L’Internet au service de l’expert-comptable: Site web du cabinet

By 27 September 2012

“… mémoire présentera l’apport de la technologie Internet au métier de l’expert comptable. Ceci nécessite, un positionnement de l’Internet, et de ses notions dérivées dans les NTIC, ainsi que la mise en exergue de ses atouts et faiblesses (Chapitre 1). Nous montrerons, ensuite, l’utilité de l’Internet pour la gestion interne du cabinet comptable ainsi que sa contribution dans la création de services à valeur ajoutée que nous illustrons à travers les efforts déployés par les professionnels dans les pays développés pour intégrer la technologie Internet dans leur gestion quotidienne (Chapitre 2).
– La deuxième partie traitera d’une expérience professionnelle. Nous décrivons la démarche à suivre pour la réalisation …”

Université DE SFAX POUR LE SUD

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (F.S.E.G)
Commission d’Expertise Comptable

Mémoire en vue de l’obtention du diplôme d’expertise comptable

L’internet au service de l’expert-comptable : le site web dynamique du cabinet

Préparé par :
Bacem DAMAK

Dirigé par :
M. Abderraouf YAICH

Année universitaire
2003 – 2004

Introduction

La seule constante aujourd’hui, c’est le changement. Les technologies de l’information et de la communication ont accéléré les mutations qui nous affectent.

La profession comptable n’a pas été en marge de ce mouvement. L’émergence des NTIC a eu des répercussions directes et profondes sur sa matière première en même temps que son produit, à savoir l’information. Loin d’être uniquement un vecteur, un support, les NTIC transforment et enrichissent cette information par le fait de la rendre disponible à un nombre important d’utilisateurs.

Cela signifie que nous devons être prêts en tant qu’individus et en tant que professionnels comptables à nous adapter au changement, à recentrer nos énergies et à identifier les problèmes, les risques, les menaces et, plus fondamentalement, les opportunités qui découlent de l’introduction des nouvelles technologies.

Internet a suscité l’intérêt des professionnels depuis quelque temps. Cet intérêt résulte de l’apparition des clients de la nouvelle économie, une économie basée principalement sur la technologie, ce qui implique de nouveaux besoins et de nouvelles méthodes de travail pour répondre à ces besoins. Le risque de déclin des activités comptables avec le développement des ERP (progiciels de gestion intégrés) constitue un exemple concret de l’effet des mutations technologiques que nous connaissons.

Il s’ensuit que l’investissement dans l’apprentissage et la compréhension des mécanismes complexes des NTIC devient une condition sine qua none de la réussite de l’expert comptable de demain.

Des efforts importants ont été déployés par les organismes internationaux représentant les experts comptables pour s’adapter aux mutations technologiques.1 Les professionnels américains et canadiens par les efforts de l’AICPA et de l’ICCA ont été avant-gardistes à ce niveau.
Au niveau national, les professionnels semblent manifester leur enthousiasme pour augmenter l’intégration de l’Internet dans leurs cabinets comptables.2 Néanmoins, le nombre de sites Web de cabinets d’expertise comptable tunisiens reste très réduit si nous excluons les sites des cabinets internationaux ayant une représentation en Tunisie.

Cette situation nous semble inadaptée avec les impératifs d’une profession basée sur le savoir, la compétence et la maîtrise technique. La situation est d’autant plus grave avec l’arrivée des clients et professionnels comptables étrangers de la nouvelle économie. Elle est aussi en déphasage avec l’intérêt que porte l’OECT à ce sujet.

Il convient d’imaginer le futur de la profession en Tunisie pour aider les experts comptables à faire un choix raisonné. L’apport de la technologie Internet à la profession justifie l’intérêt qu’elle doit lui apporter. Graeme McGregor du comité de technologie de l’information de l’IFAC déclare que « si les experts comptables ne saisissent pas les opportunités offertes par les technologies de l’information et de communication, de nombreux autres groupes professionnels seront prêts à entrer dans l’arène et à nous souffler la place pour garantir que l’usage des technologies de l’information sera considéré comme un avantage concurrentiel et non uniquement comme un centre de coût » 3

Cependant l’intégration de l’Internet dans le cabinet comptable doit résulter d’un travail réfléchi et doit s’inscrire dans la stratégie de développement du cabinet comptable :
– Avant de se lancer dans un investissement important en temps et en argent, ne faut-t-il pas connaître les services qu’apporte réellement Internet au cabinet comptable?
– Quels sont les effets de cet investissement sur l’organisation du cabinet comptable et sur les relations avec les clients ?
– Si l’expert comptable choisit d’intégrer la technologie Internet dans son cabinet comptable, quelle est la démarche à suivre ? Et de quelles contraintes devrait-il tenir compte ?

Nous nous sommes proposés de contribuer par le biais de ce mémoire à :
– présenter les possibilités qu’offre Internet pour la profession comptable en traitant principalement de son utilité et pour la gestion interne du cabinet et pour la création de services à valeur ajoutée;
– proposer une démarche pratique pour le développement d’un site Web dynamique permettant des ventes de prestations en ligne.
– sensibiliser les experts comptables aux contraintes et risques à prendre en compte dans l’utilisation de l’Internet et l’engagement du projet de développement du site Web dynamique.

Pour répondre à la problématique de notre recherche et réaliser les objectifs qui lui sont assignés, nous allons respecter la démarche suivante:
– La première partie du mémoire présentera l’apport de la technologie Internet au métier de l’expert comptable. Ceci nécessite, un positionnement de l’Internet, et de ses notions dérivées dans les NTIC, ainsi que la mise en exergue de ses atouts et faiblesses (Chapitre 1). Nous montrerons, ensuite, l’utilité de l’Internet pour la gestion interne du cabinet comptable ainsi que sa contribution dans la création de services à valeur ajoutée que nous illustrons à travers les efforts déployés par les professionnels dans les pays développés pour intégrer la technologie Internet dans leur gestion quotidienne (Chapitre 2).
– La deuxième partie traitera d’une expérience professionnelle. Nous décrivons la démarche à suivre pour la réalisation et la mise en place d’un site dynamique pour un cabinet d’expertise comptable pour la vente de services en ligne. Nous traitons des différentes phases du projet, des préparatifs et des moyens à mettre en œuvre pour sa réalisation depuis l’étude préalable jusqu’aux travaux de tests et de mise à jour (Chapitre 1). Nous présenterons les contraintes dont l’expert comptable devra tenir compte pour maîtriser son projet et assurer sa réussite. Nous traiterons des contraintes liées à l’environnement externe, ainsi que celles liées à l’environnement interne du cabinet comptable (Chapitre 2).

Le présent mémoire a été limité à l’Internet et les technologies associées à l’exception de toute autre NTIC. En outre le mémoire ne présume pas étudier les aspects techniques de l’Internet qui restent du domaine des informaticiens spécialistes.

Première partie : apport de l’internet aux métiers d’expertise comptable

La première partie de ce travail est consacrée à l’étude de l’apport de l’Internet au métier de l’expert-comptable.
Nous essayons dans le premier chapitre de présenter l’Internet et de le positionner par rapport aux autres technologies. Cette partie traitera aussi des facteurs d’attrait et de croissance de l’Internet ainsi que de ses limites.

Dans un deuxième chapitre nous traitons de l’utilisation de cette technologie par le cabinet d’expertise comptable et nous présentons l’expérience française et celle des Etats-Unis d’Amérique.

Chapitre premier : Présentation de l’internet et analyse de ses atouts et faiblesses

Dans ce chapitre nous présentons la technologie Internet et sa position par rapport à certaines autres NTIC (Section 1).

Nous traitons ensuite des facteurs de croissance qui ont fait le succès de l’Internet ainsi que des limites à prendre en considération avant de se lancer dans un projet utilisant Internet. (Section 2)

Section 1 : internet dénominateur commun des NTIC

Alors qu’Internet était réservé à des utilisateurs très privilégiés, il est actuellement, avec ses dérivés, utilisé par un nombre de plus en plus croissant de personnes. (Sous section 1)
Internet a en outre pu cohabiter avec une technologie réservée aux professionnels à savoir l’EDI. Sans relation apparente avec l’EDI, Internet a pu profiter de la normalisation de l’EDI pour augmenter les domaines où il peut intervenir (Sous section 2).

Sous section 1 : Présentation de l’Internet et de ses dérivés

L’Internet est une technologie relativement récente. Elle a connu un succès important dans les différents domaines d’utilisation. Ce succès s’explique par la facilité de mise en place et d’utilisation de cette technologie par rapport à certaines autres NTIC. Internet a pu aussi s’intégrer aux autres technologies grâce à ses propriétés.

Internet se situe au centre de plusieurs technologies d’information et de communication. Il a utilisé pour son expansion les moyens matériels et logiciels les plus récents. Ces moyens, dont les capacités ne cessent de se développer, sont devenus à la portée de la quasi-totalité des utilisateurs.

§ 1: Présentation de l’Internet

1. Historique de l’Internet dans le monde

Internet est né aux Etats-Unis d’Amérique dans les années 1970 sur l’initiative de l’armée qui cherchait un outil de communication pouvant continuer à fonctionner même en cas de guerre mondiale atomique. Il fût donc décidé de créer un réseau de transmission “maillé” sur l’ensemble du territoire. Ce réseau était composé de relais disposés à différents emplacements, si l’un d’eux était détruit, les autres continueraient à fonctionner et le transfert des informations pouvait continuer.

L’apparition du Wide World Web (www), qui est l’illustration la plus importante de l’utilité de ce réseau, initié par le centre européen de la recherche nucléaire (CERN) et le National Center for Superconducting Application (NCSA), puis sa mise à la disposition du public en 1993, est à l’origine de l’expansion du réseau Internet.

2. Historique de l’Internet en Tunisie4

En 1991, la Tunisie a été le premier pays arabe et Africain connecté à Internet à travers l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications (IRSIT)

En 1993, le réseau national de recherche et de technologie (RNRT) a été créé pour connecter les centres de recherche tunisiens.
Jusqu’à 1995, l’utilisation de l’Internet était restée dans un environnement académique. Quelques centres de recherches et universités avaient une connexion à ce réseau.
En mars 1996, l’Agence Tunisienne d’Internet (ATI) a été créée pour promouvoir les services Internet et la technologie réseau en Tunisie et servir d’opérateur. Des institutions tunisiennes ont commencé à lancer des sites Web d’information générale sur la Tunisie. Deux journaux ont lancé des versions électroniques de leurs livraisons quotidiennes.

Par ailleurs, il ressort des dernières statistiques de l’agence tunisienne de l’Internet, que le nombre des utilisateurs de l’Internet en juillet 2003 est de l’ordre de 560 000 utilisateurs. Le nombre des comptes e- mail est de 87 418 comptes dont 52% obtenus auprès des fournisseurs privés, 22% auprès du centre Khawarizmi5 et le reste des comptes auprès des autres fournisseurs publics. En juillet 2003, 2% des utilisateurs sont formés par des institutions publiques et 16% par des entreprises privées. Le nombre de sites Web hébergés en Tunisie est de 973 et les noms de domaines enregistrés sont au nombre de 1816.6

3. Perspectives d’Internet en Tunisie

Les principaux projets identifiés, qui s’inscrivent dans la stratégie tracée pour ce secteur et qui sont programmés pour la décennie à venir sont 7:
– Le développement du réseau national pour répondre aux besoins de l’économie immatérielle;
– La veille technologique et le suivi de l’évolution des protocoles de communication;
– Le projet Classe sans papier;
– Le projet de Télé-enseignement à travers les réseaux d’éducation;
– Le projet de Télé médecine à travers le réseau de santé;
– Le développement de services liés au commerce électronique.

§ 2 : Les moyens matériels et techniques nécessaires

Dans le cadre de ce mémoire nous nous limitons à certains moyens nécessaires pour utiliser Internet. D’autres moyens sont également possibles.

Pour accéder au réseau Internet, les équipements et logiciels suivants sont nécessaires:
– Un ordinateur;
– Un modem;
– Un navigateur (ou browser);
– Une connexion téléphonique;
– Un fournisseur d’accès (ou provider).

1) L’ordinateur

Un ordinateur personnel avec une configuration minimale est exigé. Un Pentium de vitesse 133 Mhz et 16 Mo de RAM peut suffire pour se connecter au réseau Internet.

Les matériels existants dans les cabinets permettent largement d’utiliser Internet.

2) Le modem

Les lignes téléphoniques ont été conçues pour transporter la voix humaine et non des signaux transmis par des ordinateurs. Il a donc été mis au point des modems afin de convertir les signaux numériques des ordinateurs à une forme qui leur permet de circuler sur les lignes téléphoniques. Un modem à l’autre bout de la ligne les interprètes et les reconvertit en signaux numériques qui seront reconnus par l’ordinateur.

3) Navigateur ou browser

Les browsers sont appelés des fureteurs, des navigateurs ou des butineurs. Le terme commun est aujourd’hui navigateur. Les navigateurs Web sont des logiciels qui permettent d’accéder au Wide World Web.

Les navigateurs comportent généralement les fonctionnalités suivantes:
– L’accès et la navigation sur Internet;
– Un logiciel de messagerie pour envoyer et recevoir des messages;
– Un module d’accès aux groupes de news ou de discussion.

Les navigateurs les plus connus actuellement sont Internet explorer et Netscape navigator.

4) Connexion téléphonique8

Les techniques actuelles sont représentées par plusieurs types de connexions :

a) les connexions via les lignes téléphoniques ordinaires. La majorité des Internautes en Tunisie utilisent cette technique. Par ailleurs, une nouvelle technologie, appelée ADSL, reposant sur les lignes téléphoniques ordinaires devient possible pour les professionnels. Elle permet une liaison permanente et permet d’être connecté à Internet et de téléphoner en même temps avec un débit qui peut aller jusqu’à 40 fois celui des lignes ordinaires. Cependant cette technologie nécessite un ordinateur d’une configuration minimale pentium III avec au moins 256 Mo en RAM et engendre un coût de connexion plus cher.

b) RNIS : c’est le Réseau Numérique à Intégration de Service. Ce réseau est conçu pour transporter non seulement la voix mais aussi des données, des images… Le réseau RNIS a un débit plus élevé que la connexion via ligne téléphonique ordinaire, il apporte plus de fiabilité. Cependant, tout ordinateur raccordé à RNIS doit être muni d’un adaptateur et du logiciel adéquat ce qui engendre un coût plus élevé.

c) La ligne spécialisée (LS): il s’agit de connecter son micro-ordinateur, via un “modem-câble” spécifique, au réseau câblé lui-même relié à Internet par une ligne à très haut débit.

Il existe trois avantages pour les abonnés au réseau câblé :
– Le temps de chargement est plus bref;
– Une connexion permanente (pas d’encombrement);
– Pas de facturation téléphonique quel que soit le temps de connexion puisque les droits sont payés sous la forme d’un forfait.

Les lignes spécialisées restent réservées au monde des fournisseurs d’accès et des entreprises d’une certaine taille puisque les coûts d’installations et de locations de la ligne sont plus élevés. Les lignes spécialisées restent toutefois la connexion la plus rapide à Internet.

d) Câbles électriques: Une compagnie de téléphone canadienne (Northen Telecom) et la société électrique britannique Norweb ont signalé avoir découvert un nouveau moyen d’accès à Internet via les câbles électriques. Cette technologie représenterait l’avantage de pouvoir être proposée à l’ensemble des personnes ayant des câbles électriques autant dire la majeure partie des tunisiens. Cette technique est cependant encore au stade expérimental.9

5) Fournisseur d’accès des services Internet

Actuellement il existe en Tunisie douze fournisseurs de services Internet dont cinq destinés aux utilisateurs privés10. C’est via le serveur de l’un de ces fournisseurs que l’accès est possible.

Le cas où l’utilisateur accède aux services de l’Internet via son propre serveur, sera examiné dans la deuxième partie de ce mémoire.

Sommaire :
Introduction
Première partie : apport de l’internet aux métiers d’expertise comptable
Chapitre premier : Présentation de l’internet et analyse de ses atouts et faiblesses
Section 1 : internet dénominateur commun des NTIC
Sous section 1 : Présentation de l’Internet et de ses dérivés
Sous section 2 : Internet et l’Echange des Données Informatiques (EDI)
Section 2 Analyse des atouts et faiblesses de la technologie Internet
Sous section 1 : Les attraits et facteurs de croissance de l’Internet
Sous section 2 : Les limites et faiblesses de l’Internet
Chapitre deuxième : Utilisation de la technologie Internet par le Cabinet d’expertise comptable
Section 1 : Utilisation de l’Internet pour la gestion du cabinet
Sous section 1 : Internet, moyen de promotion du cabinet
Sous section 2 : Utilisation pour la formation, recherche de l’information professionnelle et de la documentation
Sous section 3 : Ordonnancement et organisation du travail et du cabinet
Section 2 : Internet et la production de services à valeur ajoutée pour le cabinet d’expertise comptable
Sous section 1 : Les technologies utilisées
Sous section 2 : Services fournis pour les clients
Sous section 3 : Nouvelles missions générées par Internet pour la profession
Section 3 Les expériences Internet dans le monde
Sous section 1 : L’expérience de la France
Sous section 2 : L’expérience dans les Etats Unis d’Amérique
Deuxième partie : mise en place du site dynamique du cabinet d’expertise comptable
Chapitre Premier : Etapes de mise en place et déroulement du projet du site web dynamique du cabinet
Chapitre Deuxième : Les contraintes liées à la mise en place du site dynamique du cabinet
Section 1 : Les contraintes liées à l’environnement
Sous Section 1 : Les difficultés techniques
Sous Section 2 : Limite du marché national
Sous Section 3 : L’opportunité de s’adresser au marché International
Section 2 : Le coût et la rentabilité de l’investissement
Sous Section 1 : Les variables de détermination du coût
Sous Section 2 : La rentabilité financière directe du projet
Sous Section 3 : La rentabilité indirecte
Section 3 : Le facteur humain frein au développement du projet
Section 4 : La Sécurité
Conclusion

  1. Les services de l’Internet : e-Mail, Intranet et Extranet
  2. Internet et l’échange des données informatiques (EDI)
  3. Analyse des atouts et faiblesses de la technologie Internet
  4. Les limites et les faiblesses de l’Internet
  5. Internet, moyen de promotion du cabinet d’expertise comptable
  6. Utilisation de la technologie Internet par le Cabinet comptable
  7. Organisation du travail et du cabinet comptable par Internet
  8. Internet et la production de services pour le cabinet comptable
  9. Services du cabinet d’expertise comptable fournis pour les clients
  10. Missions générées par Internet pour la profession comptable
  11. Mise en place du site web du cabinet d’expertise comptable
  12. Les partenaires du projet du site web du cabinet comptable
  13. Etude préalable au démarrage du site web du cabinet comptable
  14. Conception du projet : site web dynamique du cabinet comptable
  15. Lancement du cabinet d’expertise comptable virtuel
  16. Contraintes de la mise en place du site web du cabinet comptable
  17. Les limites du marché tunisien de la technologie d’Internet
  18. Coût et Rentabilité d’investissement au cabinet comptable virtuel
  19. Le facteur humain frein au développement du site du cabinet comptable
  20. Développement de l’esprit d’équipe et l’autonomie individuelle
  21. Les risques informatiques d’un site web du cabinet comptable
  22. Moyens de sécurité dans un cabinet comptable virtuel
  23. L’assurance d’un site web dynamique du cabinet comptable

______________________________
1 Le congrès mondial de la comptabilité de 1997 ainsi que celui de l’année 2002, le 20ème congrès de l’Institut français des experts comptables (IFEC) tenu à Lyon en juin 2000, le 8ème campus de l’IFEC tenu à Djerba du 30 octobre au 5 novembre 2000 et ayant pour thème « NTIC : l’Homme face à ses outils », les universités de l’été 2000 de l’ordre des experts comptables, tenues en septembre 2000 et le Congrès 2000 organisé par l’Ordre des Experts Comptables français et la Compagnie nationale des commissaires aux comptes
2 Le congrès de l’Ordre des Experts Comptables de Tunisie 2003, le congrès le l’Institut Tunisien des Experts Comptables 2003.
3 Extrait du discours de Graeme McGREGOR président du comité technologie de l’information de l’IFAC. Atelier « Professionnel comptable face à l’explosion des technologies de l’information » Congrès Mondial de la comptabilité 1997
4 www.ati.tn/internet/historique.htm, « Internet en Tunisie », Agence Tunisienne de l’Internet visité le 17 octobre 2003
5 Centre de calcul El KHAWAREZMI: fournisseur d’accès à l’Internet dédié aux universitaires.
6 www.ati.tn/internet/index.htm, « Internet en Tunisie : statistiques », Agence Tunisienne de l’Internet visité le 25 septembre 2003
7 www.ati.tn/internet/perspectives.htm, « Le commerce électronique », Agence Tunisienne de l’Internet visité le 17 octobre 2003
8 Dominique BRIGNONE, Nathalie BRAMI, Philippe GERMAK, Maik MERCURI, « Internet: les services indispensables au cabinet comptable». Les universités de l’été 2000de l’OEC Français conférence n°2
9 Guy DE CIBON, Internet, outil de travail pour les experts comptables, mémoire d’expertise comptable, France, mai 1999 page 17