Critiques et Compromis, principes de justice des cités

By 14 July 2012

II. Les critiques & les compromis

Nous avons vu comment les membres parvenaient à s’armer de plusieurs grammaires de la justification en vue de faire valoir leurs propres conceptions de ce que sont de justes rapports de coopération sociale. Comme nous l’avions déjà signalé, chaque grammaire de chaque cité est susceptible en toute occasion de servir de fondement à la critique d’autres cités. Ainsi, le système capitaliste, qui puisait essentiellement dans les grammaires du système marchand et industriel, s’est retrouvé confronté – dans les années soixante – aux critiques artistique et marxiste (fondées sur les mondes inspiré et civique). En réaction, il s’est muni d’une nouvelle grammaire de la justification attachée au principe d’activité, entendue comme la capacité de générer des projets.

Le tableau suivant, qui donne un bref aperçu des critiques que chaque cité formule à l’égard des autres cités, permet de saisir comment le capitalisme a pu – alors même qu’il était fondé sur des grammaires industrielle et marchande attaquées de toutes parts par la critique – se refaire une légitimité. Rigide, bureaucrate, routinier et coercitif, il s’est transformé en un système souple et réticulaire qui fait davantage reposer la responsabilité de son fonctionnement sur les épaules des salariés.

Critiques … à l’égard de la cité …
Inspirée Domest. Renom Civique March. Industr. Projets
Inspirée Figé, conformiste Manque d’humilité et d’authenticité Trop instituée, inhumaine Asservi à l’argent Rigide, routinier
Domest. Laisser-aller, instabilité Logique du paraître, manque de discrétion Irresponsableinconvenante Corrompt Mauvaise qualité, formalisme inadapté
Renom Aveugle à l’opinion d’autrui Occulte La publicité compromet l’opinion Expertise qui le coupe de la masse
Civique Individualisme, formation d’une avant-garde éclairée Autoritaire, paternaliste, corrompu Soumis à des idées populaires et prêtes à l’emploi Individualisme et égoïsme des possédants Technocratie, bureaucratie
March. Manque de détachement, de sang-froid, de distance à l’égard de soi… Astreint à agir en fonction de l’état de ses relations personnelles Mène aux méfaits de la spéculation Ingérence de la justice dans les rapports marchands Méthodes rigides, la technocratie fait pfs de mauvaises affaires
Indust. Imprévisible Asservissement à la tradition, incompétences, inefficacité. Inefficacité des procédures administratives, Coût des politiques sociales Consommation ostentatoire de produits inutiles, prix injustifiés, agents écon. capricieux et imprévisibles
Projets Isolée, sans partage Enracinée, Rigide Communication de masse (impersonnelle) Coercitive, inadaptée Anonymat, relations transitoires sans réelle confiance, B&S détachés des personnes, transparence totale. Rigide

Par conséquent, les formes de lutte contre le système capitaliste tel qu’il existait dans les années 60 se retrouvèrent inadaptées à la réalité sociale du dernier quart du vingtième siècle. Il y a quarante ans, le capitalisme était en effet critiqué en tant qu’il générait inégalités, misère sociale et inauthenticité. Face à cette crise de légitimité, et grâce à une habile récupération des critiques qui lui avaient été formulées, il a pu se réinventer. Pour ce faire, il s’est doté de dispositifs répondant aux demandes d’autonomie, de responsabilité et d’accomplissement personnel formulées par les individus. Ce ‘générateur d’aliénation’ cible de toutes sortes de critiques se transformait ainsi peu à peu en autocritique pourvoyeur de libertés ou plutôt d’une certaine conception de la liberté vidée de son contenu afin de pouvoir être se soumise à la visée de maximisation de profit. Cette délivrance du système a ainsi généré un nouveau type de rapports de dépendance.

Dans ce nouveau monde où la mobilité est la qualité essentielle, la contribution des petits à l’enrichissement des grands réside dans ce qui constitue leur faiblesse : l’immobilité. Autrement dit, dans cette nouvelle configuration du système, l’exploiteur est mobile et l’exploité est flexible. Une forme inédite de participation à la formation de profit voit ainsi le jour. Encore mal identifiée, elle est aujourd’hui soustraite à l’examen, et est de fait génératrice de ce qui peut aujourd’hui être défini comme de nouvelles formes d’injustices. Boltanski et Chiappello expliquent qu’il n’est possible de remédier à ces injustices qu’en organisant cette mobilité : Il s’agit de (i) recenser les acteurs, (ii) élaborer des principes de juste rémunération, (iii) égaliser les capacités de chacun à se montrer mobiles.

Pour Boltanski et Chiappello, seuls des acteurs autonomes et organisés eux-mêmes en réseau peuvent aujourd’hui poursuivre ces objectifs. Bref, les nouvelles formes de critique et de lutte contre le capitalisme ne peuvent venir que d’un mode d’organisation sociale fondé sur la cité par projets. A l’appui de cette idée, on peut comprendre avec un peu plus d’acuité les conditions d’apparition et de développement des SEL. En tant qu’outils de contestation, ils ont sans doute eu avantage à repenser la vie politique comme ils l’ont fait : collectivement, discursivement et de façon autonome et réticulaire. Aux dires de la p.i. 11, il faut à présent tourner le dos à cette ancienne critique de gauche brandie par ce qu’il appelle des dinosaures politiques et qui martèlent inlassablement le même discours militant inchangé depuis quarante ans. Bref ce n’est pas en montrant que l’on détient immédiatement le fin mot de ce qu’est une société juste que l’on parvient à faire accepter cette conception. L’entente sur les questions de justice nécessite des compromis. C’est à travers eux qu’un accord peut être trouvé.

Le tableau suivant illustre ce propos.

Domest. Renom Civique Marchande Industr. Projets
Inspirée Relation initiatique (maître-disciple) Fascination de la masse pour la grandeur inspirée (fans) La remise en cause, l’action révolutionnaire, l’utopie Incertitude, opportunité, prix incommensurable de la beauté La passion pour le travail rigoureux, la découverte Créativité, singularité
Domest. Entretenir des contacts, faire de nouvelles connaissances Les bonnes manières, le savoir-vivre, la correction Services personnalisés, ‘sur mesure’ L’esprit et le savoir-faire maison. Confiance, Relations personnelles, face-à-face
Renom Toucher l’opinion publique, Mettre son nom au service d’une cause L’image de marque Sondages, enquêtes d’opinion Réputation, reconnaissance, identification
Civique Droit social, Syndicalisme Construction collective de sens politique, discussion
March. L’entreprise et les méthodes de gestion Participation, projets, coopétition…
Indust.

Critique méthodologique

Au niveau de la phase d’entretien, nos principales erreurs ont été les suivantes : (i) avoir formulé des affirmations maquillées en questions ou des questions dont la réponse exigeait un oui ou un non. « D’accord… t’as déjà eu connaissance de gens qui s’endettent, qui demandent des services et quittent le SEL sans régulariser leur compte, sans remettre à zéro ? J’ai entendu ça, oui, allez, ya un petit temps… mais il y a déjà tellement longtemps de ça » [9.279]. (ii) Etre intervenu excessivement et avoir par conséquent altéré la qualité de certains matériaux. (cf. entretien 9 et 13). (iii) Avoir voulu faire rentrer dans notre grille d’entretien un très (ou trop) large nombre de préoccupations. Sans doute aurait-il été préférable de limiter nos ambitions et de se cantonner à quelques sujets ‘porteurs’.

Au niveau de la phase d’analyse, nous avons procédé en trois étapes (i) à partir de nos entretiens, nous avons fait le répertoire exhaustif des idées formulées par les membres. Nous avons abouti à un document d’une centaine de pages de « citations » ou de « références ». (ii) A l’aide de deux outils d’analyse fournis par Huberman et Miles nous avons fait une analyse complète des motivations, des problèmes et des stratégies réactives des acteurs. Ensuite avec la méthode des grammaires de la justification de Boltanski et Thévenot (iii) nous avons pu entreprendre une analyse fouillée du discours des répondants.

Durée (et nb de caractères en milliers) Exploitation[nb. de références] Réf. / min. Notes
1 85 min 175 2,05 Malgré notre volonté d’accorder la même importance à chaque témoignage, il apparaît nettement que les p.i. 5 et 8 ont été davantage citées. L’explication réside entre autre dans le fait que tous d’eux puisent dans une large grammaire de la justification pour élaborer leur discours. Mais cela ne signifie pas que leurs propos aient été délibérément privilégiés au détriment d’autres : une partie de l’explication réside dans le fait que la méthode ne traite pas tout. Elle est notamment impuissante à traiter les témoignages comprenant de longues digressions (ex : les p.i. 3, et 14 qui s’étendent sur la kinésiologie et la sophrologie). La durée de l’entretien 9 a été presque trois fois plus courte que la moyenne. C’est un défaut de notre travail : nous n’avons pas réussi à faire parler la personne.
2 65 min 121 1,86
3 45 min 86 1,91
4 58 min 127 2,19
5 55 min 141 2,56
6 60 min 139 2,32
7 43 min 93 2,16
8 31 min 94 3,03
9 18 min 37 2,05
10 50 min 105 2.1
11 40 min 83 2.07
12 45 min 86 1,91
13 30 min 58 1,93
14 28 min 49 1,75

Au cours de cette troisième partie de notre démarche méthodologique, nous avons été dérangé par certains aspects de la modélisation de Boltanski et Thévenot.

(i) La déchéance de la cité industrielle renvoie au fait de « considérer les gens comme des choses ». Ce travers est la conséquence d’une logique d’efficacité poussée à l’extrême. Or, dans les autres cités, la déchéance résulte non pas d’un excès mais d’un manquement ou d’une rupture vis-à-vis du principe supérieur commun : l’individualisme dans le monde civique ou le laisser-aller dans le monde domestique.

(ii) Pourquoi Boltanski et Thévenot associent-ils l’inspiration et la création artistique à l’œuvre de Saint-Augustin ? (cf. note du bas de la page 136) Etant quelque peu mal à l’aise vis-à-vis de ce principe supérieur commun d’inspiration, nous avons pris la liberté de le remplacer par être destinataire d’une valeur incommensurable.

Conclusion :

Nous sommes à présent en mesure de formuler une réponse à la question qui nous occupait depuis le début de ce travail : Le BruSEL, en tant que système d’échange égalitaire et solidaire, peut-il être entendu comme porteur d’un véritable projet politique de contestation du modèle d’échange dominant ou faut-il s’en tenir à y voir un moyen pragmatique visant à recréer des liens sociaux à l’échelle locale afin d’y améliorer le quotidien des membres ?

Une chose est de parler des intentions initiales des fondateurs du système SEL, autre chose est d’évoquer les intentions des selistes. On reconnaît, avec Smaïn Laacher, le caractère subversif du mouvement non seulement dans l’idée que les chefs de file s’en font mais également dans la réalité concrète des échanges. Mais notre interprétation s’écarte de celle de Laacher, quant à ce qui est subverti. Selon lui, il s’agit essentiellement de l’argent et du système capitaliste. Or plusieurs répondants rejettent cette explication et cette position contestataire à l’égard de l’argent et du système. Il faut donc – à notre sens – se refuser à définir les SEL dans les termes qu’utilise Laacher.

Aucun répondant ne se montre en revanche satisfait de l’état des liens de travail, des liens de consommation, et des liens sociaux tels qu’ils existent aujourd’hui en Belgique. En conséquence de ceci, nous avons émis l’idée que la contestation était essentiellement adressée non à une troisième personne éloignée et abstraite mais à une première personne. Ce qui est critiqué c’est d’abord et avant tout l’existence capitaliste telle que Christian Arnsperger l’entend, la façon dont le capitalisme nous fait exister. Sur base de cela, nous avons estimé que l’expression « mouvement d’action sur l’existence capitaliste » collait plus fidèlement au réel que la fameuse formule de Laacher « contestation de l’argent comme mode dominant de régulation de l’économie ».

BruSEL est effectivement davantage qu’un moyen pragmatique de création de liens ; par-delà sa fonction manifeste d’échange de services et sa fonction latente de création de lien sociaux, il existe en effet une fonction politique englobante. Mais il faut ici entendre ‘politique’ dans un sens bien précis : il ne s’agit pas pour BruSEL d’imposer à ses membres un discours préconstruit et immuable montrant ce qu’une société juste doit être et ce en quoi la nôtre est injuste, mais bien de procéder à une construction collective de sens à travers les échanges et les discussions en assemblée, et de se rapporter ainsi sans cesse à la question « comment vivons nous ? ».

Il nous reste à préciser que lorsqu’on parle de cette dimension politique de BruSEL, on se réfère à une manière particulière qu’ont certaines personnes d’investir l’objet BruSEL. Cette manière de s’approprier le système n’est donc ni la seule ni même la majoritaire. Mais en dépit de cela, BruSEL peut être compris comme un mouvement d’action politique en ce sens que – même si les motivations des bruseliens sont davantage relationnelles que citoyennes – la légitimité de l’action de BruSEL repose sur deux éléments de structure éminemment politiques : la charte d’une part et l’assemblée d’autre part. L’une autorise à ce que les fondateurs continuent à y reconnaître leur création et l’autre autorise à ce que les membres actuels parviennent à concilier leurs aspirations avec le projet de départ. Ce sont ces deux fondements qui permettent que le fil rouge (liberté, égalité, solidarité) ne se rompe.

Dans la seconde partie de notre travail, nous avons voulu mettre en lumière les éléments de discours qui se prêtaient mal à la généralisation. Pour ce faire, nous avons retravaillé notre matériau sur base d’une autre méthode d’analyse : celle des grammaires de la justification. On a vu que l’intérêt pratique des échanges était justifié par la grammaire du monde marchand (V), l’estime de soi renvoyait aux grammaires inspirée et par projet (I, VII), l’estime sociale mobilisait les grammaires domestiques et de renom (II, III) et la quête idéologique nous ramenait enfin aux grammaires inspirée et civique (I, IV).

Cela nous a fait prendre conscience du fait qu’il y avait un mode de justification qui nous avait totalement échappé lors de la première partie de notre travail : la grammaire industrielle (VI) ; ce qui n’est pas étonnant puisque BruSEL tient essentiellement de la cité par projet et que – comme le soutiennent Boltanski et Chiappello – celle-ci s’est constituée en totale opposition à la cité industrielle. Dès lors, les questions d’efficacité y sont placées loin derrière la question « Comment motiver les gens à faire vivre le réseau ? ».. La grammaire industrielle est néanmoins utilisée par certains bruseliens en réponse à la question de la stimulation des échanges ; ce qui ne plait vraisemblablement pas à certains des membres, plus anciens dans le réseau.

L’utilisation des économies de la grandeur nous a également permis de décrire avec précision la capacité des acteurs à passer d’un mode de justification à l’autre. Et nous avons pu nuancer notre propos en révélant l’existence de toutes sortes de compromis au fondement de l’action des membres : Nous avons vu que quelqu’un peut attendre du SEL qu’il lui fasse faire des affaires sans pour autant être un profiteur, s’attacher à rendre service au collectif sans être à un grand philanthrope, chercher à y nouer des relations d’amitié sans être l’ami de tous, vouloir y mettre en pratique ses idéaux sans être un doux rêveur, être efficace sans être bureaucrate etc.

Ces entre-deux caractérisent l’état normal de l’action des bruseliens ; il y a généralement un équilibre qui se maintient entre les modes de justifications ou entre les principes de justice, lesquels s’avèrent parfois difficilement conciliables. Mais il arrive que certains membres s’attachent absolument à la réalisation d’un ou de plusieurs de ces trois principes : ce sont des personnes qui donnent trop, qui en demandent trop ou qui prennent trop. Elles ne sont pas nécessairement montrées du doigt mais leur présence introduit ce que les répondants identifient eux-mêmes comme un déséquilibre.

3 figures extrêmes Description Action normale
Le philanthrope ou le père-abbé Considère le don de soi comme une obligation Le membre qui veut être absolument solidaire de tous les autres membres Compte aberrant positif Considérer le don de soi comme une envie
Le râleur inactif Considère le fait d’être sollicité comme un droit Le membre qui veut être absolument égal à chacun des autres membres Compte inactif Considérer les sollicitations comme des chances à saisir
Le profiteur Considère les services comme un dû Le membre qui veut être absolument libre de tout engagement auprès des autres membres Compte aberrant négatif désaffecté Considérer les services comme un don

Le don de soi n’exclut jamais un retour au souci de soi ; le fait de servir l’intérêt de la collectivité n’exclut pas qu’on en revienne par la suite à des questions d’intérêt personnel. Cela implique donc qu’un mouvement d’aller-retour s’établisse entre deux principes fondamentaux mais très difficilement conciliables, qui sont la liberté et la solidarité. S’exerce ainsi un subtil art du compromis qui met en place les conditions nécessaires au développement d’une large variété de formes de réalisation de soi : exprimer ses convictions idéologiques fondamentales, renforcer et multiplier ses relations, obtenir de la reconnaissance sociale, faire vivre une collectivité, servir son intérêt personnel, maintenir en éveil ses compétences ou encore générer des projets.

Mais le manque de participation aux échanges et aux discussions en AG peut miner la réalisation de cet idéal social. Conscients de cela, les coordinateurs bruseliens cherchent à motiver et à responsabiliser les membres, à rendre le contact plus facile, plus rapide, à améliorer la communication etc. La carence de participation dont souffre BruSEL tient selon nous au fait que le réseau s’étend sur une très large zone urbaine, terrain anonyme peu propice à accueillir un tel espace de confiance.

Lire le mémoire complet ==> (Etude d’un système d’échange de services sans argent)
Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licencié en sociologie
Université Catholique de Louvain – Département des sciences politiques et Sociales
__________________________________
Une émancipation qui consiste à devenir ce que l’on veut quand on veut.
Le nouvel esprit du capitalisme invite à être soi, à être libre, à être mobile, à prendre des risques, à conquérir d’autres projets ; mais manipule et récupère cette réalisation de soi à son compte. Ce nouvel esprit repose sur une contradiction qui consiste à inciter les gens à être libres et flexibles. Il s’agit tantôt de vivre de ses projets, tantôt de vivre à travers ceux que d’autres ont imaginé pour soi. C’est révélateur d’un système fondamentalement divisé et qui ne peut absolument pas se passer de l’existence d’une longue chaîne d’exploitation en cascade. Mais c’est à présent sous une autre forme que celle qu’on lui connaissait il y a de cela quarante ans, que cette chaîne de dépendance se maintient et se renforce.
La cité par projet s’est constituée en opposition à la cité industrielle, sous l’influence de la critique artistique notamment.
Chez certains bruseliens, ce ‘nous’ désigne la totalité individus dans la société occidentale ; chez d’autres cela se limite aux nonante-trois membres de BruSEL ou encore à soi et au cercle de ses amis.
La réponse réside moins dans des techniques et dans des savoirs spécialisés que dans la capacité de chaque membre du réseau à être actifs, c’est-à-dire à accoucher de projets et à étendre ses liens

Bibliographie

Aglietta M. & Orléan A., La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998
Akoun A. & Ansart P., Dictionnaire de sociologie, Paris, Seuil, 1999
Aristote, Ethique à Nicomaque (trad. B. Saint-Hilaire), Paris, Librairie Générale Française, 1992
Arnsperger Ch., Critique de l’existence capitaliste, Paris, Cerf, 2004
Barbier J.-C., « A Survey of the Use of the term Précarité in French Economics and Sociology », Document de travail du Centre d’Etudes et de l’Emploi, n°19, novembre 2002
Bergson, la pensée et le mouvant, Paris, PUF/Quadrige, 2003
Bidet J. & Texier J., La crise du travail, Paris, PUF, 1995
Boltanski L. & Thévenot L., De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991
Boltanski L. & Chiappello E., Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999
Boudon R. & Bourricaud F., Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, PUF, 2002
Castel R., Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995
Chanial Ph., Justice, don et association, la délicate essence de la démocratie, La découverte/MAUSS, Paris, 2001
Dauncey G., After the crash : the emergence of the rainbow economy, London, Greenprint, 1988
Deleuze G. & Guattari F., Mille Plateaux, Paris, Editions de Minuit, 1980
Dielemans M., L’esprit du SEL. Analyse anthropo-économique d’un système d’échange local à Bruxelles (promoteur, D.V. Joiris), Mémoire de licence, Université Libre de Bruxelles, 2003
Garibal G., Guide du bénévolat et du volontariat, 60 associations humanitaires pour être solidaires, Marabout, 1998
Gillet V., Socio-anthropologie d’un Système d’Echange Local, le BruSEL en quête de soi (promoteur, P.-J. Laurent), Mémoire de licence, Louvain la-Neuve, 2000
Godbout J. T., L’esprit du don, Montréal, Boréal, 1992, p. 32
Godbout J. T., Le don, la dette et l’identité, Homo donator vs. homo oeconomicus, Montréal, La découverte/Boréal, 2000, p. 121
Gorz A., Les métamorphoses du travail, critique de la raison économique, Paris, Gallimard, 1988
Gorz A., Misères du présent, richesse du possible, Paris, Gallimard, 1997
Grozelier A.-M., Pour en finir avec le fin du travail, Paris, Atelier, 1998
Huberman M., & Miles M., Analyse de données qualitatives, Bruxelles, De Boek Université, 1991
Jette Ch., Du don comme principe de justification, Cahiers du Larepps, Montréal, Université du Québec, 2003
Laacher S., Les SEL, une utopie anti-capitaliste en pratique, Paris, Ladispute, 2003
Laville J.-L., Les services de proximité en Europe, Paris, Syos/Alternatives, 1992
Liepitz A., La société en sablier, Paris, La Découverte, 1997
Mauss M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1958
Mauss M., Ecrits politiques, Paris, Fayard, 1997
Meda D., Le travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Alto-Aubier, 1995
Merleau-Ponty, M., Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1976
Offe Cl. & Heinze R. G.; Beyond Employment, time, work, informal economy, Temple University Press, 1992
Paugam S., La disqualification sociale, essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF, 3ème éd. 1994
Pitrou A., La vie précaire. Des familles face à leurs difficultés, Paris, Études CNAF, 1978
Poupart J., Deslauriers J.-P., Groulx, L.-H., Laperrière, A., Mayer, R., & Pires, A.-P., La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques. Paris, Gaëtan Morin (éd.), 1997
Prigogine I. & Stengers I., La Nouvelle Alliance, Paris, Folio, 1986
Quivy R. & Van Campenhoudt L.; Manuel de la recherche en sciences sociales, Dunod, Paris, 1995
Rey A., Dictionnaire Historique de la Langue Française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1998
Rifkin J., The End of Work : The decline of the Global Labor Force and the Dawn of the Post-Market Era, New York, Tarcher-Putnam, 1995
Rizzo P., L’économie sociale et solidaire face aux expérimentations monétaires, Monnaies sociales et Monnaies multilatérales, Paris, L’Harmattan, 2003
Robertson J., Beyond the dependency culture, Edition Adamantine, 1998
Saint-Augustin, Les Confessions XI, 14, 17, Flammarion, 1964
Saint-Augustin, La cité de Dieu, Paris, Points, 1997
Simmel G., Philosophie de l’Argent, Paris, PUF, 1985
Servet J.-M., Une économie sans argent, Paris, Seuil, 1999
Tarot C., Sociologie et anthropologie de Marcel Mauss, Paris, La découverte, 2003
Van Ouytsel, J., LETS Work. Local Exchange and Trading Systems en hun rol in het maatschappelijke debat over loonarbeid., Antwerpen, UIA, eindverhandeling, 2000
Van Ouytsel J. & Vanderweyden K., Werkt LETS? Lokale ruikringen afgewogen tegen betaalde arbeid, Antwerpen, UIA, PSW-papers, 2001
Wanner H., Lets, vrijwilligerswerk nieuwe stijl, onderzoek naar de eigenheid van de Lets ruilkringen, Aalter, Lets Vlaanderen vzw, 2002

ARTICLES

Bayon D. & Servet J.-M. ; « Les SEL, vers un nouveau monde citoyen et solidaire ? », in La revue de MAUSS, Une seule solution, l’association ? : socio-économie du fait associatif, n°11, Editions la Découverte, 1998, pp. 309-339

Bruguières M., James E. & Schmitt B.; « La monnaie » in E. Universalis 9.

Bouquin S., «The local exchange trading systems, a concrete alternative against the monetization of everyday life?” in www.usbig.net/papers/107-BOUQUIN-infrench.doc (consulté le 23 avril 2005)

Caillé A., « Don, association et solidarité », in REMCA, n°265, p. 49

Delwit P. & De Waele J.-M. (dir.); « La gauche de la gauche : le parti communiste, le parti du travail, le parti ouvrier socialiste et gauches unies » in Les partis politiques en Belgique, Éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 1997

Ferry J.-M., « Revenu de citoyenneté, droit au travail, intégration sociale », Vers un revenu minimum inconditionnel ?, in Revue du Mauss, 1996, n°7, p. 115-134.

Honneth A., « Intégrité et mépris. Principes d’une morale de la reconnaissance » in Chaumont J.-M. et Pourtois H., (dir.), Souffrance sociale et attentes de reconnaissance. Autour du travail d’Axel Honneth in Recherches sociologiques, Louvain-la-Neuve, vol. 30, n°2, 1999, p. 11-22.

Laacher, S., « Economie informelle officielle et monnaie franche, l’exemple des systèmes d’échange locaux » in Ethnologie française, XXVIII, 1998, 2. L’Avatar

Laacher, S., « Critique de l’argent et morales des échanges, l’exemple des systèmes d’échange local », in Les temps modernes, , n° 605, août-septembre 1999

Latouche S., La monnaie au secours du social et le social au secours de la monnaie : les SEL et l’informel in La revue de MAUSS, « Comment peut-on être anti-capitaliste ? », n°9, La Découverte, 1997, pp. 260-271

Rizzo P., L’économie reliante, www.ishlyon.cnrs.fr/labo/walras/Objets/New/reliante.pdf (consulté en avril 2005)

Supiot A., « Du bon usage des lois en matière d’emploi » in Droit Social, n°3, 2000

Watteau E., « Les SEL en Belgique » in Servet J.-M. (dir.), Exclusion et Liens financiers. Rapport du centre Walras, 1999-2000, Paris, Economica, 1999.

Watteau, E., ‘Fonctionnement d’un service d’échanges local’ in ‘Troc en Stock’, nr 6, users.swing.be/ecotopie/selact.html, (consulté le 16 Novembre 2005)

Williams, C. C.; Aldridge, T.; Lee, R.; Leyshon, A.; Thrift, N. & Tooke, J., “Harnessing Local Exchange and Trading Schemes (LETS) as a Tool for Community Renewal: the Role of local Government”, submitted to Local Governance,  www.cyberclass.net/harness.htm (consulté le 23 juillet 2005)

Ouvrages collectifs
« SEL, mode d’emploi » in www.selidaire.org/spip/rubrique.php3, (consulté le 10 avril 2005)
« S.E.L., Pour changer, échangeons » N° hors série – supplément au n°229 de la revue Silence, 1998

Sites
Allemagne
www.tauschring-archiv.de/
www.tauschringe.info

Argentine
trueque.org.ar/

Belgique
www.brusel.be
intersel.forumactif.com/
www.letsvlaanderen.be

Canada
www.gmlets.u-net.com/
lentils.imagineis.com/cgi-bin/letslist/letslist.cgi

Etats-Unis
www.timedollar.org/index.htm
www.schumachersociety.org/frameset_local_currencies.html
www.ithacahours.org/

France
www.selidaire.org
www.mirers.org/

Italie :
www.comune.fe.it/bancadeltempo/bankitalia.htm

Japon :
www3.plala.or.jp/mig/japan-uk.html

Pays-Bas
www.letsland.nl/
www.strohalm.nl/lets/

Royaume-Uni
www.letslinkuk.org
www.lets-linkup.com
www.timebanks.co.uk/
www.cyberclass.net/turmel/urlsnat.htm