Réforme de la santé aux Etats-Unis: un siècle de combat

By 24 May 2012

Historique : un siècle de combat – Chapitre 3 :

La réforme de la santé est une bataille qui a commencé il y a un siècle et qui n’a pas toujours pas abouti malgré les multiples tentatives des présidents.

En 1912, Theodore Roosevelt fut le premier à lancer le changement dans ce système de santé. Il voulut instaurer le mécanisme d’assurance maladie mais il fut battu par son adversaire Woodrow Wilson.

Lors de sa présidence qui commença en 1933, Franklin Roosevelt établit le Social Security Act en 1935 et proposa des réformes qui ont été adopté par le Congrès. Parmi ces réformes, la sécurité sociale octroie une assurance de type vieillesse ou chômage. Mais la sécurité sociale a été confronté à des problèmes financiers du fait du vieillissement de la population. La réforme a été remise en question.

Entre 1945 et 1949, le président Harry Truman tenta d’imposer un programme d’assurance de santé obligatoire mais sa tentative échoue.

Le président John Kennedy a lui aussi échoué en 1962, en tentant de mettre en place une assurance maladie pour les personnes âgées.

Grâce au président Lyndon Johnson, en 1965, deux programmes médicaux ont fait leur apparition : d’une part il y a Medicare pour les personnes âgées et d’autre part, le Medicaid pour les personnes défavorisées.

La président Richard Nixon promulgua une extension pour les programmes publics Medicare et Medicaid par l’intermédiaire d’un plan appelé « Comprehensive Health Insurance Plan ». L’objectif de ce plan était de pouvoir offrir une assurance maladie généralisée. Mais ce projet ne fut pas retenu par le Congrès.

En 1976, l’idée d’une assurance maladie universelle fut abordée par le président Jimmy Carter. Mais sa proposition a été un échec.

Puis, en 1989, le président Ronald Reagan promulgua une loi pour éviter que les familles soit en faillite financière en cas d’importante maladie. Pourtant cette loi fut retirée par le Congrès quelques mois après son adoption.

Dans les années 80, l’émergence des assurances privées comme Blue Cross, Blue Shield ou Kaiser Permanente avaient permis de financer les dépenses de santé à la place du gouvernement. A cette époque la santé n’était pas un domaine primordial. Par ailleurs, les américains étaient assurés par les employeurs qui faisaient appel à ces assureurs privés pour fournir les meilleures prestations possibles aux employés. Pour cela ils s’adressaient à des organismes de Managed Care pour déterminer la meilleure offre au niveau qualité-prix.

Ensuite, Bill Clinton, en 1993, mit en place une couverture médicale universelle qui reposa sur une concurrence entre les assureurs privés et un contrôle des coûts. Mais les compagnies d’assurances et les compagnies pharmaceutiques n’étaient pas pour un contrôle de leur prix. C’est pourquoi la réforme du président Clinton a échoué.

En 1996, une loi a permis à tout salarié qui changeait ou perdait son emploi de garder son assurance pendant les six mois qui suivirent. De plus, Bill Clinton offrit à cinq millions d’enfants une assurance maladie et une exonération fiscale pour les soins médicaux à tous les artisans et les professions libérales.

En 2003, le président Bush avait mis en place des comptes d’épargnes santé pour que la population prenne à sa charge les dépenses de santé, qui se traduirait par une déduction fiscale.

Lors de la campagne présidentielle de 2008, le candidat vainqueur Barack Obama a placé la réforme comme l’une des plus grandes priorités afin de réduire le déficit et assurer la couverture santé aux américains qui n’en possèdent pas. Sa victoire a permis aux Démocrates de remporter 257 sièges à la Chambre des représentants alors que les Républicains en détiennent 178.

Ainsi le texte sur la réforme de la santé a été approuvé par la Chambre des représentants avec 219 voix pour et 212 contre. 216 voix étaient requises pour l’adoption du texte. Pourtant, lors de l’élection de mi-mandat datant du 2 novembre 2010, la Chambre des représentants a été renversé, puisqu’elle est passée du côté des républicains avec 239 sièges contre 186 pour les Démocrates. Ces derniers gardent le contrôle du Sénat. Toutefois, au sein du camp des démocrates, les opinions divergent. Beaucoup sont contre la réforme, pourtant elle est nécessaire. M. Barack Obama sera-t-il l’Homme du changement ?

Son plan est estimé à 940 milliards de dollars étendus sur dix ans. Dans le même temps, cette réforme est un moyen de réduire le déficit de 1 200 milliards de dollars sur la période 2010-2019.
Lire le mémoire complet ==> (La réforme du système de santé américain)
Mémoire de master 1 Sciences économiques et gestion
Université du Sud – Toulon-Var