Le poker, entre hasard et adresse

By 16 September 2012

C- Le poker, entre hasard et adresse

1- Le poker sous l’angle de la notion de hasard

Nous avons défini le jeu de hasard, au regard de la loi belge de 1999, comme un jeu d’argent dont l’issue est déterminée, même partiellement, par le hasard. Le fait que le hasard ou la notion de chance existe pour déterminer le vainqueur semble donc être l’élément clé permettant de qualifier un jeu comme étant un jeu de « hasard ». Bien entendu, tous les jeux de hasard ne laissent pas la même place à la chance. Ainsi, il nous semble cohérent de souligner le fait que parmi ces jeux, une gradation du degré hasard peut être raisonnablement effectuée. En effet, lorsque hasard et adresse s’entremêlent, il n’est pas toujours évident de faire prédominer l’un sur l’autre.

Le poker, pratiqué sous sa forme la plus connue à l’heure actuelle qu’est le Hold’em No Limit, est un jeu dans lequel la distribution des cartes privatives et communes est due au hasard. En effet, nul ne peut savoir à l’avance quelles cartes il recevra ni quelles cartes seront abattues sur la table. En ce sens, le poker doit bel et bien être considéré comme un jeu de hasard.

Une stratégie s’est cependant développée autour de ce jeu. En effet, alors que la plupart des jeux de hasard offre au joueur la possibilité d’opérer un choix binaire (action A ou action B) ou ternaire (action A, action B ou action C), le poker présente la caractéristique de laisser au joueur un éventail beaucoup plus large de choix possibles. Sans entrer dans les détails d’une stratégie de jeu complexe, nous pouvons illustrer ce présupposé par la notion de relance utilisée dans une partie. La relance consiste à sur-miser la mise d’un adversaire. C’est le joueur qui relance qui définit le montant de celle-ci. Ainsi, un joueur avisé pourra facilement ajuster la taille de ses relances en fonction de ses connaissances des mathématiques et des probabilités. De cette façon, il fera payer un certain prix à son adversaire et s’assurera que le coup, joué de cette façon, s’avère être rentable sur le long terme. Il lui suffira de jouer un nombre assez important de parties pour que le hasard prenne de moins en moins de place dans ses résultats. De cette façon, le hasard perdra de son importance au fur et à mesure des parties et le joueur pourra évaluer ses gains sur base de son savoir-faire.

Nous pourrions en quelque sorte considérer le poker comme un jeu de hasard sur le court terme et comme un jeu d’adresse sur le long terme.27

2- Le joueur de poker professionnel

Un joueur professionnel de poker ne nie pas la place importante qu’occupe le hasard dans le poker. Il accepte le « facteur chance » et en connaît parfaitement les effets. Il est conscient du fait que la chance peut, à relativement court terme, influencer lourdement ses résultats. Il va cependant mettre en pratique certains principes qui lui permettront d’atténuer ce facteur chance28 sur le long terme. A titre d’exemple, il va s’imposer une gestion rigoureuse de son capital dédié au poker. Ce principe est communément appelé, dans le milieu pokeristique, la « gestion de Bankroll ».29 En vertu de cette gestion attentive de son capital, le joueur ne misera jamais plus d’un certain pourcentage de son capital30 dans la même partie afin de se préserver des éventuels mauvais coups. Il va également se documenter sur les stratégies gagnantes liées au jeu en question et étudier les probabilités, parfois jusqu’à un stade très poussé.

En définitive, nous pourrions nous essayer à donner la définition du joueur de poker professionnel suivante : « Un joueur qui, grâce à ses connaissances acquises du jeu, dispose d’un avantage plus ou moins important sur ses adversaires et qui, par la gestion parcimonieuse de son capital, vise le long terme pour atténuer le facteur chance et faire en sorte que l’avantage dont il dispose se manifeste en terme de gains réguliers».

Notons qu’il existe à l’heure actuelle de nombreux joueurs de poker professionnels, tant sur Internet que dans les parties du monde réel. Aux quatre coins du monde, des joueurs passionnés ont fait du poker leur activité principale et vivent, parfois très bien, des ains procurés par le jeu.

Lire le mémoire complet ==> (La protection du consommateur face aux jeux d’argent et de hasard sur Internet)
Mémoire – Europe, concurrence et consommation
Deuxième année du Master en droit – Université Catholique de Louvain
___________________________
27 Voy. not. à ce sujet A. ABRAHAMS et A. MANASTERSKI, « Cour d’Appel de Versailles : Patrick Partouche relaxé ; Par contre, le poker en ligne est mis sur la touche » in http://www.droit-technologie.org/actuality-1218/cour-d-appel-de-versailles-patrick-partouche-relaxe-par-contre-le.html
28 Ce facteur chance pouvant donner lieu à des variations plus ou moins grandes dans les résultats d’un joueur professionnel est appelé « la variance ».
29 Voy. pour une étude complète à ce sujet M. BEVAND, « Poker : passer pro », Fantaisium, Condé-sur-Noireau, 2007
30 Généralement entre 1% et 5% du total de son capital.