Les pouvoirs publics français et le marché des microordinateurs

By 11 May 2012

1.2.5 Les pouvoirs publics et le marché des microordinateurs portables.

Les pouvoirs publics interviennent par le biais de mesures incitatives et des modifications qu’ils apportent à l’environnement juridique du marché.

1.2.5.1 Les mesures incitatives.

Pour aider les étudiants à s’équiper en microordinateurs portables le Ministère de l’Eduction Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a lancé, en septembre 2004, l’opération « Micro-Portable Etudiant » (MIPE), qui a été renouvelée depuis tous les ans. Celle-ci vise à faciliter l’acquisition de microordinateurs portables par les étudiants à l’aide de financements préférentiels. Selon un premier bilan portant sur les années 2004 à 2006, le taux d’équipement des étudiants est passé, pendant cette période, de 8% à 35%, 450.000 microordinateurs portables ayant été vendus en deux ans.

Par ailleurs, le plan numérique 2012, présenté par le gouvernement en octobre 2008, a pour ambition de « replacer la France parmi les grandes nations numériques à l’horizon 2012 ». Il entend notamment garantir l’accès de tous les Français à l’Internet haut débit fixe et mobile dans un délai de quatre ans. Cette montée en puissance ne peut avoir que des effets bénéfiques pour le marché du microordinateur portable.

1.2.5.2 L’environnement juridique.

Nous  distinguons deux types de mesures qui ont une incidence sur le marché du microordinateur portable pour le grand public : celles qui visent à protéger le consommateur et celles qui relèvent de la réglementation européenne sur l’environnement.

1.2.5.2.1 La protection du consommateur.

La loi du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs prévoit un meilleur encadrement du commerce électronique, notamment avec des dispositions visant à rassurer les personnes qui hésitaient encore à y recourir. Elle devrait donc contribuer à l’essor d’une nouvelle clientèle.

1.2.5.2.2 La protection de l’environnement.

L’Union Européenne a adopté, dans ce domaine, deux directives en 2002, l’une, la directive 2002/95/CE, relative à la limitation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques et l’autre, la directive 2002/96/CE, portant sur les déchets d’équipements électriques et électroniques. Pour sa part, le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable a mis en place une écotaxe sur les équipements électroniques pour financer une filière de collecte et de recyclage de leurs déchets par le décret du 20 juillet 2005 relatif à la composition des équipements électriques et électroniques et à l’élimination des déchets issus de ces équipements.

Cet encadrement juridique permet de donner une image plus positive aux produits électroniques, en particulier au microordinateur portable, de nature à rassurer tous ceux qui mettent la défense de l’environnement au premier rang de leurs priorités.

Les interventions des pouvoirs publics ont donc, directement ou indirectement, une incidence favorable sur le marché des microordinateurs portables pour le grand public.

1.2.6 Les menaces et les opportunités du marché.

Pour conclure ce chapitre consacré à l’environnement externe, nous reprendrons l’ensemble des menaces et des opportunités identifiées sur le marché du microordinateur portable pour le grand public.

1.2.6.1 Les menaces.

La dépendance à l’égard d’un nombre réduit de pays producteurs présente le risque d’éventuelles ruptures d’approvisionnement en cas d’événements graves dans ces pays ou en cas d’explosion de la demande. La faiblesse des marges, due à une très forte concurrence entre les constructeurs et entre les détaillants, est un autre handicap. A cela s’ajoute l’apparition de produits concurrents tels que les consoles de jeux vidéo ou les « téléphones mobiles intelligents » dont les nouveaux modèles possèdent de plus en plus de fonctionnalités semblables à celles du microordinateur portable. Par ailleurs, la montée en puissance des « mini microordinateurs portables » peut porter préjudice aux autres gammes de modèles. Le retournement de la conjoncture est également une cause d’incertitude. Ces menaces ne devraient pas cependant trop affecter un marché qui reste porteur.

1.2.6.2 Les opportunités.

Le marché du microordinateur portable pour le grand public connaît une forte expansion. La baisse constante des prix et le développement du « mini microordinateur portable » rendent désormais le microordinateur portable plus accessible et l’ouvrent à de nouvelles clientèles. Celui-ci a vocation à remplacer à terme le microordinateur de bureau dans la mesure où il répond mieux aux attentes des acheteurs à la recherche d’une plus grande mobilité et d’un moindre encombrement. Le développement de l’accès à l’Internet à haut débit, l’essor du commerce électronique et la politique des pouvoirs publics, notamment en matière de protection de l’environnement, qui contribuent à donner une image plus positive au microordinateur portable, constituent des atouts supplémentaires.

1.2.6.3 Le tableau de synthèse.

Les menaces. Les opportunités.
L’offre.
La croissance des modèles à bas prix. Un prix en baisse constante.
Une forte pression concurrentielle. Un cycle rapide du renouvellement des modèles.
De faibles marges.
Une faible décentralisation de la production.
La demande.
Un marché grand public en expansion.
La concurrence d’autres produits. De nouveaux besoins des consommateurs.
De nouvelles clientèles (les femmes, les seniors).
L’environnement externe.
La crise financière et ses conséquences sur l’économie. Un essoufflement du marché du microordinateur de bureau.
Un développement de l’accès à l’Internet haut débit.
Un développement du commerce électronique.
La réglementation sur la protection de l’environnement.

Lire le mémoire complet ==> (Le marché du microordinateur portable pour le grand public en France : le cas de Dell France)
Mémoire de fin d’études
Institut National des Cadres Supérieurs de la Vente
Diplôme de Responsable commercial en vente ou mercatique
________________________________________
Source : dossier de presse « Micro-portable Etudiant », Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, septembre 2006.
Source : rapport de BESSON E., « France Numérique 2012 : Plan de développement de l’économie numérique », secrétariat d’État chargé du Développement de l’Economie Numérique, octobre 2008, p. 9.
Source : Journal officiel de l’Union européenne.
Traduction du terme anglais couramment utilisé « smartphone ».
Traduction du terme anglais couramment utilisé « netbook ».