L’imitation des styles des pairs et des icônes

By 6 May 2012

(2) L’imitation prestigieuse, les icônes

Cette identification à des héros les plus divers (personnages de fiction, stars de cinéma ou des podiums, héroïnes du petit écran ou de fiction, vedette sportive) n’a cessé de se développer avec l’avènement de la société des medias et du spectacle dans la seconde moitié du XXe siècle (Pasquier, 2005). Les stars, les idoles servent à l’adolescent pendant ce temps de transition pour construire ce qu’il présentera comme son identité. La culture de masse gravite autour de ces héros au succès prodigieux impulsant des adorations et des engouements extrêmes. L’icône familière et proche est un point de repère qui s’inscrit dans le quotidien. Elle permet la reconnaissance de soi par soi, la reconnaissance de soi par les autres et la reconnaissance des autres. L’identification est toute entière dans le mouvement vers, sans jamais pouvoir atteindre ce but, les vêtements ne sont qu’un vecteur. Ainsi, Salomé copie ses icônes et inscrit la présentation de soi dans le cadre de l’imitation prestigieuse, décrite par Marcel Mauss. Dans un très bref passage des Techniques du corps au sujet des faits d’éducation, il se réfère à l’imitation prestigieuse : « C’est précisément dans cette notion de prestige de la personne qui fait l’acte ordonné, autorisé, prouvé, par rapport à l’individu imitateur, que se trouve tout l’élément social. Dans l’acte imitateur qui suit se trouvent tout l’élément psychologique et l’élément biologique » (Mauss 1983 : p369). En imitant leurs idoles, les jeunes conquièrent une part d’autonomie car ils se dégagent de l’influence de leur milieu d’appartenance. Le fan révèle par là-même un goût personnel, il affirme une individualité par rapport à son environnement familial et social (les pairs), c’est pour lui une manière d’accéder à une forme d’identité subjective et de groupe. Pour la sociologue Nathalie Heinrich, ces adolescentes qui prennent pour modèle des actrices ou des mannequins célèbres déplacent sur des figures extra-familiales l’admiration inconditionnelle qu’elle portaient enfant à leur mère.

« J’ai plusieurs styles, je prends le style des gens célèbres comme Nicole Richie, Lindsay Lohan, je vois des photos d’elles, je m’habille à peu près pareil. Je suis à la mode.» (Salomé,3ème, 15 ans, Neuilly)

Les marques d’articles de sport recourent à des icônes, des sportifs de renommée mondiale au capital « sympathie et courage » fort pour renforcer leur image et leur représentation symbolique. Pour autant, nous ne pouvons les taxer de manipuler les consomateurs car, dans un article sur le rôle des figures célèbres de représentation des marques, Grant McCracken affirme que les consommateurs utilisent sciemment les sens projetés par la célébrité sur le produit dans la construction de leur soi.
Lire le mémoire complet ==> (Modes vestimentaires chez les adolescents)
Modes vestimentaires chez les adolescents : Construction de l’identité et du lien social
Mémoire de recherche Master 2