Approche économique de la qualité des services comptables

By 10 August 2012

Les approches de la qualité – Chapitre 2 :

Une revue de la littérature sur les modes d’évaluation de la qualité des services comptables a montré l’introduction des différents indicateurs utilisés pour évaluer la qualité dans ce secteur comme les limites du prix, de la réputation et du contrat dans la coordination des échanges. Les cabinets ont, donc, intérêt à investir dans des signaux qui renforcent leur crédibilité morale et technique. En effet, l’institutionnalisation de la qualité à travers la normalisation et la certification semble porteuse de nombreux enjeux pour les clients et pour la profession comptable.

Section 1 : Approche économique

Sous-section 1 : La qualité est évaluée par le marché

Les biens de recherche ont la propriété de délivrer l’information avant l’achat alors que les biens d’expérience ne fournissent l’information qu’après l’achat (Nelson 1970)48.

En revanche, les biens de confiance ne permettent jamais d’aller au-delà d’une appréciation incomplète de la qualité (Darby, Karni 1973)49.

Dans l’approche économique contractuelle, le contrat précise ce que chaque partie attend de l’autre et les moyens qui permettent de vérifier que les engagements ont bien été tenus.

Cependant, il est clair que les contrats ne peuvent prendre en compte qu’un nombre limité de variables. L’élaboration de « contrats complets » butte sur deux hypothèses très fortes et sans doute très irréalistes. D’une part, l’information structurelle de chaque contractant doit être complète, et d’autre part, la rationalité des agents est parfaite (Brousseau 1996)50.

L’irréalisme de ce type d’hypothèses suggère que tout contrat réel se révèle incomplet. L’incomplétude étant aussi renforcée par l’existence des coûts de transaction élevés.

Sous-section 2 : La qualité est évaluée par les standards

Dans le marché des biens et services, le prix constitue un poids lourd parmi les éléments de la concurrence.

En revanche, la concurrence dans les professions libérales organisées relève, fondamentalement, d’une économie de qualité, le prix étant supposé maintenu, par principe et par tous, à un niveau qui ne peut jamais sacrifier la qualité.

Les normes de qualité établissent, sur la base des mesures techniques, des caractéristiques définissant le niveau de la qualité. La standardisation est interprétée comme l’assurance pour le client que le produit ou le service réponde à certaines exigences. Elle réduit, de ce fait, le risque encouru par le consommateur placé dans une situation désavantageuse d’asymétrie d’information. JONES et HUDSON (1996)51 présentent les normes comme des signaux efficients de la qualité des biens.

Sous-section 3 : La qualité est évaluée par les conventions

Le concept de convention de qualité occupe une place importante dans les travaux récents des conventionnalistes. Pour ces derniers, la qualité ne peut résulter d’une pure évaluation en termes d’équilibre offre – demande, ni d’une référence à des standards. Elle repose plutôt sur les liens personnels de proximité et la fidélité temporelle des relations.

La convention de qualité apparaît donc comme une « construction des comportements des adopteurs, en même temps une structure d’information sur leur comportement » (Gomez 1994)52. L’auteur décline le concept de convention de qualité sur deux dimensions. La première est une convention externe à l’organisation; la convention de qualification traite la construction de la qualité dans le cadre de la relation client – fournisseur. La deuxième est une convention interne à l’organisation; la convention d’effort impliquant le personnel de l’entreprise.

Lire le mémoire complet ==> (La gestion qualité dans les missions d’assistance comptable)
Mémoire en vue de l’obtention du diplôme d’expertise comptable – Commission d’Expertise Comptable
Faculté des Sciences Economiques et de Gestion – Université de Sfax

________________________________
48 Rapporté par Plassard (J.) & Loukil (F.), « L’évaluation de la qualité de la formation : un balayage des diverses approches économiques », Les notes du LIRHE 295/99, LIRHE Toulouse, 1999.
49 Rapporté par Plassard (J.) & Loukil (F.), « L’évaluation de la qualité de la formation : un balayage des diverses approches économiques », Les notes du LIRHE 295/99, LIRHE Toulouse, 1999.
50 Op. cit.
51 Op. cit.
52 Rapporté par Plassard (J.) & Loukil (F.), « L’évaluation de la qualité de la formation : un balayage des diverses approches économiques », Les notes du LIRHE 295/99, LIRHE Toulouse, 1999.