Le consommateur en tant que joueur (jeux sur Internet)

By 16 September 2012

B- Le consommateur en tant que joueur

Nous examinerons ici les différents éléments qui font que le consommateur, en tant que joueur, et plus particulièrement en tant que joueur en ligne, doit être protégé. Pour ce faire, nous mettons en exergue les particularités des jeux en ligne, en ce qu’elles peuvent conduire plus facilement à un comportement addictif. En effet, les différences fondamentales entre le jeu pratiqué sur Internet et celui pratiqué dans le monde réel fixent, selon nous, la pleine mesure de la protection dont doit bénéficier le consommateur, en tant que joueur.

Si les jeux de hasard connaissent à l’heure actuelle un succès sans précédent, c’est en grande partie dû au fait de leur introduction sur Internet au milieu des années 90.19 En effet, à côté de l’image classique des salles de jeux et autres casinos enfumés réservés, en principe, à une certaine classe sociale de la population, s’est développé un tout nouveau secteur : celui des jeux de hasard en ligne.

En quoi le fait de pratiquer un jeu de hasard en ligne peut-il être considéré comme différent du fait de pratiquer ce même type d’activité dans un établissement spécialisé? En réalité, les différences sont, dans le fond, assez minimes mais fondamentales dans la forme.

Au fond, les jeux pratiqués « online » sont pour la plupart exactement les mêmes que ceux que proposent les établissements de jeux de hasard tels que les casinos ou les salles de jeux. Les règles du jeu sont identiques, les gains possibles sont semblables (en matière de taux de gains et de cotes), l’addiction qu’ils peuvent engendrer est relativement similaire dans la mesure où un jeu peut conduire à des comportements compulsifs, peu importe le lieu où celui-ci est pratiqué.

Dans la forme cependant, jouer « online » ou en « live » s’avère être complètement différent, et ce, sur base de plusieurs critères.

1- Accessibilité

Contrairement à un casino ou à une salle de jeux « classique », un site Internet (ou un programme installé sur ordinateur depuis ce site Internet) a l’avantage de ne jamais fermer. En effet, les croupiers sont remplacés par des programmes algorithmiques qui garantissent un « hasard fiable ». Ainsi, la grande majorité de sites de jeux en ligne restent ouverts perpétuellement, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Ce phénomène est accentué par le fait que, par définition, Internet permet l’accès à ces sites à des joueurs du monde entier. Il est vrai que dans la plupart des jeux de hasard, le joueur joue contre « la banque » qui n’est autre que l’opérateur de jeux en ligne lui-même. Pour ce type de jeu20, le fait que d’autres joueurs soient présents importe peu. D’autres jeux, cependant, exigent la présence d’autres joueurs contre qui jouer. Nous songeons particulièrement à l’exemple du poker auquel il est par définition impossible de jouer sans adversaire. Pour ce type de jeux, Internet constitue une ressource de premier choix. En effet, un opérateur de jeux en ligne offre la possibilité de jouer contre des joueurs du monde entier.21 De cette façon, un joueur y trouvera toujours un adversaire à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

2- Montants des enjeux

Un casino classique proposera des jeux en fixant une mise minimum ainsi qu’une mise maximum. Le principe est identique pour les jeux de hasard proposés sur Internet. Les échelles diffèrent cependant de façon significative. Pour illustrer cet écart, nous prendrons l’exemple du poker.

Lorsqu’un joueur désire jouer au poker dans le monde réel22, il se dirigera vers le cash game23 ou vers les tournois24. L’offre des cash games oscille entre des blinds25 2€-2€, dans lesquels le joueur pourra jouer avec le montant de son choix entre 50€ et 200€, et des blinds 5€-10€, dans lesquels les montants sont fixés entre 200€ et 1000€. Sur demande, des tables plus élevées peuvent néanmoins être ouvertes. En tournoi, le montant des droits d’entrée est très variable ; il peut aller de 40€ à 2000€, parfois davantage encore pour les gros événements.

Sur Internet, l’offre est considérablement plus diversifiée. En effet, en cash game, le joueur trouvera des parties dont les blinds varient entre 0.01$-0.02$ et 500$-1000$. En tournoi, les droits d’entrée sont également très variables puisqu’ils commencent à 0.10$ et vont jusqu’à 5000$. Encore une fois, lors de certains gros événements, ces montants peuvent être dépassés.

La conséquence de ces différences de montants réside dans le caractère accessible des jeux en ligne. En effet, alors que l’on considère traditionnellement les jeux d’argent du monde réel comme destinés à une certaine couche plutôt aisée de la population, le jeu, lorsqu’il est pratiqué en ligne, devient accessible à toutes les bourses. Le joueur n’a plus nécessairement besoin d’une somme d’argent considérable pour assouvir son envie de jouer. N’importe qui peut, sur Internet, jouer en fonction de ce que ses moyens lui permettent dans des parties dont les enjeux restent limités.

3- Sociabilité

Sans entrer dans les détails d’une étude sociologique poussée, une différence fondamentale entre le jeu pratiqué sur Internet et celui pratiqué dans le monde réel tient à ce que le jeu en ligne peut très vite être une cause d’isolement pour le joueur. En effet, le joueur en ligne est seul devant son écran lorsqu’il s’adonne au jeu. Les rapports sociaux aussi limités soient-ils, se nouant dans un établissement du monde réel, se perdent totalement lorsque le jeu est pratiqué devant un écran. Ce phénomène peut également influencer le rapport à l’argent du joueur. Il va de soi que la présence d’autres joueurs et la matérialisation de l’argent sous forme de jetons peuvent avoir pour conséquence une sorte de contrôle social sur le joueur. Celui-ci est conscient du fait que d’autres joueurs le regardent et que les jetons qu’il a devant lui représentent de l’argent réel qu’il lui suffit d’échanger à la caisse. À l’inverse, sur Internet, le joueur est seul maître de ses propres émotions et peut plus facilement, en quelques clics, perdre toute notion raisonnable de l’argent qu’il joue.

4- Fréquence de jeu

Enfin, par nature, le jeu pratiqué sur Internet est de manière générale beaucoup plus rapide que le jeu du monde réel. Un programme informatique fait son travail bien plus rapidement qu’un croupier de casino. Pour illustrer ceci, nous nous penchons à nouveau sur l’exemple du poker. Dans le monde réel, à une table de cash game de neuf joueurs, il est distribué en moyenne 25 mains par heure. Chaque jouer doit en effet prendre le temps de regarder ses cartes, de miser ses jetons alors que le croupier devra compter ceux-ci et mélanger les cartes entre chaque donne. Sur Internet, il est distribué environ 85 mains par heure sur une même table de cash game à neuf joueurs. Chaque joueur a en effet ses cartes visibles immédiatement, les mises se font en un simple clic, et c’est un algorithme aléatoire qui « mélange » les cartes de façon quasi-instantanée. En outre, le poker pratiqué sur Internet donne la possibilité aux joueurs de jouer plusieurs tables en même temps.26

Certains joueurs jouent six, dix, quinze, parfois jusqu’à vingt-quatre tables simultanément. Ainsi, alors qu’un joueur en ligne peut jouer mille mains par heure, il faudra cinq jours de huit heures à un joueur live pour arriver au même nombre de mains. On comprend assez facilement que la vitesse à laquelle un joueur peut être atteint d’addiction au jeu est toute différente.

Lire le mémoire complet ==> (La protection du consommateur face aux jeux d’argent et de hasard sur Internet)
Mémoire – Europe, concurrence et consommation
Deuxième année du Master en droit – Université Catholique de Louvain
_______________________________________
19 F. DANINOS, « Histoire du poker : le dernier avatar du rêve américain », Tallandier, Paris, 2010, pp. 213 et s. ; Concernant le poker plus précisément, le boom du poker en ligne et l’engouement qu’il connaît aujourd’hui date de 2003, année durant laquelle un joueur amateur qualifié sur Internet, Chris Moneymaker, gagne les championnats du monde.
20 À titre d’exemples parmi de nombreux autres : Blackjack, roulette, machines à sous, craps.
21 Sous réserve de la législation en vigueur dans le pays du joueur concerné. Nous y reviendrons.
22 Nous prendrons ici en considération ce qui est valable dans les casinos belges. Bien entendu, certains grands casinos, à Las Vegas ou Macau par exemple, disposent de moyens plus importants et peuvent proposer une offre plus large.
23 Partie de poker dans laquelle les participants amènent de l’argent à la table qui se manifeste sous forme de jetons. Chaque joueur joue avec son argent et peut quitter la partie quand il le désire.
24 Le tournoi de poker consiste en ce que chaque participant paye un droit d’entrée identique et reçoit un nombre de jetons identique. Les joueurs s’éliminent entre eux en cours de partie et les gagnants (un pourcentage du nombre de participants) remportent chacun un pourcentage de la cagnotte (« prize pool »).
25 Les blinds sont les mises obligatoires que doivent miser certains joueurs, à chaque tour, avant de recevoir leurs cartes. Elles ont pour objectif de donner un enjeu à chaque coup disputé.
26 Le fait de jouer plusieurs parties simultanément est appelé « multitabling » dans le jargon pokeristique.