Problèmes relationnels dans l’organisation de tourisme sportif

By 17 July 2012

1.2.2 Les problèmes relationnels dans l’organisation de tourisme sportif.

Principale conséquence des résistances des acteurs au développement structurel de l’offre, le tourisme sportif présente des dysfonctionnements (Brussière & Raoul, 1978).

– Les acteurs refusent le fonctionnement organisé en réseau sous la forme d’un bouquet d’offres sportives qui apparaît comme une domination et une perte d’autonomie. L’identité du réseau, qui peut devenir une structure-mère et représenter le cœur de l’organisation des activités avec un fonctionnement par stratégie globale, détection d’opportunités, définition d’objectifs et planification de plan d’action commerciale, échappe aux acteurs.
– L’animation du réseau heurte le niveau d’indépendance et de mise en valeur des individualités des différentes structures qui composent l’offre sportive. Cette réduction de l’autonomie s’oppose au fonctionnement individuel qui leur confère la liberté d’exercice et leur a fait choisir ce type d’activité.
– L’amélioration de la qualité de service offert à la clientèle touristique passe par l’élaboration et le respect de standards des prestations. Les prestataires réfutent ces standards qui se composent d’une formalisation des processus de travail des prestations sportives et qu’ils perçoivent comme une banalisation de leur métier.
– La dynamique d’un réseau implique la mise à niveau des membres par la formation professionnelle continue. Les professionnels indépendants n’envisagent que rarement d’avoir recours à l’apprentissage permanent qui implique une régression à leurs yeux. Détenteur de savoirs reconnus par une qualification d’état, ce sentiment se renforce par l’expérience de terrain.

Quand on explore les déficiences du tourisme sportif par l’angle des théories de la communication, la logique d’action et de résultats qui ordonnent la communication stratégique se heurte à quatre contradictions.

1/ Les produits sportifs proposés à la clientèle sont à dominante technique. Habituellement issus de savoirs faire associatifs et techniques acquis au sein des clubs sportifs et de fédérations, les professionnels diffusent essentiellement des informations techniques liées à la pratique sportive. Cette relation qui relève de « la modalité symbolique de la communication didactique » se trouve en réel décalage avec les réalités de la consommation touristique (Lamizet & Silem, 2000).

2/ La courte durée des séjours ne permettent pas véritablement d’engager des processus symboliques d’appartenance par les rites sportifs. À l’identique, les stratégies de communication dont l’enjeu est l’acquisition de savoirs, la « communication didactique » se heurte à un public qui cherche la pratique d’une activité sportive sans réel apprentissage, ni grands efforts.

3/ Le contexte exige également le recours à des injonctions qui visent une certaine obéissance de la part des clients (pour faire face à une situation sportive difficile ou dangereuse notamment). Cette stratégie de communication qui relève de la « modalité réelle » reste d’un emploi délicat dans le secteur du tourisme où l’acteur professionnel, loin de diriger la clientèle est à son service.

4/ Une séduction suscitée par l’imaginaire de l’acteur sportif peut disparaître lorsque l’organisation se rationalise. La prestation de service, confrontée aux exigences techniques de la pratique sportive et aux contraintes de rationalité de la logique marchande laisse échapper la « dimension imaginaire » de sa communication.

Expression synthétique de la problématique :

– La problématique, en termes organisationnels, réside dans la rencontre entre une certaine vision du sport qu’en ont ses acteurs professionnels, magnifié par ses idéologies et le désenchantement de la confrontation avec la matérialité professionnelle marchande du tourisme sportif.

L’angle d’approche de la communication des organisations considère l’entreprise sous sa dimension humaine : « À l’heure actuelle, la recherche sur les organisations a pour objet de rassembler, dans une doctrine unique, les connaissances acquises sur le fonctionnement des organisations, sur la manière dont il convient de les diriger, sur le comportement des différents membres qui les composent, sur leurs motivations, sur les processus qui régissent la communication entre eux et la manière dont ils prennent leurs décisions » (Lamizet & Silem, 2000, page 228). Pour éclairer ce processus de communication, la recherche explore les causes de la construction des résistances. L’origine semble provenir du refus des acteurs de faire évoluer l’organisation. Existe-il, dans l’expérience managériale, des dispositifs pour gérer cette situation ?

Le tourisme sportif en quête d’identité
La construction identitaire dans les organisations de tourisme sportif, entre idéologies sportives et matérialité professionnelle marchande
Thèse de doctorat de 3° cycle – Sciences de l’Information et de la Communication
Université de Nice Sophia-Antipolis