L’intégration financière internationale, conditions et avantages

By 8 September 2012

II- Intégration financière internationale :
1. Définition
a) Définition grammaticale

C’est le groupement ou l’assemblement en un tout.
L’intégration présente un état d’une chose complète, sans altération.

b) Définition technique

« On peut mentionner au début que l’intégration financière internationale est une variable difficile à définir, à mesurer et à en identifier les déterminants. L’intégration financière est un processus dynamique évoluant au cours du temps en fonction des innovations économiques, financières et sociopolitiques. »7

« On parle d‘intégration financière internationale pour faire référence à la connexion désormais plus avancée des marchés financiers internationaux. Ainsi qu‘à la restructuration et l‘expansion des différents marchés internationaux de capitaux, instaurant un marché financier mondial à l‘architecture toujours plus compacte favorisant une circulation plus dense et fluide de l‘épargne » (Aimé Scannavino(1999) (dunod, paris 1999)).

2. Les facteurs déterminants de l’intégration financière.

L’étude empirique montre que les travaux d’un certain nombre d’auteurs comme (Bakaert et Harvey (1995,1997), Hardouvelis et al (2002), Bhattacharya et Daouk (2001) et Adler et Qi (2003) ont arbitrairement retenu quelques variables financières et macro-économique dans la modélisation du degré d’intégration, mais n’ont pas formellement testé leur impact sur le degré d’intégration.

Ces travaux ont étudié le mot d’intégration financière d’un point de vue strictement individuel c’est-à-dire le niveau d’intégration dépend des caractéristiques spécifiques à chaque pays.

Les facteurs déterminants de l’intégration internationale des marchés boursiers.

En effets les interactions entre le marché financier et le reste de l’économie permettent de retenir un grand nombre de facteurs susceptibles d’affecter le degré d’intégration internationale.

On peut regrouper les facteurs d’intégration financière internationale en 2 groupes : les facteurs locaux, les facteurs globaux.

a) Les facteurs locaux :

Nous retenons ici des variables nationales susceptibles d’influencer sur le niveau d’intégration internationale des marchés boursiers locaux.

a.1 Degré d’ouverture commerciale :
– Le ratio commerce extérieur (M° + X °)/PIB traduit l’intégration d’un pays donné dans l’économie mondiale et son développement macro- économique.
– Une meilleure intégration économique conduirait à une meilleure intégration financière, car Une bonne ouverture d’une économie au commerce extérieur acquiert la confiance des décideurs et des investisseurs internationaux et attire des fonds étrangers.
– Plus le marché est ouvert au commerce extérieur, plus son degré d’intégration attendu est élevé.

a.2 Développement du marché boursier :
Le développement du marché boursier est susceptible d’affecter les caractéristiques des rendements des titres à travers des canaux :
-Le premier est direct : plus le marché boursier est développé plus il permet de faciliter les échanges, diversifier les risques fournir de la liquidité, réduire l’asymétrie d’information, ce qui va attirer les investisseurs étrangers et donc agissent positivement sur le niveau d’intégration financière internationale.
-Le second est indirect ; passe par l’influence du marché financier sur les fondamentaux de l’économie qui affectent à leur tour la structure de rentabilité des titres financiers.

a.3 Flux des capitaux étranger :
Les flux des capitaux étrangers peuvent affecter la dynamique des marchés boursiers.

En outre on peut dire que l’ouverture aux capitaux internationaux améliore l’efficacité du système financier et permet l’arrivée d’investisseurs et d’arbitrages étrangers ce qui permet la réduction des écarts des prix à la suite des opérations d’arbitrages.

L’intégration financière internationale est un processus graduel dont la vitesse dépend du cadre réglementaire en matière de mouvement des capitaux et de la situation particulière de chaque marché national.

Nous distinguons deux variables pour mesurer l’influence des actifs étrangers sur le processus de l’intégration financière internationale :
– La volatilité des taux de change.
” Selon certains économistes, la volatilité des taux de change constitue un frein au développement du commerce international et aux mouvements de capitaux, dans la mesure où elle rend très aléatoire les calculs économiques des entreprises importatrices ou exportatrices et des investisseurs globaux”.

De ce fait une forte volatilité des taux de change peut entraîner la segmentation du marché boursier.

– Taux d’intérêt

Les auteurs ont considéré quatre variables :
— Le taux d’intérêt local à court terme : Les variations des taux d’intégration à court terme affectent les mouvements de capitaux et peuvent, par conséquent, agir sur l’intégration financière internationale.
— La convergence du taux d’intégration local vers les standards internationaux: Cette convergence est utilisée dans les modèles macro- économiques comme mesure d’intégration financière internationale ; Plus l’écart est faible plus le niveau d’intégration est élevé.
— La prime de terme : (écart entre le taux d’intérêt à court terme et celui à long terme) : Elle a été utilisée par Hardouvelis et al (2002) et Qi et Adler(2003) comme indicateur d’intégration des marchés financiers nationaux: Si l’écart des taux d’intérêt à terme augmente, le degré d’intégration diminue, car en fait cet écart mesure le risque qui peut affecter l’engouement des investisseurs globaux et par conséquent les mouvements internationaux des capitaux qui influent le degré d’intégration des marchés boursiers.
— La variation des taux d’intérêt courts.

a.4 L’inflation
” Les économistes s’accordent généralement à considérer que la stabilité monétaire et macro-économique est une condition importante pour le développement financier d’un pays”.

On va alors se baser dans notre explication sur deux variables :
– Le taux d’inflation locale : selon Adler et Dunes (1983), Cooper et Kaplanis (1994) et Lewis (1999), plus les taux d’inflation sont élevés, moins les investisseurs investissent internationalement, ce qui explique le lien négatif entre l’inflation et l’intégration financière internationale.
– La croissance de la production industrielle : plusieurs travaux théoriques et empiriques montrent l’existence d’un lien positif entre la croissance économique et la performance des marchés financiers.

Les investisseurs globaux visent les marchés des pays qui enregistrent des taux de croissance élevés, et ceci permet de réduire les écarts des prix et donc d’améliorer l’intégration de ces marchés dans le marché mondial.

Il existe donc un lien positif entre la croissance de la production industrielle nationale et l’intégration financière internationale.

a.5 Autres facteurs
– Le déficit courant : le déficit des comptes courants se traduit généralement par une entrée de capitaux finançant ce déficit. Cependant, la persistance d’un déficit entame la confiance des investisseurs.
– Le chômage : La croissance du taux de chômage d’un pays donné est de nature à accroître le risque des titres de ce pays et donc à réduire son attractivité. Ce qui explique l’effet négatif de cette variable sur l’intégration financière internationale.
– La volatilité des exportations : Un pays dont les exportations sont volatiles fait recours aux capitaux étrangers pour lisser la consommation à travers les périodes de la variation du revenu afin de maintenir un bon rapport de crédit, ceci explique le phénomène de mouvements de capitaux et donc un stimulant à l’intégration financière internationale.

b- Les facteurs Globaux

On entend par facteur global d’intégration tout facteur susceptible d’influencer conjointement l’intégration financière de plusieurs marchés nationaux. Ces facteurs globaux affectent l’évaluation internationale des actifs financiers.

b.1 Les taux d’intérêts internationaux
Ces taux affectent l’allocation internationale des capitaux et motivent les opérations d’arbitrage international. Une baisse des taux d’intégration internationale augmente les mouvements de capitaux vers les marchés des pays émergents. On s’attend alors à une relation négative entre l’évolution des taux d’intérêt mondiaux et l’intégration financière.

b.2 La croissance mondiale
En général une croissance économique mondiale permet d’augmenter le moral des investisseurs et leur confiance dans les marchés boursiers et donc une meilleure mobilisation internationale de l’épargne.

Mais dans ce cadre il faut marquer qu’une faible croissance de la production industrielle des pays développés augmente les mouvements internationaux de capitaux en destination des pays émergents ce qui implique la relation négative entre la croissance dans les pays industrialisés et l’intégration des marchés boursiers des marchés émergents.

3. Les conditions principales d’une meilleure intégration financière

Un ensemble de conditions essentiellement microéconomiques (au sein d’un pays donné) semblent nécessaires pour pouvoir s’intégrer dans le système financier international et donc dans le système financier macroéconomique :
a) Des réformes au sein du secteur financier dans le sens de la complétude des marchés financiers.
b) Plus de solvabilité du système financier domestique.
c) L’amélioration de la qualité de la supervision des normes internes et de la surveillance prudentielle.
d) Une libéralisation, bien ordonnée et planifiée, du compte capital dans les pays émergents et en développement, et cette libéralisation doit être reliée soigneusement au renforcement du système financier domestique.
e) Aussi «plusieurs institutions financières internationales et experts, revendiquent qu’une meilleure intégration financière doit être précédée par des réformes internes.

4. Avantages de l’intégration financière internationale

L’intégration financière présente d’importants avantages principalement aux entrepreneurs, aux investisseurs, et aux opérateurs de marché.

a) Pour les entrepreneurs : l’intégration financière internationale permet de réduire le coût de capital grâce à un meilleur partage des risques et de ce fait les entrepreneurs peuvent bénéficier d’une augmentation de la valeur actuelle nette (VAN) des projets d’investissement suite à la baisse du coût de capital.

b) Pour les investisseurs en portefeuilles: la mesure du degré de l’intégration financière peut donner une idée sur les risques que pourra courir un investisseur. Car au fur et à mesure que l’intégration financière internationale augmente le poids relatif des facteurs globaux de risque deviennent plus important.

Il s’en suit donc que l’intégration financière internationale peut affecter la rentabilité et la structure de corrélations des actifs financiers.

Cette forte liaison entre l’investissement et l’intégration financière internationale permet de dire que la stratégie de l’investissement change en termes de degré d’intégration financière internationale.

c) Pour les opérateurs de marché : on met l’accent ici que l’efficacité de toutes les actions des autorités économiques et monétaires dépend du niveau de l’intégration financière.

Lire le mémoire complet ==> (Le système financier international en temps normal et en temps de crise : Quelles réformes ?)
Ecole doctorale management international des entreprises
Mémoire de magistère – Faculté des sciences économiques, commerciales et sciences de gestions

Sommaire :
Introduction générale
Première partie : le système financier international et ses composantes
Introduction
Chapitre 1 : constitution du Système Financier International (SFI)
Section 1 : Définition
Section 2 : la Globalisation et Intégration financière internationale
Section 3 : Mouvements internationaux de capitaux
Chapitre 2 : Les Mutations qui ont affectés le système financier international
Section 1 : L’émergence du système financier international 1946-1974
Section 2 : L’endettement généralisé (1973-1981)
Section 3 : La financiarisation de l’économie mondiale (depuis 1982)
Chapitre 3 : Architecture Du Système Financier International
Section 1 : La Banque Mondiale
Section 2 : Fonds Monétaire International
Section 3 : Les Autres Enceintes
Deuxième partie : fragilité du système financier international et diffusion des crises
Introduction
Chapitre 1 : facteurs de fragilité du système financier international
Section 1 : Mutation, libéralisation et globalisation chemin vers l’instabilité de la finance internationale
Section 2 : Facteurs de fragilité financière
Section 3 : Les déséquilibres macroéconomique
Section 4 : Les facteurs généraux de déstabilisation du système Financier mondial
Chapitre 2 : diffusion des crises dans les pays émergent au cours des années 90
Section 1 : La crise mexicaine de 1994 (crise Tequilla) Section 2 : La crise asiatique
Section 3 : La crise russe
Section 4 : La crise argentine 2001
Chapitre 3 : Crise des subprimes octobre 2008
Section 1 : Définition et cause déclenchement de la crise des «subprimes » Section 2 : Déroulement et transmission de crise et sa propagation
Section 3 : Les conséquences de la crise sur le marché américain
Section 4 : Mesures entreprise pour sortir de la crise
Conclusion
Troisième partie : intégration financière international et vulnérabilité des pays aux crises étude de ca s l’Algérie, la chine et la France.
Chapitre 1 : cas de l’Algérie
Section 1 : intégration de l’Algérie au système financier international
Section 2 impact de la crise des subprimes sur l’Algérie
Chapitre 2 : cas de la chine
Section 1 : intégration de la chine au système financier international
Section 2 impact de la crise des subprimes sur la chine
Chapitre 3 : cas de la France
Section 1 : intégration de la France au système financier international
Section 2 : impact de la crise des subprimes sur la France
Chapitre 4 : stabilisation du système financier international, Quelques résolussions
Section 1 : Participation du secteur privé à la prévention et à la résolution des crises
Section 2 : Redonner à la Bourse sa fonction initiale
Section 3 : Régime du change viable :
Section 4 : Renforcement de la supervision financière et de la régulation
Section 5 : Détection et contrôle de la vulnérabilité externe
Section 6 : Renforcement des systèmes financiers
Section 7 :L’adhésion à des normes et codes internationaux de bonne conduite
Conclusion
Conclusion générale

_________________________________
7 Article Elaboré par : Riabi Walid, Rebii Makrem, Riehi Aymen ; Intégration financière internationale ; Université de Tunis El Manar ; Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis ; 2006-2007.