Importance de l’innovation pour Xerox, Gestion documentaire

By 5 August 2012

L’importance de l’innovation pour Xerox – Section 8 :

“Xerox est reconnu comme un « pionnier » de l’innovation dans le domaine de la gestion documentaire” rappelle Hervé Chauveau, Directeur marketing de Xerox Europe Office Operations.

“En matière de gestion de documents, les entreprises font face à une évolution permanente des informations à prendre en compte, en particulier dans la restitution de documents totalement ou partiellement perdus. Les acteurs majeurs de ce marché, tels que Xerox, se doivent trouver de nouvelles méthodes pour traiter et accéder à ces données. Nous continuerons sur la voie de l’innovation pour nos clients grâce à nos investissements actuels et futurs dans la recherche de technologies novatrices.” (*)

Le groupe Xerox organise l’innovation sur plusieurs niveaux : matériaux, produits, procédés, etc. Par la suite, on va exposer certains domaines d’expertise et d’innovation concourus par Xerox Corporation.

Développement des matériaux :
La formation d’images est un art et une science qui dépendent énormément des matériaux utilisés dans les systèmes mis en œuvre.

Au fil des années, Xerox s’est hissé au rang des leaders mondiaux dans le développement de matériaux de pointe, affinant et consolidant son expertise et son savoir-faire dans les domaines de l’élaboration de matériaux, de la synthèse chimique, de la caractérisation des particules, de la modélisation, de l’évaluation et de la fabrication.

Cette spécialisation lui permet aujourd’hui de mettre au point pour ses produits des matériaux innovants et hautement technologiques.

Chef de file reconnu en matière d’innovation et de technologie, Xerox détient aujourd’hui plus d’un millier de brevets fondamentaux dans les domaines des technologies et procédés de fabrication de matériaux de pointe. Ces technologies sont tout à fait applicables à un large éventail d’industries qui requièrent l’application de matériaux innovants.

Si Xerox a développé une expertise de renommée mondiale dans le domaine des matériaux de pointe, c’est qu’ils occupent une place prépondérante dans les systèmes de formation d’images que sont imprimantes et presses laser, copieurs numériques et imprimante à encre solide.

La recherche fondamentale et appliquée menée par Xerox a conduit à des innovations de premier plan dans les domaines de la chimie et de la physique des encres sè ches, de la polymérisation contrôlée à basse température, des polymères hautes performances et des logiciels de simulation des particules.

La technologie associée à la fabrication de particules de petite taille – quelques microns ou nanomètres – et présentant des propriétés triboélectriques, magnétiques, mécaniques et chimiques est au cœur des compétences de Xerox. Ce type de particules occupe une place de plus en plus importante dans les industries biotechnologiques, chimiques et de l’environnement Innovation ‘produit’:

“Xerox applique en permanence ses innovations à ses machines.” déclare Hervé J. Gallaire, président du groupe d’innovation Xerox et directeur du secteur Technologie de Xerox. “D’où l’introduction sur le marché de produits bon marché, plus rapides et plus respectueux de l’environnement.

L’effet conjugué de ces technologies et du savoir-faire qui les accompagne est à l’origine de la révolution à laquelle on assiste dans la production de documents et nombre d’autres industries pourraient en bénéficier.”

C’est pourquoi, de plus en plus, Xerox accorde des licences sur ses brevets, mettant ainsi son savoir-faire à la disposition d’entreprises tierces à la recherche de procédés nouveaux et performants pour l’élaboration de leurs produits

Les nouveaux copieurs et multifonctions numériques Xerox sont répartis en trois gammes : CopyCentre, WorkCentre et WorkCentre Pro. Elles regroupent de nouveaux produits ainsi que d’autres déjà existants. Ces derniers sont renommés, commercialisés à de nouveaux tarifs, dotés de nouvelles améliorations, et repositionnés sur le marché.

XPSE : exemple d’innovation ‘procédés’ :
XPSE (Environnement de simulation des particules Xerox), originalement appelé « Xerox Particle Simulation Environment » révolutionne la conception et la mise au point de systèmes physiques qui mettent en oeuvre et manipule nt des matériaux particulaires.

Cet outil de modélisation, qui réduit, voire élimine, la nécessité de créer des modèles de matériaux et des prototypes de machine, permet à Xerox d’abaisser considérablement les délais de mise sur le marché et les coûts d’ingénierie inhérents à la définition des propriétés optimales des matériaux et à la conception des systèmes qui les utilisent.

Grâce aux outils d’animation et de visualisation très puissants de XPSE qui permettent l’enregistrement et la lecture des simulations, chercheurs et ingénieurs acquièrent une connaissance en profondeur des phénomènes dynamiques autrement impossibles à observer.

Analyse de signature : L’innovation dans une optique Juste A Temps :
Les prochaines imprimantes anticiperont certaines pannes qui seront ainsi réparées en temps voulu.

Les méthodes de diagnostic actuellement intégrées aux imprimantes ne connaissent que le tout ou rien : cela fonctionne, cela ne fonctionne pas, c’est en panne, c’est réparé, cycle terminé ou non terminé dans les délais.

Pourquoi ne pas aller plus loin et évaluer les situations intermédiaires, comme le degré d’usure d’un composant ? Cette information permettrait de savoir à quel moment la pièce arrive en fin de vie, et le service de maintenance pourrait alors intervenir juste avant que la machine ne cesse de fonctionner.

Ainsi, les chercheurs de Xerox Corporation se sont intéressés à une technique appelée ‘Signature Analysis ’ (SA ou analyse de signature). L’état d’un moteur ou d’autre système électromécanique en fonctionnement se caractérise par des signaux analogiques, identifiables et uniques tels que des vibrations ou des bruits particuliers.

Par ailleurs, chaque composant émet un signal identifiable par son aspect. En comparant l’état d’un signal d’une pièce neuve à celui d’une pièce en fin de vie, il est possible d’évaluer sa durée restante de bon fonctionnement.

La méthode SA a d’abord été utilisée dans l’industrie lourde comme outil de diagnostic, par exemple pour les turbines des générateurs d’électricité ou l’équipement industriel. Au milieu des années 1990, Xerox a étendu son usage aux composants plus petits et moins coûteux des imprimantes et des copieurs.

Les chercheurs Xerox ont découvert que l’analyse de signature pouvait servir lors du reconditionnement afin de distinguer les composants réutilisables de ceux qui devaient être retravaillés ou éliminés, améliorant ainsi la fiabilité et réduisant les mises au rebut.

Bob Siegel travaille dorénavant avec les ingénieurs Xerox de Webster afin d’intégrer cette méthode aux prochains systèmes Xerox, pour qu’ils puissent parfaitement diagnostiquer leur état. Xerox envisage depuis longtemps de créer des produits capables de transmettre à distance des informations à une base de données centralisée : la détection d’un problème déclencherait l’envoi d’un technicien de maintenance, juste avant que le matériel ne tombe en panne.

Jusqu’ici, ces informations se sont limitées à des données numériques sur des événements ponctuels, résultant essentiellement de processus analogiques sous – jacents. En enrichissant les données numériques de signatures analogiques, Xerox pourra détecter les pannes naissantes et mieux prédire la durée de vie d’un composant.

Cette méthode devrait réduire les périodes d’immobilisation du produit et les coûts de maintenance, car les composants ne seront remplacés qu’au moment nécessaire, et non fonction du nombre de pages imprimées.

L’analyse de signature sera également intégrée aux équipements de tests utilisés pour fabriquer la prochaine génération d’imprimantes de production Xerox.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion des connaissances et Innovation)
Projet de fin d’études
Institut des Hautes Etudes Commerciales – Carthage