Missions générées par Internet pour la profession comptable

By 28 September 2012

Nouvelles missions générées par Internet pour la profession – Sous section 3 :

Le professionnel en élargissant la gamme des services à caractère technologique peut être appelé à recourir à des compétences informatiques et des connaissances Internet nécessaires pour offrir ces services ceci permet au professionnel d’accumuler une expérience en matière de technologie sur laquelle il peut s’appuyer pour fournir une vaste gamme d’autres services, surtout des services de conseil en matière de nouvelles technologies.

§ 1 : Conseiller de mise en œuvre de système ouvert à L’Internet

Comme nous avons noté ci-dessus, la sécurité liée à l’Internet présente un souci non négligeable aussi bien pour les internautes que pour les entreprises. Il s’agit de l’une des causes de réticence des entreprises à exister sur le Net et à vendre des biens ou des services par le biais du commerce électronique.

Par ailleurs, et du fait de la nature de sa formation et de ses prestations, l’expert comptable jouit d’une bonne formation aussi bien théorique que pratique dans la mise en place des contrôles internes nécessaires à la maîtrise de l’entreprise. Lorsque l’expert comptable renforce ses connaissances par de nouvelles connaissances ayant trait aux nouvelles technologies et notamment l’Internet, il peut être d’un grand apport pour les entreprises qui désirent vendre en ligne. Il peut devenir à la fois un moteur et un encadreur surtout lorsqu’il s’agit de contrôles internes informatisés conduisant à un traitement comptable. Dans un tel cas, l’association de l’Expert comptable avec un informaticien permettra de contrôler les risques associés au commerce électronique et de minimiser leurs effets. Cette association rend la réalisation de certaines missions de type Systrust plus efficaces.53

§ 2 : Certification des sites (Le Webtrust)

Le service WebTrust est un service mis au point conjointement par l’ICCA et l’AICPA pour le bénéfice de leurs membres, et qui a été adopté par plusieurs organismes comptables étrangers. Il permet aux consommateurs et aux entreprises de faire l’acquisition de biens et services sur Internet tout en étant confiants que le fonctionnement des sites Web des fournisseurs est conforme à des critères rigoureux en matière de transparence des pratiques commerciales, d’intégrité des opérations et de protection de l’information.54

Limites :

Le service WebTrust est offert par PricewaterhouseCoopers et Ernst &Young. Il ne figure pas parmi les services de KPMG.
Il est vrai que la sécurité à un coût. L’investissement nécessaire à l’obtention d’un certificat WebTrust représenterait environ 6% du coût global (conception et communication) du lancement d’un site55 Pour cette raison, de nombreux cabinets d’audit et de conseil proposent des alternatives de labellisation plus ou moins fiable.

En Tunisie il n’existe aucun site certifié WebTrust. Cela s’explique par la jeunesse du commerce électronique en Tunisie.

Section 3 Les expériences Internet dans le monde

Afin de mieux percevoir l’impact de l’Internet sur les métiers de l’expert-comptable, nous essayons dans les développements qui suivent de présenter l’expérience des pays qui nous ont devancés dans ce domaine. Nous traitons respectivement des travaux effectués en France (Sous section 1) puis ceux effectués aux Etats-Unis d’Amérique (Sous section 2).

Sous section 1 : L’expérience de la France

Les experts comptables français ont déployé depuis 1998 des efforts importants pour découvrir ce que peut apporter Internet à la profession et sensibiliser par conséquent tous les professionnels sur l’importance de ce phénomène sur les métiers de l’expert-comptable et sur la nature des travaux qu’effectuent les professionnels.

§ 1 : Les travaux de l’Ordre des Experts Comptables Français

L’Ordre des Experts comptables français n’a cessé depuis 1998 d’organiser des séminaires, colloques, cours de formation… pour intégrer la culture NTIC dans les travaux des experts comptables.

Au début de l’année 1999, le Conseil Supérieur de l’Ordre des experts comptables français a constitué un groupe de travail pour réfléchir sur l’impact des NTIC sur les missions classiques des experts comptables et leurs incidences prévisibles sur l’organisation des cabinets.

Le Conseil supérieur de l’Ordre des Experts Comptables français a incité ses membres de mettre en œuvre un plan d’action permettant :
– le développement d’une forte culture NTIC (sensibilisation et formation des collaborateurs);
– le rééquipement du cabinet d’expertise comptable avec des outils performants, ouverts, fédérateurs et réactifs;
– la recherche de solutions logicielles adaptées à ses nouveaux besoins, sachant qu’il s’agit moins d’une difficulté technique que de la mise au point de l’ensemble des scénarios et procédures au sein des cabinets et des entreprises clientes.

En France, depuis la loi de Finance pour 1999, les entreprises dont le chiffre d’affaires s’élève à plus de 15 millions d’euros sont contraintes de souscrire par voie électronique leurs déclarations de TVA et d’impôts et de régler leur TVA par télépaiement. Par ailleurs, depuis le 1er avril 2002, la norme de transmission EDIFACT est devenue la seule norme de télétransmission vers la Direction Générale des Impôts.

Le Conseil supérieur de l’Ordre des Experts comptables a créé le portail déclaratif56 qui est ouvert en avril 2001. A la fin du premier semestre 2002 plus du quart des cabinets exploite le site pour les opérations de télé déclaration et télépaiement avec plus de 200 000 télétransmissions vers la Direction Générale des Impôts, 2 700 cabinets d’expertise comptable ont adhéré au Portail.

Jedeclare.com garantit le bon acheminement des déclarations. Le service permet de tracer les messages en émission comme en réception, afin de suivre en temps réel les procédures de télé déclaration. Le cabinet d’expertise comptable comme le client profitent d’une véritable garantie légale sur le respect des délais. Mandaté par son client, le cabinet comptable prépare et déclenche à l’avance les opérations de télépaiement de manière à ne pas dépasser les dates d’envoi.

Par ailleurs, Best-Net est un projet du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables, qui a été retenu et financé par le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie dans le cadre de l’appel à projet 1999 d’UCIP (Utilisation Collective d’Internet par les PME). Ce projet vise à “favoriser et accompagner les entreprises vers la Net-économie”57. Dans le cadre de cette démarche, de nombreux cabinets d’expertise comptable ont suivi des cours de mise à niveau pour aider leurs clients à passer à l’action.

§ 2 : Les sites professionnels français

Nous nous limitons au site de l’OEC qui possède une architecture à trois niveaux :

– Un premier niveau pour le public. Il présente :
o Un lieu d’accueil et d’information;
o Un annuaire électronique des experts comptables
– Un deuxième niveau accessible par mot de passe unique à tous les utilisateurs et permettant l’accès à une zone permettant la consultation d’informations non disponibles dans le premier niveau.
– Un troisième niveau qui englobe un espace réservé aux membres et accessible par mot de passe. L’espace dénommé « ExperLand » comporte :
o La banque de données de la profession;
o Les liens avec les sites des conseils régionaux de l’Ordre;
o Des espaces privilégiés (clubs);
o Un serveur pour les cabinets (e-outils et e-services).

Figure : Les niveaux du site de l’OEC tels qu’ils ressortent du travail du groupe de travail de l’OEC sur l’impact de l’Internet sur la profession
Les niveaux du site de l’OEC tels qu’ils ressortent du travail du groupe de travail de l’OEC sur l’impact de l’Internet sur la profession

Par ailleurs, les conseils régionaux de l’OEC Français possèdent chacun un site Internet. Le Conseil national des commissaires aux comptes possède quant à lui un autre site.

Sous section 2 : L’expérience dans les Etats Unis d’Amérique

§ 1 : Les travaux de l’AICPA

L’AICPA s’est engagé dans une démarche de sensibilisation forte de ses membres aux nouvelles technologies visant à convaincre que le succès futur de la profession dépend pour une grande part de sa perception et de sa maîtrise des NTIC, utilisées en fonction des besoins du marché.

Dans ce contexte, de plus en plus de professionnels américains recrutent des spécialistes en NTIC au détriment des étudiants comptables.
L ’IFAC quant à elle souligne l’urgence d’une forte intégration des NTIC dans le cursus de formation initiale et dans la formation continue.

A partir de 2003, l’étudiant est en droit d’utiliser Internet au cours des épreuves d’examen donnant accès à la profession.
Le développement du commerce électronique aux Etats-Unis crée un besoin réel et croissant de sécurité et de fiabilité des transactions, mais ouvre également l’opportunité de développer de nouvelles missions dans l’accompagnement à la mise en place des sites marchands.

L’approche de l’AICPA se situe essentiellement au niveau conceptuel en distinguant plusieurs niveaux d’intérêt : il s’agit de veiller à l’examen et à l’application des dix technologies choisies par cette association chaque année.

Parmi les dix technologies stratégiques (celles dont l’implantation peut accroître ou affaiblir l’environnement courant) nous notons l’existence de trois technologies ayant un lien direct avec l’Internet, à savoir :
1. Internet (et les Intranets et Extranets)
2. Le bureau virtuel
3. Paiements électroniques

Les cinq technologies appliquées (celles dont l’utilisation entraîne une application commerciale ou une opportunité commerciale, directement opérationnelle pour l’entreprise) nous notons les suivantes :
1. Applications en réseau : Comme l’Intranet ou l’Extranet qui, basé sur des concepts Internet, permet une utilisation plus efficace et plus centralisée de l’information pour mettre à jour, délivrer et mieux servir les clients, les partenaires, les employés.
2. Applications de messageries : L’e-mail, le voice-mail, et maintenant la « boîte de réception universelle », permettent d’envoyer et de tracer les documents dans un format électronique.
3. Les applications de télécommunications : Qui permettent aux utilisateurs d’emmener du travail avec eux en dehors de leur environnement de travail traditionnel pour accroître leur efficacité.
4. Les applications de commerce électronique : Qui permettent aux entreprises d’effectuer des transactions commerciales sans utiliser la chaîne papier traditionnelle.
5. Les applications de vidéo-conférence : Qui constituent la voie royale pour permettre à des personnes situées à des endroits différents de travailler efficacement ensemble.

Parmi les dix technologies qui impactent la profession (Ces technologies sont le résultat de développements dans le domaine du matériel, du logiciel et/ou des procès standard) nous notons :
1. Bande passante
Elle détermine la taille et la rapidité de l’échange des données à travers les tuyaux de communication.
2. Outils de connexion à distance
Ils améliorent la façon dont nous accédons rapidement à l’information depuis n’importe quel endroit.

§ 2 : Les sites professionnels

Pour ce qui est de l’expérience des firmes internationales, les quatre cabinets les plus importants dans le monde58 ont déployé des efforts importants pour l’intégration de l’Internet dans leurs organisations. Nous nous limitons dans ce mémoire à la présentation des travaux de PriceWaterhouseCoopers.

Grâce à l’Internet, PricewaterhouseCoopers a pu développer une meilleure organisation de ses services par la coordination des efforts de ses 155,000 collaborateurs dans 150 pays.

Cette firme a développé un Extranet permettant à ses collaborateurs et ses clients de bénéficier d’une base de données géante à l’échelle mondiale. Les dossiers d’audit sont classés dans un espace sécurisé et accessible à l’équipe par mot de passe. Les clients peuvent aussi consulter les rapports de synthèse de la mission dans un espace qui leur est réservé.

Outre son service de certification WebTrust, cette firme a aussi noué des relations durables avec des firmes spécialistes en informatique comme Microsoft et Sun Microsystems, pour assister ses clients à confectionner un système Internet qui intègre leurs systèmes d’information.

En conclusion, nous constatons que des efforts considérables ont été déployés aussi bien en France qu’aux Etats Unis d’Amérique pour la maîtrise de la technologie Internet, son utilisation par les professionnels et pour suivre et assister les entreprises dans leur migration technologique. Au niveau national, les efforts sont encore à leur début.

L’Ordre des Experts Comptables de Tunisie peut jouer un rôle important par des actions de sensibilisation touchant aussi bien les membres que leurs clients pour une meilleure présentation des opportunités qu’offre l’Internet à la profession et à l’économie d’une manière générale.

Lire le mémoire complet ==> (L’internet au service de l’expert-comptable : le site web dynamique du cabinet)
Mémoire en vue de l’obtention du diplôme d’expertise comptable – Commission d’Expertise Comptable
Université DE SFAX – Faculté des Sciences Economiques et de Gestion

_______________________________
52 YAICH Makram « L’impact des NTIC sur la profession comptable », Mémoire pour l’obtention de la maîtrise en gestion comptable, Tunisie, page 17
53 Les missions Systrust permettent de s’assurer de la fiabilité du fonctionnement d’un système informatique ouvert à l’Internet ou non sur une période donnée.
54 www.icca.ca, « Strategic Internet Commerce », FCA août visité le 4 août 2000
55 GERMAK Philippe, « La confiance dans le commerce électronique sur Internet », RFC 313-juillet août 1999
56 www.jedeclare.com
57 www.bestpme.com
58 PriceWaterhousecoopers, Ernst and young, KPMG et Deloitte and Touch