Modalité de coopération interentreprises pétrolières

By 17 May 2012

II. Le Choix de la Modalité de Coopération

Pour répondre aux problèmes qui ont pu être évoqués une firme a divers instrument; elle a besoin d’atteindre une taille critique pour diversifier le risque et réaliser des économies d’échelle. Pour cela fusionner avec des concurrents serait une solution. Toutefois au-delà de la dichotomie Marché/Firme déjà évoqué, il faut étudier l’aspect concurrentielle par les conséquences que la fusion peut entraîner. En effet, bien que le résultat soit équivalent en terme d’efficience économique en terme d’impact sur le surplus du consommateur et le surplus de la société les conséquences sont différentes selon que la fusion ou la coopération est choisi. D’autre part, pour que la coopération marche il faut que tout le monde ait intérêt à participer activement. Il faut donc pour que la coopération soit un succès que chacun soit incité à le faire. Le choix de la formule d’association a donc son importance.

*** L’impact micro-économique des rapprochements
** Une collusion pure

La fusion entre 2 firmes est la forme la plus poussée de collusion; à coté de cela il existe le cartel, mais son efficacité en terme de performance économique reste à prouver (Asch, Seneca, 1976; Selten, 1984). Lorsque 2 firmes fusionnent, elles perdent leurs identités et agissent comme une entité unique. L’impact de ce type de mouvement industriel est intéressant à étudier de part l’effet qu’il a sur la concurrence et sur les marchés; cet effet apparaît très bien au niveau des prix.

Soit une industrie avec n firmes produisant un bien homogène [Jacquemin et Slade dans Schmalensee, 1989, pp.430-432].

la fonction de demande

la fonction de demande inverse où p est le prix, qi est l’output de la firme i et Q l’output de toute l’industrie et soit Ci(qi) la fonction de coût total.

Chaque firme va choisir q en maximisant son profit : max h(Q)qi-Ci(qi)

La condition de premier ordre donne
La condition de premier ordre donne
La condition de premier ordre donne
, la part de marché de i et Rij la conjecture de i sur la réponse de la firme j d’un changement d’output initié par la firme i.

la firme
où Li est l’indice de Lerner.

Soit wi le poids de chaque firme i on obtient un indice global de distorsion du marché

indice global de distorsion du marché

Une concentration dans l’industrie peut affecter la marge sur les prix de 2 façons : à travers l’indice de concentration et à travers la réponse au conjecture. On assume souvent qu’avec moins de firmes, le comportement des firmes devient plus collusif (R augmente). Lorsque c’est le cas, les 2 effets d’une concentration horizontale marchent dans la même direction pour augmenter la distorsion de l’output.

Des raffinements peuvent être apportés notamment en passant d’une analyse statique à une analyse plus dynamique. Cela ne change pas fondamentalement le raisonnement. Cela permet d’obtenir un indice de pouvoir de marché Im :
un indice de pouvoir de marché Im

où FMC est le coût marginal complet en t.

La concentration a bien un impact négatif sur la concurrence, en matière de prix en particulier. En effet, si L augmente, c’est parce que P augmente par rapport à MC (coût marginal) car si P=MC on est en situation de concurrence pure et parfaite et Li = 0.

** Une entreprise conjointe

Les objections faites aux entreprises conjointes sont nombreuses et la plus commune tient dans sa ressemblance avec les cartels ou les fusions. A travers ces participations les intérêts des différentes parties sont liés. La concurrence entre les partenaires s’en trouve réduite à 2 niveaux : au niveau de l’entreprise conjointe mais aussi au niveau des autres marchés. Selon Jacquemin et Slade [dans Schmalensee, 1989, p.438] les entreprises conjointes sont particulières lorsque leur création naît de la fusion des opérations déjà existantes entre les différents acteurs.

Sous un accord de participation capitalistique la production est déterminée par un partenaire, le contrôleur, et les profits sont divisés en fonction de la répartition respective de chacun.

Soit D(Q) la fonction de demande inverse, Ci(qi) la fonction de coûts individuelle et Kik la participation de la ième firme dans la kième firme.

D’où la fonction de profit de la firme i
la fonction de profit de la firme i

Si l’on considère un comportement du type duopole de Cournot, la maximisation de la fonction précédente nous permet d’arriver à un indice de Lerner de type
un indice de Lerner de type

Ce résultat est à comparer avec un indice sans entreprise conjointe.
indice

Même lorsque le comportement est non coopératif la marge peut être augmentée par l’entreprise conjointe.

D’autre part si la vraisemblance d’une collusion est augmentée par l’entreprise conjointe des effets de synergies peuvent apparaître. L’entreprise conjointe peut être un instrument de coordination, de partage de l’information pour en réduire son coût.

Toutefois, l’entreprise conjointe peut être utilisée pour exclure certain concurrent d’un marché. Il s’agit d’exclure certain de ressources mais aussi d’infrastructure en terme de nouvelle technologie ou de service marketing. L’impact d’une fusion et d’une entreprise conjointe n’est donc pas le même en terme de pouvoir de marché. Pour arriver à l’efficience économique, l’entreprise conjointe est une solution au moins de moindre mal.

*** Les mécanismes d’incitation

Le Dilemme du Prisonnier pose un problème fondamental : pour que la coopération soit positive, il faut que tout le monde joue le jeu. La théorie dit qu’il faut un horizon temporel infini ou considéré comme tel. Ce n’est toutefois pas le seul moyen. L’incitation est une donnée à prendre en compte de façon sérieuse.

** L’incitation à ne pas tricher

Le problème de la désincitation à tricher dans le cas trop tentant de la possession commune est à prendre en considération à part entière.

Ainsi le recourt à un propriétaire unique est une bonne solution sous la condition que :

– l’avantage potentiel de la spécialisation ou de la production en équipe est limité aux groupes suffisamment petits pour être contrôlés de manière efficiente par une seule personne. Il faut que :
– le hasard moral est important mais que…
– le bénéfice du contrôle est tel qu’il compense largement l’effort du propriétaire,
– le bénéfice du contrôle est certain.

Ces conditions ne sont pas toujours réunies c’est pourquoi la propriété commune ou collective est importante. L’élément déterminant de la coopération va être la motivation de l’agent dans la recherche de l’efficience. Cela va tenir aussi bien à l’intensité de travail qu’aux mécanismes de contrôle. Au niveau de la motivation des membres de l’entreprise la rémunération est le facteur essentiel car c’est elle qui va inciter à l’efficacité. La supériorité du marché va tenir dans cette incitation à fournir l’effort maximal puisque cet effort va être rémunéré à sa productivité marginale. Ainsi lorsque l’on substitue l’organisation au marché il va falloir adopter un système d’incitation similaire pour se garantir un effort maximum. De manière parallèle, au niveau de la mise en place d’un accord de coopération un mécanisme d’incitation est également nécessaire, dans la mesure où les gains générés par u accord ne constituent pas un gage de stabilité et de pérennité.

La question du monitoring est extrêmement importante. Elle a un coût qu’il faut prendre en compte. La condition est que le contrôle n’influence pas la forme d’organisation. Un partenariat implique un accord entre 2 ou plusieurs personnes pour qu’elles se comportent d’une certaine façon en échange d’une part de profit. Même lorsque les retours du contrôle sont surs, des difficultés devront être attendues. Si le contrôle de chaque partie est parfaitement observable sans coût pour chacun, ce type d’accord sera une réponse prévisible de productivité croissante de l’effort d’équipe et donc permettra de constituer des entités plus grandes.

Pouvoir observer sans coût les comportements n’est pas suffisant pour éliminer toute tricherie car le hasard moral reste [Alchian et Demsetz, 1972]. Cela implique une incitation à tricher (shirk). La coopération est donc plus facile quand on peut observer les comportements réciproques. Quand le retour est certain, la mesure de l’effort du partenaire sera aisément déterminée en retirant de ce bénéfice son effort propre. Toutefois l’augmentation du nombre de partenaire augmente l’incitation à tricher car il devient difficile de déterminer d’où vient le problème, et car la part de chacun dans l’effort se réduit.

Ainsi le partage d’un droit peut permettre de gagner en efficience en baissant le coût marginal de contrôle de grandes entités. Toutefois, il faut garder en tête le problème de hasard moral qui augmente avec le nombre de partenaire.

** Le rôle du monitoring

Le rôle du monitoring peut être analysé par la théorie des jeux : game of chicken. Si B monitore, il est préférable à A de tricher; mais si B triche, il est préférable à A de monitorer.

Firme A

Firme B

Options
Monitor Shirk
Options Monitor (v/2,v/2) (0,v)
Shirk (v,0) ((v-c)/-2,(v-c)/2)

Ce jeu conduit au bluff. Chacun va essayer de convaincre l’autre de sa bonne volonté dans l’espoir d’effrayer suffisamment l’autre pour qu’ils fournissent l’effort. Il s’agit d’un jeu répété tant que le partenariat dure. La discipline de la négociation continue va limiter l’avantage qui devrait revenir au partenaire d’adopter une attitude exagérément non coopérative. Si le nombre de partenaire augmente, la nature du jeu change et devient un dilemme du prisonnier ou tricher est une stratégie dominante. Dans cette situation, la coopération est difficile et instable. Toutefois il faut garder à l’esprit que le jeu est répété et que les partenaires vont coopérer jusqu’à ce que l’un d’eux triche s’ils ont suffisamment d’information sur le comportement de chacun.

Cependant le conflit est rare. En effet, le but est pour chaque firme de bénéficier de la valeur v de leur coopération, avec chacun une part égale à l’issu de la période. S’il y a tricherie unilatérale, c’est le tricheur qui gagne. Si chacun triche, il existe un coût c à supporter. La solution au problème va dépendre de x, qui est la proportion de tricheur; celle-ci est en faite réduite :

dx/dt = x(1-x) [(x(v-c)/2 + ((1-x)v)/2]

Modalité de coopération interentreprises pétrolières

Il s’agit ici de parler de stratégie évolutionnairement stable; quand le temps passe, les joueurs apprennent et se rendent compte de la stratégie qui marche le mieux. Celle-ci est ensuite de plus en plus adoptée. Dans notre cas si c>v, tricher n’est pas une stratégie payante et devient même de plus en plus pénalisante. La solution à ce problème est intéressante et marche dans le cas ou les firmes sont identiques dans leurs caractéristiques. Toutefois, dans la réalité les firmes sont plutôt différentes entre elles, et le raisonnement semble alors problématique; en faite lors d’une relation de coopération, il faut partir du principe que la relation doit être basée sur un comportement à armes égales : chacun doit avoir autant à apporter à l’autre et même si ce n’est pas le cas la différence sera reflétée dans la part de profit qui revient à chacun. Par conséquent, il n’est pas possible de distinguer une firme de l’autre et le raisonnement est donc applicable.

Avec dx/dt = 0 c’est à dire (x(v-c)/2 + ((1-x)v)/2 = 0
donc on a x = v/c

Par suite la probabilité qu’il y ait tricherie va être de v2/c2, on peut donc dire qu’il faut bien avoir c>v. Plus le coût de la tricherie est haut plus la désincitation à tricher est forte. Toutefois, la question de bénéfice certain du monitoring est une simplification irréaliste, et en faite chacun est donc exposé au risque. Cela a des implications :

– il faut trouver un moyen d’assurer des compensations,
– dans le cas de firme neutre face au risque, le partage permet une répartition du risque plus efficiente. Mais si les partenaires sont risquophobes, la coopération va permettre de réduire le coût de ce risque. Ce gain va être comparé avec le coût du hasard moral.

Ainsi chaque partenaire en plus de recevoir une part du bénéfice, a le droit d’utiliser et diriger l’accord. La décision de chacun peut alors limiter la décision de l’autre et chacun est aussi responsable des aléas de l’autre. Par conséquent, ces accords sont à prendre avec beaucoup de précaution.

On se place alors dans 2 cas de figure. Lorsqu’il s’agit d’une relation interne à la firme c’est à dire d’une relation de subordination entre les différents niveaux hiérarchiques de la firme, la rémunération salariale est le seul moyen d’incitation à l’effort. Lorsqu’il s’agit d’une relation interfirme on est à nouveau dans une approche alternative au simple choix entre internaliser et avoir recourt au marché. En effet le recourt au marché est coûteux et pas toujours approprié à toutes les situations; de façon parallèle le recourt à l’internalisation pose des problèmes symétriques; par suite le recourt à des partenaires extérieurs à la firme est aussi indispensable. Toutefois pour que cela réussisse, il faut savoir développer une relation de long terme où l’incitation des partenaires est extrêmement importante. Il va s’agir de coopérer et de faire en sorte que chacun ait à gagner quelque chose dans le développement de cette relation.

La question du droit de propriété est ainsi loin d’être étrangère à la coopération. En effet, lors de la mise en place de contrat de long terme cela n’est peut être pas évident; toutefois lors de la mise en place d’un accord de coopération avec mise en commun de capitaux la notion de droit de propriété prend toute son importance. Chacun va être lié à l’autre par un contrat mais comme dans toute possession en commun ce contrat va inclure des obligations réciproques si bien qu’on va se trouver dans un droit de propriété de type collectif ou communal.

Les gains privés issus de l’accord ne sont pas capables de générer seul la stabilité nécessaire à la coopération (comme à tout contrat d’ailleurs). Il existe des difficultés majeures que les acteurs ne peuvent pas toujours contrôler; ces problèmes ne sont pas insurmontables : le monitoring, la gestion optimale des contrats peut permettre de réussir un accord de coopération. Les contrats ne sont pas la panacée face à la mauvaise volonté, mais ils restent indispensables.

D’autre part, il faut être un professionnel gérer de tels accords en définissant des objectifs clairs et des moyens précisément établis. Ce sont encore des questions d’information (sélection adverse et hasard moral) qu’il va falloir gérer pour choisir le partenaire et surveiller l’accord. Les Etats ont leurs rôles à jouer. Il va falloir encadrer ces comportements pour permettre d’arriver à la situation idéale de coopération. C’est le rôle des contrats et de la réglementation.

Industrie du pétrole : Alliances dans l’Industrie Pétrolière
Mémoire réalisé dans le cadre du DEA D’Economie Industrielle
Université de Rennes 1

Table des Matières : Table des Matières.
Chapitre Préliminaire :
Une Présentation de l’Industrie Pétrolière.
I. Le pétrole, une énergie particulière.
La filière de l’Industrie Pétrolière.
Les caractéristiques technologiques
Les contraintes de lourds investissements
II. La dynamique concurrentielle
Les marchés de concurrence imparfaite
Les offreurs
Les grands producteurs
La concurrence
Vers un processus de concentration inévitable
III. Les motifs de l’intégration verticale dans l’industrie pétrolière
Les nécessités techniques
L’appropriation monopolistique
Les déficiences des marchés
Partie 1 : La Coopération : une Modalité Incontournable du Fonctionnement d’une Economie de Marché.
Chapitre 1 : Les Objectifs de la Stratégie de Coopération.
I. De l’internalisation des transactions…
La nature des actifs selon Williamson
Le continuum de Richardson
II. …A la coopération interfirme.
Une introduction à la coopération interfirme
L’apport de la théorie des jeux
Vers un jeu coopératif
L’apport de la théorie des incitations
L’apport de la théorie de l’agence
III. La question de l’inefficience des marchés dans l’industrie pétrolière
L’inefficience des marchés
Les problèmes de distribution
L’inefficience du marché des produits intermédiaires
L’inefficience du marché de la connaissance
L’imperfection du marché des capitaux
Les mesures empiriques
Les hypothèses du modèle
Les résultats de l’estimation économétrique
Les interprétations économiques des mesures économétriques
Chapitre 2 Les Modalités de Coopération
I. Définition et typologie des accords interentreprises
Les différents types d’accord
L’entente
Le partenariat
L’alliance
La firme réseau
II. Le choix de la modalité de coopération
L’impact micro-économique des rapprochements
Une collusion pure
Les mécanismes d’incitation
L’incitation à ne pas tricher
Le rôle du monitoring
III. L’entreprise conjointe comme moyen efficace de coopérer
Les formules d’association
Les typologies
Le choix de l’entreprise conjointe.
Des avantages de l’entreprise conjointe…
La nature des actifs
La forme juridique
…Au partage du capital
Conclusion de la première partie
Partie 2 : La Coopération dans l’Industrie Pétrolière.
Chapitre 3 : La Spécificité de ce Secteur d’Activitès.
I. De la notion de rente et de droits de propriété…
La notion de rente
Les quasi-rentes
Les droits de propriété
II. … Au jeu de Common Pool
L’appropriation d’un travail collectif
Les contraintes techniques de l’exploitation
Les problèmes de l’exploitation collective
L’arbitrage en situation de Common Pool
Le modèle de Hotelling
Le jeu
Les externalités
III. La coopération comme solution pour l’industrie pétrolière
Le rôle de la coopération
Une prise de conscience
La coopération comme solution idéale
L’avantage intrinsèque de la coopération
La sous-additivité des coûts
La diversification du risque
La pression de la flexibilité
Chapitre 4 : Strategie et Concurrence dans l‘Industrie Pétrolière.
I. La coopération dans l’industrie pétrolière : le cœur d’une stratégie
La stratégie de la coopération
Les orientations stratégiques de la coopération
L’avantage concurrentiel
La nature stratégique
II. Le droit de la concurrence face aux formes d’accords
Les réglementations antitrust
L’attitude de la Commission Européenne
La position de la Commission sur l’entreprise conjointe
Un développement de la recherche et de l’innovation
Le bien être de la société
L’indépendance énergétique
III. Une analyse de la coopération dans l’industrie pétrolière aujourd’hui
Peu d’évolution à attendre dans l’Upstream
De larges mouvements de concentration en marche dans le Downstream
Conclusion de la seconde partie.
Conclusion générale