Derniers buzzs innovants et Dernières nouveautés

By 2 May 2012

2.2.3. Surveiller les nouveautés

Le buzz se nourrit des évolutions d’Internet et de ses nouveaux outils. Le développement de nouveaux outils est à surveiller de près, pour créer un bon buzz il faut souvent être le premier à se saisir d’une nouveauté.

2.2.3.1. Les derniers buzzs innovants

L’objectif est ici d’énumérer les derniers buzzs innovants, parce qu’ils ont su soit utiliser des nouveautés technologiques, ou parce qu’ils ont su surfer sur un outil auquel personne n’avait pensé.

Application via l’I-phone. L’I-phone d’Apple a connu un vrai succès dès sa sortie, il compte aujourd’hui près d’un million d’utilisateurs en France. Il est le gadget que tous les fans de technologies doivent avoir. Il se caractérise par son interface web très bien développée, permettant de surfer sur la toile comme sur un ordinateur. Il est donc normal que des stratégies de communication développent des applications web-I-phone. Ces applications via l’I-phone permettent de toucher un public précis : technophile, essentiellement masculin, urbain, et adeptes de la marque Apple (qui fonctionne en vraie communauté). Pour communiquer via ce produit il existe deux types d’applications : soit proposer une expérience utile (nous nous adressons à des internautes mobiles) de type géo-localisation (comme la RATP qui propose une application annonçant les perturbations et l’état du trafic) ou offrir une expérience ludique maximisant l’approche tactile du produit (comme Van’s qui a développé une application ou à l’aide du « glissé de doigts » l’utilisateur fait évoluer un skatteur).

Vidéo clip sous Excel pour ACDC. Derrière cette opération étonnante ne se cache pas la direction marketing du groupe de rock mais un fan du groupe. Il a tout simplement recréé un clip du groupe, entièrement sous Excel. Ce travail colossal offre un résultat étonnant, et a bien fait parlé sur la toile. Cela montre d’une part l’intérêt d’avoir une communauté de fans autour de la marque pour la création de contenu, et également que ce ne sont pas forcément les outils novateurs qui créent le buzz mais bien l’utilisation qu’on en fait.

Mac et PC, une guerre buzzée. Les deux marques d’ordinateurs se sont livrées une belle bataille depuis 2006. Tout commence avec un clip vidéo de Mac « Get a Mac », ridiculisant le PC, présenté comme un personnage quinquagénaire ringard. Pc y répond, et la bataille commence. Ce buzz est original car on voit deux marques s’affronter, à coup de clips, de sites dédiés, de star stratégie, et surtout parce que les internautes s’y sont vraiment impliqués, créant leurs propres vidéo clips.

Obama, et la politique devient buzz. La campagne d’Obama est la première campagne politique à avoir intégrer autant d’outils sociaux. Son succès réside principalement dans la forte implication des internautes, tant et si bien que les frontières entre la campagne organisée par les militants d’Obama et celles des nombreux internautes anonymes ont disparu. La campagne s’est organisée sur des nouveaux outils, comme Twitter (avec 140 000 abonnés au news d’Obama), Facebook (groupes, fan pages, events…), des vidéos virales, des applications i-phone, l’intégration de publicité dans les jeux vidéos en ligne. La campagne a même repris le célèbre buzz de la marque Budweiser, « Whassup », en le transportant 8 ans plus tard, avec les mêmes personnages, plongés dans l’actualité difficile, mais voyant un espoir dans l’élection d’Obama.

Le buzz est par nature innovant, car pour faire parler de soi il faut marquer les esprits. La liste pourrait être longue, et pour ne pas énumérer à l’infini ces exemples, nous allons maintenant voir les nouveaux outils qui aujourd’hui offrent de nouvelles possibilités pour les marques qui veulent buzzer online.

2.2.3.2. Dernières nouveautés

Les widgets. Le widget permet d’accéder à l’information d’un site à partir du bureau de son ordinateur ou depuis son mobile, sans être obligé de passer par le site Internet. Cet outil permet de mettre en avant des informations choisies. Une marque qui utilise un widget peut donc s’assurer de diffuser une information qu’elle choisie à des internautes qui la consulteront forcément. Il existe trois types de widgets : le widget bureau qui récupère l’info quand l’internaute se connecte, le widget web qui s’installe sur des sites web, sur des blogs, sur les « Start Pages » (Netvibes, Igoogle) ou sur les réseaux sociaux, et le widget mobile (depuis l’Iphone d’Apple, qui offre une relation permanente grâce au téléphone mobile). Les widgets offrent de la viralité et passe par la proximité. Mais pour qu’un internaute adhère à un widget cela implique qu’il est soit intéressé directement par l’information (cela fonctionne très bien pour les sites des médias par exemple), soit qu’un outil « utile » ou ludique est développé sur le widget. Pour que l’internaute trouve le widget pertinent, il faut que la marque propose un service à vraie valeur ajoutée. On pourrait par exemple envisager un widget de traduction de langues développé par une compagnie aérienne, ou un calculateur de calories développé par une marque de produits amincissants. Cet outil est déjà développé par de nombreuses marques, qui tissent ainsi un lien direct avec leurs internautes. La SNCF propose par exemple son widget qui permet de consulter rapidement les horaires des trains, l’état du trafic, et qui permet d’accéder à son espace fidélité.

Les Web séries. Le web prend de plus en plus de place dans les loisirs vidéo. Les chaines de télévision l’ont bien compris et proposent aujourd’hui des sites de rediffusion de leurs émissions TV (M6 Replay par exemple). Mais depuis quelque temps se développent de plus en plus sur le net les web séries. Ce sont des programmes vidéo, de format court et de plusieurs épisodes. Pour intégrer les web séries dans un dispositif viral il faut les envisager comme participatives, avec interaction avec le spectateur. On peut par exemple imaginer l’interaction sur le scénario, des jeux dérivés de l’univers de la série, des contenus supplémentaires. Un bon exemple de web série interactive, est la série « Roommates », sponsorisée par Ford et diffusée sur le site MyspaceTV en 2007. Les utilisateurs du site pouvaient agir directement sur le scénario à l’aide de leurs commentaires. Les web séries sont encore peu exploitées dans les stratégies de buzz (probablement lié au coût de production qui n’est pas négligeable) et cela laisse le champ libre aux marques qui souhaiteraient être créatives avec cet outil.

www.youtube.com/watch?v=h9_YkXHCkgA
www.youtube.com/watch?v=Qq8Uc5BFogE
www.ministre-justice.fr/

Les Web TV. Elles ont pour objectif de proposer du contenu vidéo sur un site dédié. Elles deviennent intéressantes lorsque les contenus sont en quasi-direct et mis à jours régulièrement. Cela permet de suivre une actualité sur une marque ou sur une personnalité dans un format plus dynamique qu’un blog ou un site web. On notera par exemple le blog de Rachida Dati proposant des vidéos de la Ministre de la Justice dans son travail. Cette web TV a été mis en place suite à de nombreuses vidéos postées sur Internet et portant préjudice à la ministre. Les vidéos du site restent très formelles (vidéos de conférence, prise de parole) et ne montre pas réellement le quotidien de la ministre. Si une marque souhaite utiliser la WebTV comme levier de buzz elle se doit de proposer un contenu fluide, et varié.

Le buzz mobile. Nous l’avons vu avec l’exemple de l’I-phone, et celui d’Orange Foot avec Chabal, le buzz s’intègre de plus en plus au téléphone mobile. Et avec l’évolution des technologies mobiles toujours de plus en plus performantes, il y a fort à parier que le buzz prendra de plus en plus possession de nos portables. Le téléphone permet aujourd’hui de surfer sur Internet, avec des interfaces de plus en plus proches de celles des ordinateurs, et on peut aujourd’hui utiliser son téléphone portable pour communiquer via ses réseaux sociaux, ou pour se partager des vidéos. Nous étudierons davantage les opportunités du mobile pour le buzz dans la dernière partie de cette étude.

Les jeux. On trouve dans les nouveautés du secteur des jeux en ligne de plus en plus d’applications interactives. Les jeux en ligne à valeur ajoutée sociale (casual game, social games ou mondes virtuels), sont parmi les outils qui offrent le plus de perspectives pour le buzz online.

Les agrégateurs. Les agrégateurs ont pour objectif de regrouper toute la vie d’un internaute sur un seul support. Ils permettent par exemple de visualiser ce qui se dit sur tous les réseaux sociaux sur lesquels on est inscrit, à partir d’un seul site. Ces outils vont se développer et rencontrer plus de succès à mesure que les outils sociaux sur Internet se développent.

Lire le mémoire complet ==> (Quel avenir pour le Buzz Online ?)
Mémoire de fin d’étude
Master Communication Institutionnelle