites marchands qui souhaitent accroitre leur visibilité et avoir « pignon sur rue ». On peut trouver des sites qui regroupent des marques du même secteur, la même infrastructure, de commerçants proches géographiquement. Tous les modèles traditionnels ne sont pas transposables sur Internet, de plus de nouveaux modèles d’affaires voient le jour et cela grâce à l’ingéniosité des internautes et des créateurs.
Nous avons pu énoncer les différents modèles d’affaires, dorénavant revenons au modèle de type transactionnel et plus particulièrement les sites de vente privée et les galeries marchandes qui permettent le référencement d’un certain nombre de sites de VP.

Nous allons élaborer un tableau avec tous les acteurs présents sur ce secteur :

Top sites : Achat-Vip Modes et accessoires : 24h00 Sites généralistes : 2xmoinschers
brandalley 3 SUISSES A prix d’usine
EspaceMax Achile Absolutprivilège
Fruitrouge Anna Sand AuNomdesMarques
PlaceDuLuxe Articles de Paris Boncoup
PrivateOutlet Atelier de la mode Class-affaire
Showroomprivé Atelierprivé CLUB Privé
Vente-privée BazarChic Espace-vip
Spartoo Blanche porte Fashion-paradise
Bleu Bonheur FashionShopping
Fashion Privilège Galeries Lafayette
L’Invité des marques Just and Only
La boutique des bonnes affaires L’as de marque
Poopoopidoo.fr La maison deValérie
Quelle La Redoute.fr
Sarenza Little fashion gallery
Sistershopping Mag privé
Vente-Net Monshowroom
PalaisdesMarques
Price Minister
Quelle la source
ShoppingPrivé
Surinvitation
Vente-en-or
WonderPrice
Ventes-responsables

A travers cette énonciation des différents modèles d’affaires et la nouvelle facette du consommateur, nous pouvons conclure que le commerce en ligne est une réponse au chaland qui recherche à tout prix la bonne affaire, il désire détenir un rôle actif dans son acte d’achat (plus l’achat d’un produit représente un investissement important, plus la prospection et la recherche seront importantes). Dès lors certaines problématiques résident, en effet l’achat sur le Web engendre des doutes pour le consommateur qui reste craintif. Afin de pallier à cet obstacle des réglementations sont implémentées. Nous allons tenter de les énoncer et les expliciter.

Lire le mémoire complet ==> (Quel avenir pour les sites de ventes événementielles :
comment trouver une stratégie logistique afin de réduire la combinaison coût-délai ?
)

Mémoire de fin d’études – Spécialité Logistique
Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne